Pourquoi notre cerveau se dissocie-t-il et quand devons-nous demander de l'aide ?

Afin de savoir pourquoi notre cerveau se dissocie, nous devons avoir une base solide sur ce que la dissociation conceptualise. En effet, c'est un état de distanciation ou de déconnexion du monde qui nous entoure.
Pourquoi notre cerveau se dissocie-t-il et quand devons-nous demander de l'aide ?
Diego Pereira

Relu et approuvé par le médecin Diego Pereira.

Dernière mise à jour : 18 janvier, 2023

Cela inclut la discontinuité des pensées, la perception nulle de l’existence et la disparition des souvenirs. En d’autres termes, le corps est là, mais l’esprit et le cerveau n’y sont pas. Et bien que ce ne soit pas le signe d’un problème de santé grave, il avertit parfois qu’il est temps de demander l’aide d’un spécialiste. Voyons pourquoi cela se produit et comment l’éviter.

Pourquoi notre cerveau se dissocie-t-il ?

Pourquoi notre cerveau se dissocie est répondu à partir de divers composants. La vérité est qu’il peut se produire en tant que mécanisme de défense dans des situations excessivement pénibles, de sorte que le corps prend la décision de “se reposer”.

À son tour, cet isolement se produit également généralement lorsque l’esprit suppose que le corps est capable d’accomplir l’activité qui est menée sans penser activement à ce qui se passe. En comprenant ce qui précède, voyons les principaux déclencheurs de la dissociation.

En entrant dans le champ de l’exemple, une situation qui se produit généralement est lorsque nous sommes en réunion et, après quelques minutes, nous réalisons que nous ne savons pas quels points ont été discutés ou les décisions qui ont été prises. De cette manière, le cerveau s’est éteint ou a utilisé le pilote automatique pour faire face aux exigences de l’environnement.

1. Surcharge d’informations

Dans les événements qui nécessitent de traiter une grande quantité d’informations en peu de temps, l’esprit atteint un point où il devient surchargé. Immédiatement après, les pensées se perdent sous forme de digression et un repos se produit.

Les situations présentant ces caractéristiques deviennent favorables lorsqu’il est préférable de laisser couler le corps. Où peut-on le voir ? Eh bien, dans une séance de danse dans laquelle les pas ont déjà été appris et parviennent à couler naturellement sans concentration absolue sur chaque centimètre parcouru par les pieds.

2. Stress

Pourquoi notre cerveau se dissocie : cela peut avoir des conséquences
Dans les contextes de travail, le stress peut être le parfait déclencheur pour permettre au cerveau de se dissocier.

Les perturbations émotionnelles qui surviennent à la suite de problèmes soudains peuvent générer un grand stress avec lequel nous ne savons souvent pas comment faire face. Cependant, on retrouve une certaine tranquillité lors de dérapages sporadiques, mais on ne comprend pas pourquoi c’est dû.

La réponse est qu’un incident de dissociation se produit comme une « anesthésie » de la réalité. De même, il existe des événements plus graves pour sortir du stress qui favorisent un énorme isolement de l’esprit et du corps. En fait, cela atteint d’affecter le système nerveux central.

3. Heures de sommeil insuffisantes

Un repos insuffisant pendant une longue période rend certaines personnes plus sujettes à la dissociation. L’activité mentale est diminuée par le manque de sommeil. Ainsi, le « commutateur d’arrêt » peut être activé dans des situations inattendues, voire dangereuses.

La dissociation est-elle une mauvaise chose ?

La dénomination de si la dissociation est quelque chose de mauvais ou de bon dépend de la situation, car elle peut être considérée sous deux angles. Nous commençons par le prisme positif, dans lequel le zonage fait circuler les activités liées à la créativité. Des actions telles que dessiner, danser ou faire des exercices libres aboutissent à une digression qui améliore le plaisir.

L’appréciation devient négative lorsque la déconnexion survient pour échapper à des situations à résoudre, comme des problèmes familiaux ou des discussions de couple qui finissent par être laissées en l’air. Elle devient également préjudiciable lorsqu’elle survient par excès de confiance lors d’une activité qui semble maîtrisée, mais qui présente des risques.

Quand demander de l’aide ?

Pourquoi notre cerveau se dissocie : cela peut être dangereux
Si la dissociation est très fréquente et entraîne des changements d’humeur ou des comportements dangereux, il est important de demander de l’aide.

Comprendre pourquoi notre cerveau se dissocie et dans quelles circonstances il peut commencer à devenir risqué, il est temps de déterminer le moment approprié pour intervenir et demander de l’aide.

