Racine de guimauve : bienfaits et effets secondaires

22 septembre 2020
La racine de guimauve s'utilise dans la médecine naturelle comme adjuvant pour la toux, les irritations cutanées ainsi que les inconforts digestifs. Comment l'utiliser ? Quels sont ses effets secondaires ?

La racine de guimauve (Althaea officinalis) est une écorce fibreuse de couleur marron qui provient de la guimauve officinale, une plante vivace originaire d’Europe, d’Asie Occidentale et du nord de l’Afrique. Ses extraits s’emploient dans l’élaboration de sirops pour la toux et de produits cutanés.

Elle semble également avoir d’autres usages médicinaux en raison de ses propriétés particulières. Toutefois, il n’existe pas encore de preuves solides sur ses effets sur la santé, car les études sur l’être humain furent réalisées à petite échelle et n’ont pas été concluantes.

Par conséquent, même si de nombreuses personnes l’utilisent comme complément naturel, la racine de guimauve n’est pas acceptée comme traitement de premier choix pour les maladies. En outre, en raisons de ses éventuels effets secondaires et interactions, il est préférable de consulter un médecin avant sa consommation.

Les bienfaits de la racine de guimauve

Les propriétés médicinales attribuées à la racine de guimauve proviennent en grande partie de sa teneur en mucilages. Il s’agit d’une substance végétale gélatineuse, similaire à la sève, qui a été utilisée comme épaississant.

En effet, les bonbons connus sous le nom de guimauve ont été nommés ainsi car leurs fabricants utilisaient initialement le mucilage de cette racine pour les préparer. Cependant, de nos jours, cette plante n’est plus utilisée, ces bonbons s’élaborent à base de sucre et de gélatine.

Pour en revenir au sujet principal, les mucilages de la racine de guimauve présentent une activité antioxydante. De plus, les preuves démontrent généralement qu’ils aident à combattre l’irritation de la peau ainsi que les problèmes digestifs. Voulez-vous en savoir davantage à ce sujet ? Voici les principaux bienfaits de la racine de guimauve.

Elle contribue au traitement de la toux et du rhume

Inflammation de la gorge.

“La racine de guimauve pourrait être efficace pour calmer l’irritation de la toux sèche.”

Certains sirops et pastilles pour la toux utilisent la racine de guimauve parmi leurs composants. Pour quelle raison? Le mucilage qu’elle contient peut recouvrir l’œsophage, ce qui diminue l’irritation causée par ce symptôme. Une étude publiée dans Complementary Medicine Research, a révélé que certains suppléments avec des extraits de cette racine aidaient à lutter contre la toux sèche.

Entre temps, une étude divulguée par Avicenna Journal of Phytomedicine a révélé que les enfants qui consommaient un mélange de plantes, comme la guimauve, la camomille et la sauge, avaient moins de toux sévère et de réveils nocturnes que ceux qui recevaient un placebo.

Par conséquent, on pense que la racine de guimauve peut être utile contre les symptômes de la grippe et du rhume. Toutefois, des études supplémentaires sont nécessaires. En attendant, cette plante peut se consommer sous forme de thé, de pastilles ou de sirop.

Lisez également : L’alimentation en cas de grippe

La racine de guimauve peut apaiser les irritations de la peau

On attribue aussi un effet anti-inflammatoire à la racine de guimauve. Cela pourrait être utile pour calmer les irritations cutanées dans les cas de furonculose, d’eczéma ou de dermatite. Un article publié dans Advances in Dermatology and Allergology a révélé qu’une pommade contenant 20 % d’extrait de racine de guimauve était efficace contre la peau irritée.

Par ailleurs, il a aussi été suggéré que l’application topique de produits contenants ces extraits contribue à mitiger les effets négatifs de l’exposition aux rayons UV ou au soleil. Cependant, ils ne doivent pas remplacer une crème solaire car ils ne fournissent pas la protection suffisante.

Une protection contre les ulcères

En soi, l’extrait de racine de guimauve n’a pas la capacité d’éviter la formation d’ulcères. Néanmoins, associée à des habitudes saines, elle peut aider à réduire les risques. C’est ce qu’explique une étude réalisée sur des animaux et publiée dans Pharmaceutical and Biosciences Journal.

Les chercheurs suggèrent que les mucilages et les flavonoïdes de cette plante sont responsables de cet effet. Plus concrètement, ils semblent couvrir et protéger le revêtement muqueux de l’appareil digestif. Ce qui diminue la formation d’ulcères.

