Qu'est-ce qu'un fibrome buccal et comment affecte-t-il la santé de la bouche ?

L'apparition d'une boule dans la bouche peut inquiéter. Nous vous parlons du fibrome buccal, une protubérance bénigne assez courante dans la cavité buccale.
Qu'est-ce qu'un fibrome buccal et comment affecte-t-il la santé de la bouche ?
Vanesa Evangelina Buffa

Rédigé et vérifié par la dentiste Vanesa Evangelina Buffa.

Dernière mise à jour : 13 juillet, 2022

L’apparition d’une masse dure à l’intérieur de la cavité buccale est généralement une source de préoccupation. Cette protubérance peut être un fibrome buccal, qui est une tumeur bénigne de la bouche assez courante.

Plus précisément, il s’agit d’une croissance de tissu fibreux qui est généralement associée à une irritation constante et prolongée. Bien que ce ne soit pas grave, il s’agit tout de même d’un signal d’alarme. Il est conseillé de consulter un médecin pour obtenir un diagnostic précis. Parfois, ce qui semble être une blessure inoffensive ne l’est pas.

Il est ainsi essentiel que le professionnel évalue ses caractéristiques, son origine et les autres facteurs permettant d’établir sa gravité. Découvrez ci-dessous quelles sont les causes ainsi que les traitements possibles.

Qu’est-ce qu’un fibrome buccal ?

Le fibrome buccal est une tumeur bénigne qui apparaît dans les tissus mous de la bouche. C’est une masse molle et dure de tissu cicatriciel qui survient en réponse à un traumatisme constant et persistant.

Il s’agit d’une lésion réactive de type hyperplasique, car le volume des tissus de la muqueuse buccale augmente. Une forme de cicatrice se développe sur celles-ci en raison de l’irritation chronique de la zone.

Il affecte les personnes de tout âge, bien qu’il soit plus fréquent chez les personnes âgées. Et il peut apparaître dans n’importe quelle région de la cavité buccale.

Il est généralement de petite taille et de la même couleur que la muqueuse buccale où il siège. Par conséquent, il est parfois difficile de remarquer sa présence. Dans tous les cas, si le stimulus qui les provoque se prolonge dans le temps, il peut grossir, devenir très évident et même gênant.

“Fibrome buccal” est son nom le plus connu, mais il porte également d’autres noms, tels que :

  • Fibrome traumatique
  • Hyperplasie fibreuse intrabuccale focale
  • Polype buccal
  • Nodule fibreux
Qu'est-ce qu'un fibrome buccal ?
Les fibromes buccaux sont souvent auto-détectés en raison de l’inconfort qu’ils provoquent.

Les causes du fibrome buccal

La cause la plus fréquente d’un fibrome buccal est une irritation chronique. Un traumatisme ou un frottement constant sur la muqueuse déclenche une hyperplasie réactive du tissu à l’origine de la tumeur. Et si ce stimulus est supprimé, la lésion disparaît.

Les facteurs et situations associés à son apparition sont ceux mentionnés ci-dessous :

  • Habitude de se mordre les joues ou les lèvres
  • Habitude de sucer la lèvre ou les joues
  • Traumatisme muqueux causé par une dent cassée, rugueuse ou pointue
  • Irritation causée par d’importants dépôts de tartre
  • Frottement causé par des prothèses cassées ou mal ajustées
  • Blessures causées par des appareils orthodontiques

Il faut savoir que — moins fréquemment — les fibromes buccaux peuvent avoir une autre origine que l’irritation. C’est le cas du fibrome à cellules géantes ou fibromatose.

Ce dernier survient généralement plus souvent chez les personnes âgées et chez les femmes. Il a également tendance à être plus fréquent chez les patients souffrant de problèmes de peau, de diabète ou d’anémie.

À quoi ressemble le fibrome buccal et comment affecte-t-il la santé bucco-dentaire ?

Le fibrome buccal est vu dans la bouche comme une masse molle, dure et ferme. Au début, il est petit, mais sa taille augmente si l’irritation persiste. En général, il ne dépasse pas 1 ou 1,5 cm de diamètre.

La conformation la plus courante est en forme de dôme ou de papule saillante. Il peut avoir une petite tige comme base. De plus, s’il se développe en dessous d’une prothèse mal ajustée, il est fréquent qu’il apparaisse sous forme de feuilles.

Dans la plupart des cas, il est de la même couleur que la muqueuse buccale sur laquelle il repose. Cependant, il peut parfois être légèrement plus pâle ou plus foncé, surtout s’il saigne. Avec des traumatismes répétés, sa surface externe peut devenir rugueuse, squameuse ou ulcérée.

