Noël : un facteur de risque cardiovasculaire ?

Le froid hivernal, les changements alimentaires et les facteurs de stress pourraient influencer l'apparition d'événements cardiovasculaires à Noël. Que faire pour réduire les risques ? Découvrez ici quelques recommandations.
Noël : un facteur de risque cardiovasculaire ?
Diego Pereira

Rédigé et vérifié par le médecin Diego Pereira.

Dernière mise à jour : 02 décembre, 2022

Une grande variété d’études ont associé Noël à un risque cardiovasculaire accru. En particulier, il a été observé qu’au cours de ces dates, il y a une incidence plus élevée d’événements mortels, tels que les crises cardiaques et les maladies cérébrovasculaires. Pour quelle raison ?

Il y en a plusieurs. Cependant, la plupart du temps, il est possible de prendre des mesures pour les éviter. Comment profiter des vacances de manière responsable ? Dans l’espace suivant, nous vous présentons quelques recommandations.

Pourquoi Noël peut être un facteur de risque cardiovasculaire ?

La question de savoir si Noël est un facteur de risque cardiovasculaire dépend en grande partie des habitudes. Cependant, il existe également d’autres situations qui ont un impact, comme le froid, le stress et le retard à se rendre à l’hôpital en raison de signes de problèmes de santé. Voyons tout cela en détail.

Le froid hivernal

Les crises cardiaques et autres événements cardiovasculaires sont liés à l’obstruction du flux sanguin vers un certain tissu. Cela rend difficile l’apport d’oxygène et de nutriments pour son bon fonctionnement, ce qui peut entraîner la mort des cellules en quelques minutes.

Ce phénomène obstructif est généralement influencé par plusieurs facteurs. L’un d’eux est le degré de dilatation des vaisseaux sanguins, c’est-à-dire leur diamètre. Ce n’est pas une mesure statique, puisqu’elle peut être modifiée grâce à la musculature lisse présente autour des artérioles et aux propriétés élastiques des vaisseaux.

Par conséquent, dans un vaisseau contracté, il y a moins de flux sanguin que dans un vaisseau dilaté. S’il y a une obstruction, telle qu’une plaque d’athérome, le risque de crise cardiaque est fortement augmenté.

Afin de détourner le flux sanguin vers des organes plus importants, lorsqu’il y a des environnements froids, une vasoconstriction artérielle généralisée se produit. De plus, il y a généralement une libération d’hormones telles que l’adrénaline, qui favorisent l’augmentation de la pression artérielle.

Cela expliquerait en partie l’augmentation de la mortalité cardiovasculaire au cours des mois les plus froids de l’année. Selon cette étude publiée dans la revue Circulation, il s’agit généralement de régions moins habituées à ce climat, comme le sud des États-Unis.

Intolérance au froid.
Les basses températures de la saison de Noël ont tendance à entraîner un risque accru d’événements cardiovasculaires.

Changements alimentaires, alcool et cigarette

Il n’est surprenant pour personne que Noël soit synonyme de beaucoup de nourriture. Selon les pays et les coutumes familiales, les plats et les boissons peuvent varier considérablement. Cependant, en règle générale, la consommation de glucides, de sucreries et d’alcool augmente pendant les fêtes.

Lors de la prise de repas copieux, l’incidence de l’infarctus du myocarde ou de l’angine de poitrine est généralement augmentée chez les patients à haut risque. Cela pourrait être lié à la redistribution du flux sanguin de tout l’organisme vers le tube digestif pour favoriser l’absorption des nutriments.

Lorsque cela se produit, l’apport sanguin au cœur par les artères coronaires peut être diminué. S’il existe une plaque d’athérome de taille importante, l’augmentation des turbulences résultant de la vasoconstriction pourrait provoquer sa rupture. Cela libérerait de petits thrombus capables d’interrompre la circulation.

La consommation d’alcool et de cigarettes est également un autre problème. Selon cette étude publiée en 2015, un grand nombre de patients ayant subi un événement cardiovasculaire ont déclaré avoir abusé d’alcool et de tabac dans les 12 mois précédant l’incident.

Enfin, la consommation de tabac a un effet direct sur la vasoconstriction artérielle, ce qui peut augmenter le risque de subir l’un de ces événements en cas d’excès.

Le stress

Bien que le but soit toujours de profiter et de partager de bons moments en famille, cela ne se passe pas toujours comme ça. Les soucis de travail, chercher les bons cadeaux, organiser des événements et réunir ses proches pourraient devenir un véritable casse-tête.

Ces situations pourraient déclencher un stress émotionnel. Ce terme fait référence à l’ensemble des changements dans le corps qui se produisent en réponse à un événement interne ou externe. Les protagonistes de cette réponse sont les hormones et le système nerveux.

