Utilisation d'insuline basale : tout ce que vous devez savoir

L'insuline basale renvoie à la concentration de l'hormone, suffisante pendant le jeûne pour maintenir la glycémie dans les limites normales. Ses formes artificielles font partie du traitement du diabète.
Utilisation d'insuline basale : tout ce que vous devez savoir

Dernière mise à jour : 19 septembre, 2022

L’insuline est une hormone sécrétée par le pancréas, dont la fonction principale est de stimuler les cellules pour capter le glucose circulant dans le sang. La sécrétion continue génère une concentration connue sous le nom d’insuline basale, qui maintient une glycémie normale pendant la période entre les repas.

De plus, lorsque des aliments sont consommés, des charges supplémentaires d’insuline sont libérées du pancréas pour faire face à l’augmentation du glucose provenant de l’alimentation. Cela produit des niveaux d’hormones plus élevés que l’insuline basale, appelée postprandiale.

Quelle est l’importance de l’insuline basale ?

Chez certains patients, les valeurs d’insuline peuvent être augmentées, les prédisposant au développement d’un diabète sucré de type 2. Cette situation est connue sous le nom de résistance à l’insuline.

Pour diverses raisons, la concentration habituelle de l’hormone n’est pas suffisante pour maintenir une glycémie adéquate. Par conséquent, le pancréas tente de compenser ce défaut en libérant encore plus de molécules d’insuline.

En revanche, chez les patients atteints de diabète sucré de type 1, le pancréas arrête de produire de l’insuline, détectant une diminution des niveaux de l’hormone. Dans ces cas, il est nécessaire de mettre en place des thérapies à base d’insuline exogène pour prévenir les complications du diabète. C’est ici que l’insuline basale devient importante en tant que médicament.



 

Les types d’insuline disponibles

Actuellement, il existe plusieurs options d’insuline disponibles, qui sont classées en fonction de la durée de l’effet qu’elles produisent. L’insuline à action brève, également appelée régulière, a des analogues : lispro, aspart et glulisine. Elles préviennent les pics de glycémie après les repas, imitant l’effet de l’insuline postprandiale.

De leur côté, les insulines à action intermédiaire (NPH) et à action prolongée (glargine, détémir et degludec) tentent de maintenir les valeurs d’insuline pendant les périodes de jeûne. Pour cette raison, ce groupe de substances est considéré comme l’insuline basale des patients diabétiques. Le but de cette thérapie est de permettre aux cellules un apport constant de glucose comme source d’énergie, mais sans provoquer d’hypoglycémie.

Il est important de noter qu’il existe des dispositifs conçus pour administrer l’insuline de manière continue et automatique (pompes à insuline). Ce sont de petits appareils et utilisent de l’insuline à action rapide. Cependant, en fournissant des concentrations constantes tout au long de la journée et de la nuit, ils sont souvent considérés comme faisant partie de l’insuline basale.

Insuline injectée.
La variété des insulines sur le marché est en augmentation. Il y a de nouveaux développements et de nouveaux dispositifs d’application.

Les caractéristiques de l’insuline basale

Étant un médicament à action prolongée, l’insuline basale est généralement indiquée une ou deux fois par jour. Le choix du schéma d’administration dépend des caractéristiques de chaque type d’insuline et des facteurs intrinsèques de chaque patient.

Pour cette raison, l’insulinothérapie et ses ajustements doivent toujours être effectués par un médecin spécialiste. Encore mieux, avec un professionnel qui a de l’expérience dans la gestion du diabète sucré.

NPH (neutral protamine Hagedorn) : insuline à action intermédiaire

L’insuline NPH est une suspension blanc cassé qui contient du zinc et de la protamine. Cette dernière molécule retarde l’absorption de l’insuline, prolongeant son effet.

La durée de son action peut durer jusqu’à 16 heures, c’est pourquoi elle est généralement indiquée deux fois par jour. Cependant, l’administration nocturne n’a pas montré de bonnes valeurs de glycémie le matin suivant.

Analogues à longue durée d’action

Les analogues de l’insuline humaine présentent des modifications de certains acides aminés de l’hormone, ce qui produit un effet prolongé. Ils n’ont généralement pas de pic d’action maximal, ce qui réduit le risque d’hypoglycémie.

