Vaccin antipoliomyélitique : toutes les informations à connaître

23 octobre 2020
Il existe deux versions du vaccin contre la polio et les deux ont contribué à la quasi-éradication de la maladie dans le monde. Nous partageons ici tout ce que vous devez savoir sur cette vaccination.

Dans la situation actuelle, le vaccin antipoliomyélitique est un exemple clair que les plans de vaccination soutenus au fil du temps donnent des résultats, quels que soient les détracteurs. Grâce à ce médicament, la maladie grave qu’est la polio a presque disparu dans le monde.

Cette méthode simple, bon marché et répandue, a l’efficacité prouvée, réduit la transmission du virus dans la population générale, aussi bien chez les enfants que chez les adultes. En quoi consiste ce vaccin ? Quand le vaccin antipoliomyélitique est-il appliqué ? Ci-dessous, nous vous expliquons tout à ce sujet.

Qu’est-ce que la polio ?

La poliomyélite est une maladie causée par le poliovirus, dont 3 types sont connus. L’un d’eux a déjà disparu et il n’y a plus de nouveaux cas d’épidémie. Les 2 autres sont toujours actifs, mais avec un faible taux d’incidence, du fait des vaccinations mondiales.

Une personne contracte la polio lorsqu’elle entre en contact avec une autre personne infectée ou lorsque le virus utilise de la nourriture pour voyager et se répandre. Cela se produit par le biais du mécanisme anus-main-bouche, qui consiste en la contamination des boissons et des aliments par des matières fécales.

La plupart des personnes infectées sont asymptomatiques, c’est-à-dire qu’elles ne présentent aucun signe de maladie. Cependant, le petit groupe présentant des syndromes cliniques a le potentiel d’évoluer vers des complications graves, telles que la paralysie.

La forme paralytique est la forme la plus grave de polio. Les gens souffrent d’un effet de faiblesse musculaire qui s’étend à toutes les régions du corps, y compris la région de la poitrine. En fait, le virus compromet la dynamique respiratoire, ce qui entraîne la mort par suffocation.

Il n’existe aucun remède contre la polio. Pour cette raison, la vaccination est devenue une approche privilégiée pour empêcher la propagation incontrôlée du virus.

Le virus de la polio.
La poliomyélite est une maladie qui peut entraîner de graves complications. Il est contracté par contact avec une personne infectée ou par la consommation d’aliments ou d’eau contaminés.

Cet article pourrait vous intéresser : 6 vaccins que vous devriez faire

Quels sont les vaccins contre la polio ?

La science a réussi à développer deux versions de vaccins contre la polio. Ils sont connus sous le nom de leurs créateurs et s’appellent Sabin et Salk. Le premier est administré par voie orale et le second par voie intramusculaire.

Vaccin Sabin

Le vaccin Sabin est une immunisation à virus vivant atténué. Pour y parvenir, les laboratoires provoquent des mutations génétiques dans les particules virales pour les rendre moins virulentes. De cette manière, une fois inoculés, ils peuvent générer des symptômes, mais très légers. Ce qui n’est pas modifié, c’est la production d’immunité.

Une caractéristique du vaccin Sabin est son pouvoir de réplication dans le système digestif. Cela provoque un « effet de groupe », puisque ceux qui ont été inoculés expulsent alors les particules atténuées avec leurs excréments. Ils contribuent ainsi à immuniser les cohabitants d’un même ménage.

Vaccin Salk

La version Salk, comme expliqué précédemment, est intramusculaire. Il est inoculé, comme les autres vaccins, par une ponction qui pénètre dans le muscle et y laisse la substance. Dans ce cas, les virus ne sont pas atténués, mais inactifs.

La procédure est différente et le résultat varie un peu par rapport au Sabin. L’ensemble du processus intestinal n’est pas effectué, donc cette immunisation est efficace dans la prévention des formes graves de la pathologie, mais elle n’a pas d’effet de groupe et n’empêche pas les individus de porter le virus dans leur système digestif.

Découvrez aussi : Les types de poliomyélite

Qui devrait se faire vacciner contre la polio ?

Les indications de vaccination contre la polio varient d’un pays à l’autre. Les États préparent des protocoles pour l’administration des vaccinations selon l’épidémiologie locale et la législation en vigueur. Dans tous les cas, de manière générale, la majorité s’accorde sur ce qui suit :

  • Les enfants doivent bénéficier d’un programme répétitif pour obtenir l’immunité. C’est le groupe de population sur lequel pèse le plus de danger, l’objectif est donc de les atteindre tous, d’une manière ou d’une autre.
  • Les doses usuelles sont de 5 vaccins. La première inoculation se réalise à 2 mois, puis à 4 et 6, pour se poursuivre à 18 mois et une dernière dose à 6 ans. Les dates peuvent varier un peu, sans se situer plus tôt.

