Pourquoi les régimes alimentaires sont-ils efficaces pour certaines personnes et pas pour d’autres ?

10 mars 2020
Une recherche Internet sur les régimes alimentaires donne un nombre infini de résultats. Il est donc difficile de savoir lequel est le plus approprié pour garantir le succès de notre objectif. Que devez-vous savoir à ce sujet ?

Il y a deux façons principales d’essayer de perdre du poids aujourd’hui : soit suivre un régime hypocalorique, soit suivre le dernier régime à la mode. Cependant, la plupart des régimes alimentaires ne fonctionnent que pour quelques personnes. Pour d’autres, cependant, les résultats ne sont pas au rendez-vous.

Le plus grand problème est de maintenir le poids perdu au fil du temps. Environ 95 % des personnes qui suivent un régime amincissant reprennent les kilos perdus au fil du temps. Certaines finissent même par peser plus qu’avant de commencer.

À l’échelle mondiale, l’obésité est l’un des principaux problèmes de santé dans de nombreux pays depuis des décennies. Et, bien que l’alimentation et l’exercice physique soient deux des piliers sur lesquels le traitement devrait reposer, il semble que la meilleure formule n’ait pas encore été trouvée.

Les régimes alimentaires : vers une alimentation personnalisée

Le régime alimentaire est l’un des facteurs les plus influents de notre état de santé. Également dans le cas de l’obésité. Mais il y a beaucoup d’autres aspects qui entrent en jeu lorsqu’une personne veut perdre du poids.

Nombre d’entre eux sont très personnels. Par conséquent, le même schéma ne peut s’appliquer à tous. On ne peut plus chercher des régimes alimentaires qui fonctionnent pour tout le monde. Certains font progresser certains patients et leur font perdre du poids, mais dans d’autres cas, ils s’avèrent nocifs et ne les aident pas à progresser.

Dans de nombreux cas, il peut même être nécessaire d’adapter le régime alimentaire tout au long du processus, car ce qui fonctionne au début peut s’arrêter après quelques semaines ou quelques mois. La clé est de trouver le régime alimentaire qui convient à chaque personne individuellement.

C’est pourquoi vous devez commencer à prendre en compte d’autres facteurs que les seules calories que vous mangez et les calories que vous dépensez. Vous voulez en savoir plus ? Voici ce que vous devez prendre en considération pour atteindre un poids sain.

La planification de régimes alimentaires

Comment trouver des régimes alimentaires qui fonctionnent ?

Il y a plusieurs facteurs à prendre en compte lorsqu’on aborde un régime amincissant. Certains peuvent être contrôlés et modifiés plus que d’autres sur lesquels nous n’avons que peu de contrôle. Voyons ce qui peut transformer les régimes alimentaires en régimes qui fonctionnent.

1. L’alimentation

La nourriture est la principale source d’énergie de l’organisme. Également de nutriments et d’autres composants très importants pour la santé. C’est pourquoi les habitudes alimentaires seront l’une des clés d’une alimentation réussie.

Certaines affirmations que l’on croyait universelles ont été démenties au fil du temps grâce à de nouvelles découvertes scientifiques. Manger 5 fois par jour, ne pas sauter le petit-déjeuner, choisir des aliments légers ou éviter les matières grasses sont autant de mythes alimentaires qui ont été ajoutés à la liste.

Idéalement, le plan alimentaire devrait être adapté à chaque personne : à ses horaires, à ses préférences alimentaires et à son sentiment de faim. Et il devrait être basé sur des aliments frais et typiques du régime traditionnel de chaque pays.

De cette façon, l’adhésion au régime alimentaire est obtenue, un des facteurs qui s’est avéré être la clé des régimes alimentaires efficaces. Plus nous sommes satisfaits du régime alimentaire, plus nous pouvons le suivre longtemps.

Découvrez : Boisson naturelle au concombre, au citron et à l’orange pour accélérer le métabolisme

2. Le métabolisme

Le métabolisme peut être défini comme l’ensemble des réactions chimiques que l’organisme effectue pour maintenir ses fonctions quotidiennes. Il joue un rôle fondamental et vital pour notre santé. En outre, il intervient dans notre poids corporel.

