Quelle est l’origine du coronavirus et pourquoi n’a-t-elle pas pu être éradiquée ?

21 mai 2020
Il n'y a aucune certitude absolue sur l'origine du coronavirus, ni sur la façon dont ce virus sera éradiqué. S'il se comporte de la même façon que d'autres virus similaires, le plus probable est qu'il s'atténue petit à petit pendant que les scientifiques élaborent un médicament capable de limiter sa présence.

La pandémie de COVID-19 occupe les grands titres des principaux médias partout dans le monde, notamment au cours de ces deux derniers mois. Néanmoins, nombreuses sont les personnes qui ignorent encore quelle est l’origine du coronavirus et qui ne comprennent pas non plus pourquoi elle n’a pas été éradiquée.

Au sujet de l’origine du coronavirus, il existe toute sorte de théories alimentées bien souvent par de fausses informations qui circulent via les réseaux sociaux. On entend parler d’un complot extrêmement confidentiel, d’une attaque biochimique et même de l’accomplissement d’une prophétie annoncée par des voyants.

De la même façon, en ce qui concerne la non-éradication de l’origine du coronavirus, très nombreuses sont les opinions. Certains remettent la faute sur les gouvernements en raison de leurs décisions erronées. D’autres appellent à la patience pour laisser le temps nécessaire aux scientifiques de proposer des solutions.

Quelle est l’origine du coronavirus ?

L’origine du coronavirus est l’un des nombreux sujets pour lesquels il n’y a aucune certitude absolue. Il y a seulement des théories. Certaines sont basées sur plus de preuves que d’autres, mais aucune de ces théories n’est complètement concluante. Avant toute chose, il est important de préciser que les coronavirus constituent une grande famille et que ce n’est pas la première fois qu’ils touchent les êtres humains.

La théorie la plus acceptée est la suivante : le virus SARS-CoV-2 proviendrait des chauves-souris, et ces dernières auraient ensuite contaminé les êtres humains de manière indirecte. Selon cette théorie, elles auraient transmis le virus aux pangolins. Le pangolin est un animal exotique commercialisé pour la consommation humaine et pour des fins médicinales. Ce seraient donc les pangolins qui auraient transmis directement le virus aux êtres humains.

Une autre théorie gagne de plus en plus de terrain. Dans cette théorie, il n’y a aucune participation des chauves-souris : le virus aurait été directement transmis par les pangolins aux hommes. Une équipe de scientifiques a d’ailleurs découvert deux coronavirus très similaires au SARS-Cov-2 dans l’organisme de ces animaux.

La plupart des virus qui ont frappé l’humanité tout au long de l’histoire proviennent des animaux. Pour cette raison, il est fort probable que l’origine du coronavirus SARS-CoV-2 soit de nature zoonotique. Le virus aurait-il pu être créé dans un laboratoire ? Bien évidemment, mais il n’y a aucune preuve pour confirmer cette théorie, seulement des milliers d’hypothèses.

Cet article peut également vous intéresser : Les femmes enceintes peuvent-elles transmettre le coronavirus à leur bébé ?

Les chauve-souris pourraient être à l'origine du coronavirus

L’éradication de l’origine du coronavirus

La vérité est que les êtres humains ne sont pas particulièrement efficaces à l’heure d’éradiquer les virus. Depuis la nuit des temps, l’homme a livré de grandes batailles contre les virus et les bactéries. Néanmoins, pour le moment, la variole et la peste bovine sont les deux seules maladies que nous sommes parvenus à éradiquer complètement.

Le coronavirus n’est pas le premier ni le plus meurtrier des virus ayant attaqué les hommes. Le danger de la COVID-19 n’est pas sa létalité mais son fort potentiel de contamination. Le problème avec le virus responsable de la COVID-19 est qu’il infecte un grand nombre de personnes en même temps. Et comme nous le constatons en ce moment-même, cela provoque l’effondrement des systèmes de santé.

Dans des conditions idéales, si les systèmes de santé pouvaient venir en aide à toutes les personnes ayant besoin d’une attention spéciale à cause de cette maladie, le taux de mortalité serait sans doute inférieure à 1 %. Dans le contexte réel, le taux de mortalité se trouve bien au-dessus de ce pourcentage, non pas à cause du virus en soi, mais à cause de l’impossibilité des systèmes de santé à offrir une réponse appropriée à tous les patients.

Des lits d'hôpitaux

Cet article peut également vous intéresser : La perte de l’odorat et du goût, des symptômes possibles de l’infection au coronavirus

Qu’arrivera-t-il au coronavirus ?

Étant donné que la contamination au coronavirus est devenue globale, le plus probable est que ce virus ne disparaisse pas. Généralement, les virus de ce type deviennent plus inoffensifs avec le temps, car leur objectif n’est pas de tuer l’organisme dans lequel ils pénètrent puisqu’ils ont besoin de cet organisme pour se reproduire et se multiplier.

S’agissant d’un nouveau virus, nous ne savons pas encore comment le coronavirus va se comporter. S’il se comporte de la même façon que d’autres virus similaires, le plus probable est qu’il s’atténue de manière progressive pour s’adapter aux êtres humains. Par ailleurs, on s’attend à ce que les cas de contamination diminuent en été et qu’il y ait une seconde vague de contaminations en hiver.

Nombreux sont les chercheurs dans le monde qui travaillent sur l’élaboration de médicaments antiviraux pour combattre le SARS-CoV-2. Le but de ces médicaments est de limiter la possibilité du virus de se multiplier dans un organisme. De la même manière, le vaccin contre ce virus pourrait être prêt dans les prochains 10-18 mois.

Apprendre à cohabiter avec le virus

Après une crise épidémique, l’humanité doit apprendre à cohabiter avec le virus. Il arrive un moment où les particules virales font partie de l’environnement et leur potentiel de contamination se stabilise. Au-delà de l’origine du coronavirus que l’on ne pourra peut-être jamais confirmer, il est fondamental que les différentes populations se frayent un chemin en prenant en considération la présence du SARS-CoV-2 parmi elles.

  • TOCOLOS, D., & VIGILA, E. CORONAVIRUS SARS-COV-2.
  • Briggs, H., & BBC. (2020, 27 marzo). Coronavirus: cómo se estrecha el cerco sobre el pangolín como probable transmisor del patógeno que causa el covid-19. Recuperado 5 abril, 2020, de https://www.bbc.com/mundo/noticias-52066430
  • Bonilla-Aldana, D. K., Villamil-Gómez, W. E., Rabaan, A. A., & Rodriguez-Morales, A. J. (2018). Una nueva zoonosis viral de preocupación global: COVID-19, enfermedad por coronavirus 2019. Iatreia.
  • Cortés, Manuel E. « Coronavirus como amenaza a la salud pública. » Revista médica de Chile 148.1 (2020): 124-126.
  • Millán-Oñate, José, et al. « A new emerging zoonotic virus of concern: the 2019 novel Coronavirus (COVID-19). » Infectio 24.3 (2020).