Ochratoxine A dans les aliments : quels risques ?

Nous allons vous parler des risques liés à la consommation d'ochratoxine A, un contaminant très dangereux pour l'organisme que l'on retrouve dans certains produits, comme le café.
Ochratoxine A dans les aliments : quels risques ?
Saúl Sánchez Arias

Rédigé et vérifié par le nutritionniste Saúl Sánchez Arias.

Dernière mise à jour : 26 août, 2022

L’ochratoxine A est une mycotoxine produite par divers types de champignons nocifs pour l’organisme. La contamination par cette substance est possible par la consommation d’aliments non nettoyés, les légumineuses, le café, les noix et le cacao étant les principaux vecteurs. De plus, il est à noter qu’il a été classé comme cancérogène potentiel pour l’homme, il faut donc éviter au maximum d’en manger.

Avant de commencer, il est nécessaire d’insister sur la nécessité de maintenir de bonnes pratiques d’hygiène alimentaire pour éviter les altérations du fonctionnement normal de la physiologie de l’organisme.

Sinon, des pathologies chroniques et complexes pourraient se développer au fil des ans, ce qui réduirait considérablement le bien-être et la santé. Normalement, les produits commercialisés emballés passent généralement par une série de contrôles pour garantir l’absence desdits composés toxiques.

Où trouve-t-on l’ochratoxine A ?

L’ochratoxine A se trouve principalement dans les aliments tels que les céréales, les légumineuses, le raisin, le café, le cacao, les noix et les épices. Malgré tout, il a également été détecté dans des produits d’origine animale, tels que les rognons et le foie de porc. En ce qui concerne les autres aliments, tels que les produits laitiers ou la viande, le risque semble très faible, il n’y a donc rien à craindre.

Aflatoxines dans les aliments : ce que vous devez savoir
L’ochratoxine A est une mycotoxine qui affecte certains aliments et qui est très dangereuse pour l’homme.

Ce qui doit être clair, c’est que l’ochratoxine A est une molécule très stable qui n’est pas détruite à des températures inférieures à 250 degrés centigrades, donc la chaleur ne sera pas suffisante pour éviter le risque. Dans le cas d’une contamination bactérienne, il suffit d’appliquer un traitement thermique pour éliminer l’agent pathogène, mais lorsqu’il s’agit de toxines, les choses peuvent être différentes.

Effets sur la santé de l’ochratoxine

La consommation d’ochratoxine est néphrotoxique ; c’est-à-dire qu’il affecte négativement la fonction des reins. Ceci est démontré par des recherches publiées dans la revue Environmental Toxicology.

Ce composé est absorbé au niveau intestinal et, par conséquent, atteint rapidement le sang et les tissus corporels. Il est métabolisé principalement dans le foie et les reins, mais aussi dans les muscles squelettiques. Les métabolites seront excrétés via les reins et les voies hépatobiliaires.

D’autre part, il a été possible de montrer que cette toxine est particulièrement nocive pour le système nerveux central. Selon une étude publiée dans la revue Toxicology Letters, il provoque des dommages aux mitochondries et une surcharge de calcium au niveau intracellulaire, ce qui peut conditionner la fonction neuronale. Il est crucial d’éviter l’intoxication, car elle est également cumulative au fil des ans.

Dans le même temps, il convient de noter que l’ochratoxine A est tératogène, c’est-à-dire qu’elle augmente le risque de développer un cancer. Il existe plusieurs éléments de preuve à cet égard. Surtout, il est nocif au niveau testiculaire, bien que de nombreux autres tissus puissent subir des altérations dues à l’exposition au composé. La clé est de maximiser les comportements d’hygiène alimentaire pour éviter sa consommation.

Bactérie qui cause la diphtérie.
Les toxines, telles que l’ochratoxine A, ne peuvent pas être éliminées par la cuisson.

Que faire pour éviter la consommation d’ochratoxine A ?

L’un des meilleurs conseils que l’on puisse donner pour réduire la présence de toxines dans l’alimentation est d’éviter de manger des aliments dont l’origine est inconnue. Normalement, les produits proposés dans les supermarchés passent une série de contrôles de qualité et de sécurité, il n’y aurait donc aucun problème avec eux.

C’est différent quand on parle d’aliments faits maison, surtout lorsqu’ils sont d’origine végétale. Une contamination par des champignons peut se produire et cela peut causer des problèmes.

Dans tous les cas, il doit être clair qu’il y a toujours un maximum tolérable de la substance avant qu’elle ne devienne nocive pour l’organisme. Cela ne signifie pas que souffrir d’une petite exposition développera un cancer, bien qu’il soit préférable d’éviter autant que possible l’ingestion. Surtout, les personnes appartenant à des groupes à risque, comme les femmes enceintes et les personnes âgées, doivent être prudentes. Toute contamination serait amplifiée sur eux.

L’ochratoxine A, une toxine très dangereuse pour la santé

Comme vous l’avez vu, l’ochratoxine A est une toxine très dangereuse pour la santé humaine, il est donc conseillé d’éviter au maximum de s’y exposer. Il est produit par certains types de champignons et peut être présent dans des aliments tels que les légumineuses ou le café. En ce sens, il faudra respecter les pratiques d’hygiène et essayer de ne pas manger d’aliments dont l’origine est inconnue.

Enfin, il faut mentionner que si une intoxication aiguë à cette substance ou à une autre substance dangereuse est suspectée, il est préférable de consulter rapidement un spécialiste. Parfois, certains antidotes permettent d’éviter la phase aiguë de la maladie, et peuvent aussi limiter les risques à moyen terme. Même effectuer un lavage d’estomac pourrait être utile si le processus de digestion n’était pas encore terminé.

Cela pourrait vous intéresser ...
La toxine botulique, un poison mortel
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
La toxine botulique, un poison mortel

La toxine botulique est une exotoxine produite par une bactérie anaérobie appelée Clostridium botulinum. Les exotonines sont des molécules sécrétée...

 



  • Song, Y., Liu, W., Zhao, Y., Zang, J., & Gao, H. (2021). Ochratoxin A induces human kidney tubular epithelial cell apoptosis through regulating lipid raft/PTEN/AKT signaling pathway. Environmental toxicology36(9), 1880–1885. https://doi.org/10.1002/tox.23308
  • Park, S., Lim, W., You, S., & Song, G. (2019). Ochratoxin A exerts neurotoxicity in human astrocytes through mitochondria-dependent apoptosis and intracellular calcium overload. Toxicology letters313, 42–49. https://doi.org/10.1016/j.toxlet.2019.05.021
  • Clark, H. A., & Snedeker, S. M. (2006). Ochratoxin a: its cancer risk and potential for exposure. Journal of toxicology and environmental health. Part B, Critical reviews9(3), 265–296. https://doi.org/10.1080/15287390500195570