Un métabolisme accéléré brûlera plus d’énergie et favorisera la perte de poids et de graisse corporelle. Maintenir le métabolisme actif est la clé d’un régime alimentaire réussi. Cependant, ce n’est pas une tâche facile, car elle est en partie déterminée par notre génétique.

Certaines pratiques qui peuvent favoriser une augmentation du métabolisme sont :

  • Faire de l’exercice physique permet d’accélérer le métabolisme. Les exercices de force sont également importants car un pourcentage plus élevé de masse musculaire est plus actif au niveau métabolique que la masse graisseuse
  • Rester actif pendant la journée
  • Manger suffisamment
  • Manger suffisamment de protéines et à chaque repas
Les effets des régimes alimentaires

3. La flore intestinale

Plus de 100 millions de bactéries intestinales vivent dans nos intestins. La flore intestinale de chaque personne a une composition unique et est déterminée par l’alimentation, l’environnement et le mode de vie.

On sait depuis longtemps que le maintien de la flore intestinale en bon état améliore le système immunitaire ou certains problèmes intestinaux. Aujourd’hui, elle est également liée à l’obésité et au maintien du poids corporel.

Mais en outre, des études menées par le Dr Jeffrey Gordon et son équipe ont montré que les souris et les humains en surpoids présentaient plus de bactéroïdes que de firmicutes. Et cette composition de la flore intestinale semble favoriser l’utilisation des calories.

Une autre étude, dirigée par la biologiste Marisela Gonzáles Ávila et menée au Centre de recherche et d’assistance en technologie et design de Jalisco, au Mexique, est arrivée à la conclusion suivante

« Les personnes qui souffrent d’obésité ont tendance à avoir une composition bactérienne plus pauvre avec une prédominance de bactéries économes en énergie, ce qui entraîne une accumulation de graisse dans l’organisme.« 

Bien qu’une partie seulement du succès des régimes amincissants soit liée au microbiote intestinal, il s’agit là de découvertes importantes qui nécessitent des recherches plus approfondies.

À ne pas manquer : Big MAC : des glucides accessibles au microbiote

4. Les hormones

Un grand nombre d’hormones sont produites dans notre corps qui régulent des aspects aussi divers que le sommeil, la faim, la reproduction ou le métabolisme. La façon dont le corps utilise ou libère l’énergie est régulée par les hormones.

Certaines des hormones qui jouent un rôle dans le contrôle du poids corporel sont : la leptine, la ghréline, l’insuline, le glucagon et le cortisol. Comprendre leur fonctionnement et ce qui régule leur expression ouvre la porte à de nouvelles approches de l’obésité.

Le régime alimentaire, le sommeil ou l’exercice physique influencent les réponses hormonales de notre corps. Par conséquent, ils nous permettent :

  • De nous sentir rassasiés
  • D’éviter l’accumulation de graisse dans les adipocytes
  • De réguler notre consommation d’aliments

Pour toutes ces raisons, le meilleur conseil pour favoriser la réussite des régimes est d’être conseillé par des spécialistes et de suivre un plan individualisé. Toujours pas de résultats ? Gardez cela à l’esprit et suivez les recommandations de votre nutritionniste.

 

  • Beulen Y et al. Quality of dietary fat intake and body weight and obesity in a mediterranean population: secondary analysis within the PREDIMED trial. Nutrients. Diciembre 2018. 10(12):2011.
  • Klok MD et al.The role of leptin and ghrelin in the regulation of food intake and body weight in humans: a review. Obesity Reviews. Enero 2007. 8(1): 21-34.
  • Kobyliak N et al. Probiotics  in prevention and treatment of obesity: a critical view. Nutrition and metabolism. Febrero 2016. 20; 13-14.
  • Lowe MR et al. Dieting and restrained eating as prospective predictors of weight gain. Frontiers in Psychology . Setiembre 2013. 4:577.
  • Veldhorst MA et al. Gluconeogenesis and energy expenditure after a high-protein, carbohydrate-free diet. The American Journal of Clinical Nutrition. Setiembre 2009. 90(3): 519-26.
  • Zilberter T, Zilberter EY. Breakfast: to skip or not to skip? Frontiers in  Public Health. Junio 2014. 2:59.