Tout ce que vous devez savoir sur la plaque bactérienne dentaire

Être vigilant et contrôler la plaque bactérienne dentaire est une façon de prendre soin de notre santé bucco-dentaire. Nous vous disons tout ce que vous devez savoir à ce sujet.
Tout ce que vous devez savoir sur la plaque bactérienne dentaire
Vanesa Evangelina Buffa

Rédigé et vérifié par la dentiste Vanesa Evangelina Buffa.

Dernière mise à jour : 13 juillet, 2022

L’origine de nombreux problèmes dans la bouche est ce qu’on appelle la plaque bactérienne dentaire. C’est ce film collant qui adhère aux surfaces dentaires et que nous essayons d’éliminer avec l’hygiène buccale.

La plaque dentaire est constituée de bactéries et de sucres et se forme en permanence. C’est pourquoi vous devez faire face à son élimination encore et encore, plusieurs fois par jour, tous les jours.

Si nous négligeons ce contrôle, la plaque devient une menace pour la santé bucco-dentaire. La carie dentaire, la maladie parodontale, la mauvaise haleine et les dents sales et tachées sont quelques-unes des conséquences possibles.

Savoir comment se forme la plaque bactérienne dentaire vous aidera à la contrôler et à prévenir les problèmes qu’elle engendre. Nous vous parlons plus en détail ci-dessous de ce processus qui se déroule dans la bouche.

Qu’est-ce que la plaque dentaire bactérienne ?

Comme nous l’avons déjà mentionné, la plaque bactérienne dentaire est un film visqueux qui se forme chaque jour sur les dents. Elle résulte de la combinaison de micro-organismes dans la bouche avec de la salive et des débris alimentaires.

Les scientifiques préfèrent l’appeler « biofilm » car, en réalité, il s’agit d’une communauté de divers micro-organismes vivants entourés d’une couche de polymères collants qui constituent une unité écologique complexe. Cette couche collante permet aux microbes d’adhérer aux surfaces de la bouche et de former des microcolonies prospères.

La cavité buccale est colonisée par de multiples micro-organismes variés qui font partie de la flore du tube digestif. Ces germes présents dans la bouche sont généralement maintenus en équilibre. Mais lorsque certaines souches se développent de manière excessive, des problèmes apparaissent.

Certaines bactéries sont des aérobies, c’est-à-dire qu’elles se développent en présence d’air ; d’autres, au contraire, sont des anaérobies. Elles peuvent également être différenciées selon leur façon de réagir à une coloration Gram positive et Gram négative. Les conditions auxquelles elles peuvent donner lieu dépendent de ces caractéristiques.

La plaque bactérienne dentaire se forme constamment, la nuit pendant le sommeil et la journée après avoir mangé et bu. Les sites où on le trouve le plus souvent sont sur les surfaces des dents, le long de la ligne des gencives et sur la langue.

La plaque bactérienne dentaire est de couleur blanc jaunâtre transparent ou mat. Lorsqu’elle est formée, sa consistance est molle, mais si elle n’est pas éliminée, elle se calcifie avec le temps, donnant naissance à ce que nous appelons le tartre.

Tartre dû à la plaque bactérienne dentaire.
Le tartre dentaire correspond à un durcissement de la plaque.



Les types de plaque bactérienne dentaire

La plaque bactérienne dentaire est composée de nombreux micro-organismes d’espèces différentes. Selon le type de bactéries qui prédominent, les conséquences que ce film provoque sur les dents ou les gencives seront.

Ainsi, on peut distinguer les types de plaque suivants selon les germes :

  • Cariogène : Il est formé principalement par les bactéries qui causent les caries. Ces micro-organismes métabolisent les sucres alimentaires et produisent de l’acide lactique, capable de détruire les tissus durs des dents. Streptococcus mutans est l’agent qui se démarque le plus dans ce type de plaque.
  • Parodontopathogène : Dans ce cas, les bactéries dominantes sont capables de provoquer des gingivites et des maladies parodontales. Ces germes, en métabolisant les sucres, génèrent des substances basiques qui attaquent le parodonte, provoquant son inflammation et sa destruction.
  • Inoffensive : elle contient très peu de bactéries, elle est donc incapable d’endommager les dents et le parodonte.

Un autre critère de classification de la plaque bactérienne dentaire est l’endroit de la bouche où elle s’accumule. On distingue les types suivants :

  • Supragingival : c’est la plaque bactérienne qui s’accumule au-dessus des gencives, sur les dents. Elle peut être composée à la fois de bactéries cariogènes et parodontopathogènes, bien que les premières soient généralement plus courantes.
  • Sous-gingival : dans ce cas, la plaque est située sous les gencives, à l’intérieur du sillon gingival et dans les poches parodontales. Ce sont généralement des bactéries parodontopathogènes.

Comment se forme la plaque dentaire ?

La bouche contient de multiples variétés de germes qui sont maintenus en équilibre, constituant un véritable écosystème buccal. La combinaison de ces micro-organismes avec les caractéristiques de la cavité buccale conduit à la formation de plaque bactérienne dentaire.

