Syndrome de Fortunata : le fantasme de chercher des personnes mariées

Plusieurs fois, à travers le syndrome de Fortunata, des lectures linéaires et sexistes sont faites sur la relation avec un homme marié. Cependant, la réalité est plus complexe.
Syndrome de Fortunata : le fantasme de chercher des personnes mariées
Maria Fatima Seppi Vinuales

Rédigé et vérifié par la psychologue Maria Fatima Seppi Vinuales.

Dernière mise à jour : 10 août, 2022

Le syndrome de Fortunata est un exemple de ce complexe qui se produit dans l’infidélité. Au travail, dans la file d’attente au supermarché, dans les émissions de télévision, lorsqu’un fait comme celui-ci est révélé entre une femme mariée et un homme marié, la plupart des gens deviennent opiniâtres.

Pour cette raison, nous en venons à pathologiser et à mettre des étiquettes de diagnostic, comme un moyen de simplifier la situation.

Qu’est-ce que le syndrome de Fortunata ?

Le nom du syndrome vient du roman Fortunata y Jacinta de Benito Pérez Galdós, dans lequel sont racontées les aventures de 3 personnes : Juanito Santa Cruz et deux femmes (Jacinta, sa femme, et Fortunata, son amante). Dans ce contexte, il fait référence à la relation d’une femme avec un homme marié. L’intrigue du roman aborde la complexité des liens et vient rendre compte des relations de dépendance et d’obsession.

De manière générale, lorsqu’on parle de syndrome de Fortunata, on fait référence aux caractéristiques suivantes :

  • Émotions, sentiments et intérêts orientés vers les personnes engagées ou mariées. Le syndrome se concentre sur l’intérêt des femmes pour les hommes mariés.
  • La personne exprime et sent qu’elle est capable de tout quitter pour être avec l’autre.
  • Il existe des croyances et des fantasmes selon lesquels la personne est destinée à l’infidèle. On croit qu’il y a quelque chose d’important entre eux et c’est pourquoi ils sont ensemble.
  • Ils ont aussi tendance à se projeter sur l’avenir, croyant qu’à un moment donné ils pourront être ensemble “en liberté” et sans problèmes.
  • Il y a idéalisation du lien. La situation se justifie en faisant appel à diverses excuses.
  • Il y a une perte d’intérêt perçue pour tous les autres liens et activités qui ne sont pas liés à l’amant.
  • Des émotions ambivalentes surgissent vis-à-vis de la partenaire de l’homme : parfois, il y a de la colère et du ressentiment envers celui qui les « empêche » d’être ensemble. Mais vous vivez aussi dans la culpabilité et vous sympathisez avec votre femme.
Infidélité.
L’infidélité est vécue de manière complexe par les participants, au point de mêler empathie et haine.

Son impact sur la santé

Ce syndrome n’est pas considéré comme une maladie ou un trouble mental, mais il présente des comportements qui, soutenus dans le temps, peuvent avoir un impact sur la santé des personnes concernées. L’anxiété est générée, il y a une faible estime de soi et de l’insécurité, ainsi que de l’inconfort.

Le syndrome de Fortunata et sa relation avec le sexe

Jusqu’à présent, le syndrome de Fortunata décrit classiquement. Maintenant, sur la base de ce qui a été mentionné, nous ne pouvons pas ne pas inclure une perspective de genre par rapport à la situation, compte tenu des changements sociaux et historiques et des nouvelles configurations familiales.

Ce qui est remis en cause, c’est que l’accent est généralement mis sur la relation avec l’homme marié, plutôt que sur l’établissement d’une relation dysfonctionnelle, dépendante et obsessionnelle. Le condamnable c’est que c’est un lien avec une personne engagée.

Peu de gens se soucient ou remarquent la qualité de cette relation. Cela soulève la question de savoir pourquoi certaines personnes pourraient avoir des schémas dysfonctionnels ou autodestructeurs de liaison à l’arrière-plan.

Doubles standards

Concernant le syndrome de Fortunata lui-même, il est important de savoir que la règle ne s’applique pas à toutes les personnes de la même manière. Il existe un double standard concernant le comportement des femmes : ce qu’elles ne peuvent pas faire est célébré ou justifié dans leur comportement.

Par exemple, si celui qui a commis l’infidélité est un homme, qui est exposé et blâmé, c’est elle. Elle est même accusée de « briser une famille », d ‘« avoir peu d’empathie pour les femmes ».

Dans la plupart des cas, personne ne s’interroge sur le rôle de soutien joué par l’interlocuteur, qui participe également au lien toxique. Par exemple, garder une histoire de promesses que tout va changer à un moment donné, demander du temps pour clarifier la situation avec votre partenaire.

Deuxièmement, sous la figure de l’hystérie, de la dépression et d’autres étiquettes, les appréciations moralisatrices sont souvent déguisées, liées à la manière dont les femmes choisissent de vivre leur sexualité. Il s’agit de chercher quelqu’un à blâmer car il est plus facile de suivre une explication linéaire que de poser des questions sur la responsabilité émotionnelle dans les relations. Responsabilité affective diluée et liée à la figure féminine.

Cependant, les gens prennent leurs propres décisions. Un homme marié n’est pas obligé de tricher, même si souvent, d’après la façon dont l’affaire est caricaturée et présentée, cela semble être le cas.

Perspective de genre dans le syndrome de Fortunata.
Les tendances négatives en matière de genre placent tout le poids du blâme dans les relations infidèles sur les femmes.

La sexualité comme instrument de contrôle

Foucault le disait déjà dans ses ouvrages : les normes et les valeurs liées à la sexualité s’inscrivent dans un mécanisme de contrôle et de régulation des personnes. Autour d’eux, il y a des comportements normatifs attendus qui définissent et cataloguent ce qui est correct et ce qui ne l’est pas.

Or, lorsqu’on réfléchit à ce type de relation, une approche d’une plus grande richesse, et même d’éthique professionnelle, exige que l’on aborde à partir de la multi-causalité. Pourquoi certaines personnes se connectent-elles toujours avec quelqu’un qui n’est pas disponible pour elles ? Pourquoi y en a-t-il qui risquent de se garder secrets et anonymes ?

Si nous pouvions creuser la situation, nous fournirions également de meilleures ressources. Nous devons accompagner les émotions et aider les gens à comprendre d’où ils choisissent.

Cela pourrait vous intéresser ...
Pénélope, la femme qui attendait Ulysse éternellement
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Pénélope, la femme qui attendait Ulysse éternellement

L'histoire de Pénélope est toujours présente dans notre société, cette femme qui attend et qui sacrifie sa vie et ses expériences en faveur d'une p...



  • Castelló Blasco, J. (2005). Dependencia emocional: características y tratamiento. Madrid: Alianza.
  • Barraca Mairal, Jorge (2015). Una forma de dependencia emocional: El “síndrome de Fortunata” / The “Fortunata syndrome”: a form of emotional dependency.Pap. psicol ; 36(2): 145-152, mayo-ago. 2015.
  • Álvaro, L. C., & Martín del Burgo, A. (2007). Trastornos neurológicos en la obra narrativa de Benito Pérez Galdós. Neurología (Barc., Ed. impr.), 292-300.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.