Qu'est-ce qu'une alimentation pro-inflammatoire et quels sont ses risques ?

Si vous l'ignoriez, il existe des aliments capables de provoquer des inflammations dans l'appareil digestif et le reste de l'organisme. Découvrez de quels aliments il s'agit et comment éviter davantage de problèmes en changeant vos habitudes.
Qu'est-ce qu'une alimentation pro-inflammatoire et quels sont ses risques ?

Dernière mise à jour : 21 juin, 2021

L’alimentation a un grand impact sur la santé. Il en existe cependant certains types qui contribuent à augmenter le risque de certaines maladies chroniques, comme l’alimentation pro-inflammatoire.

Il y a deux types d’inflammation. L’inflammation aiguë, qui est une réponse à une lésion, en tant que mécanisme de défense ; et l’inflammation chronique, qui se produit quand le corps essaie d’éliminer certaines substances nocives. La graisse abdominale excessive peut aussi déboucher sur une inflammation chronique.

Une alimentation pro-inflammatoire peut prédisposer le corps à des maladies comme le diabète, les pathologies cardiaques et certains troubles intestinaux. De ce point de vue, le docteur David Seaman explique que certains aliments spécifiques (sucres et huiles de graines) favorisent l’inflammation.

Comment l’alimentation peut-elle provoquer une inflammation ?

L’inflammation est un type de défense naturel et un signe de protection de l’organisme. Néanmoins, quand elle persiste ou est maintenue par des facteurs diététiques, elle ne joue plus en notre faveur.

Il existe certains marqueurs dans le sang, comme la protéine C réactive, l’interleukine-6 et le facteur de nécrose tumorale alpha qui indiquent une inflammation chronique. Comme l’expliquent certains experts, l’alimentation influe sur ces marqueurs. Par exemple, le régime occidental est lié à de hauts niveaux d’inflammation.

La revue Obesity Reviews nous explique que les aliments ultra-transformés, riches en calories et pauvres en végétaux et en fruits, sont liés à des niveaux plus élevés d’inflammation. Et, au contraire, un essai clinique a démontré que le régime méditerranéen, riche en fruits, légumineuses, huile d’olive, poissons bleus, légumes et céréales complètes était lié à des marqueurs inflammatoires plus bas.

L’importance des alimentations pour améliorer la santé a été publié par la revue Advances in Nutrition. On a utilisé un outil connu sous le nom d’indice inflammatoire diététique pour déterminer le potentiel pro ou anti-inflammatoire.

Cet indice prend en compte les composés, nutriments et aliments avec des propriétés en faveur ou contre le processus inflammatoire. Ces schémas diététiques pro-inflammatoires s’associent à un plus grand risque de maladies chroniques.

Des aliments ultra-transformés.

Les produits ultra-transformés, les sucreries et les pâtisseries industrielles sont des aliments considérés comme inflammatoires.

Poursuivez votre lecture : Alimentation saine et exercice, la combinaison parfaite

Quels aliments considère-t-on comme pro-inflammatoires ?

Beaucoup d’aliments que l’on consomme de manière habituelle peuvent affecter l’inflammation du corps. Nous allons dès maintenant voir ceux qui ont des caractéristiques pro-inflammatoires.

Graisses trans

Les graisses trans font partie des moins saines qui existent. Elle se forme à travers l’addition d’hydrogène aux graisses insaturées pour être stockées de façon plus stable. Une bonne partie de ces graisses portent le nom d’huiles partiellement hydrogénées.

Ainsi, un groupe d’experts a découvert que l’huile de soja hydrogéné provoquait une plus grande inflammation que l’huile de palme et de tournesol.

Au cours du processus d’élaboration des margarines, des graisses trans se forment également. Une étude a mentionné les effets inflammatoires et le risque de maladie chronique de ces graisses. On reconnaît qu’elles augmentent les marqueurs inflammatoires comme la protéine C réactive.

Une étude a démontré que les graisses trans pouvaient affecter la fonction des cellules endothéliales qui recouvrent les artères, ceci étant un facteur de risque pour les maladies cardiaques. On a aussi trouvé que la consommation de ces graisses augmentait les marqueurs inflammatoires chez des hommes en bonne santé et avec des niveaux élevés de cholestérol.

D’autres aliments avec de hauts contenus en graisses trans incluent les plats rapides frits, le pop-corn, les chips, les graisses végétales, les gâteaux et les aliments transformés, ainsi que les biscuits.

Sucre de table et sirop de maïs

L’alimentation occidentale se sert du sucre de table et du sirop de maïs en tant que principaux édulcorants, avec un haut contenu en fructose. La différence entre les deux est que le sucre contient autant de glucose que de fructose, alors que plus de la moitié du sirop de maïs ne correspond qu’à du fructose.

