Que faire quand les enfants préfèrent maman ou papa ?

Il est naturel que les enfants manifestent une préférence pour l'un de leurs parents à certains moments. Nous vous disons à quoi cela est dû et ce que vous pouvez faire à ce sujet.
Que faire quand les enfants préfèrent maman ou papa ?

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Pour les adultes, le fait qu’un enfant exprime une préférence envers l’un de ses parents est souvent un coup dur. Les parents peuvent se sentir isolés et ne pas s’intégrer à la forte dyade mère-enfant. Les mères peuvent ressentir comme une injustice ou une trahison que leur petit cherche plus de contact avec son père. Dans tous les cas, avant de le prendre personnellement et d’agir d’une manière qui peut être nocive, il est important de comprendre pourquoi les enfants préfèrent davantage maman ou papa.

Il est important de savoir que, dans la plupart des situations, il s’agit d’une étape transitoire. Cette préférence peut changer.

Ce n’est pas nécessairement parce que vous vous y prenez mal ou parce que vous n’êtes pas à la hauteur en tant que parent. Simplement, l’esprit et l’émotivité de l’enfant évoluent et à chaque instant, et il peut se sentir davantage identifié à l’un des parents. Approfondissons.

Les enfants préfèrent plus maman ou papa selon les étapes

Au cours des premiers mois et des premières années, il est courant que la mère occupe la première place dans la hiérarchie de l’attachement du bébé. Elle l’a porté dans son ventre, partage le lien de l’allaitement (dans certains cas) et c’est généralement elle qui s’occupe le plus de l’enfant.

La préférence envers elle la mère peut être renforcée vers les 7-8 mois. À ce stade, apparaît l’angoisse de séparation. Le bébé commence à comprendre qu’il y a une division entre lui et sa mère, et il craint que s’il la perd de vue, elle cesse d’exister ou ne revienne jamais.

Pour cette raison, il peut s’accrocher à elle avec intensité et réagir avec angoisse si quelqu’un essaie de l’en séparer… Même si c’est le père ! Cette attitude peut ressembler à un rejet pour l’autre parent, mais il s’agit simplement d’une étape qui se résoudra d’elle-même.

Vers 2-3 ans, des préférences très marquées peuvent également être manifestes. À ce stade, l’enfant commence à forger son identité et à revendiquer son individualité.

Dans ce processus, il exprimera ses goûts, ses préférences et ses opinions. Il voudra ainsi peut-être passer plus de temps avec papa ou maman et il le montrera crûment, pouvant blesser celui qui n’est pas choisi.

Cependant, ce n’est pas une indication que quelque chose ne va pas. Tout le contraire. Cela fait partie de la maturation saine du petit.

Il est probable qu’à ces âges la préférence pour papa augmente, puisque se séparer de l’aidant principal et porter son attention sur les autres aide l’enfant à s’ouvrir au monde.

L'allaitement favorise l'attachement.
Les bébés allaités développent un attachement particulier envers leur mère au cours des premiers mois de leur vie.



Pourquoi les enfants préfèrent-ils plus maman ou papa ?

Lorsque cette préférence est très marquée et se maintient dans le temps, différents facteurs qu’il convient de connaître peuvent l’influencer.

Affinités et personnalités

Au fur et à mesure que l’enfant grandit, l’affinité différente avec chacun de ses parents est généralement plus marquée. Gardons à l’esprit que chaque personne a son propre tempérament et sa propre personnalité ; certains s’adaptent mieux que d’autres.

Cela ne signifie pas que l’enfant ressent plus d’amour pour l’un de ses parents, mais plutôt qu’il s’identifie plus à l’un des parents.

Par exemple, un enfant actif et émotionnellement intense peut se sentir plus compris par le parent qui partage ces caractéristiques que par celui qui est passif et peu expressif.

Parentalité et style d’attachement

Nous ne pouvons pas oublier que la préférence n’est pas innée, mais qu’elle se mérite par des actions quotidiennes et par le lien d’attachement établi. Les pères et les mères qui ont recours à une éducation démocratique et respectueuse, qui offrent présence, affection et écoute, génèrent un lien sécurisant. Dans ce contexte, les enfants se sentent à l’aise et aimés et apprécient naturellement leur compagnie.