Il affecte le plus souvent la face interne des joues, dans la zone où les dents du haut entrent en contact avec celles du bas. Il peut également affecter la muqueuse interne de la lèvre inférieure, les bords de la langue et les gencives.

Bien qu’il soit généralement indolore, il entraîne parfois une gêne au moment de manger ou de parler, notamment lorsqu’il est en contact avec les dents lors de la mastication.

Le diagnostic

En général, c’est le patient lui-même qui détecte en premier le fibrome buccal. La présence d’une grosseur dans la bouche amène à aller chez le dentiste à la recherche d’un diagnostic. Malgré tout, la blessure peut passer inaperçue, et c’est alors le dentiste qui le découvre lors d’un examen de routine.

L’examen intrabuccal permettra de suspecter un fibrome buccal. Une façon de confirmer le diagnostic – et en même temps de résoudre le problème – est d’éliminer le facteur irritant qui le déclenche. Si après avoir retiré le traumatisme, la lésion diminue de taille ou disparaît, la suspicion est confirmée.

Néanmoins, le dentiste peut envisager de prélever un échantillon ou de retirer la lésion pour une biopsie. Avec cette étude histologique, un diagnostic précis et définitif est obtenue et d’autres conditions similaires peuvent être exclues.

Si la tumeur persiste après élimination du facteur irritant, il convient de pratiquer une biopsie. Notamment si le patient a des habitudes associées au cancer de la bouche, comme l’alcoolisme ou le tabagisme.



Le diagnostic différentiel

Certaines masses dans la bouche peuvent ressembler à un fibrome buccal. Voici quelques-unes des pathologies que le dentiste doit prendre en compte pour établir un diagnostic différentiel :

  • Neurofibrome : il s’agit d’une masse à croissance lente qui peut être localisée sur la langue ou dans la muqueuse buccale, mais il est généralement présent dans d’autres endroits.
  • Neurilemome : il s’agit d’une tumeur qui se situe généralement sur la langue et qui s’accompagne de douleurs.
  • Lipome : il s’agit d’une tumeur semblable à un fibrome, mais avec une teinte jaune en raison de sa teneur en graisse.
  • Fibrome ossifiant périphérique : il s’agit d’une croissance localisée dans la gencive.
  • Fibrosarcome : il s’agit d’une tumeur maligne assez rare, indolore, mais à croissance rapide. Il devient généralement gros et métastase dans des organes importants, tels que les poumons.

Étant donné que le seul test qui puisse établir un diagnostic précis est la biopsie, il est important d’effectuer ce test afin d’exclure d’autres conditions similaires.

Le traitement du fibrome buccal

Comme nous l’avons mentionné, il faudra dans un premier temps éliminer le facteur irritant pour traiter le fibrome buccal. Cela peut impliquer plusieurs mesures, telles que :

  • Adapter une prothèse inadaptée
  • Réaliser une restauration dentaire
  • Polir les dents rugueuses
  • Appliquer de la cire sur les fils orthodontiques
  • Mettre fin à certaines habitudes, telles que se mordre les lèvres et les joues

Dans tous les cas, au-delà du contrôle de la situation traumatique, certains cas méritent une exérèse chirurgicale de la lésion. Un fibrome aux marges étroites est retiré et envoyé pour une biopsie afin de confirmer le diagnostic.

Il faut savoir que malgré l’ablation chirurgicale de la tumeur, si la cause qui traumatise le tissu persiste, il est fort probable que le problème réapparaisse. Par conséquent, le contrôle de la source de l’irritation est un élément fondamental de l’approche.

Si un traumatisme muqueux est causé par une dent cassée ou cariée, sa réparation fera partie de la solution. Les arêtes vives des obturations, des prothèses ou des dents doivent être polies ou restaurées pour éviter tout frottement contre les parties molles de la bouche.

Dans le cas de prothèses qui bougent, se desserrent ou traumatisent les tissus mous, il faudra trouver un remplacement ou les reconditionner. Et si la personne porte un appareil qui lui fait mal, il faut les réadapter ou les recouvrir de cire orthodontique pour ne plus abîmer la bouche.

L’habitude de serrer les dents et de mordiller les joues ou de sucer les lèvres peut être la plus difficile à contrôler. Lorsque cette habitude est liée au stress et à l’anxiété, la combinaison de l’utilisation d’attelles, d’un soutien psychologique et de techniques de méditation et de relaxation peut aider.

