Quelles sont les causes des yeux larmoyants ?

15 octobre 2020
Les causes des yeux larmoyants sont diverses. Certaines sont associées à des agents externes et d'autres peuvent nécessiter des soins médicaux immédiats.

Avant de vous aider à identifier les causes des yeux larmoyants, sachez que cette affection est liée, comme son nom l’indique, à un excès de larmes. Croyez-le ou non, il est fort probable qu’il y ait plus de ce fluide que nécessaire dans cette région du corps.

Même si l’oeil a besoin d’être lubrifié pour rester en bonne santé, il arrive parfois que la sécrétion des glandes lacrymales ne puisse pas être évacuée en raison d’une obstruction du canal lacrymal qui va vers le nez. Cela entraîne alors un débordement par les yeux.

Quels sont les types d’yeux larmoyants ?

Nous pouvons classer les types d’yeux larmoyants en fonction de la population affectée. Les bébés et les adultes sont les plus touchés par ce larmoiement inconfortable.

Les yeux larmoyants chez les bébés

Bien que cette affection soit très courante chez les bébés, il est important d’y être attentif afin d’éviter des complications majeures. Souvent, les causes des yeux larmoyants chez les bébés sont liées à une légère obstruction du canal lacrymal ou à l’apparition d’une conjonctivite.

Par ailleurs, les larmes peuvent également survenir lorsque le bébé souffre d’un rhume, d’une allergie, ou qu’il s’est gratté les yeux. Néanmoins, si le larmoiement persiste, il est préférable de consulter un pédiatre qui dissipera les doutes éventuels et appliquera un traitement spécifique.

Même s’il est moins commun, ce trouble peut aussi toucher les jeunes enfants. Si l’excès de larmes s’accompagne d’une coloration rougeâtre des yeux, ils peuvent souffrir d’altérations de la cornée.

Œil rouge.

“Les larmes remplissent une fonction de protection de l’œil, mais en excès, elles sont contre-productives.”

Lisez également : Ce que vous ne connaissiez pas sur les larmes et les pleurs

Les yeux larmoyants chez les adultes

Dans le cas des adultes, les causes des yeux larmoyants sont diverses. Toutefois, l’obstruction du canal lacrymal reste la cause la plus courante. Voici d’autres conditions associées:

  • Fatigue oculaire causée par l’usage excessif de dispositifs technologiques.
  • Sécheresse extrême de l’œil qui stimule la formation de larmes pour compenser.
  • Difficultés liées à l’âge.

Causes des yeux larmoyants

Le larmoiement constant causé par ce trouble est réellement gênant. En effet, il s’accompagne généralement d’une rougeur à la paupière, d’une irritation, de gonflement et de démangeaisons dans la zone. Néanmoins, l’essentiel est d’identifier la cause afin de commencer un traitement spécifique, et de prévenir toute complication supplémentaire.

Obstruction du canal lacrymal

Comme nous l’avons expliqué au début de l’article, les larmes sont sécrétées par les glandes lacrymales dont la fonction est de maintenir l’oeil propre et lubrifié. L’excès de liquide doit effectivement être évacué à travers le canal lacrymal qui se termine à l’intérieur du nez.

Quand ce canal est obstrué, les larmes n’ont aucun moyen de s’écouler et finissent par sortir par les yeux. C’est à ce moment que l’on pleure sans raison apparente.

Les spécialistes nomment cette pathologie sous le nom de dacryocystite chronique. Elle fait référence au rétrécissement des conduits en raison du vieillissement. Il existe également une variante congénitale qui affecte souvent les bébés.

Syndrome de l’œil sec

Le syndrome de l’œil sec est le résultat d’altérations hormonales, dans le cas des femmes, ainsi que de hauts niveaux de pollution dans l’air. Les symptômes associés sont des brûlures, démangeaisons, photophobie, une sensation de saleté dans l’œil et de lourdeur dans les paupières.

Un autre signe fréquent, bien que ce syndrome soit lié à une insuffisance de larmes, est un oeil larmoyant. Cela a lieu car les glandes sont très actives et déclenchent leur mécanisme de protection en produisant un excès de fluide.

La fatigue oculaire

Appelé aussi syndrome de fatigue oculaire, ce trouble fait partie de la liste des maladies professionnelles liées à divers symptômes. Parmi lesquels les yeux larmoyants.

Ce syndrome est également la conséquence d’une utilisation excessive d’appareils électroniques, très fréquente de nos jours avec l’arrivée du télétravail. Cette affection est classée au sein des syndromes visuels numériques et peut toucher la surface oculaire en produisant des larmoiements abondants.

La conjonctivite

Il s’agit de l’une des maladies oculaires les plus communes. Elle affecte les personnes à tous les stades de la vie. Malgré qu’elle génère un certain mal-être, elle est facile à traiter.

