Physiologie de l’orgasme féminin et masculin

26 octobre 2020
Au moment de l'orgasme, de nombreux changements psychologiques, neurologiques, physiologiques, vasculaires et hormonaux se produisent. Que vous soyez un homme ou une femme, les changements sur le plan physiologique sont inévitables.

La physiologie de l’orgasme féminin est plus compliquée que celle de l’orgasme masculin. L’orgasme est la réponse neurovégétative produite par l’organisme en raison des stimuli qui se sont créés au moment de la phase d’excitation.

Lorsque les muscles pelviens et génitaux atteignent leur tension maximale suite à la quantité de sang qui s’est accumulée en eux, ils envoient des messages à la moelle. L’orgasme est donc la réaction réflexe provoquée par ces messages et cette réaction nerveuse provoque des contractions autour des muscles.

Il s’agit donc d’un type de décharge explosive de tensions neuromusculaires, accompagné d’une sensation de plaisir intense. Cette sensation de plaisir est capable d’altérer l’état physique et de provoquer une sensation mentale unique. Il faut ici préciser que les femmes connaissent moins d’orgasmes que les hommes, à 61,6 % contre 85,5 %.

Physiologie de l’orgasme féminin

L'orgasme féminin.

L’orgasme féminin se compose d’un cycle de 4 phases, qui commence par l’excitation et se finit par la résolution après l’orgasme.

Au cours de l’orgasme féminin, de nombreux changements psychologiques, neurologiques, physiologiques, vasculaires et hormonaux se produisent. Cette réponse physiologique implique, entre autres aspects :

  • Élévation de l’utérus.
  • Lubrification vaginale.
  • Dilatation et augmentation de la taille de la vulve.
  • Augmentation de l’apport sanguin vers les organes génitaux.
  • Érection du clitoris.
  • Contractions intermittentes dans la musculature des parties génitales.
  • Rougissement sexuel, c’est-à-dire coloration rosée au niveau du visage et de la poitrine.
  • Élévation du seuil de douleur dans certaines parties du corps.

Par ailleurs, l’orgasme féminin se déroule en quatre phases assez bien différenciées. Ce cycle pourrait durer, en moyenne, environ 15 minutes, avec différentes variations individuelles. Par conséquent, les phases de l’orgasme féminin sont :

Phase 1 : excitation

Cette première phase a une variation variable, qui peut aller de quelques minutes à plusieurs heures après avoir commencé la stimulation érotique.

Sur le plan physique, la femme commence à lubrifier, on note une expansion du vagin et un gonflement des petites et grandes lèvres, du clitoris et des seins. Par ailleurs, le rythme cardiaque s’accélère, augmentant la pression artérielle et le rythme de la respiration.

 Lisez aussi : 6 raisons pour lesquelles vous ne profitez pas pleinement du sexe

Phase 2 : plateau

Au cours de la phase 2 de l’orgasme, les changements de la phase d’excitation s’accentuent. Les lèvres du vagin grossissent et changent légèrement de couleur. En outre, les parois vaginales se remplissent de sang et l’orifice vaginal s’élargit.

Le clitoris grandit aussi parce qu’il se remplit de sang et les rythmes cardiaque et respiratoire continuent de s’accélérer.

Phase 3 : orgasme

C’est le point culminant du cycle. Il s’agit de l’étape la plus courte car elle ne dure que quelques secondes. Lors de cette étape, la femme fait l’expérience d’une série de contractions musculaires involontaires dans le vagin, l’utérus et le rectum, ce qui lui donne une immense sensation de plaisir.

Phase 4 : résolution

La dernière phase se caractérise par un retour à l’état de repos. Elle peut durer de 5 à 60 minutes. On retourne en fait à l’état précédant l’état de stimulation.

Certaines femmes peuvent répondre à la stimulation additionnelle après l’orgasme, contrairement à l’homme. Par ailleurs, il est important de prendre en compte que la femme présente une phase de résolution beaucoup plus longue que celle de l’homme, et certaines ressentent donc le besoin de poursuivre la pratique sexuelle.

Chaque femme ressent différentes sensations, intensités et durées lors de l’orgasme car il s’agit d’un réflexe avec un seuil, qui peut être modifié par différents facteurs.

Découvrez aussi : 7 mythes sur le sexe oral et les conséquences pour la santé

Physiologie de l’orgasme masculin

L orgasme masculin.

Dans la physiologie de l’orgasme masculin, l’éjaculation ne serait pas nécessaire pour avoir un orgasme : ce dernier peut se produire sans libération de sperme.

La majorité des gens pensent que les orgasmes masculins ont lieu quand l’homme éjacule. C’est généralement le cas, mais ce n’est pas obligatoire. En réalité, l’éjaculation peut avoir lieu après avoir atteint l’orgasme, et même ne pas avoir lieu. Il peut y avoir un orgasme sans éjaculation.

Même si les étapes sont les mêmes (excitation, plateau, orgasme et résolution), les sensations des hommes s’éveillent beaucoup plus rapidement que chez les femmes. Les phases de l’orgasme masculin se caractérisent par :

  • Excitation : le pénis entre en érection, le scrotum et les testicules augmentent de volume.
  • Plateau : au cours de cette phase, on retrouve la sécrétion des glandes de Cowper, la contraction de la glande prostatique et la contraction au niveau des vésicules terminales.
  • Orgasme : il a généralement lieu quand l’homme éjacule mais, comme nous l’avons vu, ce n’est pas toujours le cas. Le sphincter, l’urètre, le pénis et le sphincter rectal se contractent également.
  • Résolution : cette phase est beaucoup plus courte que chez la femme et, comme chez cette dernière, il s’agit du retour aux états physiologiques normaux.

Connaissiez-vous les phases de l’orgasme ? Et connaissiez-vous les différences entre l’orgasme féminin et l’orgasme masculin ? Nous espérons que cet article a fait disparaître les doutes que vous aviez, et même ceux que vous pensiez ne pas avoir !

 

  • Beyer, C., & Komisaruk, B. R. (2009). El orgasmo y su fisiología. La Ciencia Del Orgasmo.
  • Guillén Salazar, F., & Pons Salvador, G. (2000). El orgasmo femenino, ¿adaptación o subproducto de la evolución? Gazeta de Antropología.
  • Uribe Arcila, J. F., Quintero Tobón, M. T., & Gómez Gómez, M. (2015). Orgasmo femenino: Definición y fingimiento. Urologia Colombiana. https://doi.org/10.1016/j.uroco.2015.03.001