Tests sanguins pour détecter les marqueurs tumoraux : de quoi s'agit-il et quand les réaliser ?

Les tests sanguins permettent de détecter toutes les substances liées à un processus tumoral. Découvrez ici quels sont les plus importants.
Tests sanguins pour détecter les marqueurs tumoraux : de quoi s'agit-il et quand les réaliser ?

Dernière mise à jour : 20 mai, 2022

L’une des principales causes de décès dans le monde est le cancer. Pour cette raison, des tentatives sont en cours pour développer des moyens de le détecter à ses débuts. Parmi ces tentatives, se trouvent les tests sanguins pour détecter les marqueurs tumoraux.

Le cancer est une maladie chronique dans laquelle les cellules perdent le contrôle de leur cycle de vie, se reproduisant de manière disproportionnée. Ses causes sont étudiées jour après jour afin de promouvoir des modes de vie plus sains qui parviennent à la prévenir.

Bien que certains gènes impliqués dans le développement de divers types de néoplasmes soient déjà connus, ils sont considérés comme ayant une origine multifactorielle. Ainsi, les recherches actuelles visent à établir les facteurs de risque impliqués dans la transformation d’une cellule normale en cellule tumorale.

En raison de ce changement de fonction, les cellules néoplasiques peuvent produire des substances différentes de celles observées dans une cellule normale ou produire de grandes quantités d’un composé considéré comme physiologique. Ces molécules peuvent être détectées dans un test sanguin de cancer.

Que sont les marqueurs tumoraux ?

Le terme marqueur tumoral sérique fait référence à une substance qui peut être reconnue en laboratoire grâce à un test sanguin. Son nom implique que les composés sont produits par les cellules tumorales, mais le terme inclut également les substances dérivées de cellules normales en présence de cancer.

Il existe des situations bénignes dans lesquelles les marqueurs tumoraux sont élevés sans qu’il y ait de néoplasme.

La détection de ces substances par un test sanguin de routine présente de grands avantages :

  • Seul un échantillon de sang est nécessaire, il est donc considéré comme une étude non invasive.
  • Les tests sanguins du cancer sont peu coûteux par rapport aux autres méthodes de dépistage.
  • Les résultats sont obtenus en peu de temps, ce qui peut accélérer le processus d’investigation d’un néoplasme.

L’efficacité des tests sanguins contre le cancer

Tout test de diagnostic est évalué à plusieurs reprises pour déterminer son efficacité. En général, les tests sont évalués en utilisant les termes suivants :

  • Sensibilité : c’est la capacité d’un test à détecter les personnes malades. Lorsque la sensibilité est élevée, un résultat normal exclut presque toujours le diagnostic.
  • Spécificité : elle fait référence à la proportion d’individus sains dont le test est négatif. Lorsque la spécificité d’une étude est élevée, un résultat positif est en mesure de confirmer la maladie.

La spécificité et la sensibilité des tests sanguins du cancer varient en fonction du marqueur tumoral et même du type de néoplasme. Certaines limitations sont à prendre en compte :

  • Tous les marqueurs tumoraux ne sont pas spécifiques d’un type de tumeur.
  • Chez certains patients cancéreux, les valeurs se situent dans les limites normales.
  • Il existe des situations bénignes dans lesquelles les marqueurs peuvent être élevés, sans indiquer une évolution pathologique.
Cellules tumorales dans le corps.
Les cellules tumorales sont capables de produire des substances qui, lorsqu’elles sont détectées, suggèrent au médecin un processus néoplasique.

L’utilité des tests sanguins pour détecter les marqueurs tumoraux

En raison des limites observées dans les marqueurs tumoraux, la demande de ces tests et l’interprétation ultérieure des résultats doivent être effectuées par un personnel formé. De même, il est nécessaire d’individualiser chaque patient.

Cependant, ces 3 conseils peuvent être pris en compte :

  • Tenir compte de la concentration sérique. Plus un résultat est élevé, plus la probabilité qu’il y ait un néoplasme est grande.
  • Écarter toute pathologie considérée comme bénigne qui pourrait être impliquée dans un résultat altéré.
  • Effectuer plusieurs détections en série au lieu d’une seule valeur isolée.

Il n’existe actuellement aucun marqueur tumoral servant de guide unique pour le diagnostic d’un néoplasme. Même ainsi, sa détection sert d’étude initiale contre une suspicion de cancer chez un patient donné.

Après le début du traitement, l’un des moyens d’évaluer l’efficacité du traitement consiste à détecter les marqueurs tumoraux et à les comparer aux valeurs précédentes. Le dosage de ces substances dans des bilans sanguins périodiques permet de rechercher une éventuelle récidive du cancer.

Quels sont les principaux marqueurs tumoraux ?

En pratique clinique, la demande de marqueurs tumoraux dépend de la suspicion diagnostique d’un néoplasme particulier. Et bien qu’il existe un large éventail de substances détectables dans le sang, les plus utilisées sont celles citées ci-dessous.

Antigène carcinoembryonnaire (ACE)

Il s’agit d’une glycoprotéine d’origine fœtale qui est élevée dans le cancer colorectal, c’est pourquoi elle est souvent prescrite comme moniteur de traitement. Cependant, cet antigène peut également montrer des valeurs accrues dans le mélanome, le lymphome, le cancer du sein, du poumon, du pancréas, de l’estomac, du foie, du rein, de la vessie, de la thyroïde, du col de l’utérus et de l’ovaire.

Il existe des conditions dans lesquelles ce test sanguin de cancer est altéré en l’absence de cancer. Parmi ces entités, figurent les suivantes :

  • Maladie inflammatoire de l’intestin
  • Pancréatite
  • Hépatopathies
  • Fumeurs



Alpha-foetoprotéine (AFP)

Il s’agit d’une protéine synthétisée dans la vie fœtale, ses valeurs sont donc rapidement réduites après la naissance. C’est un test sanguin utile dans la détection des tumeurs germinales (testicule et ovaire), mais aussi dans les hépatocarcinomes.

