Néphropathie à IgA : qu'est-ce que c'est et pourquoi survient-elle ?

La néphropathie à IgA est l'une des maladies rénales les plus courantes. Malheureusement, c'est une maladie qui n'a pas de remède, et qui ne présente pas non plus de symptômes à ses débuts.
Néphropathie à IgA : qu'est-ce que c'est et pourquoi survient-elle ?

Dernière mise à jour : 19 août, 2021

La néphropathie à IgA est une maladie caractérisée par l’accumulation d’une protéine (immunoglobuline A) dans les reins. Cela provoque une inflammation et, à long terme, peut gravement affecter la fonction rénale.

La néphropathie à IgA est également connue sous le nom de “maladie de Berger” ou “néphropathie à immunoglobulines A”. L’évolution de cette pathologie est très variable d’une personne à l’autre. Dans certains cas, elle disparaît complètement avec le temps, tandis que dans d’autres, elle provoque une insuffisance rénale terminale.

Il n’existe actuellement aucun traitement curatif de la néphropathie à IgA. Cependant, il existe des traitements pour arrêter la progression de la maladie. Elle peut apparaître à tout âge, mais elle est plus fréquente à l’adolescence et dans le troisième âge. Les hommes sont plus susceptibles d’en souffrir.

Symptômes de la néphropathie à IgA

Symptômes de la néphropathie à IgA.
La néphropathie à IgA est une maladie incurable ; cependant, sa progression peut être interrompue.

La néphropathie à IgA est une maladie à évolution lente. Au début, il n’y a pas de symptômes perceptibles et, par conséquent, la pathologie peut être présente pendant des années ou des décennies sans être détectée. Le symptôme caractéristique est du sang dans les urines, mais il est souvent si léger qu’il est difficile à remarquer.

Parfois, la maladie se trouve dans un test d’urine de routine. Cela révèle la présence de protéines et de globules rouges, ce qui éveille les soupçons. Il est également possible qu’après un rhume ou une autre infection, l’urine devienne rose ou brune. Cette couleur révèle la présence de sang.

Les autres symptômes peuvent être les suivants :

  • Urine de couleur foncée ou rosâtre après un exercice vigoureux.
  • Urine mousseuse.
  • Douleur d’un ou des deux côtés du dos, dans la partie inférieure des côtes.
  • Gonflement des mains et des pieds.
  • Tension artérielle élevée.
  • Grande quantité d’albumine dans les urines. Elle n’est détectée qu’avec un test de laboratoire.

Si une personne développe une néphropathie à IgA, généralement 20 à 30 ans après l’avoir contractée, d’autres signes et symptômes apparaissent, tels que les suivants :

  • Tension artérielle élevée.
  • Rareté ou absence de miction.
  • Inflammation.
  • Peau foncée et sèche.
  • Démangeaisons ou engourdissements généralisés.
  • Crampes dans le corps.
  • Maux de tête.
  • Nausée et vomissements.
  • Perte de poids.
  • Fatigue, somnolence et perte d’appétit.
  • Troubles du sommeil
  • Difficulté de concentration.

Qu’est-ce qui cause cette maladie rénale ?

La fonction des reins est de filtrer le sang. Pour ce faire, il envoie les déchets vers la vessie qui y sont expulsés. Le sang filtré, quant à lui, rentre dans la circulation sanguine. D’autre part, l’immunoglobuline A (IgA) est une protéine qui aide à protéger le corps contre les infections.

Cela pourrait aussi vous intéresser : 7 conseils clés pour prendre soin de vos reins

Dans les reins, il y a de minuscules filtres appelés glomérules. Ce qui se passe dans la néphropathie à IgA, c’est qu’il y a une accumulation de la protéine IgA dans ces filtres. Par conséquent, des grumeaux se forment qui endommagent les glomérules. C’est à ce moment que les reins commencent à défaillir et permettent au sang de passer dans l’urine.

Pour la science, il n’est pas clair de savoir pourquoi cela se produit. Cependant, on pense que la néphropathie à IgA pourrait être associée aux facteurs suivants :

  • Gènes. Elle est plus fréquente dans certains groupes ethniques et dans certaines familles.
  • Maladies du foie. En particulier, les infections chroniques par l’hépatite B ou C, ou la cirrhose.
  • Maladie coeliaque. Le gluten semble jouer un rôle dans cette maladie.
  • Infections bactériennes et VIH.

Facteurs de risque

La néphropathie à IgA est une maladie rénale courante, mais certains schémas ont été trouvés chez ceux qui en sont atteints. Sur cette base, on peut dire que les facteurs de risque de développer cette pathologie sont les suivants :

  • Âge. Elle peut survenir à tout âge, mais elle est plus fréquente à l’adolescence ou entre 30 et 40 ans.
  • Sexe. Les hommes sont trois à six fois plus susceptibles de développer une néphropathie à IgA.
  • Origine ethnique. Cette maladie est plus fréquente chez les Blancs et les Asiatiques que chez les Noirs.
  • Histoire familiale. Dans certains cas, cette pathologie est héréditaire, mais pas toujours.

Complications possibles de la néphropathie à IgA

La complication la plus grave de cette maladie est l’insuffisance rénale aiguë ou chronique. On estime qu’un enfant sur 10 à 20 atteint de néphropathie à IgA développera une insuffisance rénale. Le ratio chez les adultes est de un sur quatre.

