3 maladies les plus courantes des cordes vocales

15 octobre 2020
Les maladies les plus courantes des cordes vocales ont touché une grande partie de la population mondiale. Nous avons tous été enroués ou connaissons quelqu'un qui a récemment eu la voix enrouée. Voulez-vous en savoir plus ?

Il existe des maladies plus ou moins courantes des cordes vocales, mais elles sont toutes liées à la voix. Ces structures anatomiques normales sont le lieu d’où proviennent les vibrations qui nous permettent de communiquer avec la parole.

Les cordes vocales sont situées dans le larynx et sont en fait de petits muscles attachés à la partie antérieure. Au-dessus d’elles se trouvent des plis qui ne sont pas musclés et qui sont appelés « fausses cordes vocales ». Bien qu’elles ne remplissent pas la même fonction, elles interviennent dans la phonation.

Quelles sont les maladies les plus courantes des cordes vocales ?

Les maladies les plus courantes des cordes vocales sont peu nombreuses et peuvent être comptées sur les doigts d’une seule main. Elles concentrent la plupart des troubles de la voix et apparaissent en particulier chez les personnes exposées à ces pathologies.

Elles sont généralement liées à un facteur de risque. Les enseignants, par exemple, en raison de leur profession, sont dans un état constant d’effort vocal. De même, ceux qui exercent des activités à l’extérieur dans des climats froids sont sujets à la dysphonie.

Certains troubles ont une origine infectieuse, tandis que d’autres sont typiques d’une surutilisation, c’est-à-dire que des altérations anatomiques se forment en raison de la friction entre les deux cordes vocales. Parfois, le diagnostic est difficile au début, lorsque les signes ne sont que naissants.

On peut dire que les maladies les plus fréquentes des cordes vocales sont les trois suivantes :

  • Nodules
  • Laryngite.
  • Polypes.

Examinons chacune d’elles de plus près.

Les problèmes de cordes vocales chez une femme.
Les maladies des cordes vocales peuvent être d’origine infectieuse ou du fait d’un surmenage.

1. Nodules des cordes vocales

Les nodules vocaux sont des formations bénignes en forme de boule sur les cordes. Ces derniers sont ainsi situés aux extrémités des cordes et ferment l’espace où l’air doit passer. C’est pourquoi la voix est affectée.

Habituellement, le premier symptôme est un changement du timbre de la voix. La personne perçoit généralement qu’elle ne parle plus comme avant, avec la même intensité ou avec la tonalité qu’elle avait avant les blessures.

La cause principale des nodules vocaux est la surutilisation de la voix. Pour cette raison, elle est considérée comme une maladie professionnelle, typique des professeurs ou des chanteurs qui parlent longtemps devant les autres. Quoi qu’il en soit, cela ne leur est pas exclusif.

Certains facteurs de risque favorisent l’apparition de ce trouble. Les fumeurs sont un groupe de personnes avec une forte probabilité de développer des nodules, car la nicotine agit comme un irritant pour les cordes vocales.

De même, le reflux gastro-œsophagien est une pathologie qui peut endommager la même zone du larynx. L’acide chlorhydrique dans l’estomac quitte sa place d’origine et se rend dans les voies respiratoires, érodant les muqueuses qui y sont présentes.

Heureusement, le nodule est toujours bénin. Cela signifie qu’il ne progresse pas en une tumeur maligne comme le cancer du larynx. Cela permet d’envisager une approche conservatrice au départ, avec des anti-inflammatoires et une rééducation vocale ; une tâche effectuée par des orthophonistes.

Si le nodule est de taille considérable, ne répond pas bien aux mesures de conservations ou s’il y en a plusieurs avec un mauvais pronostic d’amélioration, la chirurgie est choisie. Bien sûr, une rééducation est nécessaire après l’opération.

Découvrez aussi : Cordes vocales enflammées : causes, symptômes et traitements

2. Laryngite

L’inflammation du larynx pour diverses causes est connue sous le nom de laryngite. Bien que le terme se réfère à une accumulation de liquide inflammatoire dans toute la structure de l’organe, les cordes vocales sont toujours les plus touchées.

Par conséquent, le premier symptôme est la dysphonie, c’est-à-dire l’altération de la voix qui devient rauque ou disparaît complètement, dans ce qui serait une aphonie. Elle est insidieuse, bien plus qu’une pharyngite, et peut durer jusqu’à 3 semaines au total.

Parallèlement au changement de voix, on constate généralement une toux sèche et irritante, causée par le manque de glandes dans le larynx. Comme il ne peut pas être lubrifié, le mucus adéquat n’est jamais fabriqué pour expulser l’agent irritant, que ce soit ce micro-organisme ou un corps étranger inerte.

Les causes sont presque toujours contagieuses. Dans cette catégorie, les virus sont ainsi la cause majoritaire. La saison hivernale est le bon moment où se développe un climat propice aux maladies des voies respiratoires supérieures.

