Trop manger : les conséquences et quelques clés pour éviter les excès

6 août 2020
Trop manger entraîne des conséquences physiques et psychologiques néfastes pour la santé. Heureusement, il existe plusieurs stratégies pour éviter les excès. Nous vous expliquons tout ici.

Vous mangez sans doute trop à certains moments. Soit parce que c’est votre plat préféré qui se trouve sur la table, soit pour une toute autre raison. Quoi qu’il en soit, trop manger de temps à autre n’entraîne pas de problèmes de santé. En revanche, trop manger régulièrement entraîne bel et bien des conséquences néfastes pour la santé et des complications.

La prise de poids n’est pas la seule conséquence néfaste pour la santé des excès réguliers, il y en a beaucoup d’autres. La mauvaise humeur est l’une d’entre elles. Comment éviter les excès ? Nous vous livrons quelques clés dans la suite de cet article.

Trop manger, est-ce un problème ?

De manière générale, trop manger de manière ponctuelle ne nuit pas à la santé. Néanmoins, si l’envie de manger est récurrente et incontrôlable, il est probable que cette envie entraîne plusieurs conséquences physiques et mentales néfastes.

La personne dont l’appétit est disproportionné ne prend pas seulement du poids, elle commence également à avoir des pensées négatives, ce qui l’empêchera de bien vivre son quotidien.

Les possibles causes

Nombreux sont les facteurs associés au désir de manger de manière démesurée. Le stress permanent, l’anxiété ou encore les régimes restrictifs sont quelques-uns de ces facteurs.

Cet article peut également vous intéresser : Pourquoi les régimes alimentaires sont-ils efficaces pour certaines personnes et pas pour d’autres ?

Un homme en train de trop manger.

Trop manger : les conséquences

Trop manger peut entraîner des séquelles physiques, telles que le surpoids ou encore l’obésité. Mais ce ne sont pas les seules conséquences : dans de nombreux cas, les conséquences concernent également le niveau psychologique, et ce, aussi bien chez les personnes en surpoids que chez celles dont le poids est considéré sain.

Selon les informations publiées sur The Primary Care Companion for CNS Disorders, les principales conséquences psychologiques sont les suivantes :

Une femme ayant envie de trop manger.

Cet article peut également vous intéresser : Les erreurs d’une alimentation saine à corriger

Quelques clés pour éviter de trop manger

Pour éviter de trop manger, il y a plusieurs stratégies que vous pouvez appliquer au quotidien. Néanmoins, vous devez garder à l’esprit que ces stratégies ne sont que des aides complémentaires et ne remplacent donc pas le traitement qu’un professionnel de santé peut vous prescrire. Si votre désir de manger est excessif, l’idéal est de consulter un professionnel de santé.

Identifier ses émotions

Identifier les émotions qui vous traversent vous aidera à mettre de l’ordre dans vos idées. L’écriture est un bon moyen d’identifier vos émotions : vous pouvez écrire tout ce que vous ressentez. Cette activité vous distraira de votre envie de manger, et vous pourriez même apprendre des faits intéressants sur vous.

Éviter les obsessions alimentaires

Si vous remarquez que vous avez trop mangé, ne vous punissez pas. Si vous commencez à exclure des aliments que vous appréciez, il est fort probable que vous ayez davantage envie de consommer ces aliments que vous vous interdisez.

Et si vous consommez ces aliments que vous vous interdisez, vous n’aurez donc pas atteint votre objectif, ce qui génèrera de la frustration en vous. Vous entrerez donc dans un cercle vicieux duquel il sera difficile de sortir. Il est toujours préférable de manger sainement que de suivre un régime extrême.

Faire de l’exercice physique pour se sentir bien et non pour compenser les excès

Plusieurs études montrent que certaines personnes pratiquent une activité physique seulement pour compenser les excès alimentaires. Cela veut dire que la pratique régulière d’une activité physique est une sorte de punition pour avoir trop mangé et n’a que pour seul but d’éviter la prise de poids.

Il est essentiel de garder à l’esprit que l’exercice physique est une activité dont l’objectif dépasse le simple fait de garder la ligne : il est question de jouir d’un meilleur bien-être général. L’idéal est de pratiquer régulièrement une activité physique adaptée à ses capacités. Si vous n’avez pas l’habitude de faire de l’exercice physique, allez-y progressivement, entre vingt et trente minutes par jour.

Faire appel à un professionnel

Les personnes concernées ne consultent généralement pas un professionnel de santé, mais cette action est importante, notamment lorsque ce comportement alimentaire est associé à des facteurs émotionnels.

Comme le précise cette étude publiée dans la revue médicale Current Psychiatry Reports, la thérapie psychologique est utile pour reconnaître et corriger les comportements qui favorisent les excès. La thérapie peut également améliorer le bien-être général de la personne.

En somme… Que faut-il garder à l’esprit ?

Trop manger pendant une période de temps prolongée peut favoriser une prise de poids, mais la prise de poids n’est pas la seule conséquence néfaste pour la santé des excès réguliers, il y en a beaucoup d’autres. Il est donc fondamental d’identifier quels sont les facteurs qui poussent aux excès afin de suivre un traitement adéquat et d’éviter que cette situation n’affecte la qualité de vie.

 

  • Goldschmidt AB, Loth KA, MacLehose RF, Pisetsky EM, Berge JM, Neumark-Sztainer D. Overeating with and without loss of control: Associations with weight status, weight-related characteristics, and psychosocial health. Int J Eat Disord. 2015;48(8):1150‐1157. doi:10.1002/eat.22465
  • Razzoli M, Pearson C, Crow S, Bartolomucci A. Stress, overeating, and obesity: Insights from human studies and preclinical models. Neurosci Biobehav Rev. 2017;76(Pt A):154‐162. doi:10.1016/j.neubiorev.2017.01.026
  • Ferrario CR. Food Addiction and Obesity. Neuropsychopharmacology. 2017;42(1):361. doi:10.1038/npp.2016.221
  • Godoy F. Trastorno del comedor compulsivo: Incorporación del concepto en la salud pública chilena.Rev Chil Nutr. 2015.42(4),399-402.
  • Dittmer N, Jacobi C, Voderholzer U. Compulsive exercise in eating disorders: proposal for a definition and a clinical assessment. J Eat Disord. 2018;6:42. Published 2018 Nov 28. doi:10.1186/s40337-018-0219-x
  • Síndrome de edorexia: evaluación y diagnóstico. salud pública de méxico. 2014. Disponible en: http://www.scielo.org.mx/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0036-36342014000300007.
  • Iacovino JM, Gredysa DM, Altman M, Wilfley DE. Psychological treatments for binge eating disorder. Curr Psychiatry Rep. 2012;14(4):432‐446. doi:10.1007/s11920-012-0277-8