Que sont les électrolytes ?

22 janvier 2020
Les électrolytes sont des substances dans le corps humain qui ont la capacité de transporter une charge électrique. Ce sont des éléments fondamentaux pour le fonctionnement normal du corps, qui peuvent être perdus et remplacés.

Les athlètes sont probablement les plus familiers avec l’existence des électrolytes. L’hydratation est étroitement liée à ce sujet, comme la publicité qui a été générée autour de ces substances nous le démontre.

Les électrolytes sont des substances minérales que l’on trouve dans le sang et aussi dans d’autres liquides organiques, comme l’intérieur des cellules. Leur particularité est leur capacité à transporter des charges électriques. Cela signifie que les électrolytes peuvent se dissoudre dans l’eau et conduire l’électricité.

Pour l’organisme, ils sont fondamentaux. Comme nous le verrons, un déséquilibre dans l’un d’eux peut être mortel. Ces substances sont liées à la circulation de l’eau dans le corps, au pH du sang – son acidité – et à l’activité des muscles.

Les principaux électrolytes dans le corps humain sont le sodium, le chlore, le calcium, le phosphore, le magnésium et le potassium. Pour chacun d’entre eux, il existe des valeurs de concentration sanguine considérées comme normale. Par exemple :

  • Pour le potassium, les valeurs normales se situent entre 3,5 et 5,3 mEq/L
  • Le sodium a des valeurs normales entre 136-145 mEq/L
  • Le chlore est considéré comme normal entre 97 et 107 mEq/L

Causes du déséquilibre électrolytique

Cet équilibre électrolytique normal dans l’organisme qui fluctue entre certaines valeurs peut être perturbé. Les changements hormonaux, les maladies d’organes tels que les reins ou le foie, et même l’utilisation de médicaments l’affectent. Parmi les causes les plus courantes de déséquilibre électrolytique, on trouve :

  • Déshydratation : lorsque le corps entre dans une période de déshydratation, il perd non seulement du liquide, mais aussi ces substances électriques. En cas de pics de fièvre ou de gastro-entérite avec vomissements et diarrhée, les électrolytes sont éliminés
  • Syndrome de malabsorption : il existe des pathologies qui modifient le processus d’absorption des nutriments par l’intestin. Dans ce cas, les électrolytes ingérés ne peuvent pas pénétrer dans l’organisme
  • Maladies endocriniennes : le diabète ou l’hypothyroïdie sont des exemples de problèmes hormonaux qui perturbent l’équilibre de l’environnement interne de l’organisme
  • Chimiothérapie : les patients atteints de cancer qui suivent des traitements de chimiothérapie sont très susceptibles de présenter un déséquilibre électrolytique. Les équipes d’oncologie traitante doivent toujours être attentives au processus afin de remplacer ce qui est perdu à cause du traitement
  • Médicaments : en plus de la chimiothérapie, il existe d’autres médicaments relativement courants qui provoquent la perte de substances minérales, comme les diurétiques et certains corticoïdes
  • Maladies rénales : une des tâches du rein est de réguler les substances qui quittent le corps. Lorsqu’il échoue, il peut perdre du sodium, du potassium, du calcium, du phosphore et du magnésium
L'hydratation et les électrolytes

Lire la suite : Qu’est-ce que la gastro-entérite ?

Les déséquilibres les plus courants

Il existe des perturbations électrolytiques plus fréquentes que d’autres. Certaines sont momentanées et ont tendance à se corriger automatiquement, tandis que d’autres nécessitent une intervention externe pour revenir à des valeurs normales.

Bien que la plupart de ces déséquilibres ne soient pas urgents, il existe des situations compliquées. Les conséquences à long terme peuvent être graves.

Avec le calcium, par exemple, nous pouvons avoir une hypocalcémie (quantité moindre dans le sang) ou une hypercalcémie (quantité plus importante dans le sang). Chez les femmes, l’hypocalcémie est un facteur qui augmente le risque d’ostéoporose lorsqu’elles entrent en ménopause. À l’autre extrême, l’hypercalcémie peut entraîner des calculs rénaux.

Le sodium, tant en excès qu’en carence, altère la fonction neuronale. L’hyponatrémie, qui est le faible taux de sodium, et l’hypernatrémie, les valeurs élevées de sodium dans le sang, produisent de l’irritabilité et de la confusion. Dans les cas extrêmes, il y a des convulsions.

Le potassium est peut-être l’électrolyte sur lequel la plupart des situations d’urgence peuvent se développer. Les cellules du myocarde, qui sont les cellules du muscle cardiaque, ont besoin de valeurs spécifiques de potassium pour que le cœur puisse battre comme il se doit. Un manque de potassium dans le sang est un déclencheur d’arythmies, avec le risque que cela comporte.

En cas d’excès de potassium dans le sang, même s’il n’y a pas d’urgence, il est recommandé de consulter des spécialistes pour dépister les problèmes rénaux. L’insuffisance rénale peut avoir comme première manifestation une hyperkaliémie, c’est-à-dire une augmentation du potassium sanguin.

Les électrolytes et le rythme cardiaque

Lire également : 7 symptômes de problèmes rénaux

Les sources d’électrolytes

Il est important de savoir où trouver des électrolytes dans notre alimentation. Non seulement pour les réapprovisionner en cas de pertes, mais aussi pour organiser une alimentation variée en fonction de ces besoins quotidiens.

En plus des liquides préparés avec des électrolytes pour l’hydratation sportive, nous en avons dans les aliments suivants :

  • Calcium : on le trouve dans de nombreux poissons, en particulier les sardines, les épinards et les amandes
  • Phosphore : il y a du phosphore dans les amandes aussi, ainsi que dans les noix. Les viandes maigres et les œufs sont des sources fiables de cet électrolyte, tout comme les produits laitiers tels que le fromage et le yaourt
  • Sodium : betteraves, céleri, olives et tomates
  • Magnésium : légumes à feuilles vertes, poisson et fruits secs. Il y a beaucoup de magnésium dans le chocolat
  • Potassium : enfin, le potassium se trouve en bonne quantité dans les légumes verts et dans de nombreux fruits tels que les bananes et les agrumes

 

  • DuBose TD. Disorders of acid-base balance. In: Skorecki K, Chertow GM, Marsden PA, Taal MW, Yu ASL, eds. Brenner and Rector’s The Kidney. 10th ed. Philadelphia, PA: Elsevier; 2016:chap 17.
  • Ayus, Juan Carlos, C. Caramelo, and A. Tejedor. « Agua, electrolitos y equilibrio ácido-base. » Med. Panamericana (2007).
  • del Rosal Rabes, T., et al. « Alimentación parenteral, líquidos y electrolitos. » Protocolos de Neonatología.[aut. libro] AEP. Protocolos Diagnóstico Terapeúticos de la AEP: Neonatología (2008): 101-110.