Qu’est-ce que le système neuroendocrinien ?

30 décembre 2020
L'hypothalamus est chargé, dans le système neuroendocrinien, de maintenir l'homéostasie de l'organisme. Quelles sont les caractéristiques de ce système si important ? Nous allons vous les détailler dans cet article.

Le système neuroendocrinien se charge de produire et de sécréter des hormones, qui sont des substances chimiques produites dans le corps dont la fonction est de réguler l’activité des cellules et des organes. Que devons-nous savoir à son sujet ?

Ce système se compose de neurones et de glandes, qui se chargent de synthétiser les différentes hormones contrôlant la croissance du corps, le métabolisme, le développement et la fonction sexuelle.

Les glandes du système neuroendocrinien sécrètent ces substances dans le sang dans les situations qui l’exigent. C’est à travers ce fluide qu’elles atteignent les différentes cellules et exercent leurs fonctions.

Fonctions des hormones du système neuroendocrinien

Les hormones sont les messagers chimiques synthétisés par l’organisme. Elles transfèrent des informations d’un ensemble de cellules à un autre pour coordonner les fonctions des différentes parties du corps. En plus de contrôler de nombreuses fonctions physiologiques, elles sont aussi impliquées dans le comportement.

Comme le souligne la publication Physiology, Endocrine Hormones, le système neuroendocrinien se compose de nombreuses glandes productrices d’hormones. Les principales sont cependant :

  • L’hypothalamus.
  • L’hypophyse.
  • La thyroïde.
  • Les organes reproducteurs.
  • Autres : pancréas, glande pituitaire.

En outre, les glandes peuvent être de deux types : exocrines et endocrines. Les premières sécrètent leur produit à travers des canaux. Les glandes digestives sont par exemples des glandes exocrines. Quant aux secondes, elles sécrètent directement les hormones dans le sang et agissent sur les organes ou tissus visés.

La glande pituitaire.

Le système neuroendocrinien se compose de nombreuses glandes produisant des hormones, dont la glande pituitaire.

Système neuroendocrinien : l’hypothalamus

L’hypothalamus se trouve en dessous du thalamus, qui est juste au dessus du tronc cérébral. Sa principale fonction est de maintenir l’homéostasie, c’est-à-dire la stabilité de l’environnement interne de l’organisme.

L’hypothalamus relie le système nerveux au système neuroendocrinien à travers la glande pituitaire. Il se charge de sécréter des hormones libératrices – qui font que d’autres glandes sécrètent d’autres hormones – et d’inhiber des hormones qui stimulent ou inhibent la production d’hormones dans l’adénohypophyse.

Les cellules neurosécrétrices de l’hypothalamus produisent l’hormone antidiurétique et l’ocytocine. Ces hormones vont ensuite jusqu’à l’hypophyse, où elles sont stockées jusqu’à leur libération postérieure.

Lisez aussi : Comment réguler les hormones via l’exercice physique

Système neuroendocrinien : l’hypophyse

L’hypophyse se situe à la base de l’encéphale. Elle est unie à l’hypothalamus grâce à l’éminence médiane et se forme de deux parties très différenciées qui fonctionnent de manière indépendante :

  • L’hypophyse postérieure ou neurohypophyse : on la considère comme une expansion de l’hypothalamus dont la principale fonction est de stocker et libérer les hormones qui proviennent de ce dernier, l’ocytocine et la vasopressine ou hormone antidiurétique (ADH).
  • L’hypophyse antérieur ou adénohypophyse : cette partie de l’hypophyse n’a aucune connexion nerveuse. Elle agit comme une glande rénale et sécrète des hormones qui vont vers les glandes endocrines ou les tissus.

Ocytocine

Les principales fonctions de l’ocytocine sont liées à la reproduction. Elle stimule principalement la sécrétion de lait par les seins pendant l’allaitement et est à l’origine des contractions utérines au moment de la fécondation et de l’accouchement.

Hormone antidiurétique ou ADH

Cette hormone provoque la réabsorption d’eau dans les reinsElle diminue donc la production d’urine. Elle contribue également à l’homéostasie car elle régule le volume sanguin, l’équilibre électrolytique et la pression artérielle.

Système neuroendocrinien : thyroïde

Quand l’hormone TSH de l’hypophyse antérieur arrive à la glande thyroïde, l’hormone thyroïdienne est produite. Celle-ci a pour principal rôle de réguler les processus métaboliques et, surtout, l’utilisation des glucides. Elle a aussi une influence sur la croissance et le développement, aussi bien du corps que du système nerveux.

Lorsque l’on est face à un déficit de ces hormones dans le système neuroendocrinien, on dit que la personne souffre d’hypothyroïdie. Dans le cas contraire, la maladie porte le nom d’hyperthyroïdie.

La thyroïde chez une femme.

Un déficit d’hormones thyroïdiennes dans le système neuroendocrinien débouche sur une hypothyroïdie.

Organes reproducteurs : hormones sexuelles

On recense trois hormones sexuelles : androgènes, œstrogènes et progestérone. En ce qui concerne les deux premières, leurs principales fonctions sont :

  • Favoriser le développement, la croissance et le maintien des organes reproducteurs masculins.
  • Favoriser le développement des caractères secondaires masculins.
  • Stimuler le métabolisme protéique.

Ceci peut vous intéresser : Quelles sont les fonctions des hormones sexuelles ?

Les œstrogènes, qui sont les hormones sexuelles féminines, ont des effets semblables à ceux des androgènes. Néanmoins, chez la femme :

  • Elles favorisent le développement, la croissance et le maintien des organes reproducteurs féminins.
  • Elles favorisent le développement des caractères secondaires féminins.

Enfin, la progestérone est l’hormone qui prépare les parois de l’utérus pour l’implantation de l’ovule fécondé. Il s’agit donc de l’hormone protectrice de l’accouchement. Elle prépare aussi les seins pour la sécrétion de lait.

Pour résumer, le système neuroendocrinien intervient dans presque tous les processus qui ont lieu à l’intérieur du corps humain. Même si beaucoup ignorent ses fonctions, son bien-être est fondamental pour le bon fonctionnement de l’organisme.

  • Psicobiolog, S. N., Psicoendocrinolog, L., & Hormona, P. G. (2004). Sistema neuroendocrino. Psicobiologia. https://doi.org/10.1145/2702123.2702592
  • Hernández, D. C., Guerra, R. S. T., Padilla, C. R., Tamez, P., Weber, R. J., & Flores, R. G. (2001). Regulaciónn neuroendocrina del sistema inmune. CIENCIA UANL.
  • Campbell M, Jialal I. Physiology, Endocrine Hormones. [Updated 2019 Feb 23]. In: StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; 2019 Jan-. Available from: https://www.ncbi.nlm.nih.gov/books/NBK538498/
  • Chrousos GP. Organization and Integration of the Endocrine System. Sleep Med Clin. 2007;2(2):125–145. doi:10.1016/j.jsmc.2007.04.004