Spondylarthropathies : symptômes et diagnostic

Les spondylarthropathies font référence à des problèmes liés à l'arthrite. Nous allons découvrir ce qu'implique leur diagnostic, leurs symptômes et les manières de les traiter.
Spondylarthropathies : symptômes et diagnostic

Dernière mise à jour : 21 décembre, 2020

De manière générale, les spondylarthropathies font référence aux maladies liées à l’arthrite inflammatoire. En effet, on peut identifier plusieurs pathologies différentes qui appartiennent toutes au groupe des spondylarthropathies.

Celles-ci présentent une symptomatologie assez commune. C’est pour cela qu’on les regroupe dans ce même concept de spondylarthopathies, que nous détaillerons plus loin.

Qu’est-ce que les spondylarthropathies ?

Des os sur une radio.
Les spondylarthropathies font référence aux maladies liées à l’arthrite inflammatoire. 

Comme le montre bien l’article espagnol Patogenia de las espondiloartropatías seronegativasles spondylarthropathies constituent un groupe de type arthrite inflammatoire. Dans le cas où leur diagnostic s’avère séronégatif, cela signifie qu’elles n’affectent pas les articulations périphériques et axiales, entéritiques ou extra-articulaires.

Quelles sont les différentes maladies qui forment le groupe des spondylarthropathies ? Ce sujet est traité par l’article espagnol Espondiloartropatías. Utilidad de los criterios de clasificación. Voyons desquelles il s’agit :

  • Spondylarthrite ankylosante (SA) : maladie rhumatismale chronique.
  • Arthrite psoriasique (APso) : inflammation chronique des articulations périphériques, de la colonne et des enthèses, associée à la présence de psoriasis.
  • Spondylarthrite juvénile : la même que la précédente, mais qui touche les jeunes patients.
  • Arthrite réactionnelle (Are) : inflammation articulaire qui survient après une infection.
  • Arthrite entéropathique : associée à la maladie de Crohn et la colite ulcéreuse inflammatoire.

Au sein du groupe des spondylarthropathies se trouvent aussi les indifférenciées. En effet, celles-ci font référence à un groupe de patients qui présentent certaines des caractéristiques de ces maladies mais dont les critères de diagnostic ne permettent pas de les classer dans un des groupes précédents.

Symptomatologie

Maintenant que nous connaissons les maladies qui forment le groupe des spondylarthropathies, nous allons voir quels symptômes le caractérisent. Bien que, comme nous avons pu le voir, il existe différentes maladies associées, la plupart manifestent les symptômes suivants :

  • Douleur lombaire : c’est souvent le principal signal d’alerte de quelque chose qui ne va pas.
  • Douleur et gonflement : présent sur les bras et les jambes, ce n’est pas un symptôme très commun.
  • Sténose vertébrale : c’est une conséquence de la spondylarthrite ankylosante qui se manifeste par des douleurs lombaires.
Une colonne vertébrale en image.
De manière générale, les différentes maladies associées aux spondylarthropathies se manifestent par des douleurs lombaires.

Voilà certains des symptômes, mais comme nous l’avons vu précédemment, le psoriasis ou la maladie de Crohn peuvent aussi être associés aux spondylarthropathies. Il est important de consulter un médecin pour toute gêne ou douleur afin qu’il puisse réaliser les tests appropriés et poser un diagnostic précis.

Diagnostic

Si vous rendez visite au médecin en raison de l’un des symptômes exposés, celui-ci effectuera une série de tests. Le premier consiste à examiner vos antécédents médicaux pour ensuite procéder à un examen physique. Au cas où cela ne suffirait pas, il existe d’autres options :

  • La radiographie : permet de voir quels changements sont survenus dans les articulations. Toutefois, si ils sont très récents, ils peuvent ne pas être entièrement visibles.
  • L’imagerie par résonance magnétique (IRM) : cette technique permet de détecter les premiers signes des spondyloarthropathies qui n’apparaissent pas sur la radiographie.

