Qu'est-ce que la migraine ophtalmoplégique ?

La migraine ophtalmoplégique se résout d'elle-même et ne cause aucune complication dans la plupart des cas. Cependant, il ne faut pas la négliger.
Qu'est-ce que la migraine ophtalmoplégique ?
Leidy Mora Molina

Relu et approuvé par l'infirmière Leidy Mora Molina.

Écrit par Edith Sánchez

Dernière mise à jour : 25 octobre, 2022

La migraine ophtalmoplégique est une affection rare qui se catactérise par la présence d’une douleur intense dans l’un des yeux. Elle est classée comme un mal de tête oculaire, c’est-à-dire un mal de tête causé par un problème oculaire.

La vérité est qu’elle n’est pas toujours accompagnée d’une douleur migraineuss. Si celle-ci apparaît, elle n’est ressentie que d’un côté du crâne et avant l’épisode central.

La migraine ophtalmoplégique est également connue sous le nom de migraine ophtalmique, rétinienne ou silencieuse. Cependant, plusieurs experts pensent qu’il ne faut pas appeler cela une « migraine », car au sens strict, ce n’est pas le cas. Le nom le plus précis pour cette condition est “neuropathie ophtalmoplégique douloureuse récurrente”.

Qu’est-ce que la migraine ophtalmoplégique ?

La migraine ophtalmoplégique est une maladie rare. Selon des estimations d’experts, elle touche environ 0,7 personne par million d’habitants en un an.

Elle est considérée comme étant une névralgie crânienne.

Pour parler de migraine ophtalmoplégique, il faut qu’il y ait au moins 2 épisodes au cours desquels il y a une douleur d’un côté de la tête, accompagnée d’une paralysie d’un ou plusieurs des 3 nerfs oculomoteurs. Cependant, au fil du temps, il a été découvert que toutes les personnes touchées n’avaient pas de maux de tête de type migraineux.

Cette pathologie n’est pas facile à diagnostiquer, car la migraine ophtalmoplégique présente des symptômes similaires à ceux d’autres affections, telles que les anévrismes cérébraux, la myasthénie grave, le schwannome du troisième nerf crânien, l’apoplexie hypophysaire, le syndrome de Tolosa-Hunt et la paralysie crânienne idiopathique ou ischémique.

Les premières manifestations apparaissent durant l’enfance ou au début de l’âge adulte. C’est une maladie chronique mais cyclique. Une personne peut passer des années sans épisodes, puis en avoir plusieurs d’affilée. Ne laisse pas de séquelles.



Les symptômes

Les symptômes de la migraine ophtalmoplégique peuvent varier considérablement d’une personne à l’autre. Il est fréquent qu’il y ait des douleurs d’un côté de la tête, qui durent jusqu’à 1 semaine, voire 14 jours.

Certaines personnes éprouvent des troubles de la vision avant la douleur qui durent entre 20 et 30 minutes.

Une fois la douleur apparue, les symptômes suivants se déclenchent :

  • Vision trouble
  • Douleur oculaire
  • Nausées et vomissements
  • Diplopie ou vision double
  • Perte de vision d’un seul œil
  • Sensibilité inhabituelle à la lumière ou au son
  • Faiblesse des muscles oculaires
    • Elle apparaît immédiatement ou jusqu’à 2 semaines après le début du mal de tête. Elle dure entre deux semaines et trois mois. Elle est causée par des dommages aux nerfs oculaires.
  • Scotomes pétillants
    • Ils affectent un ou les deux yeux. Ce sont de petits angles morts qui apparaissent dans la vision centrale. Ils sont parfois accompagnés de lumières brillantes et clignotantes ou de lignes de lumière en zigzag.
Douleur dans un œil dans la migraine ophtalmopolégique.
La douleur dans l’un des yeux n’indique pas toujours une migraine. La fatigue et les pathologies du globe oculaire jouent également un rôle.

Les causes de la migraine ophtalmoplégique

La science n’a pas établi la cause exacte de la migraine ophtalmoplégique. Actuellement, elle n’est pas considérée comme une migraine en tant que telle, mais comme une affection nerveuse.

L’ambiguïté du nom reflète la confusion entourant sa véritable nature.

