Régimes low carb, rendement intellectuel et émotions

3 mars 2020
Les régimes low carb sont devenus l'une des stratégies nutritionnelles les plus utilisées. Mais il est important de considérer les effets de ce régime sur le plan intellectuel et émotionnel. Pour en savoir plus, continuez de lire cet article.

Les avantages physiques des régimes low carb sont bien connus des personnes qui s’intéressent à la nutrition pour perdre du poids. Mais savons-nous quel est leur impact sur le plan cognitif et émotionnel ? Sont-ils vraiment efficaces sur le long terme ?

Il est vrai que l’organisme peut obtenir du glucose à partir de n’importe quel macronutriment – glucides, graisses et protéines. Cependant, lorsqu’il n’utilise pas de glucides, son efficacité est beaucoup plus faible. Cela pourrait avoir des conséquences négatives sur le fonctionnement de notre cerveau.

Les régimes low carb

On parle de régimes low carb (pour faibles en glucides) pour désigner ceux dans lesquels l’énergie provenant d’aliments riches en glucides représente moins de 30% de la consommation totale d’énergie. Ces dernières années, ces régimes sont devenus les plus utilisés pour la perte de graisse corporelle.

La raison de son utilisation massive contre l’obésité réside dans le rôle important que jouent les glucides dans l’accumulation de la graisse corporelle. Cependant, il existe d’autres solutions qui, loin de les interdire, tentent de modérer leur quantité et d’ajuster leur indice glycémique.

En savoir plus : L’indice glycémique : de quoi s’agit-il ?

Régimes low carb et performances intellectuelles

Le cerveau humain, bien qu’il ne représente que 2 % du poids total du corps, utilise 20 à 30 % de l’énergie que nous consommons quotidiennement. Il s’agit donc d’un organe très exigeant qui, en raison de sa plus grande efficacité énergétique, utilise les glucides comme principal carburant.

Le cerveau est l’organe le plus exigeant du corps humain en raison de la complexité de son fonctionnement.

Une femme au cerveau illuminé

Selon ce qui précède, plusieurs études concluent que les régimes à faible teneur en glucides ont un impact négatif sur l’exécution des tâches cognitives liées à l’apprentissage, à l’attention et à la mémoire. Cependant, il semble que cela ne se produise qu’à court terme. Même s’il est également vrai que peu de personnes parviennent à les maintenir dans le temps.

À long terme, lorsque ne pas manger de glucides devient un mode de vie, un certain nombre d’adaptations semblent se produire qui rendent plus efficace l’obtention d’énergie à partir des acides aminés – l’unité structurelle des protéines – et des acides gras. Ainsi, la plupart des recherches à long terme n’ont pas constaté de détérioration des fonctions cognitives.

D’autre part, en ce qui concerne les personnes souffrant de troubles cognitifs, il semble que les régimes à faible teneur en glucides soient bénéfiques. En effet, le cerveau des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer perd sa capacité à utiliser le glucose comme source d’énergie, ce qui aggrave encore les troubles cognitifs.

Cependant, au moins pendant les premiers stades de la maladie, le cerveau de ces personnes est capable d’utiliser les corps cétoniques – des substances dérivées de la mobilisation et de la décomposition des acides gras – comme source d’énergie.

Ainsi, il semble que les régimes à faible teneur en glucides améliorent le fonctionnement cognitif des personnes souffrant d’une légère déficience. C’est ce que montrent les résultats d’un essai préliminaire publiés par le Journal of Alzheimer’s Disease en avril 2019. Il est dommage qu’il soit si difficile de maintenir ce type de régime alimentaire dans le temps.

Découvrir : Quelle est la différence entre la démence sénile et Alzheimer ?

Que se passe-t-il sur le plan émotionnel ?

Dans ce cas, c’est le contraire de ce dont nous avons parlé. Contrairement à ce qui se passe avec les performances intellectuelles, bien qu’à court terme il semble que les régimes à faible teneur en glucides n’aient pas d’impact négatif sur l’état émotionnel, à long terme, ils en ont un. Ce serait une conséquence de la réduction des niveaux de sérotonine dans le cerveau.

Alors que les glucides augmentent le taux de sérotonine dans le cerveau, les protéines et les graisses le réduisent.

Un cerveau qui représente les régimes low carb

L’adhésion à des régimes low carb

Les régimes à faible teneur en glucides sont probablement la stratégie d’alimentation qui reçoit le moins d’adhésion. Il y a plusieurs raisons à cela :

  1. Ne pas consommer de glucides est contraire au modèle social établi. Dans la culture occidentale, les céréales, les tubercules, les fruits et les légumes sont la base de l’alimentation. Donc ne pas en consommer demande un effort excessif qui fait échouer le régime. Chez les êtres humains, l’alimentation a une fonction sociale que les régimes à faible teneur en glucides ne peuvent remplir
  2. Limiter l’apport en glucides appauvrit l’éventail des aliments disponibles. La restriction est telle que la personne finit par tomber dans une alimentation monotone et non durable
  3. Comme nous l’avons vu plus haut, les régimes à faible teneur en glucides génèrent une humeur négative. De plus, les gens ont parfois besoin de nourriture pour réguler leurs émotions. Or, cela est impossible avec ce type de régime alimentaire

Ainsi, sauf cas exceptionnel et indépendamment de leurs avantages physiques théoriques, il semble que les régimes à faible teneur en glucides ne constituent pas une bonne alternative : ils réduisent les performances intellectuelles à court terme, ont un impact négatif sur l’état émotionnel et ne génèrent pas d’adhésion.

Fuyez les régimes restrictifs et optez pour une alimentation saine. De plus, n’oubliez pas que, quels que soient les avantages qui peuvent théoriquement se produire, le meilleur « régime » est celui qui est fait.