4 nutriments qui stimuleront la croissance à l'adolescence

Nous allons vous montrer quels nutriments ne doivent pas manquer dans l'alimentation pendant l'adolescence pour atteindre une croissance et un développement optimaux pendant cette période. Découvrez-les !
4 nutriments qui stimuleront la croissance à l'adolescence
Saúl Sánchez Arias

Rédigé et vérifié par le nutritionniste Saúl Sánchez Arias.

Dernière mise à jour : 22 août, 2022

Pour stimuler la croissance à l’adolescence, il est crucial d’assurer la présence d’une série de nutriments en quantité suffisante dans le régime. Sinon, des problèmes peuvent survenir. Elle augmenterait même l’incidence des pathologies chroniques et complexes. Nous allons donc vous dire tout ce que vous devez savoir à ce sujet.

Mais avant de commencer, il faut souligner que l’une des clés de la croissance à l’adolescence est l’exercice physique. Le travail de force va stimuler une bonne fonction musculaire et assurer une densité minérale osseuse plus élevée, ce qui se traduira à moyen terme par une diminution du risque de fractures. Cela prévient l’ostéoporose.

Nutriments qui stimuleront la croissance à l’adolescence

Nous allons vous dire quels sont les nutriments qui vont stimuler la croissance à l’adolescence. Mais avant, il faut souligner qu’il sera déterminant de proposer une alimentation variée et légèrement hypercalorique. S’il y a un déficit énergétique, le développement des tissus sera conditionné.

1. Protéines

Les protéines sont les nutriments structuraux par excellence. Ils assurent la croissance et la réparation des muscles après un effort intense.

Il est essentiel de les consommer à des doses adéquates, bien que de nombreuses personnes échouent à ce stade. Il faut au moins maintenir un apport de 0,8 gramme de protéines par kilo de poids et par jour chez les personnes sédentaires.

Mais chez les jeunes sportifs, ces besoins peuvent facilement doubler ou tripler. Ceci est démontré par une recherche publiée dans le Journal de la Société internationale de nutrition sportive.

Cependant, au moins la moitié des protéines alimentaires doivent être de haute valeur biologique, c’est-à-dire d’origine animale. Celles-ci contiennent tous les acides aminés essentiels et ont un score élevé en termes de digestibilité.

L'adolescent fait de l'exercice.
Les adolescents qui font beaucoup d’exercice devraient consommer quotidiennement de fortes doses de protéines.

2. Vitamine D

La vitamine D est synthétisée dans la peau par l’exposition au soleil. On le trouve également dans certains aliments, comme les poissons gras, mais en faible quantité.

La mauvaise nouvelle est qu’il a été démontré que la majeure partie de la population souffre d’une carence en nutriments, qui conditionne les processus physiologiques qui se déroulent dans l’environnement interne.

Et cet élément affecte la force musculaire, la capacité d’hypertrophie et même la croissance. En fait, il est considéré comme essentiel dans le métabolisme du calcium dans les os. Il améliore l’absorption du minéral et sa fixation ultérieure dans le tissu.

Le maintien des valeurs dans des plages optimales est considéré comme décisif pour prévenir les problèmes chroniques et complexes, tels que l’ostéoporose.

3. Graisses

Les graisses sont nécessaires pour que de nombreux mécanismes qui se produisent quotidiennement dans le corps soient complétés efficacement. Cependant, sa restriction dans l’alimentation est promue depuis de nombreuses années. Ceci est négatif pour la santé, car il peut altérer l’environnement hormonal, réduisant la production de testostérone chez les adolescents.

Cependant, toutes les graisses ne sont pas de bonne qualité. En général, il convient de limiter le type trans, car ils augmentent les niveaux d’inflammation dans le corps.

Sa consommation est liée à une incidence plus élevée de pathologies chroniques et complexes. Au lieu de cela, vous devez consommer le type cis, indépendamment de la présence ou non de doubles liaisons dans sa structure.

A noter également que les preuves les plus récentes plaident en faveur d’une valorisation de l’apport des acides gras de la série oméga 3 dans l’alimentation. Ces éléments modulent les niveaux inflammatoires et protègent contre le développement de nombreuses maladies chroniques. On les trouve principalement dans les poissons gras, c’est pourquoi l’inclusion régulière des produits marins dans la recommandation est cruciale.

4. Glucides

Bien que cela puisse être une bonne idée pour certains adultes sédentaires de restreindre partiellement l’apport en glucides, ce n’est pas une bonne chose pour les adolescents et les enfants. Nous parlons de nutriments qui stimulent les voies les plus anabolisantes du corps, ils doivent donc être trouvés dans l’alimentation quotidienne pour obtenir une bonne croissance.

Glucides pour adolescents.
Les glucides stimulent les voies anaboliques chez les adolescents et contribuent à la croissance des tissus.

Les glucides complexes doivent toujours être privilégiés, accompagnés d’une bonne quantité de fibres.

Inclure dans l’alimentation les nutriments qui stimuleront la croissance à l’adolescence

Il existe un certain nombre de nutriments qui stimuleront la croissance à l’adolescence, il sera donc positif de s’assurer que les besoins sont satisfaits sur une base régulière. Sinon, des inefficacités dans la physiologie pourraient être expérimentées. Pour éviter cela, rien de mieux qu’une alimentation variée et légèrement hypercalorique.

Gardez à l’esprit que l’alimentation n’est pas la seule chose qui compte lorsque nous parlons de croissance et de développement. Nous avons déjà évoqué l’importance d’effectuer des exercices de force bien régulés.

Cela pourrait vous intéresser ...
Injection d’hormone de croissance : qu’est-ce que c’est et quand est-ce utilisé ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Injection d’hormone de croissance : qu’est-ce que c’est et quand est-ce utilisé ?

L'injection d'hormone de croissance est utile pour traiter la carence de celle-ci, bien que son administration puisse générer des effets secondaire...



  • Jäger, R., Kerksick, C. M., Campbell, B. I., Cribb, P. J., Wells, S. D., Skwiat, T. M., Purpura, M., Ziegenfuss, T. N., Ferrando, A. A., Arent, S. M., Smith-Ryan, A. E., Stout, J. R., Arciero, P. J., Ormsbee, M. J., Taylor, L. W., Wilborn, C. D., Kalman, D. S., Kreider, R. B., Willoughby, D. S., Hoffman, J. R., … Antonio, J. (2017). International Society of Sports Nutrition Position Stand: protein and exercise. Journal of the International Society of Sports Nutrition14, 20. https://doi.org/10.1186/s12970-017-0177-8
  • Holick M. F. (2017). The vitamin D deficiency pandemic: Approaches for diagnosis, treatment and prevention. Reviews in endocrine & metabolic disorders18(2), 153–165. https://doi.org/10.1007/s11154-017-9424-1
  • Calder P. C. (2017). Omega-3 fatty acids and inflammatory processes: from molecules to man. Biochemical Society transactions45(5), 1105–1115. https://doi.org/10.1042/BST20160474