Si le patient a l’habitude d’aspirer la muqueuse à travers l’espace laissé par une dent manquante, le remplacement de l’élément manquant est un bon moyen d’éviter cette habitude.

Traitement des fibromes oraux.
Pour favoriser le soulagement des fibromes buccaux, il est nécessaire d’éliminer le facteur irritant. Par conséquent, le dentiste évalue d’abord la cause.



La chirurgie

Le dentiste peut décider que l’ablation de la lésion est la meilleure option pour traiter le problème. Il s’agit d’une procédure simple que le chirurgien maxillo-facial effectue en engourdissant la zone touchée.

Le fibrome est ensuite retiré avec une légère marge de sécurité à l’aide d’un scalpel, d’une électrocoagulation ou d’un laser. Enfin, la zone d’incision est suturée. La guérison est généralement rapide, permettant au patient de poursuivre ses activités quotidiennes dès que possible.

Seuls les soins typiques de toute intervention chirurgicale en bouche seront nécessaires :

  • Maintenir l’hygiène bucco-dentaire et effectuez-la doucement à proximité de la zone d’intervention
  • Adopter une alimentation douce et froide pendant quelques jours
  • Éviter les sources de chaleur et faire de l’exercice
  • Ne pas fumer

Le tissu retiré en chirurgie sera envoyé au pathologiste, afin qu’il puisse signaler avec précision le type de blessure. Des contrôles ultérieurs pour évaluer l’évolution du cas et la récupération des tissus seront nécessaires. À ce stade, le dentiste contrôlera l’éventuelle récidive des blessures ou traumatismes qui ont provoqué leur apparition.

Comment prévenir la formation d’un fibrome buccal ?

La meilleure façon d’éviter d’attraper un fibrome buccal (ou de l’empêcher de revenir) est de faire attention à l’état de la bouche. Être attentif aux conditions de la cavité buccale vous permettra de réduire les situations pouvant blesser les muqueuses et favoriser l’apparition de cette masse.

Prendre soin de sa santé bucco-dentaire avec une bonne hygiène et se rendre régulièrement chez le dentiste sont deux attitudes fondamentales pour les prévenir. Éviter les habitudes nocives comme le pincement des joues est également essentiel.

Des examens périodiques avec le dentiste aideront à détecter rapidement les blessures les plus importantes. Cela dit, il est essentiel de demander une consultation lorsque les tumeurs grossissent ou sont persistantes.

Cela pourrait vous intéresser ...
Manifestations de stomatite gangréneuse dans la bouche
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Manifestations de stomatite gangréneuse dans la bouche

La stomatite gangréneuse (Noma), également connue sous le nom de cancrum oris, est une pathologie gangreneuse qui endommage les tissus.



  • Rocafuerte-Acurio, M. A. (2019). Fibroma traumático en cavidad oral–una revisión. Revista KIRU16(1).
  • Mauri-Obradors, E., Estrugo-Devesa, A., Jané-Salas, E., Viñas, M., & López-López, J. (2017). Oral manifestations of Diabetes Mellitus. A systematic review. Medicina oral, patologia oral y cirugia bucal22(5), e586.
  • Gnecco-Goenaga, B., Viola-Rhenals, M., & López-Arrieta, Z. (2014). Fibroma osificante periférico. Revista Ciencias Biomédicas5(1), 130-133.
  • Gonzales, C. J. P., Abreu, J. A., & Chong, J. C. P. (2020). Fibrosarcoma del adulto. Revista Cubana de Otorrinolaringología y Cirugía de Cabeza y Cuello4(3).
  • Centeno, A., Danielo, C., Campana, R., & Orozco, M. A. (2010). Tumores malignos de boca. Med Cutan Iber Lat Am38(6), 221-228.
  • Sánchez Solórzano, G. A. (2019). Resección quirúrgica de fibroma traumático en la cavidad oral (Bachelor’s thesis, Universidad de Guayaquil. Facultad Piloto de Odontología).
  • Dutra, K. L., Longo, L., Grando, L. J., & Rivero, E. R. C. (2019). Incidence of reactive hyperplastic lesions in the oral cavity: a 10 year retrospective study in Santa Catarina, Brazil. Brazilian journal of otorhinolaryngology85, 399-407.
  • Zambrano, T. B. S., Mendoza, N. B., & Bazurto, M. R. N. (2020). Fibroma reactivo lateral de lengua: Presentación de un caso clínico. Revista Científica Especialidades Odontológicas UG3(2).
  • Cobos, M. R. (2015). El fibroma traumático como lesión hiperplásica común de la boca: reporte de un caso. Ciencia y Salud virtual7(1), 81-87.