Au contraire, un style éducatif trop autoritaire, critique ou froid, basé sur les cris ou la punition, peut générer un sentiment de rejet chez l’enfant. Ainsi, si les deux parents ont recours à un style parental différent, la balance peut pencher vers celui qui offre une meilleure qualité éducative et émotionnelle.



Dynamique familiale

La dynamique de chaque famille peut aussi accentuer les préférences des plus petits. Par exemple, si maman passe le plus clair de son temps avec les enfants et que papa arrive le soir et est à peine à la maison, le retour de ce dernier peut représenter un cadeau.

De plus, il est possible que chaque parent ait des rôles différents et cela est injuste et cause des iniquités. Si l’un se consacre à fixer des limites, à discipliner et à faire en sorte que les petits mènent une vie saine, et l’autre ne fait que des concessions, se consacre à les chouchouter et à les divertir, il est naturel qu’ils préfèrent ce dernier.

Investissement émotionnel et temporel

Enfin, il est indéniable que les enfants perçoivent ce qui se passe autour d’eux et réalisent quand leurs parents s’occupent d’eux et les priorisent et quand ils ne le font pas. Ainsi, si vous ne passez pas de temps avec vos petits, si vous n’avez pas la patience de les écouter, de les connaître et de jouer avec eux, ils ressentiront ce vide et il est possible qu’ils préfèrent quelqu’un qui leur offre cela à vous.

Un père joue avec ses enfants.
Jouer avec les enfants, leur parler et les comprendre avec amour sont décisifs pour qu’ils se sentent plus à l’aise.

Que faire quand les enfants préfèrent maman ou papa ?

Sentir que votre enfant préfère l’autre parent peut être difficile et douloureux. Nous vous proposons quelques lignes directrices pour remédier à cette situation :

  • Établissez un lien d’attachement sécurisant avec vos enfants. Offrez-leur affection, attention et écoute. Passez du temps avec eux, intéressez-vous à leurs goûts et à leurs loisirs. Faites-les se sentir aimés et acceptés. Cela est essentiel pour que la préférence pour un parent ou un autre ne soit pas due à des carences émotionnelles.
  • Comprenez les étapes et les processus de développement que traversent les enfants. Cela vous aidera à comprendre qu’il ne s’agit pas de quelque chose de personnel ou de permanent, mais d’une étape de plus dans son développement normal.
  • Créez un front uni avec votre partenaire. Il est important que vous soyez tous deux également responsables d’offrir de l’affection et des limites, que l’éducation soit partagée et équitable.
  • Apprenez à réguler vos propres émotions. Il est normal que la préférence de vos enfants pour leur autre parent puisse vous faire mal, mais vous ne devez pas réagir par un rejet envers vos enfants. En respectant et en acceptant leurs préférences et leurs décisions à tout moment, vous leur apportez une sécurité.

C’est une situation qui peut survenir dans de nombreuses familles à des moments différents. Cependant, c’est la tâche des parents de comprendre ce qui se passe et de ne pas réagir avec des explosions émotionnelles qui peuvent nuire aux petits.

N’oubliez pas que si vous investissez du temps et de l’affection pour vos enfants, si vous donnez le meilleur de vous-même, vous n’avez rien à craindre… Vos enfants vous aimeront quoiqu’il arrive.

Cela pourrait vous intéresser ...
Nouveaux parents : 7 erreurs et problèmes parentaux courants
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Nouveaux parents : 7 erreurs et problèmes parentaux courants

Les nouveaux parents rencontrent souvent des difficultés et ont des préoccupations communes. Découvrez comment y faire face.



  • Thomas, A., & Chess, S. (1985). Genesis and evolution of behavioral disorders: From infancy to early adult life. Annual Progress in Child Psychiatry & Child Development, 140–158.
  • Sociedad española de psiquiatría y psicoterapia del niño y del adolescente. (s. f.). La función paterna. Disponible en: https://www.sepypna.com/documentos/libro_01_La-funcion-paterna.pdf
  • Villanueva Suárez, C., & Sanz Rodríguez, L. J. (2009). Ansiedad de separación: delimitación conceptual, manifestaciones clínicas y estrategias de intervención. Pediatría Atención Primaria11(43), 457-469.