Autres bienfaits supplémentaires de la racine de guimauve

  • Les remèdes naturels que contient cette plante ont montré un effet positif contre la sécheresse de la bouche.
  • De même, il a été souligné que la plante et ses extraits contribuent également à favoriser la cicatrisation et la guérison des plaies. On pense même qu’elle diminue le risque d’infection.
  • Elle possède des propriétés diurétiques qui permettent de promouvoir l’élimination des liquides retenus dans l’organisme. Mais, il faut l’utiliser avec soin, surtout dans le cas de traitements en parallèle.
La fleur de guimauve.

“La guimauve, associée à des mesures de protection gastrique, a un effet anti-ulcéreux.”

Découvrez aussi : Les meilleurs remèdes naturels pour cicatriser les plaies

Effets secondaires de la racine de guimauve

Chez la plupart des adultes en bonne santé, la racine de guimauve se tolère bien et ne provoque pas de réactions indésirables à des doses modérées. Toutefois, certaines personnes peuvent subir des maux d’estomac et des vertiges. Il est donc judicieux de commencer avec une faible dose jusqu’à la dose suggérée par le médecin ou le fabricant.

D’autre part, selon les données de la société américaine WebMD, elle peut entraîner une baisse du taux de sucre dans le sang chez certaines personnes. En outre, en raison du manque de preuves sur sa sécurité et son efficacité, cette plante doit être évitée dans les cas suivants:

  • Grossesse et allaitement
  • Troubles de la coagulation
  • Diabète
  • Avant et après les interventions chirurgicales

En général, elle interagit avec le lithium, les médicaments contre le diabète ainsi que les médicaments qui s’ingèrent pas voie orale. Il est donc préférable de consulter un médecin avant de consommer cette plante.

  • Tabarsa, M., Anvari, M., Joyner (Melito), H. S., Behnam, S., & Tabarsa, A. (2017). Rheological behavior and antioxidant activity of a highly acidic gum from Althaea officinalis flower. Food Hydrocolloids69, 432–439. https://doi.org/10.1016/j.foodhyd.2017.02.009
  • Fink, C., Schmidt, M., & Kraft, K. (2018). Marshmallow root extract for the treatment of irritative cough: Two surveys on users’ view on effectiveness and tolerability. Complementary Medicine Research25(5), 299–305. https://doi.org/10.1159/000489560
  • asma javid, nasrinsadat motevalli haghi, Ahmad Emami, aida ansari, seyed abbas zojaji, maryam Khoshkhui, & Hamid Ahanchian. (2018). Short-course administration of a traditional herbal mixture ameliorates asthma symptoms of the common cold in children. Avicenna Journal of Phytomedicine, Online First. https://doi.org/10.22038/ajp.2018.11678
  • Dawid-Pać R. Medicinal plants used in treatment of inflammatory skin diseases. Postepy Dermatol Alergol. 2013;30(3):170‐177. doi:10.5114/pdia.2013.35620
  • Zaghlool, S. S., Shehata, B. A., Abo-Seif, A. A., & Abd El-Latif, H. A. (2015). Assessment of Protective Effects of Extracts of Zingiber officinale and Althaea officinalis on Pyloric Ligation-Induced Gastric Ulcer in Experimental Animals. UK Journal of Pharmaceutical Biosciences, 3(4), 48. https://doi.org/10.20510/ukjpb/3/i4/89472
  • Rezaei M, Dadgar Z, Noori-Zadeh A, Mesbah-Namin SA, Pakzad I, Davodian E. Evaluation of the antibacterial activity of the Althaea officinalis L. leaf extract and its wound healing potency in the rat model of excision wound creation. Avicenna J Phytomed. 2015;5(2):105‐112.
  • Skrinjar, I., Vucicevic Boras, V., Bakale, I., Andabak Rogulj, A., Brailo, V., Vidovic Juras, D., … Vrdoljak, D. V. (2015). Comparison between three different saliva substitutes in patients with hyposalivation. Clinical Oral Investigations19(3), 753–757. https://doi.org/10.1007/s00784-015-1405-8
  • Shiffa, M., Aslam, M., Fahamiya, N., & Muzn, F. (2016). Unani perspective of Khatmi (Althaea officinalis). Journal of Pharmacognosy and Phytochemistry JPP, 357(56), 357–360. Retrieved from http://www.phytojournal.com/archives/2016/vol5issue6/PartE/5-6-35-802.pdf