Le processus commence par le dépôt de protéines salivaires et de liquide créviculaire sur les surfaces dentaires. Ce premier film acellulaire contient des carboxyles et des sulfates qui augmentent la charge négative de l’émail.

Les micro-organismes résidant dans la cavité buccale s’approchent de cette couche puis y adhèrent. Les germes colonisent le film protéique et les premières colonies bactériennes commencent à se développer.

Ces colonies bactériennes continuent de se développer par l’agrégation et la co-agrégation d’un plus grand nombre de germes et de leurs produits métaboliques. Si la plaque bactérienne formée n’est pas éliminée, ce processus de prolifération et d’accumulation se poursuit. La complexité de la flore augmente et des sels inorganiques commencent également à se déposer, transformant la plaque en tartre.

Par conséquent, le processus de formation de la plaque bactérienne dentaire peut être considéré comme un mécanisme normal de la cavité buccale. Le problème apparaît lorsque ce film n’est pas retiré fréquemment et que la prolifération des bactéries augmente. Aussi, lorsque d’autres facteurs extérieurs comme une alimentation sucrée favorisent le développement de germes pathogènes.



Le diagnostic

Lorsque la plaque bactérienne dentaire est nouvelle, son apparence est incolore et elle est difficile à voir à l’œil nu. Mais si elle n’est pas éliminée, elle acquiert avec le temps une plus grande épaisseur et une coloration plus foncée qui la rend détectable.

Au cabinet dentaire, le dentiste utilise un petit miroir et une sonde pour observer et détecter la plaque bactérienne dans la bouche. Cet instrument a une pointe fine qui permet de frotter les surfaces dentaires et d’enlever le film accumulé.

De plus, pour mieux observer la plaque bactérienne, il existe des produits chimiques qui la colorent, permettant de la voir dans une couleur plus facile à détecter. Ce sont des révélateurs de la plaque bactérienne.

Ces produits permettent au patient d’observer clairement les sites où les bactéries s’accumulent le plus. Il pourra ainsi mettre davantage l’accent sur le nettoyage de la zone. De plus, ils aident les dentistes à faire la différence entre l’ancienne et la nouvelle plaque.

Les révélateurs de plaque se présentent sous forme de comprimés à sucer ou de liquide de rinçage. Ils sont simples à utiliser et, une fois la plaque détectée, la tache est éliminée avec un bon brossage des dents.

Avec les informations obtenues, le dentiste peut effectuer un indice de plaque bactérienne du patient. Cela permet de clarifier les conditions de nettoyage bucco-dentaire et le risque de la personne et ainsi de déterminer les futures mesures préventives et thérapeutiques à suivre.

Le traitement

La plaque bactérienne dentaire qui s’accumule sur les dents et les gencives et qui n’est pas éliminée avec une bonne hygiène peut entraîner divers problèmes dans la bouche. La carie dentaire, la gingivite, les maladies parodontales, les infections buccales et la mauvaise haleine sont les plus courantes.

Par conséquent, pour éviter ces problèmes et contrôler la formation de ce film potentiellement nocif, il est nécessaire de la retirer régulièrement. Le traitement contre la plaque bactérienne est l’hygiène buccale.

Elle est réalisée par le patient à domicile, avec un bon brossage des dents, l’utilisation de fil dentaire et de bains de bouche. Les nettoyages professionnels sont également opportuns, car le dentiste peut atteindre toutes les zones de la bouche et éliminer tous les restes de plaque.

Des traitements de nettoyage sont également nécessaires dans les cas où la plaque s’est calcifiée et s’est transformée en tartre. La raison en est que le tartre ne peut pas être enlevé par brossage. Le dentiste, selon la gravité du cas, éliminera ces dépôts durs avec les techniques les plus appropriées.

Comment prévenir la plaque dentaire ?

Pour que la plaque dentaire ne devienne pas un problème de santé, il est essentiel de la maîtriser. Nous vous expliquons ici comment vous pouvez réduire sa formation et empêcher son accumulation.

Suivez une bonne routine d’hygiène bucco-dentaire

La meilleure façon d’empêcher l’accumulation de plaque dentaire est de l’enlever tous les jours. Les poils de la brosse à dents sont capables de désorganiser et de balayer le film collé sur les dents. Il est donc conseillé de se brosser les dents après chaque repas.

Le brossage doit atteindre les gencives et toutes les surfaces dentaires de tous les éléments présents dans la bouche. Aussi, il doit durer au moins 2 minutes.

De plus, il est nécessaire de désinfecter également la langue. Un grattoir à langue sera d’une grande aide pour garder cet organe exempt de débris.

La soie dentaire est également très importante. Le passage du fil dentaire entre les dents élimine la plaque dentaire de la zone interproximale, là où le brossage ne peut pas accéder. Les brosses interdentaires et les irrigateurs sont des accessoires complémentaires qui peuvent faciliter le nettoyage de ces zones.

Les dentifrices fluorés sont un excellent complément aux soins bucco-dentaires. Ce minéral aide à prévenir les caries et empêche la prolifération de bactéries nocives.

Enfin, les bains de bouche sont un autre moyen de contrôler les bactéries buccales. La récolte permet d’atteindre des zones de la bouche où d’autres méthodes ne peuvent pas accéder.

