Qu’est-ce que le régime carnivore ?

4 septembre 2020
Nous allons vous expliquer ce qu'est le régime carnivore et quels sont ses risques et cadres d'applications pour que vous puissiez évaluer s'il vaut la peine de le suivre. Il faut toujours avoir des réserves en ce qui concerne les plans nutritionnels restrictifs.

Nous allons, dans cet article, vous expliquer en quoi consiste le régime carnivore. Cette méthode d’alimentation est aujourd’hui de plus en plus à la mode.

Beaucoup de personnes affirment qu’elles ressentent des bénéfices liés à un meilleur état de santé à partir de sa mise en place. Cependant, comme nous pourrons le voir, ce régime n’est pas forcément soutenu par des évidences scientifiques.

Le régime carnivore, extrêmement restrictif

Le principal problème des régimes de type restrictif est qu’ils causent un grand impact sur la population en raison de l’important travail de propagande qui se cache derrière. Certains d’entre eux, comme le régime végan, possèdent un composant éthique qui motive beaucoup de gens à l’adopter, en plus des promesses en ce qui concerne la perte de poids.

Le régime carnivore n’est pas en reste et, dans son cas particulier, il s’agit d’une méthode d’alimentation opposée au véganisme. Il consiste à ne consommer que des aliments provenant des animaux terrestres.

En fait, les versions les plus strictes consistent à ne manger que de la viande rouge et à boire de l’eau. Rien de plus. Il s’agit d’un protocole très restrictif qui supprime les aliments du règne végétal et le poisson. Or, ceci peut favoriser l’apparition de déficiences nutritionnelles.

Les besoins en macro-nutriments, hormis les glucides, peuvent être satisfaits à travers la consommation de viande. Cependant, les micro-nutriments sont susceptibles de présenter des carences quand il n’y a pas de variété.

Nous voyons ainsi que ne consommer que de la viande nous prive de phytonutriments dans nos apports. Ce sont des substances essentielles au caractère antioxydant et anti-inflammatoire qui jouent un rôle clé dans la promotion de la santé.

La littérature scientifique défend le besoin d’incorporer ces nutriments dans l’alimentation de façon régulière pour lutter contre l’apparition de maladies chroniques. Il a été démontré qu’ils diminuent le risque de pathologies dégénératives liées au vieillissement.

La suppression d’antioxydants est capable d’augmenter le risque de développer des maladies. Ces nutriments sont aussi importants dans le cadre de l’exercice physique. Ils réduisent en effet les douleurs musculaires et favorisent la récupération.

La viande est à la base du régime carnivore.

 

Lisez aussi : 5 nutriments qui ne devraient pas manquer dans un menu sain

Arguments pour défendre le régime carnivore

Les défenseurs du régime carnivore invoquent l’argument selon lequel la viande rouge et les viscères sont des aliments à forte densité nutritionnelle. Ils apporteraient toutes les substances dont le corps a besoin. La consommation de glucides, selon eux, serait nocive et engendrerait des troubles.

S’il est vrai que les sucres simples augmentent l’incidence des maladies métaboliques, selon une étude publiée dans la revue Critical Reviews in Clinical Laboratory Sciencesl’ingestion de glucides complexes peut souvent être nécessaire. C’est par exemple le cas quand il faut réaliser des activités qui requièrent un effort anaérobique très intense.

Un autre des arguments qui appuient la mise en place d’un régime carnivore est que ceux qui l’ont testé disent avoir beaucoup moins de problèmes gastro-intestinaux et de ballonnements. Ceci est dû au fait qu’il s’agit d’un plan d’alimentation pauvre en fibres.

Quoi qu’il en soit, la fibre est indispensable pour la santé et le péristaltisme intestinal. Il est vrai que les personnes qui ont une surcroissance bactérienne intestinale devraient réduire cet apport. Il ne s’agit cependant que d’un cas ponctuel.

On sait que de grandes doses de fibres pourraient augmenter la croissance des bactéries pathogènes, produisant ainsi de mauvaises sensations, à travers un trouble appelé SIBO par les experts. Pour ce cadre clinique, réduire la consommation de fibres de façon temporaire pourrait constituer une solution. Il n’est malgré tout pas indiqué de la suspendre pour toujours.

Le régime carnivore est-il viable ?

Le régime carnivore est-il viable ?

 

Si une application à courte durée du régime carnivore pourrait être bénéfique pour les patients atteints du syndrome de surcroissance bactérienne, il s’agit d’un type d’alimentation qui ne peut pas être suivi pendant longtemps. Les effets à court et moyen terme deviennent vite évidents.

Les régimes cétogènes, qui sont aussi restrictifs, ont été étudiés et qualifiés de sûrs, selon une recherche publiée dans la revue World Journal of Pediatrics. Or, le régime carnivore va bien au-delà.

La restriction au niveau des phytonutriments peut déboucher sur de graves problèmes de santé. Et ceci si l’on met de côté le peu d’adhérence que peut présenter un tel plan d’alimentation. Il ne permet en effet que de consommer un petit spectre d’aliments.

C’est pour cela que l’opinion internationale déconseille l’application de ce régime si restrictif, sous n’importe laquelle de ses variantes. Réduire l’ingestion de glucides peut être recommandé chez de nombreuses personnes, mais de façon momentanée et dans le cadre d’un plan varié riche en poissons et en aliments venant du monde végétal.

La recommandation est de toujours fuir les régimes restrictifs

Les régimes restrictifs promettent des résultats rapides au niveau de la perte de poids et une amélioration de l’état de santé. Certains composants éthiques y sont parfois rajoutés.

Cependant, la restriction implique une limitation dans l’ingestion de nutriments. Ceci peut aboutir à des carences à moyen et long terme. C’est pour cette raison que l’on doit éviter ce type de plans extrêmes. Le mieux est de choisir un régime varié et équilibré d’un point de vue calorique. Si vous avez plus de doutes à ce sujet, n’hésitez pas à consulter un professionnel de la nutrition.

 

  • Zhang YJ., Gan RY., Li S., Zhou Y., et al., Antioxidant phytochemicals for the prevention and treatment of chronic diseases. Molecules, 2015. 20 (12): 21138-56.
  • Stanhope KL., Sugar consumption, metabolic disease and obesity: the state of the controversy. Crit Rev Clin Lab Sci, 2016. 53 (1): 52-67.
  • Ruscio M., Is SIBO a real condition? Altern Ther Health Med, 2019 25 (5): 30-38.
  • Cai QY., Zhou ZJ., Luo R., Gan J., et al., Safety and tolerability of the ketogenic diet used for the treatment of refractory childhool epilepsy: a systematic review of published prospective studies. World J Pediatr, 2017. 13 (6): 528-536.
  • Ayala Vargas, Celso. “Importancia nutricional de la carne.” Revista de Investigación e Innovación Agropecuaria y de Recursos Naturales 5.ESPECIAL (2018): 54-61.
  • Serna, Alexandra Idalia Mondragón, and María Andrea Baena Santa. “Boletín Salud & Nutrición.” Boletín Salud & Nutrición 29 (2020): 1-16.
  • Pérez-Jiménez, Jara. “Fibra dietaria: actualizando conceptos, fuentes y aplicaciones.” (2019).
  • Zmora, Niv, Jotham Suez, and Eran Elinav. “You are what you eat: diet, health and the gut microbiota.” Nature reviews Gastroenterology & hepatology 16.1 (2019): 35-56.