Puisqu’il s’agit d’infections virales, les antibiotiques ne sont indiqués chez presque aucun patient, sauf en cas de surinfection bactérienne ou en cas de microbe sensible à ces médicaments. Le traitement sera donc symptomatique.

Le repos de la voix, mais aussi un anti-inflammatoire pour réduire le liquide accumulé dans les tissus laryngés et des nébulisations pour fluidifier le mucus sont recommandés. Un prélèvement pour culture n’est pas effectué, sauf si la suspicion bactérienne est très élevée.

Un homme qui a mal aux cordes vocales.
La laryngite est l’une des conditions qui compromet le plus la santé des cordes vocales. Elle est souvent d’origine virale.

Cet article pourrait vous intéresser : Laryngite : causes et symptômes

3. Polypes vocaux

Enfin, les polypes sont très similaires aux nodules, mais avec des causes différentes. En général, ce sont des protubérances des cordes vocales qui dépassent de plus en plus, obstruant l’espace à travers lequel l’air doit passer.

En tant que maladie courante des cordes vocales, elle se trouve également diagnostiquée lors d’une consultation pour des problèmes de voix. La dysphonie et le changement de timbre sont en effet les signes particuliers qui indiquent la nécessité d’un diagnostic.

Ils viennent aussi de la surutilisation de la voix, ce qui explique pourquoi on les appelle, en d’autres termes, des « dégénérescences polypoïdes ». Cela indique que le processus sous-jacent est une modification du tissu des cordes vocales, tendant à dépasser les limites habituelles.

Au-delà de l’examen clinique, le spécialiste peut employer une méthode complémentaire pour confirmer la présence de polypes. Cet examen est une laryngoscopie, réalisée avec un dispositif flexible qui est inséré par le nez, avec une très petite lumière et une caméra qui sont responsables de l’enregistrement de l’état des cordes vocales en direct.

Que faire si j’ai l’une de ces maladies courantes des cordes vocales ?

Si un nodule ou un polype vocal est suspecté, l’idéal est de consulter un oto-rhino-laryngologiste. Cette spécialité a suffisamment de connaissances pour réaliser les examens complémentaires que requiert ces pathologies.

Dans le cas de la laryngite hivernale, avec dysphonie persistante, votre médecin traitant peut la résoudre. D’une manière ou d’une autre, il est toujours préférable que l’évaluation soit professionnelle, avant de procéder à l’automédication.

  • Fernández, Luis Castejón. “Prevención de disfonías funcionales en el profesorado universitario: tres niveles de acción preventiva.” Aula abierta 42.1 (2014): 9-14.
  • Montaner, A. Escribano. “Disfunción de las cuerdas vocales.” ANALES ESPAÑOLES DE PEDIATRÍA 56.SUPLEMENTO 2 (2002): 59.
  • Moreno, María del Prado Palomino, et al. “Disfonías y nódulos de las cuerdas vocales en personal docente de Navarra.” Archivos de prevención de riesgos laborales 16.4 (2013): 182-186.
  • Halawa, Wasim Elhendi, Antonio Rodríguez Fernández-Freire, and Sofía Santos Pérez. “Estudio epidemiológico de los pacientes con nódulos vocales.” Revista de Logopedia, Foniatría y Audiología 32.4 (2012): 164-170.
  • Blecuaa, M. Callén, C. Pardos Martínezb, and M. Praena Crespoc. “Patología respiratoria prevalente: rinitis alérgica, bronquiolitis, sinusitis, laringitis.” Revista Pediatría de Atención Primaria 9.Suplemento 2 (2007).
  • Aubry, K., A. El Sanharawi, and A. Pommier. “Laringitis agudas del adulto.” EMC-Otorrinolaringología 46.1 (2017): 1-9.
  • Saavedra-Mendoza, Ana Graciela M., and Matsuharu Akaki-Caballero. “Guía de práctica clínica de disfonía basada en evidencia.” Anales de Otorrinolaringología Mexicana. Vol. 59. No. 3. 2014.
  • Moncayo Fernández, Carla Valeria, and Irvin Santiago Parrales Herrera. “Determinación de las causas más comunes de disfonía crónica halladas mediante laringoscopia directa en pacientes adultos sin signos o síntomas de infección de la vía respiratoria en el Área de Otorrinolaringología del Hospital Teodoro Maldonado Carbo durante en año 2015.” (2016).
  • Ranchal Sánchez, Antonio, and Manuel Vaquero Abellán. “Protocolo para la vigilancia de la salud del profesorado con atención a la enfermedad profesional.” Medicina y Seguridad del Trabajo 54.211 (2008): 47-60.
  • Borobia Pérez, Ana I. Factores predictivos de enfermedad profesional (nódulos en las cuerdas vocales) en profesores de enseñanza primaria y secundaria. Diss. Universidad Complutense de Madrid, 2018.