Parmi les symptômes les plus communs de cette pathologie qui affecte la conjonctive (membrane imperceptible qui recouvre l’œil), nous pouvons citer les larmoiements, l’inflammation, les rougeurs ainsi que des sécrétions ou l’accumulation de chassies.

Photophobie

La photophobie est un signe occasionné par l’incapacité de supporter l’intensité de la lumière. Qu’elle soit artificielle ou naturelle. C’est une pathologie qui affecte en grande mesure les personnes souffrant d’albinisme ou qui ont les yeux clairs.

Les symptômes comprennent des yeux larmoyants, un besoin de maintenir les yeux fermés, des démangeaisons et des rougeurs. La personne peut même éprouver des vertiges, des maux de tête, nausées et vomissements.

Découvrez davantage : 5 remèdes efficaces pour les infections oculaires

Autres causes communes et légères

En plus des affections mentionnées ci-dessus, le larmoiement des yeux est également associé à des allergies, à la rhinite, la grippe, les rires, les bâillements ainsi que les vomissements. Dans tous les cas, l’excès de larmes n’est pas inquiétant car il obéit à une réaction externe.

Un œil larmoyant.

“Les causes des yeux larmoyants sont multiples. Certaines sont sans complications, et d’autres cachent une cause plus grave.”

A quel moment consulter un médecin ?

Il est fondamental de consulter un médecin en cas de conjonctivite car celle-ci peut être virale et contagieuse. C’est aussi le cas lorsqu’il n’y a pas de cause apparente et que la gêne persiste pendant plus d’une semaine. Ou quand le cadre clinique se présente de façon continue.

Quoi qu’il arrive, ce qu’il faut retenir c’est qu’il est facile de contrôler cette affection oculaire. D’où l’importance de demander conseil auprès d’un médecin afin de commencer le traitement correspondant. Les larmoiements excessifs représentent non seulement un obstacle dans la qualité de vie de la personne, mais ils répercutent aussi sur la vision.

  • Barrau, C., Cohen-Tannoudji, D., Villette, D. “Un nuevo reto científico: La preservación del riesgo.” (2014).
  • Naranjo Escobar, M., Macas Quevedo, C., Pacheco Buitron, M., Piedrahita León, J. “Obstrucción del conducto nasolagrimal: abordaje quirúrgico endonasal versus externo”. Revista Científica Mundo de la Investigación y el Conocimiento (2019).
  • Prado Montes, A., Morales Caballero, A., Molla Cassia, J. “Síndrome de Fatiga ocular y su relación con el medio laboral”. Med. segur. trab.  [Internet]. 2017  Dic [citado  2020  Sep  17] ;  63( 249 ): 345-361. Disponible en: http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0465-546X2017000400345
  • Aguilera Mosquera, H., Valarezo Paccha, L. “La pantalla digital y sus alteraciones visuales”. [Machala]: Universidad Técnica de Machala, 2015. [consultado 16 sep 2020]. Disponible en: http://186.3.32.121/handle/48000/13713
  • Gálvez Tello, JF., Lou Royo, MJ., Andreu Yela, E. “Ojo seco: diagnóstico y tratamiento”. (1998).
  • Clement Corral, A., Dureau, P., Clement Corral, S., Valls Ferran, I., Andrés Domingo, M.L. “el ojo rojo en la pediatría”. (2018).
  • Morales Marín, D., Zepeda Ortega, B., Mendieta Alcántara, G. “Epidemiología y tratamiento de conjuntivitis alérgica en un hospital pediátrico”. (2010).
  • Agramonte Centelles, I., Herrera Soto, M., Gómez Cabrera, C., Padilla González, C. “Efectividad de la cirugía ambulatoria en la dacriocistitis crónica”. Rev Cubana Oftalmol  [Internet]. 2004  Jun [citado  2020  Sep  16] ;  17( 1 ). Disponible en: http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0864-21762004000100004
  • Mayorga MT. Película lagrimal: estructura y funciones. Cienc Tecnol Salud Vis Ocul. 2008;(11): 121-131. Disponible en: https://ciencia.lasalle.edu.co/svo/vol6/iss11/13/
  • Pérez, Valentín Viqueira, Dolores de Fez, and Francisco M. Martínez Verdú. “La ergonomía visual en el puesto de trabajo: rendimiento y seguridad visual.” Gestión práctica de riesgos laborales: Integración y desarrollo de la gestión de la prevención 27 (2006): 42-45.
  • Alcubierre, R. “Fotofobia.” Annals d’oftalmologia: òrgan de les Societats d’Oftalmologia de Catalunya, Valencia i Balears 26.2 (2018): 3.