Quels sont les points communs des régimes efficaces ?

20 juillet 2019
Une alimentation imprudente peut être l’une des principales causes de décès prématuré et de maladies chroniques. Au contraire, une nutrition optimale est associée à une espérance de vie plus longue.

L’industrie pour perdre du poids (sous forme de livres, régimes, pilules et remèdes sans fin) est aujourd’hui méga-millionnaire. Perdre du poids semble être l’objectif de rêve de millions de personnes. Bien que les adeptes de chaque régime défendent et s’assurent que leurs plans soient les meilleurs, la réalité est que les régimes efficaces et plus sains partagent beaucoup de choses les uns avec les autres.

Parmi tant de propositions, nous devons séparer le faux du vrai, c’est-à-dire déterminer ce qui fonctionne et ce qui ne fonctionne pas. Si nous considérons tous les types de régimes efficaces et scientifiquement contrastés et si nous joignons tous les points qu’ils ont en commun, nous découvrirons les clés authentiques qui nous permettront de rester minces.

Quels sont les points communs des régimes efficaces ?

Selon une analyse effectuée par  l’Université de Yale, les régimes à succès reposent sur des aliments naturels et contiennent très peu de produits transformés. Pour mieux le comprendre, nous examinons ensuite les points communs que l’on retrouve systématiquement parmi ces régimes.

1. Ils sont efficaces et sains à long terme

Votre style de vie doit inclure une bonne hygiène de vie et cela passe aussi par une bonne alimentation, pleine de nutriments. Il est donc facile de suivre un régime sain à long terme. D’ailleurs, les experts affirment qu’un bon régime devrait devenir un mode de vie et non pas juste une phase.

Une alimentation risquée peut être l’une des principales causes de décès prématuré et de maladies chroniques. Au contraire, une alimentation optimale est associée à une espérance de vie plus longue, selon l’Université de Yale.

que sont les régimes efficaces pour perdre du poids ?

2. Les régimes efficaces éliminent le sucre

Cette recommandation peut sembler directement inspirée des fans de régime « faible en glucides ». Cependant, restreindre et même éliminer le sucre blanc raffiné est devenu un consensus quasi absolu qui se reflète même dans les recommandations nutritionnelles de l’Organisation mondiale de la santé.

Nous savons aujourd’hui que le sucre favorise la fabrication de la graisse corporelle par le foie, ainsi que l’augmentation du mauvais cholestérol et des triglycérides. En général, sa consommation nuit au bien-être physique et mental.

A lire aussi : Sucre raffiné : 4 astuces pour arrêter d’en consommer

3. Ils incluent des légumes

Même les régimes alimentaires limités en glucides, tels que le régime paléo dans ses différentes variantes, insistent sur la consommation de légumes en abondance (brocolis, artichauts, haricots verts, choux, épinards, poivrons …).

Certains régimes qui fonctionnent peuvent restreindre les fruits (bien que tous acceptent certains fruits non glycémiques comme les pommes vertes ou les baies), mais dans le cas des légumes, le message est clair : mangez beaucoup.

4. Promouvoir une perte de poids modérée

Des régimes tels que le Perricone, classés parmi les meilleurs pour perdre du poids par l’Institut médical européen de l’obésité (IMEO), ont en commun de favoriser une perte de poids saine, car vous devez éliminer les kilos que vous avez en surplus. Vous constaterez en effet des améliorations de votre santé en général.

perdre du poids sainement grâce aux régimes efficaces

5. Les régimes réussis sont axés sur la qualité

En effet, non seulement la quantité de nourriture consommée est importante, mais la qualité l’est tout autant. Cela ne signifie pas que tout doit être biologique et frais, car il existe des produits comme les pâtes aux céréales complètes qui sont vraiment sains.

6. Éliminer les gras trans, limiter les graisses végétales industrielles

Le débat sur les acides gras trans (nous les identifions sur les étiquettes comme « graisses hydrogénées » ou « graisses partiellement hydrogénées ») est clos depuis un certain temps : ce sont les pires graisses alimentaires imaginables. Même la loi interdit aux restaurateurs de l’État de Californie d’en utiliser.

Les gras trans sont entièrement artificiels et créés en laboratoire (produits techniquement par des graisses végétales hydrogénées) et provoquent une inflammation du corps, des maladies cardiovasculaires et des problèmes de santé sans fin.

Les graisses végétales industrielles (tournesol, soja et maïs), bien que moins remises en question, sont toutefois limitées dans tous les programmes diététiques et régimes efficaces. Ce type de graisse est associé à l’oxydation, à l’inflammation et à divers problèmes vasculaires. Au lieu de cela, tous les régimes qui fonctionnent recommandent l’utilisation d’huile d’olive extra vierge.

Ne partez pas sans lire : Pourquoi les régimes échouent-ils ?

7. Les régimes efficaces passent par la satiété

Vivre affamé, que vous essayiez de perdre du poids ou de lutter contre le diabète par le biais d’un régime alimentaire, n’est pas une exigence. Les plans d’alimentation saine comprennent les quantités de nourriture, de calories et de nutriments nécessaires pour que votre corps soit satisfait et ait suffisamment d’énergie.

Maintenant que vous savez ce que tous les régimes alimentaires efficaces ont en commun, nous vous recommandons de suivre celui qui convient le mieux à votre condition physique. Si vous avez des questions, consultez un professionnel. Votre médecin traitant ou un nutritionniste peut vous aider à choisir un régime en fonction de votre état de santé actuel, de votre âge, de votre mode de vie, entre autres facteurs.

 

  • Can We Say What Diet Is Best for Health? D.L. Katz and S. Meller. Annual Review of Public Health 2014 35:183-103 annualreviews.org/action/showCitFormats?doi=10.1146%2Fannurev-publhealth-032013-182351.
  • Harvard Health. The Perfect Diet. https://www.health.harvard.edu/diet-and-weight-loss/the-perfect-diet
  • Pérez-Cueto, Federico J.A. (2015). ¿Dieta sostenible y saludable?: Retrospectiva e implicancias para la nutrición pública. Revista chilena de nutrición, 42(3), 301-305. https://dx.doi.org/10.4067/S0717-75182015000300012