L’activation de l’axe des glandes hypothalamo-hypophyso-surrénales et du système nerveux végétatif entraîne la libération de diverses substances qui ont une activité sur le système cardiovasculaire. L’adrénaline est l’une des plus représentatives.

Celle-ci agit sur les artérioles pour favoriser leur vasoconstriction, étroitement liée à l’apparition d’événements cardiovasculaires. De plus, la libération d’acides gras, la coagulation et l’augmentation du rythme cardiaque (tachycardie) sont favorisées.

Par ailleurs, la tachycardie peut être un facteur qui accélère l’apparition des crises cardiaques. Comme le cœur travaille plus fort, les besoins en énergie et en oxygène sont plus élevés. Si cette condition est maintenue dans le temps, la probabilité de subir une blessure augmente considérablement.



[/atomik -lu-aussi ]

Ne pas consulter

Dans un récent article de synthèse, les auteurs ont établi le profil des patients qui mettent habituellement plus de temps à se rendre à l’hôpital lors d’un syndrome coronarien aigu. Ce délai a une influence considérable sur la mortalité, notamment dans le cadre d’infarctus étendus nécessitant une reperfusion coronarienne immédiate.

Parmi les facteurs qui conditionnent un retard, figurent les suivants :

  • Femme d’un certain âge
  • Célibataire ou divorcé
  • Ne pas avoir d’assurance-vie
  • Bas niveau socio-économique.
  • Vivre seul

Selon les auteurs, le retard peut se produire à plusieurs niveaux. Le premier d’entre eux est l’identification par les patients des signes et symptômes caractéristiques d’un syndrome coronarien aigu.

Le second fait référence à la demande d’aide et de transfert vers un hôpital. Noël étant un moment si important pour beaucoup de personnes, le retard peut être considérable. Lorsque les symptômes débutent à l’aube, lors d’un dîner traditionnel ou dans le cadre de toute célébration, il peut être difficile de demander de l’aide.

De plus, les centres hospitaliers fonctionnent avec moins de capacité pendant ces dates festives. En de rares occasions, le retard dans les soins est un autre facteur.

Femme chez le cardiologue.
Ne pas traiter les événements cardiovasculaires en temps opportun augmente le risque de décès. A Noël, ces événements sont souvent négligés.

Qui est le plus à risque ?

Tout patient présentant des facteurs de risque cardiovasculaire peut vivre un tel événement à Noël. La plupart correspondent à des maladies chroniques, et le pronostic peut s’aggraver si le traitement indiqué n’est pas respecté.

Les personnes souffrant de diabète sucré doivent prendre des précautions supplémentaires. Il s’agit d’un ensemble de troubles métaboliques liés à une production déficiente ou à une mauvaise gestion de l’insuline. Ces personnes doivent donc suivre des régimes assez stricts et surveiller leur glycémie.

Les antécédents personnels ou familiaux de maladies cardiovasculaires, telles que l’hypertension artérielle systémique, sont également considérés comme des facteurs de risque. En effet, selon cet article de synthèse, le risque de souffrir d’une maladie cérébrovasculaire (MCV) augmente entre 3 et 4 fois chez les patients atteints de cette pathologie.

L’obésité doit également être prise en compte. C’est une maladie chronique qui se caractérise par une augmentation de l’indice de masse corporelle supérieure à 30 kg/m2, étroitement liée à des facteurs génétiques. L’angine de poitrine, l’infarctus du myocarde, l’hypertension artérielle et les maladies cardiovasculaires sont quelques-unes des conséquences de souffrir de cette pathologie.

Bien qu’un lien direct entre la maladie pulmonaire obstructive chronique (MPOC) et les événements cardiovasculaires n’ait pas été prouvé, ces patients ont généralement des facteurs de risque classiques associés. En d’autres termes, nombre d’entre eux, en plus de la MPOC, ont tendance à souffrir d’hypertension artérielle et d’obésité, ce qui aggrave leur pronostic.

Comment réduire le risque cardiovasculaire à Noël ?

Pour réduire les risques cardiovasculaires à Noël, il est conseillé de conserver des habitudes saines, notamment en matière d’alimentation et d’exercice. Voici plusieurs conseils.

Exercice physique

Ce problème doit être traité avec précaution, car il peut s’agir d’une épée à double tranchant. À Noël, les personnes présentant des facteurs de risque classiques peuvent vivre ces événements plus fréquemment si elles font trop d’exercice.

Au cours de ces types d’activités, la libération d’hormones et la tachycardie peuvent provoquer l’apparition d’un syndrome coronarien aigu. Pour les sédentaires depuis longtemps, il est conseillé de consulter un médecin avant de commencer un programme d’exercices.

En général, marcher au moins 30 minutes par jour et les exercices d’étirement sont autorisés. Des sports tels que le tennis, l’athlétisme, le football ou simplement le jogging peuvent être trop exigeants.