Les bains de bouche peuvent être composés de différents principes actifs qui réduisent la multiplication des germes. La chlorhexidine (CHX), les probiotiques, les herbes et les huiles essentielles en font partie. Le dentiste pourra recommander la meilleure option pour chaque cas particulier.

Bain de bouche contre la plaque bactérienne.
Un bain de bouche peut compléter le brossage et ainsi réduire davantage la plaque dentaire.

Surveillez votre alimentation

En plus d’une bonne hygiène bucco-dentaire, prendre soin de la nourriture que nous mangeons nous aide à contrôler les germes dans la bouche. Ayez une alimentation saine et évitez les aliments riches en sucre, les aliments ultra-transformés et les glucides simples. Surtout ceux qui collent.

Par ailleurs, utiliser des chewing-gums sans sucre ou au xylitol est un bon moyen de stimuler la production salivaire. Cela augmente l’auto-nettoyage de la bouche, réduisant ainsi la plaque bactérienne qui s’accumule tout au long de la journée. Selon l’organisation American Dental Association (ADA), mâcher un chewing-gum sans sucre pendant 20 minutes après les repas aide à prévenir les caries.

Visitez le dentiste régulièrement

Une visite chez le dentiste tous les six mois, ou au moins une fois par an, est une autre façon de contrôler la plaque dentaire dans votre bouche. Le professionnel sera en mesure de détecter tout problème qui survient et de le traiter à temps.

De plus, comme nous vous l’avons déjà dit, avec les nettoyages professionnels, le dentiste effectue une hygiène buccale en profondeur. Il atteint tous les endroits difficiles d’accès et enlève le tartre qui s’est formé et accumulé.

Attention à la plaque bactérienne dentaire

La formation de plaque bactérienne dentaire est quelque chose qui se produit dans toutes les bouches. Diverses souches de germes adhèrent aux dents jour et nuit, constituant cette couche collante.

La façon dont nous agirons contre ce processus dépendra de la santé de la cavité buccale. Si elle n’est pas traitée et si on la laisse s’accumuler, la plaque se transforme en tartre et le risque de carie dentaire, de pyorrhée et de mauvaise haleine augmentera.

Avec un brossage soigneux, des mesures d’hygiène complémentaire, une alimentation saine et des visites semestrielles chez le dentiste, la plaque bactérienne peut être contrôlée. Préservez donc votre santé bucco-dentaire.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les 6 meilleurs remèdes pour soulager les maux de dents
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les 6 meilleurs remèdes pour soulager les maux de dents

Vous pouvez soulager vos maux de dents avec des remèdes naturels. Nous vous en présentons ici 6 d'entre eux qui figurent parmi les plus efficaces.



  • Bermúdez, L. S., & Díaz, M. E. G. (2016). La biopelícula: una nueva concepción de la placa dentobacteriana. Medicentro20(3), 167-175.
  • Astorga, B., Barraza, C., Casals, J. M., Cisterna, M. J., Mena, D., Morales, F., … & Moncada, G. (2015). Avances en el estudio de la diversidad bacteriana oral asociada a caries dental mediante el estudio genómico. International journal of odontostomatology9(3), 349-356.
  • Avila Torres, V. S. (2012). Relación de placa bacteriana supragingival y subgingival a caries dental y enfermedad periodontal (Bachelor’s thesis, Universidad de Guayaquil. Facultad Piloto de Odontología).
  • Barbosa Valencia, K. G., Hernández Hernández, J. M., & Hormiga Montañez, L. J. (2020). Índices de placa dentobacteriana: revisión sistemática.
  • Chaple Gil, A. M., & Gispert Abreu, E. D. L. Á. (2019). “Amar” el índice de O’Leary. Revista Cubana de Estomatología56(4).
  • Poyato Ferrera, M. M., Segura Egea, J. J., Ríos-Santos, J. V., & Bullon, P. (2001). La placa bacteriana: Conceptos básicos para el higienista bucodental. Periodoncia, 11 (2), 149-164.
  • Jaramillo Abril, L. E. (2015). Comparación entre las técnicas de motivación de higiene oral en adolescentes con y sin el uso de reveladores de placa en el domicilio (Bachelor’s thesis, Quito: Universidad de las Américas, 2015).
  • Tigselema Mena, S. E. (2020). Enjuagues bucales para el control de placa bacteriana (Bachelor’s thesis, Universidad de Guayaquil. Facultad Piloto de Odontología).
  • Arias Mendoza, G. A. (2019). Eficiencia de colutorios, aceites esénciales vs Cetilpiridino, en el control de placa bacteriana. Clínica de periodoncia UCSG B-2017.
  • Ramírez-Fernández, D. M., Utrera, M. B. R., & Hernández, F. E. H. (2019). Clorhexidina en barniz como complemento al esquema de prevención de formación de placa dentobacteriana. Espacio I+ D, Innovación más desarrollo8(19).
  • Harris, N. O., & Cunningham-Ford, M. A. Racionalidad, lineamientos y procedimientos para la prevención de las enfermedades por placa. Odontología preventiva primaria, 471.