Syndrome de tension temporo-mandibulaire

30 septembre 2020
Le syndrome de dysfonctionnement temporo-mandibulaire peut entraîner des douleurs aiguës chroniques, une limitation de l'ouverture de la bouche ainsi que des inconforts dans les organes voisins. Comment peut-on le traiter ?

Le syndrome de dysfonctionnement temporo-mandibulaire est également souvent appelé trouble de l’articulation temporo-mandibulaire. Cela correspond à un ensemble d’affections de l’articulation temporo-mandibulaires.

Dans tous les cas, les symptômes communs sont la douleur dans la zone, ainsi qu’une altération de la fonction articulaire. En outre, cela peut avoir un impact significatif sur la qualité de vie. De quoi s’agit-il ? Comme l’améliorer ? Voici les détails.

Qu’est-ce que l’articulation temporo-mandibulaire ?

C’est celle qui relie la mâchoire au crâne dans la région temporale. Elle se trouve des deux côtés de la tête juste devant les oreilles. Son fonction est de permettre l’ouverture et la fermeture de la bouche. Ceci est rendu possible également grâce aux muscles dits masticateurs.

Lorsque nous parlons, mangeons, baillons ou rions, nous utilisons cette articulation. Aucune difficulté à comprendre qu’elle nous est donc indispensable. C’est pourquoi, les troubles de l’articulation temporo-mandibulaire sont plutôt fréquents chez les adultes. Ils peuvent même se produire chez les enfants, surtout à partir de 10 ans.

Un homme qui a mal à la mâchoire.

“L’articulation temporo-mandibulaire permet l’ouverture et la fermeture de la bouche.”

Qu’est-ce que le syndrome de dysfonctionnement temporo-mandibulaire ?

Comme nous l’avons mentionné avant, il s’agit d’un ensemble d’affections qui se classent généralement selon l’origine du problème, soit musculaire, soit articulaire. En réalité, l’articulation et les muscles masticateurs sont touchés bien souvent de manière simultanée.

Ce syndrome peut être unilatéral ou bilatéral. Il est plus courant chez les femmes. Par ailleurs, l’âge d’apparition le plus fréquent se situe entre 20 et 44 ans environ, même s’il peut survenir à n’importe quel âge.

Il se caractérise par la présence de :

  • Douleur aiguë ou chronique liée au mouvement de la mâchoire, généralement autour de l’oreille.
  • Craquement de l’articulation à l’ouverture et à la fermeture de la bouche.
  • Limitation de l’ouverture de la bouche, cela peut même bloquer la mâchoire.
  • Mal de tête et douleur dans le cou.
  • Douleur à l’oreille.
  • Bourdonnements dans les oreilles.
  • Diminution de l’acuité auditive.

Lisez également : Les glandes sous-maxillaires : à quoi servent-elles ?

Quelles sont les causes possibles ?

Les causes possibles sont variées. En effet, la plupart du temps, elles sont multiples. En voici quelques-unes :

  • Malocclusion dentaire.
  • Habitude de serrer la mâchoire.
  • Habitude de mordre le crayon.
  • Mâcher des chewing-gums.
  • Bruxisme.
  • Stress et anxiété.
  • Une sensibilité accrue à la douleur.
  • Néoplasies.
  • Maladies dégénératives articulaires.
  • Traumatisme dans les articulations.
  • Déplacement du disque articulaire.

Souvent, pour réaliser le diagnostic, il suffit au spécialiste de réaliser l’histoire clinique de la douleur chez le patient puis de procéder à un examen physique de la zone, y compris la région du cou.

Dans certains cas, une imagerie est nécessaire. Par exemple, une radiographie, un scanner ou une IRM. Si le médecin le juge nécessaire, il effectuera des analyses sanguines afin d’établir un diagnostic différentiel.

Un jeune patient chez l'orthodontiste.

“Le bruxisme, les maladies articulaires dégénératives ainsi que les traumatismes sont quelques-unes des causes principales du syndrome de dysfonctionnement temporo-mandibulaire.”

Quelles sont les solutions ?

Dans de nombreux cas, les causes de ce syndrome coexistent, et la recherche du traitement peut requérir la participation d’une équipe pluridisciplinaire. Parfois, il s’agit simplement d’une situation temporaire qui peut même s’améliorer sans traitement spécifique.

Cependant, très souvent, des mesures de traitement seront indispensables pour améliorer la douleur et les dysfonctionnement articulaires. Toutefois, certaines actions peuvent être prises par les patients eux-mêmes pour diminuer ou contrôler ce syndrome. Nous les appelons mesures conservatrices. Voici quelques exemples :

  • Eviter de mordre dans les objets non comestibles (crayons, stylos, ongles, etc).
  • Garder la mâchoire légèrement ouverte, détendue, afin d’éviter qu’elle soit constamment serrée.
  • Être prudent, voire éviter certains instruments de musique qui peuvent entraîner une tension dans la région de la bouche, des mâchoires ou du cou.
  • Appliquer des techniques de relaxation musculaire.
  • Placer des compresses chaudes ou froides sur la zone douloureuse.
  • Améliorer l’hygiène du sommeil.
  • Faire des massages musculaires.
  • Manger des aliments mous.
  • Eviter les mouvements amples de la mâchoire.

Ces mesures seront d’une grande utilité, toujours sous la supervision d’un spécialiste. A certaines occasions, le médecin peut prescrire des analgésiques pour la douleur ainsi qu’une thérapie physique.

Il existe également des attelles occlusales amovibles qui sont parfois administrées. D’autre part, chez les patients atteints sévèrement, les mesures conservatrices ne sont souvent pas suffisantes et la chirurgie est préconisée.

Découvrez aussi : 3 solutions pour combattre le bruxisme depuis chez vous

Le pronostic du syndrome de dysfonctionnement temporo-mandibulaire peut varier selon la cause

Heureusement, dans la majorité des cas, les personnes réagissent bien aux mesures conservatrices. Par conséquent, le pronostic est bon. Néanmoins il est important de souligner que, si le syndrome de tension temporo-mandibulaire est le résultat d’une néoplasie, de maladies dégénératives articulaires, etc, le pronostic et l’évolution peuvent varier.

Enfin, les symptômes peuvent s’améliorer ou s’aggraver en fonction de l’évolution de la maladie qui en est la cause. C’est pourquoi, il est fondamental de réaliser un bon diagnostic médical et de commencer rapidement le traitement selon le cas.

  • Rios, J. (Feb 22, 2017). Temporomandibular Disorders. Medscape. Retrieved on May 11, 2020 from https://emedicine.medscape.com/article/1143410-overview
  • Mehta, N, R. (n.d.). Retrieved on May 11, 2020 from. Evidence-based Clinical Decision Support – UpToDate. Retrieved on May 11, 2020 from https://www.uptodate.com/contents/temporomandibular-disorders-in-adults?search=temporomandibular%20joint%20syndrome&source=search_result&selectedTitle=1~94&usage_type=default&display_rank=1
  • Kasper y col., Principios de medicina interna de Harrison, ed. Mac Graw Hill. Ed. 19.