Les fonctionnalités les plus pertinentes sont les suivantes :

  • L’insuline glargine est dissoute en milieu acide, ce qui lui donne un aspect cristallin, comme celui de l’insuline ordinaire. L’administration sous-cutanée fournit une concentration d’insuline basale adéquate, elle ne peut donc être indiquée qu’une fois par jour. Il ne doit pas être mélangé avec d’autres types d’insuline.
  • Détémir est une insuline qui contient un acide gras dans l’une de ses chaînes. Cette molécule se lie aux protéines sanguines lorsqu’elle est absorbée, prolongeant son action. Elle a l’avantage de produire moins d’hypoglycémie que la glargine. Elle doit généralement être administrée 2 fois par jour.
  • L’insuline dégludec, quant à elle, lorsqu’elle est injectée dans le tissu sous-cutané, crée de grosses molécules qui se dissocient lentement, produisant un effet prolongé. De plus, elle se lie également à l’albumine, retardant son effet. Elle ne peut être indiqué qu’une fois par jour.

Insulinothérapie : ce que vous devez savoir

De manière générale, environ 50 % de la dose quotidienne d’insuline chez un patient atteint de diabète de type 1 doit être administrée sous forme d’insuline basale, tandis que les 50 % restants doivent couvrir les repas. Cependant, certains facteurs doivent être pris en considération. L’objectif principal est de maintenir une glycémie adéquate.

Aussi, le calcul de la dose quotidienne recommandée par American Diabetes Association (ADA) varie entre 0,4 et 1 unité internationale (UI) pour chaque kilogramme de poids du patient. Le choix de la dose est également individualisé, car il dépend de l’âge et de la présence d’une condition associée.

Chez les patients diabétiques de type 2 pour lesquels une insulinothérapie est indiquée, l’ADA recommande de couvrir les besoins hormonaux par une insuline basale associée à un hypoglycémiant oral. Chez ces personnes, la dose est estimée entre 0,1 et 0,2 UI par kilogramme de poids par jour.

Dose d'insuline.
La dose d’insuline est calculée en détail afin de ne pas provoquer d’effets indésirables. Elle dépend des particularités du patient.

Les facteurs importants à prendre en compte avec l’insuline basale

La voie d’administration de l’insuline est sous-cutanée, nécessitant de multiples injections pendant le traitement. Le site de prédilection est le tissu adipeux de l’abdomen, mais les cuisses, les fesses et les bras conviennent également.

Il est important de changer fréquemment de localisation pour éviter le développement d’une lipohypertrophie. De même, des aiguilles spéciales à insuline, courtes, doivent être utilisées afin d’éviter l’administration intramusculaire.

D’autre part, il est nécessaire de stimuler l’amélioration du mode de vie du patient. Il a été démontré que l’intégration d’une alimentation équilibrée avec des conseils nutritionnels appropriés et de l’exercice régulier a un effet positif sur le contrôle glycémique.



Comment se passe le suivi des patients sous insulinothérapie ?

Les patients diabétiques doivent être informés de leur état afin qu’ils puissent participer activement à leur traitement. Le contrôle capillaire de la glycémie est une ressource essentielle, puisqu’il permet un suivi rapproché, en temps réel, de l’effet de l’insuline sur le patient.

De même, la détection régulière d’hémoglobine glycosylée permet d’évaluer l’efficacité d’un traitement à l’insuline à moyen terme. C’est aujourd’hui une méthode incontournable pour décider de maintenir ou de modifier le schéma thérapeutique.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le curcuma aide-t-il contre le prédiabète ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le curcuma aide-t-il contre le prédiabète ?

Le curcuma est une épice culinaire qui peut être efficace contre le prédiabète si elle est prise à des doses adéquates.



  • Diabetes Care ® The Journal of Clinical and Applied Research and Education; Standards of Medical Care in Diabetes – 2022; American Diabetes Association; 45 (Supplement 1); 2022.
  • Brunton, L.; Hilal, R.; Knollmann, B.; Powers, A.; D’Alessio, D.; Goodman & Gilman Las Bases Farmacológicas de la Terapéutica; Capítulo 47; Decimotercera Edición; McGraw Hill; 2018.
  • Katzung, B.; Vanderah, T.; Masharani, U.; Kroon, L.; Farmacología Básica y Clínica; Capítulo 41; Decimoquinta Edición; 2022.
  • Domarus, A.; Farreras, P.; Rozman, C.; Cardelach, F.; Nicolás, J; Cervera, R.; Farreras Rozman. Medicina Interna; 19na Edición; Elsevier; 2020.