Normalement, avant d’effectuer ces tests, le médecin demande une analyse de sang. En effet, si le gène HLA-B27 est détecté dans le sang, il y a de fortes chances qu’il s’agisse d’un signe de spondyloarthropathie. Toutefois, une radiographie ou une IRM sera nécessaire pour le confirmer.

Comment traite-t-on les spondylarthropathies ?

Traitement des spondylarthropathies.
Dans les cas les moins graves, des exercices spécifiques et un traitement anti-inflammatoire peuvent aider à contrôler la maladie.

Maintenant que vous connaissez un peu mieux les spondilarthropathies, vous devez sans doute vous demander quelles sont les différentes formes de traitement aujourd’hui.

Dans le cas d’une sténose vertébrale, la chirurgie semble être une option évidente. Cependant, dans la plupart des cas, si la situation n’est pas grave, on peut aussi opter pour les méthodes suivantes :

  • Exercices pour soutenir l’étirement et la mobilité des articulations.
  • Médicaments pour aider à réduire la douleur et calmer l’inflammation.
  • Dans les cas graves, on a souvent recours à la chirurgie de remplacement total ou partiel.

Un diagnostic précoce des spondylarthropathies permettra de prendre une série de mesures qui éviteront d’avoir recours à la chirurgie. Cependant, il n’est pas évident de détecter cette pathologie car on croit souvent que la douleur et due à autre chose, comme une mauvaise posture par exemple.

Par cet article, nous souhaitons vous faire prendre conscience de l’importance de toujours aller chez le médecin au lieu de faire des suppositions. Un traitement précoce vous évitera de nombreux problèmes dans ce type de situation.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 conseils pour prévenir l’arthrite des mains
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
5 conseils pour prévenir l’arthrite des mains

Prévenir l'arthrite des mains n'est pas chose impossible. Des études de diagnostic précoce peuvent en effet avertir la personne du risque d'en souffrir.



  • Ávila, D. G. F., Beltrán, A., Patiño, J. L., Sanmiguel, E. R., Karam, C. M., Moreno, P. S., … & Oñate, R. V. (2009). Diagnóstico de artritis psoriática. Revista Colombiana de Reumatología, 16(4), 342-351.
  • García Carballo, M. Mª., Miraflores Carpio, J. L., & García Parejo, Y.. (2001). Artritis reactiva: A propósito de un caso. Medifam, 11(8), 92-94. Recuperado en 18 de abril de 2019, de http://scielo.isciii.es/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1131-57682001000800011&lng=es&tlng=es.
  • González Cortiñas, Modesto, Faurés Vergara, Lourdes, Rodríguez Viera, Ricardo, & Gómez Arbesú, Jesús. (1997). HLA B27 y las espondilartropatías seronegativas. Revista Cubana de Medicina, 36(1), 24-28. Recuperado en 18 de abril de 2019, de http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0034-75231997000100005&lng=es&tlng=es.
  • Kokuina, Elena, Chico, Araceli, Estévez, Miguel, Calzadilla, Flora, & Gutiérrez, Ángela. (2007). Espondilitis anquilosante primaria: patrones clínicos en pacientes cubanos. Revista Cubana de Medicina, 46(1) Recuperado en 18 de abril de 2019, de http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0034-75232007000100006&lng=es&tlng=es.
  • Sampaio-Barros, PD, Carvalho, MAP, Azevedo, VF, Campos, WR, Carneiro, SCS, Giorgi, RDN, Gonçalves, CR, Hilário, MOE, Keiserman, MW, Leite, NH, Pereira, IA, Vieira, WP, Vilela, EG, Xavier, RM, & Ximenes, AC. (2004). Espondiloartropatias: outras artropatias. Revista Brasileira de Reumatologia, 44(6), 470-475. https://dx.doi.org/10.1590/S0482-50042004000600013