Le sucre est un produit diététique pro-inflammatoire. On a ainsi pu voir que des souris nourries avec des régimes élevés en saccharose développaient des cancers du sein.

La revue The Journal of Nutrition a publié que consommer beaucoup de fructose était lié à l’obésité, à la résistance à l’insuline, au diabète, au foie gras, à la maladie rénale chronique et au cancer. Une révision mentionne également que le fructose est considéré comme un facteur de risque de maladie cardiaque et augmente plusieurs marqueurs inflammatoires chez les souris et les humains.

Il faut prendre en compte que le sucre s’utilise aussi en tant qu’ingrédient ajouté dans les friandises, les chocolats, les gâteaux, les beignets et les céréales pour le petit-déjeuner.

Ceci peut vous intéresser : 5 mensonges sur le sucre selon la science

Glucides raffinés

Des études soulignent que les glucides raffinés peuvent produire une inflammation, en stimulant la croissance de bactéries intestinales qui augmentent le risque d’obésité et de maladie inflammatoire intestinale.

Ce type de glucide a un indice glycémique très élevé, ce qui veut dire qu’il fait augmenter très rapidement le niveau de sucre dans le sang. Chez des personnes âgées, on a découvert qu’ingérer des aliments avec un indice glycémique élevé pouvait augmenter de presque trois fois la possibilité de mourir à cause d’une maladie inflammatoire.

Un autre essai sur des hommes jeunes appuie cette découverte. Quand les personnes de l’étude ont mangé 50 grammes de pain blanc, elles ont présenté un plus haut niveau de sucre dans le sang et de marqueurs inflammatoires.

Les friandises, le pain, les gâteaux, les sodas sucrés, les biscuits, les pâtes, la farine raffinée et les aliments transformés avec du sucre sont sources de glucides raffinés.

Huiles végétales

Certaines études ont indiqué que les huiles avec des acides gras oméga-6 étaient pro-inflammatoires et ce type de graisse est caractéristique de l’alimentation occidentale. Certaines huiles de graines, comme celle de soja, peuvent activer l’inflammation.

C’est l’une des raisons pour lesquelles on recommande de consommer des graisses oméga-3, comme celle que l’on trouve dans les poissons gras. Les oméga-3 ont un pouvoir anti-inflammatoire important.

Une étude effectué sur des souris nourries avec 20 fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3 a démontré qu’elles avaient des niveaux beaucoup plus élevés de marqueurs inflammatoires que les souris nourries dans des proportions égales ou avec 5 fois plus d’oméga-6 que d’oméga-3. Néanmoins, chez les humains, il n’existe encore pas suffisamment d’évidences sur cet effet.

Viande transformée

On reconnaît depuis longtemps le lien entre la consommation de viandes transformées (lard, saucisses, jambon, viande séchée et viande fumée) et un plus grand risque de maladies chroniques comme le diabète, le cancer de l’estomac et le cancer du côlon.

La présence de produits de glycation avancée (AGE) dans ces produits peut causer une inflammation. Plus particulièrement, le cancer du côlon est associé à la consommation de viandes transformées, en tant que réponse inflammatoire.

Excès d’alcool

Un essai clinique a démontré que le marqueur inflammatoire de protéine C réactive augmente chez des personnes qui boivent beaucoup d’alcool. Par ailleurs, il est possible de développer des problèmes avec certaines toxines bactériennes qui se produisent dans le côlon et pénètrent dans le sang.

La revue Lancet a révélé que l’alcool excessif pouvait déboucher sur le syndrome de l’intestin perméable, une maladie qui provoque une inflammation généralisée dans le corps et endommage différents organes. On recommande donc deux boissons standards par jour pour les hommes et une pour les femmes.

Des produits transformés.

Les viandes transformées ont une influence qui a déjà été démontrée en tant que facteurs de risque pour certains types de néoplasies comme le cancer du côlon.

Risques d’une alimentation pro-inflammatoire

Consommer de manière constante des aliments pro-inflammatoires peut produire une inflammation chronique liée à des maladies coronariennes, à la dépression et à l’obésité, entre autres.

L’alimentation pro-inflammatoire augmente le risque de maladies cardiovasculaires

Dans des études à long terme, il a été démontré que les personnes qui consommaient des aliments pro-inflammatoires avaient 38 % plus de risque de développer des maladies chroniques cardiovasculaires. Une autre étude a également découvert un effet nocif des aliments pro-inflammatoires sur les niveaux de cholestérol, contrairement à l’alimentation anti-inflammatoire.

Un lien possible avec la dépression

Même si ce lien n’est pas tout à fait clair, on a pu voir que les personnes dépressives qui consommaient plus de sucres, de graisses trans et de glucides raffinés avaient plus de marqueurs inflammatoires dans le sang. Les résultats associent également l’alimentation pro-inflammatoire à un pire état des symptômes.

