Traitement du syndrome néphrotique

Le syndrome néphrotique survient lorsque les unités filtrantes de vos reins sont endommagées. Cela permet aux protéines présentes dans le plasma sanguin de fuir dans l'urine, réduisant ainsi la quantité de protéines dans le sang.
Traitement du syndrome néphrotique

Dernière mise à jour : 02 mars, 2022

Le traitement du syndrome néphrotique consiste en un ensemble de stratégies pour traiter les diverses complications que cette maladie entraîne.

En d’autres termes, puisque le syndrome néphrotique est un ensemble de conditions résultant de lésions rénales, le traitement n’est pas unique, mais a une approche multiple.

En ce sens, certaines des maladies rénales qui causent le syndrome néphrotique peuvent être traitées avec des médicaments. Cependant, s’il est vrai que certaines peuvent s’améliorer d’elles-mêmes, d’autres s’aggravent et peuvent provoquer une insuffisance rénale, quel que soit le traitement utilisé.

Traitement du syndrome néphrotique

Si la cause des lésions rénales est connue, elle sera traitée autant que possible. Cependant, le traitement du syndrome néphrotique est nécessaire en cas d’œdème inconfortable ou de coagulopathie associée.

Le traitement doit être dicté par le type de pathologie rénale à l’origine du syndrome néphrotique.

Par exemple, la maladie à changement minimal a une excellente réponse aux corticostéroïdes, alors que dans la glomérulosclérose focale, seuls 20 % des patients répondent bien aux corticostéroïdes.

Corticostéroïdes

La prednisone, le cyclophosphamide et la cyclosporine sont utilisés pour induire une rémission dans le syndrome néphrotique. Les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) et les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II peuvent réduire la protéinurie.

  • La prednisone en cures courtes d’une durée de 12 à 20 semaines reste le pilier du traitement des patients atteints d’une maladie à changement minime.
  • Les médicaments immunosuppresseurs autres que les stéroïdes sont généralement réservés aux patients résistants aux stéroïdes présentant soit un œdème persistant, soit des effets indésirables importants liés aux stéroïdes.
  • Le cyclophosphamide peut être bénéfique pour les patients atteints d’un syndrome néphrotique sensible aux stéroïdes fréquemment récurrent. Les complications associées comprennent la suppression de la moelle osseuse, la perte de cheveux, la diminution du nombre de spermatozoïdes, la cystite hémorragique et l’infertilité.

Diurétiques

Les diurétiques sont utilisés pour réduire l’œdème.

  • Le furosémide (Lasix) augmente la production d’urine en inhibant le transport du sodium. La dose doit être individualisée.
  • La spironolactone (Aldactone) est utilisée pour contrôler l’œdème causé par l’excrétion excessive d’aldostérone.
  • Ce dernier entre en compétition avec l’aldostérone pour les sites récepteurs dans le néphron distal, améliorant l’excrétion de sodium.
diurétiques

Spécificités du traitement

Comme mentionné, le traitement spécifique du syndrome néphrotique dépend de sa cause. Et cela varie entre les adultes et les enfants

  • Enfants :
    • Des glucocorticostéroïdes tels que la prednisone sont utilisés.
    • Le rituximab, un anticorps dirigé contre les lymphocytes B, s’est avéré être un agent d’épargne efficace des stéroïdes chez les enfants atteints du syndrome néphrotique idiopathique dépendant des stéroïdes.
  • Adultes :
    • La maladie devrait répondre à la prednisone. Dans la néphrite lupique, la prednisone associée au cyclophosphamide ou au mycophénolate mofétil devrait induire une rémission.
    • L’amylose secondaire avec syndrome néphrotique devrait s’améliorer avec un traitement anti- inflammatoire de la maladie primaire.

Alimentation et activité

Le régime alimentaire des patients atteints de syndrome néphrotique doit fournir un apport calorique et protéique adéquat.

Le régime alimentaire des patients atteints de syndrome néphrotique doit fournir un apport calorique et protéique adéquat.

  • La supplémentation en protéines alimentaires n’a pas de valeur prouvée.
  • Une alimentation sans sel ajouté permettra de limiter la surcharge hydrique.
  • La restriction hydrique en soi n’est pas nécessaire.

En revanche, il n’y a pas de restriction d’activité pour ces patients. Eh bien, l’activité continue, plutôt que le repos, est ce qui réduira le risque de caillots sanguins.

Syndrome néphrotique aigu chez l’enfant

Avec une bonne éducation des parents et des patients, ainsi que des soins de suivi ambulatoires étroits, l’hospitalisation n’est généralement pas nécessaire. Il ne doit être envisagé qu’en cas d’œdème généralisé suffisamment sévère pour provoquer une détresse respiratoire.

Selon la cause du syndrome néphrotique, un patient peut avoir besoin d’une consultation spécialisée. Par exemple, une personne atteinte de néphrite lupique bénéficiera d’une consultation en rhumatologie.

Syndrome néphrotique aigu chez l’adulte

Pour le traitement du syndrome néphrotique aigu chez l'adulte, les diurétiques sont nécessaires.

Les principes de traitement chez les adultes sont similaires à ceux des enfants. Des diurétiques seront nécessaires. Le furosémide, la spironolactone et même la métolazone peuvent être utilisés.

De même, les anticoagulants sont recommandés pour la prévention des complications thromboemboliques. Les agents hypolipidémiants sont également couramment utilisés, mais si le syndrome néphrotique ne peut pas être contrôlé, le patient aura une hyperlipidémie persistante.

Dans le syndrome néphrotique secondaire, tel que celui associé à la néphropathie diabétique, les inhibiteurs de l’enzyme de conversion de l’angiotensine (ECA) ou les bloqueurs des récepteurs de l’angiotensine II sont largement utilisés.

Surveillance à long terme

L’utilisation continue et l’ajustement des diurétiques et des antagonistes de l’angiotensine sont basés sur la quantité d’œdème et de protéinurie d’un patient.

Le suivi comprend également les vaccinations et la surveillance de la toxicité des corticostéroïdes.

  • Les vaccinations de routine doivent être retardées jusqu’à ce que le patient soit exempt de rechute et d’immunosuppression pendant 3 mois.
  • La surveillance de la toxicité doit être effectuée tous les 3 mois. Cela se fait en clinique externe, où des effets indésirables tels qu’une croissance lente peuvent être détectés.

En revanche, les enfants qui ont reçu un traitement immunosuppresseur au cours des 3 derniers mois et qui ne sont pas immunisés contre la varicelle doivent recevoir des immunoglobulines contre le zona s’ils y sont exposés ou au zona. Ils devraient également recevoir de l’acyclovir s’ils développent la varicelle.

D’autre part, l’utilisation de compléments alimentaires supplémentaires, tels que le calcium et la vitamine D, peut atténuer la perte osseuse. Un contrôle annuel de la cataracte doit également être envisagé.

This might interest you...

Le syndrome néphrotique chez les enfants : causes et traitement
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le syndrome néphrotique chez les enfants : causes et traitement

La présence d'œdèmes et la prise soudaine de poids constituent deux des principaux symptômes du syndrome néphrotique chez les enfants.