Syndrome de Ramsay Hunt : en quoi consiste-t-il ?

Le syndrome de Ramsay Hunt est l'une des principales causes de paralysie faciale périphérique. De plus, il peut provoquer d'autres symptômes, tels qu'une perte auditive ou des étourdissements. Nous vous l'expliquons ici.
Syndrome de Ramsay Hunt : en quoi consiste-t-il ?

Dernière mise à jour : 21 avril, 2021

Le syndrome de Ramsay Hunt est une conséquence du virus de la varicelle. Il comprend un ensemble de symptômes et de signes qui apparaissent du fait que cet agent viral est capable d’affecter certains nerfs. Plus précisément, le nerf facial.

Le nerf facial contient des fibres motrices et sensorielles. Il innerve différentes parties du visage, donc il nous aide avec des gestes, tels que ceux utilisés pour manger et parler.

Le syndrome de Ramsay Hunt peut provoquer une paralysie faciale et une perte auditive dans la même oreille latérale. C’est un problème assez fréquent. Par conséquent, nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir.

Qu’est-ce que le syndrome de Ramsay Hunt ?

Le syndrome de Ramsay Hunt est l’une des affectations que le virus varicelle-zona peut produire. Cet organisme appartient à la famille des virus de l’herpès.

Selon un article publié dans les Annals of Internal Medicine, le syndrome de Ramsay Hunt consiste en une paralysie du nerf facial. De plus, elle s’accompagne généralement d’éruptions avec des vésicules sur le pavillon ou même à l’intérieur de la bouche.

C’est la deuxième cause la plus fréquente de paralysie du nerf facial au niveau périphérique. En fait, il représente 7 % de tous les cas. En effet, l’infection par le virus varicelle-zona est très courante dans la population générale.

Une autre étude publiée dans SEMERGEN Family Medicine affirme que la présentation clinique est très variée. C’est pourquoi il est généralement classé en 4 étapes en fonction de la gravité. Le cas clinique complet, ou plutôt le premier qui a été décrit, comprend les signes suivants :

  • Syndrome infectieux général, avec malaise, fatigue et douleur.
  • Éruption cutanée et déficience auditive.
  • Sensations gustatives affectées.
  • Paralysie faciale périphérique.

Causes du syndrome de Ramsay Hunt

La cause du syndrome de Ramsay Hunt est le virus varicelle-zona. Il apparaît chez les personnes qui ont déjà eu la varicelle. En effet, ce virus est capable de rester latent dans le corps. Plus précisément, il a tendance à se loger dans les tissus nerveux.

Lorsque le virus se réactive, il provoque des symptômes. Comme l’indique un article du ministère de la Santé, il se transmet généralement de personne à personne en touchant les ampoules d’une personne infectée à ce moment-là.

Cependant, il peut également être transporté dans l’air par des gouttelettes qui sont expulsées par la toux ou les éternuements. Parfois, il se transmet même à partir d’objets contaminés. Il est obligatoire d’avoir été infecté par ce virus pour développer le syndrome de Ramsay Hunt.

Un bébé avec la varicelle.
La varicelle est la condition préalable nécessaire pour que ce syndrome apparaisse plus tard, parfois plusieurs années plus tard.

Facteurs de risque

Le syndrome de Ramsay Hunt peut apparaître chez toute personne ayant eu la varicelle. C’est une condition essentielle pour cela. Il est important de comprendre que ce syndrome n’est pas contagieux.

Comme pour le zona, quand ils se déclenchent, ce qui peut se propager, c’est le virus lui-même. Si une personne qui n’a pas eu la varicelle entre en contact avec une autre atteinte du syndrome de Ramsay Hunt, ce qu’elle développera sera l’image typique de la maladie exanthématique.

Il faut également noter qu’aujourd’hui, il existe des vaccins contre ce virus. Par conséquent, une personne vaccinée ne risque pas d’en souffrir.

La question de l’âge est essentielle. Il est très rare que les enfants développent le syndrome de Ramsay Hunt. Cette maladie apparaît généralement chez les plus de 60 ans. Il est enfin également plus fréquent chez ceux qui ont un système immunitaire affaibli.