L’alimentation pro-inflammatoire augmente le risque de mortalité due à des maladies chroniques

Un groupe d’experts a souligné que l’inflammation chronique était un facteur causal de handicap et de mortalité dans le monde entier. Selon la revue Nutrients, les aliments pro-inflammatoires comme les ultra-transformés et les graisses trans favorisent l’inflammation chronique systémique.

Conseils pour une alimentation saine

Pour éviter des problèmes d’inflammation, il faut chercher à améliorer son alimentation au lieu de se focaliser sur un seul aliment ou nutriment. Beaucoup interagissent entre eux.

On conseille toujours d’augmenter la variété d’aliments végétaux (fruits, légumes, légumineuses, céréales complètes et huile d’olive). Ceux-ci contiennent des fibres et des phytochimiques comme les polyphénols, avec un effet antioxydant.

Les herbes, les épices, le thé et le café sont aussi d’excellentes sources de polyphénols : vous pouvez donc les utiliser régulièrement. Le poisson bleu, de son côté, est source d’oméga-3.

Pour rester en bonne santé et augmenter son espérance de vie face aux maladies chroniques, on doit abandonner l’alimentation pro-inflammatoire et l’échanger contre des aliments sains.

It might interest you...
Régime pour l’inflammation
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Régime pour l’inflammation

Suivre un régime pour l'inflammation est l'un des piliers pour la prévention et le traitement de différentes maladies. Découvrez-en plus ici.



