Qui étaient les sophistes et quelles contributions nous ont-ils laissées ?

Les sophistes étaient d'anciens penseurs grecs qui se consacraient à l'enseignement de l'art de la rhétorique et de la persuasion. Voyons quelles ont été leurs contributions les plus importantes.
Qui étaient les sophistes et quelles contributions nous ont-ils laissées ?
Maria Alejandra Morgado Cusati

Rédigé et vérifié par la philosophe et psychologue Maria Alejandra Morgado Cusati.

Dernière mise à jour : 13 novembre, 2022

Dans la Grèce antique, plus précisément dans l’Athènes démocratique des Ve et IVe siècles av. J.-C., il y avait un groupe de penseurs qui se sont consacrés à l’enseignement de l’art de la rhétorique et de la persuasion. Ces savants, appelés sophistes, poursuivaient un but pratique : instruire les citoyens à fonctionner dans les affaires publiques, en échange d’argent.

Les sophistes ne formaient pas une école unie. Cependant, ils avaient en commun leur relativisme moral, leur déni de la vérité objective et leur scepticisme quant à la valeur absolue de la connaissance. Plongeons-y.

Qui étaient les sophistes ?

Le mot « sophiste » vient du terme grec sophos, qui signifie « homme sage ». Dans la Grèce antique, ce terme était utilisé pour nommer tous ceux qui enseignaient la sagesse.

Cependant, à partir du Ve siècle av. J.-C., le terme commence à acquérir une teinte péjorative et dégradante. Divers philosophes de l’époque – les présocratiques – ont accusés les sophistes de ne pas rechercher la vérité objective.

La vérité est que les sophistes étaient des voyageurs qui connaissaient différentes cultures, très différentes de la culture grecque. Pour cette raison, ils en sont venus à se demander si les lois et les coutumes étaient le résultat d’une convention sociale ou, au contraire, étaient naturelles.

Ils prônaient une interprétation relativiste de la réalité, dans laquelle la vérité objective n’existait pas ; selon eux, la réalité était construite à partir de ce que croyait la majorité. Par conséquent, au lieu de rechercher la “vraie connaissance” comme le faisaient les philosophes de l’époque, ils se sont concentrés sur l’enseignement de l’oratoire, afin que leurs élèves puissent réussir dans la société et en politique.

Les sophistes sont passés de “maîtres de sagesse” ou de “connaisseurs de la vie” à “maîtres charlatans”, “escrocs” ou “faux sages”. Même des philosophes comme Platon et Aristote les ont accusés de tricherie pour avoir utilisé la rhétorique et la dialectique dans le but de tromper les gens.

Nous devons garder à l’esprit que, dans cette période historique, le système de gouvernement à Athènes était une démocratie parlementaire. Les lois et les offices publics étaient approuvés lors de débats entre citoyens. Par conséquent, la maîtrise de la rhétorique et de la persuasion était essentielle pour influencer les affaires publiques.

Les remarquables compétences des sophistes en oratoire étaient ainsi utiles pour l’époque, raison pour laquelle ils enseignaient cette compétence aux autres. Ils sont ainsi devenus les premiers penseurs professionnels rémunérés pour transmettre leur savoir.

La Grèce au temps des sophistes.
La Grèce démocratique a donné un contexte aux sophistes et leur a permis d’être utiles avec leurs connaissances.



[/atomik -lu-aussi ]

Les principaux représentants parmi les sophistes

Les sophistes ne constituaient pas un courant avec une seule pensée. Cependant, ils partageaient tous une position relativiste et sceptique quant à la vérité. Découvrez ci-dessous quelques-uns des sophistes les plus importants.

Protagoras (485 – 411 av. J.-C.)

La phrase la plus connue de ce philosophe était la suivante :

“L’homme est la mesure de toute chose : de celles qui sont, du fait qu’elles sont ; de celles qui ne sont pas, du fait qu’elles ne sont pas.”

~ Protagoras ~

Cette expression signifie que la loi est une convention sociale et qu’elle peut être modifiée selon l’intérêt de chaque communauté. Pour cette raison, les hommes à la majorité sont les seuls juges.