Dans le cas des adultes, il y a moins de consensus. S’il est certifié qu’en tant qu’enfant, vous n’avez pas reçu le programme correspondant, des placements similaires sont effectués aux intervalles des enfants. Ceux qui voyagent dans des pays à forte prévalence de la polio et les professionnels de la santé qui travaillent avec des patients atteints de la maladie doivent également être vaccinés.

Un vaccin dans des mains de médecin.
Le vaccin antipoliomyélitique est une priorité du programme de vaccination des enfants.

Les effets secondaires possibles du vaccin antipoliomyélitique

D’une manière générale, le vaccin antipoliomyélitique, quelle que soit sa version, a peu d’effets indésirables. La plupart d’entre eux se concentrent sur l’endroit de l’injection dans le cas du Salk, et consistent en une rougeur et une inflammation.

Avec la version Sabin de l’immunisation, il existe des symptômes gastro-intestinaux bénins comprenant de la diarrhée, des nausées et même une fièvre inférieure à 37,5 ° C. Ces problèmes se règlent d’eux même et n’excèdent pas 48 heures.

Certains rapports font état de réactions plus graves, dont la réaction allergique est la plus inquiétante. Heureusement, il n’existe que très peu de cas et on estime qu’il y a environ 1 événement indésirable pour 1 million d’habitants.

Un vaccin antipoliomyélitique efficace disponible dans le monde

Le vaccin contre la polio est un moyen très efficace de prévenir cette maladie. Il n’existe pas tellement de pathologies qui peuvent s’éviter si facilement si le schéma de vaccination se trouve suivi suivi.

Pour cette raison, il est essentiel que les pays et les individus redoublent d’efforts pour réaliser cette vaccination. Il reste très peu d’effort pour éradiquer complètement la polio de la planète et revenir en arrière serait la destruction de décennie de travail.

Si vous avez de jeunes enfants, demandez au centre de santé le plus proche comment organiser la vaccination. Si vous êtes un adulte, vérifiez vos calendriers personnels pour vérifier que vous êtes à jour. Dans les salles de vaccination des hôpitaux, vous trouverez des informations appropriées pour vous conseiller.

  • Mosquera Gordillo, Miguel Armando, Natalia Barón Cano, and Rosa Ballester Añón. “El camino hacia la erradicación de la poliomielitis a través de la Organización Panamericana de la Salud.” Revista Panamericana de Salud Pública 36 (2014): 185-192.
  • Ursei, M. “Parálisis del miembro inferior en el niño.” EMC-Aparato Locomotor 52.3 (2019): 1-14.
  • Jacobs, I. G., et al. “La poliomielitis.” MEDICINA (Buenos Aires) 71.5 (2011): 467-468.
  • Brown, El Dr Harold. “Albert Sabin:(1906-1993) Pionero en la vacunación contra la poliomielitis.”
  • Kumate, Jesús. “Cincuentenario de la vacuna Salk.” Boletín médico del Hospital Infantil de México 62.4 (2005): 239-241.
  • Martínez, M. Pilar Arrazola, José Ramón de Juanes Pardo, and Aurelia García de Codes Ilario. “Conceptos generales. Calendarios de vacunación sistemática del niño y del adulto en España. Impacto de los programas de vacunación.” Enfermedades Infecciosas y Microbiología Clínica 33.1 (2015): 58-65.
  • Moreno-Pérez, David, et al. “Calendario de vacunaciones de la Asociación Española de Pediatría (CAV-AEP): recomendaciones 2016.” Anales de Pediatría. Vol. 84. No. 1. Elsevier Doyma, 2016.
  • Rivas, Pablo, et al. “Vacunas en la población inmigrante adulta.” Enfermería Clínica 16.5 (2006): 275-279.
  • Dominguez, Angela, et al. “False beliefs about vaccines.” Atencion primaria 51.1 (2018): 40-46.
  • Fernández-Cruz Pérez, Eduardo, and Carmen Rodríguez-Sainz. “Inmunología de la poliomielitis: vacunas, problemas para la prevención/erradicación e intervenciones de futuro.” Revista Española de Salud Pública 87.5 (2013): 443-454.
  • Ejecutivo, Consejo. Poliomielitis: erradicación: informe del Director General. No. EB144/9. Organización Mundial de la Salud, 2018.