D’autre part, étant une protéine synthétisée par le fœtus, les valeurs peuvent être augmentées chez les femmes enceintes. Aussi, il existe des pathologies non tumorales du foie dans lesquelles on observe des augmentations de la valeur de l’alpha-foetoprotéine.

La même chose se produit dans les métastases hépatiques.

Gonadotrophine chorionique humaine (hCG)

C’est une glycoprotéine composée de deux sous-unités : alpha et bêta. La première a une structure similaire à celle des sous-unités alpha de plusieurs hormones, c’est pourquoi la détection de la fraction bêta-hCG est généralement demandée.

C’est un test sanguin utile dans les tumeurs germinales, telles que le choriocarcinome, mais aussi dans la maladie trophoblastique gestationnelle et la grossesse extra-utérine.



Antigène spécifique de la prostate (PSA)

Le PSA est une enzyme impliquée dans la fertilité masculine, puisqu’il joue un rôle important dans le liquide séminal. Il est produit par des cellules épithéliales situées dans la prostate ; cela inclut à la fois les cellules normales et celles qui présentent divers degrés d’hyperplasie et même de cancer.

Du fait de cette variabilité, sa valeur peut être élevée en l’absence de néoplasie. Un résultat dans les limites normales n’est pas suffisant pour exclure une lésion tumorale. Cependant, c’est un marqueur très utile dans la détection précoce du cancer de la prostate. Notamment s’il est utilisé avec le toucher rectal.

Il est indispensable pour le suivi régulier des patients en rémission.

CA 125

Il s’agit d’un antigène, qui est utilisé dans la détection des tumeurs ovariennes, mais il est également élevé dans d’autres néoplasmes (pancréas, estomac, vessie, côlon, poumon et sein). En revanche, il existe certaines conditions dans lesquelles le CA 125 peut avoir des valeurs majorées :

  • Maladie inflammatoire pelvienne
  • Kystes de l’ovaire
  • Endométriose
  • Grossesse
  • Hépatopathies
  • Pancréatite
Le kyste ovarien produit des marqueurs tumoraux.
Certains marqueurs tumoraux peuvent être élevés dans les kystes ovariens, sans qu’ils soient malins.

CA 19-9

Cet antigène est élevé dans les néoplasmes du pancréas et des voies biliaires. Même ainsi, le CA 19-9 peut être augmenté dans d’autres types de cancer et d’autres processus non néoplasiques.

Plus de substances qui ont une utilité comme marqueurs tumoraux

  • CA 50
  • CA 27.29
  • Phosphatase alcaline
  • Bêta-2-microglobuline (B2M)
  • Déshydrogénase lactique (LDH)
  • Énolase spécifique des neurones (NSE)
  • L’oncoprotéine C-erb B2 ou Her-2-neu
  • Antigène du carcinome épidermoïde (SCC)

Les situations dans lesquelles des marqueurs tumoraux sont demandés

Bien que les tests sanguins soient un arsenal créé pour la détection précoce de différents types de cancer, ils n’ont pas montré d’utilité dans le dépistage de la population sans facteurs de risque ni suspicion diagnostique. Par conséquent, ils sont considérés comme peu pratiques à appliquer comme protocoles de dépistage à tout le monde.

Cependant, ils ont une utilité dans le diagnostic du cancer chez les patients chez qui une lésion tumorale est suspectée. De même, le plus grand bénéfice démontré par la plupart d’entre eux réside dans le suivi des patients.

En premier lieu, parce qu’ils permettent d’évaluer l’efficacité des traitements administrés. En second lieu, parce que leur détermination périodique permet une détection précoce des récidives.

Cela pourrait vous intéresser ...
Journée mondiale contre le cancer du sein : pour toutes les femmes courageuses
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Journée mondiale contre le cancer du sein : pour toutes les femmes courageuses

Notre hommage à toutes ces femmes et aussi à ces hommes qui mènent chaque jour leur combat personnel : vaincre le cancer du sein.



  • Contreras, N.; Lugo, G.; Martínez, J.; Introducción a los Marcadores Tumorales Séricos; Médica Sur; 116 (3): 111 – 121; 2006.
  • Ramírez, H.; Rodríguez, J.; Palacio, H.; Ardila, E.; López, A.; Fuentes, E.; Marcadores Tumorales; Acta Médica Colombiana; 15 (3); 1990.
  • Maldonado Mercado, M. G., Pereyra Morales, M. A., & Zenteno Galindo, E. A. (2015). Estructura y función de la alfa-fetoproteína. Revista de la Facultad de Medicina (México)58(4), 5-13.
  • Hermida, I.; Sánchez, E.; Nerín, C.; Cordero, R.; Mora, I.; Pinar, J.; Marcadores Tumorales; Revista Clínica de Medicina de Familia; 9 (1): 31 – 42; 2016.
  • Bravo, S.; Cruz, J.; Estudios de Exactitud Diagnóstica: Herramientas para su Interpretación; Revista Chilena de Radiología; 21 (4): 158 – 164; 2015.
  • Ruiz, A. C., Jiménez, F. R., Hernández, J. A. L., & Jiménez, F. J. G. (2014). Capacidad diagnóstica del antígeno carcinoembrionario. Gastroenterología y Hepatología37(10), 551-557.
  • Vizcaíno, G.; Importancia del Cálculo de la Sensibilidad, la Especificidad y otros Parámetros Estadísticos en el Uso de las Pruebas de Diagnóstico Clínico y de Laboratorio; Medicina & Laboratorio; 23: 265 – 286; 2017.