On se souvient de Protagoras comme d’un penseur itinérant, expert en rhétorique, qui facturait des honoraires élevés pour sa connaissance de l’utilisation correcte des mots (orthoépie).

Gorgias (483 – 375 av. J.-C.)

Il était un grand défenseur du scepticisme. Ses œuvres les plus connues sont Du non être, ou de la nature et Eloge d’Hélène.

La première est un traité de philosophie éléatique, dans lequel il soutient que rien n’existe ; si quelque chose existait, cela ne pourrait pas être connu et si cela pouvait être connu, cela ne pourrait pas être communiqué. La deuxième est un discours dans lequel il analyse toutes les raisons pour lesquelles Hélène est blâmée pour la guerre de Troie. Il les congédie tous pour leur mensonge.

Antiphon (480 – 411 av. J.-C.)

C’était un défenseur de la théorie hédoniste, qui affirme que les actions humaines sont motivées par la recherche du plaisir. Il s’est également consacrée à l’écriture de rhétorique et de discours politiques.

Il considérait que la loi était une convention humaine artificielle, qui allait souvent à l’encontre de la nature elle-même. Les lois sont mutables, comme la volonté humaine. C’est pourquoi la justice est sujette à des fluctuations. Ainsi, il a défendu que la transgression de la loi humaine en secret n’entraînait pas de châtiment.

Les contributions des sophistes

Bien que ce terme ait généralement une connotation péjorative au sein de la communauté philosophique, il est important de reconnaître les contributions que ces grands penseurs nous ont laissées. Les plus pertinentes sont les suivantes.

Relativisme et scepticisme

Les sophistes ont été les premiers à poser une vision relativiste et sceptique de la réalité. Pour eux, il n’y a pas de vérités ou de lois universelles qui expliquent l’origine des choses ou qui dictent ce qui est bien et ce qui est mal.

L’homme n’a pas les facultés de les connaître. Ainsi, il y a différentes opinions de la réalité, toutes étant valables.

L’accent est mis sur l’individu et la société

Les philosophes avant les sophistes s’étaient concentrés sur l’étude de la nature, la création et l’origine du cosmos. Ces nouveaux penseurs ont rompu avec cette tradition en se concentrant sur l’étude de l’homme et de la société, en considérant les différents facteurs qui leur sont liés, comme la politique ou l’éducation.

Politique.
Les sophistes ont porté l’analyse politique relative au niveau de l’étude de la philosophie.

L’importance de la parole et du langage

Les sophistes ont été les premiers penseurs à réfléchir sur le discours et son importance dans la persuasion. Ils sont ainsi les précurseurs de la rhétorique en tant que discipline.

Les sophistes ont apporté de grandes contributions à la philologie et à la linguistique, telles que la catégorisation des verbes et des noms, l’analyse grammaticale des mots, l’interprétation des sens, la pratique correcte de la syntaxe, les distinctions entre les mots et les types de phrases.



[/atomik -lu-aussi ]

La pédagogie

Les sophistes furent les premiers penseurs à faire payer leurs enseignements. De plus, ils sont considérés comme les précurseurs de l’éducation en milieu artificiel, une caractéristique de la civilisation occidentale. Cela a remplacé la formation grecque traditionnelle, dispensée dans l’environnement social des adultes.

La justification des sophistes

Bien que la tradition philosophique se soit chargée de discréditer les sophistes, certains philosophes contemporains ont tenté de revendiquer l’importance de ces grands penseurs. Par exemple, certains auteurs tels que Friedrich Nietzsche et George Grote ont soutenu que les sophistes étaient de véritables philosophes, dont les doctrines devraient être analysées comme des positions de connaissance sérieuses.



  • Cadavid L. Los sofistas: maestros del areté en la paideia griega. Revista Perseitas. 2014;2(1):37-61.
  • Taylor C, Lee M. The Sophists [Internet]. California: Stanford Encyclopedia of Philosophy; 2020 [consultado el 12 oct de 2022]. Disponible en: https://plato.stanford.edu/entries/sophists/