Pour cette raison, il convient de penser à faire appel à un professionnel lorsque s’y ajoutent des symptômes de dépression ou de trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité, tels que les suivants :

  • Incapacité à maintenir sa concentration jusqu’à la fin d’activités simples.
  • Difficulté à gérer le temps sur différentes tâches.
  • Déficit dans le contrôle des émotions.
  • Irritabilité extrême face à des situations qui étaient courantes dans le passé.
  • Pensées suicidaires.
  • Épisodes d’automutilation.
  • Mauvaise humeur qui ne s’améliore pas au fil des jours.
  • Être incapable de percevoir une déconnexion après qu’elle se soit produite. Lorsque cela se produit, les personnes concernées sont conscientes des appels à l’attention des personnes qui les entourent.

Y a-t-il un moyen de l’éviter ?

La pertinence de savoir identifier pourquoi notre cerveau se dissocie est qu’il existe des moyens de l’éviter. En ce sens, si vous remarquez que la situation commence à devenir incontrôlable, les tentatives pour l’éviter incluent les activités suivantes.

Connexion à la terre

L’enracinement consiste à réaliser des actions qui garantissent l’association avec l’ici et maintenant, c’est-à-dire avec le présent. Certaines mesures peuvent consister à savourer un bonbon parfumé, à se verser de l’eau froide sur les mains et même à s’étirer.

Exercices de respiration

C’est une technique de respiration pour augmenter les niveaux de concentration. Il consiste à accorder une attention particulière aux inspirations et aux expirations, en cherchant toujours à ne pas perdre la concentration. A chaque nouvelle tentative, l’objectif est que le temps de mise au point avant dispersion et dissociation soit à chaque fois plus grand.

Écoute active

L’écoute active est une technique permettant d’éviter la dispersion mentale lorsque certaines informations sont reçues par le biais d’un cours, d’indications détaillées ou d’un discours. La manière de le réaliser est d’appliquer des signaux non verbaux (gestes, postures, etc.), afin qu’un ancrage s’établisse avec le moment dans lequel nous vivons.

Améliorer son mode de vie est la clé

Après avoir intériorisé pourquoi notre cerveau se dissocie et établi le moment de rechercher un soutien supplémentaire, il ne reste plus qu’à faire l’effort d’initier le changement. Assumer les inconvénients est la première étape.

La recommandation fondamentale est d’adopter des habitudes de sommeil et d’alimentation saines. Cela réduit le niveau de stress et a un impact sur la dissociation à la suite de problèmes dus à des surcharges émotionnelles.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les suppléments pour améliorer la mémoire et la concentration
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les suppléments pour améliorer la mémoire et la concentration

Les suppléments pour la mémoire et la concentration fonctionnent-ils chez les jeunes et les adultes ? Découvrez-le ici !


Toutes les sources citées ont été examinées en profondeur par notre équipe pour garantir leur qualité, leur fiabilité, leur actualité et leur validité. La bibliographie de cet article a été considérée comme fiable et précise sur le plan académique ou scientifique


  • Krause-Utz A, Frost R, Winter D, Elzinga BM. Dissociation and Alterations in Brain Function and Structure: Implications for Borderline Personality Disorder. Curr Psychiatry Rep. 2017 Jan;19(1):6. doi: 10.1007/s11920-017-0757-y. PMID: 28138924; PMCID: PMC5283511.
  • Parra A. Interrelación entre disociación, absorción y propensidad a la fantasía con experiencias alucinatorias en poblaciones no psicóticas. 2007. Disponible en: https://doi.org/10.26439/persona2007.n010.934.
  • Serrano A, González H y Corbí B. Disociación, personalidad, sugestionabilidad, alexitimia y dificultades en la regulación emocional: un estudio correlacional. Clínica y Salud. 2016. Disponible en: https://doi.org/10.1016/j.clysa.2016.09.005.
  • Baird B y col. Inspirado por la distracción: la deambulación mental facilita la incubación creativa. 2012. Disponible en: https://doi.org/10.1177/0956797612446024.
  • Esterman M, Noonan S, Rosenberg M y DeGutis J. ¿En la zona o alejándose de la zona? Seguimiento de las fluctuaciones neuronales y del comportamiento durante la atención sostenida. 2013. Disponible en: https://doi.org/10.1093/cercor/bhs261.
  • Bremner JD. Traumatic stress: effects on the brain. Dialogues Clin Neurosci. 2006;8(4):445-61. doi: 10.31887/DCNS.2006.8.4/jbremner. PMID: 17290802; PMCID: PMC3181836.
  • Schalinski I, Schauer M y Elbert T. Escala de disociación de cierre (Shut-D), European Journal of Psychotraumatology.  2015. Disponible en: https://doi.org/10.3402/ejpt.v6.25652.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.