  • Marx W, Veronese N, Kelly JT, Smith L, Hockey M, Collins S, Trakman GL, Hoare E, Teasdale SB, Wade A, Lane M, Aslam H, Davis JA, O’Neil A, Shivappa N, Hebert JR, Blekkenhorst LC, Berk M, Segasby T, Jacka F. The Dietary Inflammatory Index and Human Health: An Umbrella Review of Meta-Analyses of Observational Studies. Adv Nutr. 2021 Apr 19:nmab037.
  • Seaman DR. The diet-induced proinflammatory state: a cause of chronic pain and other degenerative diseases? J Manipulative Physiol Ther. 2002 Mar-Apr;25(3):168-79.
  • Lopez-Garcia E, Schulze MB, Fung TT, Meigs JB, Rifai N, Manson JE, Hu FB. Major dietary patterns are related to plasma concentrations of markers of inflammation and endothelial dysfunction. Am J Clin Nutr. 2004 Oct;80(4):1029-35.
  • Lane MM, Davis JA, Beattie S, Gómez-Donoso C, Loughman A, O’Neil A, Jacka F, Berk M, Page R, Marx W, Rocks T. Ultraprocessed food and chronic noncommunicable diseases: A systematic review and meta-analysis of 43 observational studies. Obes Rev. 2021 Mar;22(3):e13146.
  • Chrysohoou C, Panagiotakos DB, Pitsavos C, Das UN, Stefanadis C. Adherence to the Mediterranean diet attenuates inflammation and coagulation process in healthy adults: The ATTICA Study. J Am Coll Cardiol. 2004 Jul 7;44(1):152-8.
  • Marx W, Veronese N, Kelly JT, Smith L, Hockey M, Collins S, Trakman GL, Hoare E, Teasdale SB, Wade A, Lane M, Aslam H, Davis JA, O’Neil A, Shivappa N, Hebert JR, Blekkenhorst LC, Berk M, Segasby T, Jacka F. The Dietary Inflammatory Index and Human Health: An Umbrella Review of Meta-Analyses of Observational Studies. Adv Nutr. 2021 Apr 19:nmab037.
  • Nestel P. Trans fatty acids: are its cardiovascular risks fully appreciated? Clin Ther. 2014 Mar 1;36(3):315-21.
  • Lopez-Garcia E, Schulze MB, Meigs JB, Manson JE, Rifai N, Stampfer MJ, Willett WC, Hu FB. Consumption of trans fatty acids is related to plasma biomarkers of inflammation and endothelial dysfunction. J Nutr. 2005 Mar;135(3):562-6.
  • Han SN, Leka LS, Lichtenstein AH, Ausman LM, Schaefer EJ, Meydani SN. Effect of hydrogenated and saturated, relative to polyunsaturated, fat on immune and inflammatory responses of adults with moderate hypercholesterolemia. J Lipid Res. 2002 Mar;43(3):445-52.
  • Bendsen NT, Stender S, Szecsi PB, Pedersen SB, Basu S, Hellgren LI, Newman JW, Larsen TM, Haugaard SB, Astrup A. Effect of industrially produced trans fat on markers of systemic inflammation: evidence from a randomized trial in women. J Lipid Res. 2011 Oct;52(10):1821-8.
  • Baer DJ, Judd JT, Clevidence BA, Tracy RP. Dietary fatty acids affect plasma markers of inflammation in healthy men fed controlled diets: a randomized crossover study. Am J Clin Nutr. 2004 Jun;79(6):969-73.
  • Jiang Y, Pan Y, Rhea PR, Tan L, Gagea M, Cohen L, Fischer SM, Yang P. A Sucrose-Enriched Diet Promotes Tumorigenesis in Mammary Gland in Part through the 12-Lipoxygenase Pathway. Cancer Res. 2016 Jan 1;76(1):24-9.
  • Stanhope KL, Havel PJ. Fructose consumption: considerations for future research on its effects on adipose distribution, lipid metabolism, and insulin sensitivity in humans. J Nutr. 2009 Jun;139(6):1236S-1241S.
  • Glushakova O, Kosugi T, Roncal C, Mu W, Heinig M, Cirillo P, Sánchez-Lozada LG, Johnson RJ, Nakagawa T. Fructose induces the inflammatory molecule ICAM-1 in endothelial cells. J Am Soc Nephrol. 2008 Sep;19(9):1712-20.
  • Ma X, Lin L, Yue J, Pradhan G, Qin G, Minze LJ, Wu H, Sheikh-Hamad D, Smith CW, Sun Y. Ghrelin receptor regulates HFCS-induced adipose inflammation and insulin resistance. Nutr Diabetes. 2013 Dec 23;3(12):e99.
  • Spreadbury I. Comparison with ancestral diets suggests dense acellular carbohydrates promote an inflammatory microbiota, and may be the primary dietary cause of leptin resistance and obesity. Diabetes Metab Syndr Obes. 2012;5:175-89.
  • Buyken AE, Flood V, Empson M, Rochtchina E, Barclay AW, Brand-Miller J, Mitchell P. Carbohydrate nutrition and inflammatory disease mortality in older adults. Am J Clin Nutr. 2010 Sep;92(3):634-43.
  • Dickinson S, Hancock DP, Petocz P, Ceriello A, Brand-Miller J. High-glycemic index carbohydrate increases nuclear factor-kappaB activation in mononuclear cells of young, lean healthy subjects. Am J Clin Nutr. 2008 May;87(5):1188-93.
  • Patterson E, Wall R, Fitzgerald GF, Ross RP, Stanton C. Health implications of high dietary omega-6 polyunsaturated Fatty acids. J Nutr Metab. 2012;2012:539426.
  • Yang LG, Song ZX, Yin H, Wang YY, Shu GF, Lu HX, Wang SK, Sun GJ. Low n-6/n-3 PUFA Ratio Improves Lipid Metabolism, Inflammation, Oxidative Stress and Endothelial Function in Rats Using Plant Oils as n-3 Fatty Acid Source. Lipids. 2016 Jan;51(1):49-59.
  • Micha R, Wallace SK, Mozaffarian D. Red and processed meat consumption and risk of incident coronary heart disease, stroke, and diabetes mellitus: a systematic review and meta-analysis. Circulation. 2010;121(21):2271-2283.
  • Oliveira A, Rodríguez-Artalejo F, Lopes C. Alcohol intake and systemic markers of inflammation–shape of the association according to sex and body mass index. Alcohol Alcohol. 2010 Mar-Apr;45(2):119-25.
  • Bjarnason I, Peters TJ, Wise RJ. The leaky gut of alcoholism: possible route of entry for toxic compounds. Lancet. 1984 Jan 28;1(8370):179-82.
  • Li J, Lee DH, Hu J, Tabung FK, Li Y, Bhupathiraju SN, Rimm EB, Rexrode KM, Manson JE, Willett WC, Giovannucci EL, Hu FB. Dietary Inflammatory Potential and Risk of Cardiovascular Disease Among Men and Women in the U.S. J Am Coll Cardiol. 2020 Nov 10;76(19):2181-2193.
  • Anand SS, Hawkes C, de Souza RJ, et al. Food Consumption and its Impact on Cardiovascular Disease: Importance of Solutions Focused on the Globalized Food System: A Report From the Workshop Convened by the World Heart Federation. J Am Coll Cardiol. 2015;66(14):1590-1614.
  • Furman D, Campisi J, Verdin E, Carrera-Bastos P, Targ S, Franceschi C, Ferrucci L, Gilroy DW, Fasano A, Miller GW, Miller AH, Mantovani A, Weyand CM, Barzilai N, Goronzy JJ, Rando TA, Effros RB, Lucia A, Kleinstreuer N, Slavich GM. Chronic inflammation in the etiology of disease across the life span. Nat Med. 2019 Dec;25(12):1822-1832.
  • Shivappa N, Godos J, Hébert JR, Wirth MD, Piuri G, Speciani AF, Grosso G. Dietary Inflammatory Index and Cardiovascular Risk and Mortality-A Meta-Analysis. Nutrients. 2018 Feb 12;10(2):200.