Nécrose avasculaire de la tête fémorale

16 août 2020
La nécrose avasculaire est la mort du tissu osseux. Pourquoi se produit-elle ? Comment affecte-t-elle la vie des patients ? Nous le découvrirons dans cet article.

La nécrose avasculaire, comme toutes les nécroses, est causée par un manque d’apport sanguin aux tissus. Dans ce cas particulier, elle affecte les os, ce qui a un certain nombre de conséquences assez graves.

Nous verrons ci-dessous ce qu’est la nécrose avasculaire de la tête fémorale, comment elle affecte la qualité de vie des patients et ses options de traitement.

Comme le soulignent certains articles, tels que Coxalgia cronica : la nécrose avasculaire de la tête fémorale, la nécrose avasculaire n’est pas très fréquente. Mais cela ne signifie pas qu’elle ne mérite pas une attention particulière, car ses séquelles sont très graves et les risques pour les patients sont très élevés.

Quelles sont les causes de la nécrose avasculaire ?

La première question qui peut venir à l’esprit est de savoir quelles sont les causes de ce problème très grave et qui a des conséquences assez graves pour les patients. Certaines des raisons pour lesquelles elle peut apparaître sont les suivantes :

  • Antécédents de traumatisme : une blessure ou une dislocation des articulations peut affecter les vaisseaux sanguins, entraînant un manque d’approvisionnement en sang
  • Traitements oncologiques : être soumis à des traitements de radiothérapie ou de chimiothérapie affaiblit le corps, les os et peut endommager les vaisseaux sanguins
  • Etats hypercoagulants : cela prédispose à la thrombose et l’excès de caillots réduit considérablement l’apport sanguin
  • Traitements stéroïdiens prolongés : un excès de stéroïdes (à fortes doses) peut être l’une des causes de la nécrose avasculaire de la tête fémorale
Une nécrose avasculaire en radio.

Symptomatologie

La symptomatologie de la nécrose avasculaire de la tête fémorale sera plus ou moins sévère selon le stade dans lequel se trouve le patient. Ainsi, on peut différencier un stade léger, un stade modéré et le dernier, sévère. Examinons quelques-unes des caractéristiques que peut présenter un patient.

Au stade léger, le patient peut ne présenter aucun symptôme. Cela signifie que la nécrose avasculaire peut passer complètement inaperçue. Cependant, si elle n’est pas diagnostiquée, elle s’aggravera. Ainsi, le patient commencera à remarquer ce qui suit :

  • Douleur dans l’articulation touchée par la nécrose lorsque le poids est placé sur celle-ci
  • Inconfort au moment de se reposer, de s’allonger ou de s’asseoir
  • Une douleur qui s’aggrave et qui irradie à l’aine, aux cuisses, aux fesses et même aux genoux

La douleur va s’intensifier au point de devenir un malaise constant que l’on ne peut soulager d’aucune façon. Cela affecte la qualité de vie des patients, les limitant. C’est pourquoi, il est très important de se rendre chez le médecin au moindre symptôme. La raison en est que l’os peut perdre sa forme, ce qui provoque de l’arthrite.

Découvrez également : Les analgésiques non-opioïdes non acides

Traitements

Une patiente souffrant de nécrose avasculaire.

Lorsqu’un patient est diagnostiqué avec une nécrose avascualaire, le médecin tiendra compte de l’âge du patient, de la qualité des os, du stade de la maladie et des dommages déjà causés.

Il existe des traitements plus conservateurs et d’autres qui impliquent une intervention chirurgicale.

  • Application d’un soutien : les béquilles ou les cannes sont une option pour les cas moins graves. Toutefois, elle ne donne pas de résultats entièrement satisfaisants
  • Les médicaments : ils ont généralement un effet beaucoup plus positif, certains sont des antihypertenseurs, des hypolipémiants, des fibrinolytiques et des vasoactifs
  • Oxygénation hyperbare : l’inhalation d’oxygène à haute pression augmente l’oxygénation du plasma. Dans les stades légers, elle peut avoir un impact très positif
  • Stimulation électrique : favorise la formation des os, car la nécrose avasculaire entraîne un affaiblissement des os qui se cassent facilement

Cet article pourrait également vous intéresser : L’essentiel sur le syndrome du cœur brisé

Que se passe-t-il lorsque la nécrose avasculaire se trouve à un stade beaucoup plus avancé ? Bien que ces traitements puissent être utilisés, la chirurgie est la plus conseillée.

Toutefois, même dans les cas modérés, le médecin peut envisager cette option, car le traitement combiné augmentera les chances d’un résultat positif.

En cas de gêne, nous vous recommandons de consulter immédiatement un médecin. En cas d’absence de symptômes, nous souhaitons vous sensibiliser à l’importance de contrôles réguliers pour vérifier que tout va bien. Souvent, l’absence de symptômes ne signifie pas que nous n’avons pas de problème. Dans ce cas, par exemple, un diagnostic précoce nous évitera d’avoir à subir une opération.

 

  • Alvarez López, Alejandro, & García Lorenzo, Yenima. (2005). Clasificación y diagnóstico de la osteonecrosis de cabeza femoral. Revista Cubana de Ortopedia y Traumatología19(2) Recuperado en 08 de marzo de 2019, de http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0864-215X2005000200013&lng=es&tlng=es.
  • Alvarez López, Alejandro, & García Lorenzo, Yenima. (2006). Tratamiento de la osteonecrosis de cabeza femoral. Revista Cubana de Ortopedia y Traumatología20(1) Recuperado en 08 de marzo de 2019, de http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0864-215X2006000100010&lng=es&tlng=es.
  • Pellejero Jiménez, Rocío, Serrano Alonso, María, Irigoyen Rodríguez, Irati, Fernández de Manzanos, Marta Luri, Echeverría Gorriti, Amaya, & Gutiérrez Lizarazu, Ane. (2017). Necrosis avascular de cadera asociada a everolimus. Farmacia Hospitalaria41(5), 656-658. Recuperado en 08 de marzo de 2019, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1130-63432017000500656&lng=es&tlng=es.
  • Vidal Casariego, A., Cuerda Compés, C. de la, Bretón Lesmes, I., Camblor Álvarez, M., Velasco Gimeno, C., & García Peris, P.. (2006). Necrosis avascular de ambas caderas y rodillas en una paciente con colitis ulcerosa tratada prolongadamente con corticoides a dosis altas. Nutrición Hospitalaria21(1), 109-112. Recuperado en 08 de marzo de 2019, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0212-16112006000100018&lng=es&tlng=es.