Cela dépendra beaucoup de l’âge et d’autres comorbidités. Dans tous les cas, il est conseillé de commencer l’activité petit à petit et avant le début de l’hiver.

Femme qui fait de l'exercice.
S’il existe un facteur de risque cardiovasculaire, il est préférable de consulter le médecin avant de commencer une routine d’exercice.

Alimentation

En général, les repas copieux et malsains doivent être évités. Le plus grand risque est pour les diabétiques, qui doivent s’efforcer de ne pas commettre d’excès pouvant les amener à souffrir de l’une des complications aiguës de leur maladie.

Pour cela, il serait conseillé de modifier certaines plats. Au lieu d’aliments frits en guise d’entrée, il pourrait y avoir des soupes ou des crèmes à base d’ingrédients naturels. Dans le cas des plats principaux, il est préférable d’opter pour du poisson, des légumes et de la purée. Le fromage est toujours une polémique pour ces patients, nous en parlons d’ailleurs ici.

Bien entendu, cela ne signifie pas que de petits écarts ne sont pas permis, sauf contre-indication explicite du médecin. Dans ces cas, le plus important est de ne pas en faire trop, surtout tard le soir lorsqu’il peut être difficile d’accéder aux services de santé.

Dans le cas des boissons, il est conseillé d’éviter l’alcool. Même si une consommation occasionnelle n’est généralement pas associée à l’apparition d’événements cardiovasculaires aigus, les patients diabétiques doivent l’éviter. L’alcool ne fournit que des “calories vides” avec peu ou pas de valeur nutritionnelle.

Il est recommandé aux diabétiques d’avoir un glucomètre à portée de main pour pouvoir mesurer les valeurs de glycémie en cas d’inconfort physique. Cette simple habitude peut prévenir de nombreuses complications.



[/atomik -lu-aussi ]

Techniques de relaxation

Afin d’éviter le stress à ces dates, le recours à des techniques de relaxation est conseillé. Essayer de ne pas se surcharger de travail, respecter les horaires de travail, améliorer la communication avec ses proches et dormir aux bonnes heures sont de petites choses qui, ensemble, peuvent faire la différence.

Il existe de nombreuses techniques que vous pouvez apprendre. Le Tai Chi en est une. Il s’agit d’une modalité d’exercice non compétitive de faible intensité, dont les origines remontent à certaines traditions chinoises.

Grâce à des manœuvres d’étirement, une bonne posture et une respiration profonde, il est possible de bénéficier de certains bienfaits pour la santé. Cela pourrait aider à améliorer la qualité du sommeil, favoriser la relaxation et réduire l’anxiété.

Certaines études ont postulé une relation possible entre une pratique habituelle et la réduction de la pression artérielle. Parmi les autres recommandations pratiques, figurent les achats de Noël et la planification des activités à l’avancece

Éviter le froid

Pour ceux qui envisagent de passer ces dates dans une zone plus froide que d’habitude ou qui ne tolèrent pas ce type d’environnement, il est nécessaire de prendre en compte certains points pour prévenir l’apparition d’événements cardiovasculaires.

  • Portez des vêtements adaptés (manteau, chaussettes, gants et bonnets).
  • Évitez les changements brusques de température à la sortie et à l’entrée des établissements.
  • Réparez tout problème avec les appareils de chauffage avant les vacances.
  • Privilégiez les réunions à domicile plutôt que les réunions en extérieur.

Noël est un moment de joie et de fête. Malgré cela, l’incidence des événements cardiovasculaires à ces dates est importante. Suivre quelques recommandations de base pourrait faire la différence entre de belles journées et un séjour à l’hôpital. En cas de doute, consultez votre médecin de confiance.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment le stress affecte-t-il le coeur ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment le stress affecte-t-il le coeur ?

Les premières études sur l'impact du stress sur le coeur remontent à 20 ans. Comment le stress affecte-t-il le coeur et le reste ?



  • Armstrong L, et al. Increases in Heart Failure visits after Christmas and New Year´day. Congestive Heart Failure 2008; 14 (6);307-309.
  • González E, et al. Variaciones estacionales en los ingresos por infarto agudo de miocardio. El estudio PRIMVAC. Rev Esp Cardiol 2004;57(1):12-9.
  • González J. Desencadenantes de síndromes coronarios agudos. Relaciones fisiopatológicas. Archivos de Cardiología de México 2006;76(2):208-221.
  • Lobos J, et al. Factores de riesgo cardiovascular y atención primaria: evaluación e intervención. Aten Primaria 2011;43(12):668-677.
  • Philips D, et al. Cardiac mortality is higher around Christmas and New Year´ than and any other time: The holidays as a risk factor of death. Circulation 2004;110:3781-3788.
  • Vilà R, et al. Utilidad de las técnicas de relajación aplicadas a pacientes con cardiopatía isquémica: intervención. Aten Primaria 2005;36(2):78-84.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.