À certaines occasions, la migraine ophtalmoplégique a été associée à certaines maladies, telles que le lupus, la drépanocytose, l’épilepsie ou la dépression. Cependant, les données les plus récentes indiquent que cette pathologie pourrait être associée aux causes suivantes :

  • Inflammation de l’artère carotide interne ou de l’artère cérébrale postérieure, une affection qui génère une compression sur les nerfs oculomoteurs et provoque l’affection
  • Ischémie ou réduction du flux sanguin dans des régions spécifiques du cerveau
  • Névrite ou neuropathie démyélinisante, une condition dans laquelle il y a des dommages à la muqueuse des fibres nerveuses, entraînant des impulsions nerveuses anormales

Les personnes ayant des antécédents familiaux de migraine sont plus susceptibles de développer une migraine ophtalmoplégique. Aussi les hommes et les enfants de moins de 10 ans. Certains facteurs peuvent intensifier les symptômes, tels que les changements hormonaux, le stress, l’alimentation, les changements de temps ou le manque de sommeil.



Le diagnostic

Généralement, le diagnostic de migraine ophtalmoplégique est posé par exclusion. C’est-à-dire qu’une série de bilans et de tests pour d’autres pathologies sont réalisés, avant de préciser qu’il s’agit d’une neuropathie ophtalmoplégique douloureuse récurrente.

Les tests les plus demandés sont les suivants :

  • Examens de la vue
  • Réflexes neurologiques
  • Tomodensitométrie (CAT)
  • Résonance magnétique nucléaire (RMN)
  • Analyses de sang et de liquide céphalo-rachidien

Le traitement

Si les épisodes de migraine ophtalmoplégique sont légers et sporadiques, aucun traitement n’est effectué. Dans ces cas, il est recommandé d’adopter certaines habitudes de vie, telles que :

  • Réduire le stress
  • Dormir 7 à 8 heures par jour
  • Réduire la consommation d’alcool, de caféine et de tabac
  • Faire régulièrement de l’exercice
  • Maintenir une alimentation équilibrée

Comme la migraine ophtalmoplégique peut apparaître soudainement, il est préférable de rester immobile jusqu’à ce que les symptômes disparaissent. Si l’état est très sévère ou s’aggrave avec le temps, un traitement médicamenteux est généralement indiqué :

  • Corticostéroïdes : Ce sont des anti-inflammatoires qui permettent la gestion des symptômes chez certaines personnes, bien qu’ils ne soient pas toujours efficaces.
  • Toxine botulique : C’est le fameux Botox, qui dans ce cas peut aider à réduire les symptômes, mais n’a pas d’effets significatifs à long terme.
  • Prégabaline : ce médicament est utilisé pour les douleurs musculaires et nerveuses. Il semble être l’un des plus efficaces pour traiter les cas de migraine ophtalmoplégique.
Botox pour la migraine ophtalmoplégique.
La toxine botulique fait partie des traitements de dernière ligne pour traiter les migraines réfractaires.

La migraine ophtalmoplégique peut-elle être évitée ?

La migraine ophtalmoplégique se résout souvent d’elle-même, mais elle peut aussi s’aggraver. Si c’est le cas, il existe un risque de mydriase ou de dilatation persistante des pupilles, et de ptosis (affaissement permanent de la paupière supérieure).

Il est préférable d’adopter un mode de vie sain, car celui-ci est souvent très efficace pour prévenir les épisodes de migraine ophtalmoplégique. Dans tous les cas, il est toujours important de consulter un médecin et de suivre ses instructions.

Cela pourrait vous intéresser ...
Maux de tête chroniques : tout ce que vous devez savoir
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Maux de tête chroniques : tout ce que vous devez savoir

Les maux de tête chroniques sont invalidants. Nous vous disons ici quelles sont les causes et les traitements possibles.



  • Gelfand AA, Gelfand JM, Prabakhar P, Goadsby PJ. Ophthalmoplegic “migraine” or recurrent ophthalmoplegic cranial neuropathy: new cases and a systematic review. J Child Neurol. 2012 Jun;27(6):759-66. doi: 10.1177/0883073811426502. Epub 2012 Jan 12. PMID: 22241707; PMCID: PMC3562350.
  • Baltar Yanes, F., Medici, C., Turcatti, E., & González, G. (2016). Neuropatía oftalmoplejica dolorosa recurrente (migraña oftalmoplejica): Caso clínico. Revista Uruguaya de Medicina Interna, 1(2), 65-69.
  • Ortega, A. G., Montañez, F. J., & Molina, F. J. (2021). Neuropatía dolorosa oftalmopléjica recurrente. Annals d’oftalmologia: òrgan de les Societats d’Oftalmologia de Catalunya, Valencia i Balears, 29(4), 27.
  • Förderreuther, Stefanie, and Ruth Ruscheweyh. “From ophthalmoplegic migraine to cranial neuropathy.” Current pain and headache reports 19.6 (2015): 1-6.
  • Kobayashi, Yuya, et al. “Recurrent painful ophthalmoplegic neuropathy with residual mydriasis in an adult: should it be classified as ophthalmoplegic migraine?.” Internal Medicine (2017): 8842-17.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.