Quels sont les symptômes ?

Comme nous l’avons vu dans la première section, le syndrome de Ramsay Hunt a une expression clinique très variable. Comme expliqué par des spécialistes de la clinique Mayo, les deux principaux symptômes sont la paralysie faciale et les éruptions cutanées. Il apparaît généralement autour ou à l’intérieur de l’oreille. En outre, il existe des vésicules remplies de liquide.

Dans certains cas, l’éruption cutanée n’apparaît pas ou n’apparaît pas après une paralysie. Peut se produire un mal d’oreille, un acouphène constant ou même une perte auditive.

Avec la paralysie faciale, il est difficile de fermer l’œil du côté affecté. La bouche et les yeux peuvent être secs. En effet, le nerf facial innerve également les glandes responsables de la sécrétion de larmes et de salive.

Le goût peut également être modifié. La capacité de goûter les aliments avec la partie la plus antérieure de la langue est perdue.

Complications du syndrome de Ramsay Hunt

Le syndrome de Ramsay Hunt peut entraîner des complications à long terme. L’une des plus importantes est la névralgie post-herpétique. Elle se réfère à une douleur chronique qui reste dans la zone où l’éruption cutanée s’est produite.

Elle apparaît parce que les fibres nerveuses sont endommagées par la présence du virus. De même, la sensibilité faciale et l’audition peuvent être altérées de façon permanente. Cependant, c’est un peu moins courant.

Enfin, il est possible qu’en raison de l’incapacité de fermer l’œil pendant le syndrome de Ramsay Hunt, des blessures à l’œil puissent survenir. Des particules ou des agents pénètrent qui endommagent la cornée, affectant la vision.

Comment diagnostique-t-on le syndrome de Ramsay Hunt ?

Le diagnostic de cette maladie est généralement fait à partir des symptômes et des antécédents médicaux du patient. Comme il s’agit de la deuxième cause la plus fréquente de paralysie périphérique, il est toujours important de la considérer.

De plus, comme l’explique une étude publiée dans le Clinical Journal of Family Medicine, il existe une série de tests qui peuvent aider au diagnostic. Le premier est la sérologie. Il consiste à détecter des anticorps dans le sang contre le virus varicelle-zona.

Un autre qui peut aider est la réaction en chaîne par polymérase (PCR). Dans certains cas, si le diagnostic est incertain, une imagerie peut être réalisée pour écarter d’autres étiologies. Le plus utilisé est l’imagerie par résonance magnétique.

Une IRM permet de détecter le syndrome de Ramsay Hunt.
L’utilisation d’images dans ce syndrome n’est justifiée que s’il est nécessaire d’exclure d’autres pathologies suspectes, comme une tumeur cérébrale.

Traitements disponibles

Le traitement du syndrome de Ramsay Hunt vise à réduire le risque d’éventuelles complications et d’inconfort pour le patient. Pour cette raison, les médicaments les plus couramment utilisés sont les analgésiques. Ils essaient de réduire la douleur qui survient. Des médicaments anxiolytiques peuvent également être prescrits en cas de vertiges.

Les antiviraux doivent empêcher le virus de se multiplier davantage. Les plus utiles contre le virus varicelle-zona sont l’acyclovir et le valacyclovir. Ils peuvent être associés à des corticostéroïdes pour augmenter leur effet.

Le syndrome de Ramsay Hunt est secondaire à la varicelle

Ce qu’il faut garder à l’esprit, c’est que ce syndrome ne survient que chez les personnes qui ont été infectées par le virus varicelle-zona. Il apparaît généralement des années après l’infection, en particulier chez les personnes âgées.

Elle se caractérise par une paralysie du nerf facial et une éruption vésiculaire. Face à tout signe, vous devriez consulter un médecin. Un traitement approprié peut réduire le risque de complications à long terme, telles que la douleur chronique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Syndrome de la peau ébouillantée : causes et symptômes
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Syndrome de la peau ébouillantée : causes et symptômes

Le syndrome de la peau ébouillantée est une affection cutanée. C'est une réaction à une infection de la peau causée par des staphylocoques.