Qu’est-ce que l’hypertrophie des cornets ?

23 septembre 2020
L'hypertrophie des cornets est une affection bénigne pour laquelle il existe plusieurs traitements. Toutefois, si elle n'est pas traitée en temps utile, elle peut entraîner certaines complications. Que faire ?

L’hypertrophie des cornets est une augmentation exagérée du volume de ces structures, qui sont situées dans les fosses nasales. Cette anomalie fait que l’air ne circule pas normalement et, par conséquent, entraîne souvent une obstruction nasale.

En principe, il s’agit d’une pathologie qui peut être traitée et surmontée, soit par la pharmacothérapie, soit par la chirurgie. Cependant, si on laisse le problème progresser, il peut conduire à des situations aussi graves que la perte d’odorat ou même des affections des oreilles et de la gorge.

Les personnes atteintes de cette maladie peuvent également souffrir de fréquents maux de tête, d’une toux sèche et d’un enrouement. Si la congestion nasale est fréquente ou continue, il convient de consulter un otorhinolaryngologiste pour déterminer si une hypertrophie ou une autre pathologie est présente.

L’hypertrophie des cornets

L’hypertrophie des cornets est une condition dans laquelle ces derniers augmentent de taille, parfois de façon intermittente et parfois de façon continue. Lorsque le problème devient chronique, il provoque une congestion nasale qui est présente presque tout le temps.

Les cornets nasaux sont des structures allongées qui se trouvent à l’intérieur du nez. Il y a trois cornets dans chaque cavité nasale. Ils sont situés de manière décalée et sont de trois types : supérieur, moyen et inférieur. L’inflammation affecte généralement les cornets inférieurs.

La fonction des cornets est d’humidifier, de réchauffer et de nettoyer l’air qui est inhalé. Cependant, ce sont des organes très délicats, qui gonflent et changent de taille facilement. C’est là que l’hypertrophie se produit, un problème de santé qui est de toute façon traitable.

Une femme ayant mal aux sinus.
En cas d’hypertrophie des cornets, la personne peut avoir une congestion nasale prolongée.

Vous pourriez être intéressé : La perte de l’odorat et du goût, des symptômes possibles de l’infection au coronavirus

Pourquoi ce problème se pose-t-il ?

Le plus souvent, l’hypertrophie est le résultat d’un processus allergique, comme la rhinite allergique. Cependant, il existe de nombreuses autres raisons pour lesquelles cette anomalie peut se produire. Les causes possibles sont les suivantes :

  • Les changements hormonaux. Les changements hormonaux entraînent une augmentation du tissu muqueux et cela peut conduire à une hypertrophie des cornets
  • Le vieillissement. Au fil des ans, les cornets peuvent se dégrader, générant une abondante sécrétion de mucus et une obstruction nasale.
  • La sinusite. L’inflammation des sinus peut conduire à cette anomalie.
  • Une déviation du septum. Un septum dévié rend la respiration plus difficile et exige un plus grand effort des cornets. Cela peut entraîner une hypertrophie.
  • Des environnements inadaptés. Les environnements comportant des vapeurs ou des éléments toxiques, ou une température très basse, facilitent le développement de cette anomalie.
  • Fumer ou boire de l’alcool. Le tabac et l’alcool sont tous deux des facteurs de risque dans ces cas.
  • Certains médicaments. Les stéroïdes ou l’utilisation de médicaments administrés par voie nasale facilitent le développement de cette pathologie.

Symptômes de cette affection

Le symptôme le plus caractéristique de l’hypertrophie est la congestion nasale, qui peut être intermittente ou constante. Il convient de noter qu’il existe des cas où l’hypertrophie est présente, mais sans symptômes visibles.

Toutefois, la plus courante est qu’il existe des manifestations cliniques telles que les suivantes :

  • Fatigue
  • Apnée du sommeil
  • Difficultés à dormir en permanence
  • Saignement de nez
  • Difficulté à respirer par le nez
  • Problèmes d’audition
  • Réduction ou perte de l’odorat
  • Ronflement
  • Douleurs au visage

L’oto-rhino-laryngologiste effectue généralement un test appelé rhinoscopie pour examiner l’état des cornets afin de détecter une éventuelle hypertrophie. Ce test se fait par le nez ou la bouche et dure de 5 à 10 minutes. Il nécessite parfois l’utilisation d’un anesthésique léger.

Un homme qui ronfle au lit.
Le ronflement est l’une des manifestations cliniques de l’hypertrophie des cornets. Cependant, le symptôme le plus courant est la congestion nasale prolongée.

Lire la suite : Comment traiter les polypes nasaux grâce à 5 solutions maison

Que peut-on faire en cas d’hypertrophie des cornets ?

Le traitement de l’hypertrophie dépendra de la cause qui la produit et de l’état de ces structures chez chaque patient. Si le problème est causé par un facteur externe, tel qu’un environnement malsain ou l’ingestion d’une substance ou d’un médicament, il suffira de supprimer ces variables pour obtenir la rémission des symptômes.

Si le problème est causé par une sinusite ou une déviation de la cloison nasale, le traitement correspondant sera effectué pour éliminer la cause. Aussi, si ces mesures ne fonctionnent pas, ou si la cause ne peut être établie, il est habituel de chercher d’abord un traitement pharmacologique pour réduire l’inflammation des cornets.

Enfin, si l’hypertrophie persiste, le médecin peut suggérer une intervention chirurgicale pour repositionner les cornets (turbinoplastie), enlever tout ou partie des cornets inférieurs (turbinectomie), ou réduire la taille par radiofréquence ou laser.

  • Berger G, Gass S, Ophir D. The histopathology of the hypertrophic inferior turbinate. Arch Otolaryngol Head Neck Surg. 2006;132(6):588-594. doi:10.1001/archotol.132.6.588
  • McCoul ED, Todd CA, Riley CA. Posterior Inferior Turbinate Hypertrophy (PITH). Otolaryngol Head Neck Surg. 2019;160(2):343-346. doi:10.1177/0194599818805006
  • Silva R, P., Vicencio S, D., Veloz T, M., Ruz M, P., & Valdés P, C. (2020). Hipertrofia de cornetes inferiores: Revisión sobre técnicas quirúrgicas actuales. Revista de Otorrinolaringología Y Cirugía de Cabeza Y Cuello, 80(2), 218–225. https://doi.org/10.4067/s0718-48162020000200218
  • Arias Mena, C., & Merlo Zago, G. (2016). Correlación de hipertrofia de cornetes inferiores con desarrollo transversal maxilar medidos en tomografía computarizada de cone-beam y su asociación con las clases esqueléticas (Master’s thesis, Benemérita Universidad Autónoma de Puebla).
  • Komshian SR, Cohen MB, Brook C, Levi JR. Inferior Turbinate Hypertrophy: A Review of the Evolution of Management in Children. Am J Rhinol Allergy. 2019;33(2):212-219. doi:10.1177/1945892418815351
  • Bergmark RW, Gray ST. Surgical Management of Turbinate Hypertrophy. Otolaryngol Clin North Am. 2018;51(5):919-928. doi:10.1016/j.otc.2018.05.008