Les autres complications moins graves et plus fréquentes sont les suivantes :

  • Tension artérielle élevée. Les lésions rénales provoquent une augmentation de la pression, ce qui, à son tour, détériore davantage les reins.
  • Taux de cholestérol élevé. Cela augmente le risque de problèmes cardiaques.
  • Syndrome néphrotique. Il comprend des manifestations telles que des taux élevés de protéines dans l’urine et de faibles taux dans le sang, un taux élevé de cholestérol et de lipides, et une inflammation des pieds, de l’abdomen et des paupières.
  • Purpura de Henoch-Schönlein.

Comment est-il diagnostiqué ?

Diagnostic de la néphropathie à IgA.
Face aux soupçons, le médecin demandera une analyse d’urine et de sang, et une biopsie pour confirmer le diagnostic.

Il est très fréquent qu’au début, il n’y ait qu’un soupçon que la maladie soit présente. Le médecin prend en compte les antécédents familiaux et certains symptômes tels que la douleur ou l’inflammation.

De plus, les résultats d’un test sanguin peuvent suggérer une néphropathie à IgA. Une fois la suspicion apparue, ce qui suit est de corroborer le diagnostic par des tests cliniques tels que les suivants.

Analyse d’urine

En règle générale, une bandelette réactive est utilisée pour l’albumine et le sang. Le test consiste à prélever un échantillon d’urine et à y mettre un papier spécial appelé “bandelette de test”. S’il y a de l’albumine ou du sang dans l’urine, le papier change de couleur.

Un test de la relation entre l’albumine et la créatinine peut également être effectué. Elle consiste à comparer la quantité des deux substances dans l’urine sur une période de 24 heures. S’il y a plus de 30 milligrammes d’albumine pour chaque gramme de créatinine, c’est un signe de maladie rénale chronique.

Analyse de sang

Le test sanguin est effectué pour déterminer la quantité de sang que les reins filtrent par minute. Cette mesure est appelée eGFR. Un résultat de 60 indique que la fonction est exécutée normalement. Au-dessous de ce chiffre suggère une maladie rénale. S’il est inférieur à 15, on estime qu’il y a insuffisance rénale.

Biopsie rénale

La biopsie rénale est l’étalon-or pour déterminer si une néphropathie à IgA est présente. Alors que les autres tests fournissent des indices précieux, le diagnostic n’est confirmé que par la biopsie. Cela consiste à prélever une partie de tissu des reins pour l’analyser au microscope.

Ce test nécessite une anesthésie locale et une légère sédation. Les résultats permettent de vérifier s’il existe des dépôts d’IgA dans les glomérules, qui sont les petits filtres du rein. Il aide également à déterminer l’étendue des lésions rénales et fournit des indices importants pour le traitement.

Test de débogage d’iothalamate

Ce test utilise une substance de contraste. C’est une substance qui permet de mieux visualiser comment les reins filtrent les déchets. Ce n’est pas un test qui est pratiqué fréquemment.

Quels sont les traitements de la néphropathie à IgA ?

La néphropathie à IgA est incurable, mais le traitement peut aider à arrêter la progression de la maladie. Il remplit également l’objectif de soulager les symptômes et d’éviter les complications.

En général, le traitement de la néphropathie à IgA est pharmacologique et peut inclure les médicaments suivants :

  • Médicaments pour l’hypertension artérielle.
  • Oméga 3. Ces acides gras se trouvent dans les compléments alimentaires et peuvent aider à réduire l’inflammation des glomérules.
  • Immunosuppresseurs. Ces médicaments qui suppriment la réponse immunitaire sont parfois indiqués. Ils peuvent provoquer des effets secondaires graves.
  • Thérapie aux statines. Ils aident à réduire le cholestérol et à protéger contre les dommages des reins.
  • Diurétiques. Ils sont utilisés pour éliminer l’excès de liquide du sang.

Il existe des conditions graves dans lesquelles vous devez vous rendre en dialyse rénale. Cependant, tout indique que la transplantation est un choix plus efficace, car elle offre de meilleurs résultats pour prolonger la vie et prévenir la récurrence de la maladie.

Consultez votre médecin si vous souffrez de néphropathie à IgA

Il n’existe aucune mesure pour empêcher le développement d’une néphropathie à IgA. Cependant, si l’un des facteurs de risque est présent, il est préférable de rester vigilant sur les symptômes et de consulter votre médecin si des anomalies sont détectées.

Une personne atteinte de cette pathologie doit avoir un suivi médical régulier. Gardez un œil sur vos valeurs de tension artérielle, réduisez la quantité de protéines dans votre alimentation et recherchez un soutien psychologique si nécessaire.

Cela pourrait vous intéresser ...
Néphropathie membraneuse : causes et caractéristiques
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Néphropathie membraneuse : causes et caractéristiques

Parmi les maladies auto-immunes, la néphropathie membraneuse s'attaque par erreur aux glomérules rénaux. Quelles sont les causes ?



  • Caballeria, L., Augustin, S., Broquetas, T., Morillas, R. M., Vergara, M., Virolés, S., … & Ginès, P. (2019). Recomendaciones para la detección, diagnóstico y seguimiento de los pacientes con enfermedad por hígado graso no alcohólico en atención primaria y hospitalaria. Medicina Clínica, 153(4), 169-177.
  • Cueto Rua, E. A., Guzmán, L., Nanfito, G., Barrera, S., & Drut, R. (2008). Celiaquía, una enfermedad paradigmática. Archivos argentinos de pediatría, 106(2), 151-154.
  • Lococo, B., Alberton, V., Fazzini, B., Quevedo, A. S., Morales, D., & Malvar, A. (2016). Nefropatía por IgA. Revisión y conducta terapéutica a propósito de un caso clínico. Revista de Nefrología, Diálisis y Trasplante, 36(2), 108-123.