Synchronisation menstruelle : les règles des femmes qui vivent ensemble se synchronisent-elles ?

14 août 2020
La synchronisation menstruelle entre femmes qui vivent ensemble est une croyance populaire qui, 50 ans après l'apparition de l'étude à l'origine de cette affirmation, persiste encore. Néanmoins, cette hypothèse n'a pas été vérifiée. Sachez-en plus ici sur ce sujet.

La synchronisation menstruelle est un mythe populaire dont on entend parler depuis une cinquantaine d’années. C’est idée à été introduite par la psychologue Martha McClintoc, suite à une étude qu’elle a elle-même réalisée auprès de femmes vivant ensemble au sein d’une résidence étudiante. Cette étude a même été publiée dans la revue scientifique Nature.

Sa théorie était la suivante : chez les femmes qui vivent ensemble ou passent beaucoup de temps ensemble, on observe au fil du temps une synchronisation des règles. Selon la psychologue, son étude a confirmé sa théorie et les phéromones seraient responsables de la synchronisation menstruelle.

La synchronisation menstruelle et les phéromones

Les phéromones sont une sorte d’ectohormones qui ont été étudiées chez les souris et encore d’autres mammifères. Elles jouent un rôle important dans le comportement et la communication entre les individus d’une même espèce.

Dans le cas des êtres humains, le lien entre communication et phéromones n’a pas été strictement vérifié. Pour le moment, il n’est donc pas possible de conclure que la théorie de la synchronisation menstruelle répond à un mécanisme hormonal. D’autres études pour affirmer ou réfuter cette théorie sont nécessaires.

Cet article peut également vous intéresser : Les 6 hormones les plus importantes qui influencent le cycle d’ovulation

Comment un cycle menstruel normal se régule-t-il ?

Le synchronisation menstruelle est-elle une réalité ?

De nos jours, nous en savons beaucoup sur la physiologie féminine. Ce thème a été étudié en profondeur et continue d’être étudié.

Dès la naissance, les ovules se trouvent dans les ovaires et ils y restent jusqu’au début de la puberté. À partir des changements liés à la puberté, et pendant toute l’étape fertile, la femme vivra une fois par mois un processus appelé cycle menstruel ou menstruation. Ce cycle menstruel est ce que l’on connaît plus vulgairement sous le nom de “règles”.

La régulation des cycles menstruels se produit via les effets stimulateurs et inhibiteurs des hormones présentes dans le cerveau et dans les ovaires. Les hormones hypothalamiques impliquées (LH et FSH) sont libérées de manière périodique par l’hypothalamus (une zone du cerveau) et ont une action directe sur les ovaires.

Le résultat de cette sécrétion hormonale est le suivant : l’ovaire répond à ce stimulus en libérant un ovule mûr ainsi que des hormones stéroïdes différentes de celles libérées par l’hypothalamus. L’ovule libéré sera prêt à être fécondé ; la rencontre avec un spermatozoïde sain donnera un zygote.

Cette étape se caractérisera également par le grossissement de l’endomètre, la couche interne de l’utérus. Si l’ovule est fécondé, l’endomètre volumineux s’implantera quelques jours plus tard. Dans le cas contraire, il n’y aura pas de fécondation et l’endomètre subira certains changements qui provoqueront son décollement.

Ce processus que nous venons de décrire se renouvellera tous le 28 ou 35 jours. Par convention, le premier jour des règles est le premier jour du cycle. C’est à partir de ce jour que l’on détermine les jours les plus fertiles, par exemple.

Que sait-on sur les règles irrégulières ?

Généralement, les cycles menstruels varient peu entre l’âge de 20 et 40 ans. Les années comprises entre ces deux âges se caractérisent par une meilleure régularité des cycles menstruels. Les plus grands changements au niveau des cycles menstruels ont donc lieu avant l’âge de 20 ans et après l’âge de 40 ans : les cycles menstruels sont plus fréquemment irréguliers.

L’âge n’est pas le seul facteur pouvant expliquer les irrégularités menstruelles. Il y en a d’autres. Par exemple, pendant l’adolescence, des cycles menstruels irréguliers sont monnaie courante, car le système hormonal n’est pas encore suffisamment mature. Du côté des femmes âgées de plus de 40 ans et non ménopausées, des cycles menstruels irréguliers s’expliquent notamment par l’épuisement de la réserve des ovaires.

Le stress, l’obésité, un faible poids, les problèmes de thyroïde, la prise de médicaments et certaines maladies comme le diabète sont d’autres facteurs pouvant expliquer les irrégularités menstruelles. Les changements peuvent être ponctuels ou se prolonger sur plusieurs mois.

Une femme prenant note de la synchronisation menstruelle.

Cet article peut également vous intéresser : À quoi sont dues les douleurs abdominales pendant la grossesse ?

Les preuves scientifiques sur la synchronisation menstruelle ne sont pas concluantes

En 2006, Ziomkiewicz, professeur au sein de Jagiellonian University, a réalisé une étude similaire à celle de McClintock. Le résultat fut le suivant : les règles des participantes ne se sont pas synchronisées. Nous pouvons alors dire que, pour le moment, il n’y a pas de preuves scientifiques concluantes permettant d’affirmer l’existence du phénomène de synchronisation menstruelle chez les êtres humains.

Ainsi, même si nombreuses sont les femmes qui affirment que la synchronisation menstruelle est un phénomène qui existe, cette croyance figure, pour le moment, dans la catégorie des mythes. Peut-être que dans un futur proche, les recherches scientifiques confirmeront cette croyance.

 

  • Corrine K Welt, MD., retrieved on 14 May 2020, Physiology of the normal menstrual cycle, Evidence-based Clinical Decision Support- UpToDate. https://www.uptodate.com/contents/physiology-of-the-normal-menstrual-cycle?search=menstruaci%C3%B3n%20sincronixaci%C3%B3n&source=search_result&selectedTitle=3~150&usage_type=default&display_rank=3.
  • B. David Vantman and col., Reproductive physiology and evolutive changes with women age, Tema central: Infertilidad, Vol. 21. Núm. 3, páginas 348-362 (Mayo 2010).
  • Precone V and cols, Pheromone receptors and their putative ligands: possible role in humans, Eur Rev Med Pharmacol Sci. 2020 Feb;24(4):2140-2150. doi: 10.26355/eurrev_202002_20394.