3 manières de faire un lavement nasal

31 août 2019
Lorsque l'on inspire, des particules allergènes se déposent dans le nez et peuvent déclencher une crise asthmatique, parmi d'autres affections. A ce stade, il est très important de procéder à un lavement nasal correct.

Savoir comment faire un bon lavement nasal est fondamental, surtout chez les bébés. Ceci est dû au fait qu’ils ne savent pas comment respirer par la bouche. Lorsqu’ils ont beaucoup de mucus, il leur est donc très difficile de prendre de l’air extérieur.

De nos jours, les enfants présentent souvent des excès de sécrétions dans le nez. Les particules de l’air ambiant, la socialisation précoce des petits et l’augmentation des allergies peuvent être les raisons de la croissance des problèmes respiratoires.

L’importance de faire un bon lavement nasal

Une femme qui se fait un lavement nasal

Pour nous, il est normal de respirer par le nez. Ce dernier possède la fonction d’humidifier, de filtrer et de chauffer l’air qui entre dans notre corps. Lors de l’inhalation, des particules allergènes se déposent dans le nez et peuvent déclencher une crise asthmatique, entre autres.

Il est alors très important de réaliser un lavement nasal adéquat. Surtout chez les bébés qui, comme nous l’avons mentionné auparavant, ne savent pas respirer par la bouche.

Le lavement nasal est une technique qui consiste à faire passer de l’eau salée à travers les fosses nasales dans le but d’évacuer les sécrétions, la saleté et les allergènes grâce à la capacité de transport du liquide.

Par conséquent, l’objectif du lavement nasal sera d’expulser le plus possible de particules allergènes qui sont en contact avec la muqueuse. De cette façon, la réponse allergique sera moins intense que prévu si le contact persiste.

Néanmoins, faire un lavement nasal n’est pas seulement indiqué pour ce genre de situations. Il est conseillé également dans d’autres circonstances, comme par exemple :

  • Quand on souffre de rhinosinusite chronique ou aiguë
  • Gouttes post-nasales avec une toux chronique due à l’écoulement
  • Traitement préalable avec des corticoïdes nasaux
  • Soins post-opératoires endonasales

Conseils pour faire un lavement nasal à un enfant

Le sérum physiologique est le « mouchoir » des jeunes enfants qui ne savent pas comment expulser le mucus. Sachant cela, il est facile de comprendre qu’il faut faire régulièrement des lavements du nez afin que l’enfant se sente à l’aise et respire mieux.

En général, le lavement nasal ne plaît pas aux enfants. Il peut donc être compliqué à réaliser. Pour vous aider, nous vous proposons une série de recommandations à prendre en compte lors d’un lavement nasal à un bébé :

  • Appliquez les lavements avant de dormir et avant de nourrir les bébés
  • Vous pouvez allonger l’enfant sur le ventre, ou sur le dos, en essayant de tourner sa tête d’un côté et en veillant à ce qu’il ne se penche pas en arrière
  • Après cette manœuvre, il est judicieux d’asseoir le bébé afin de favoriser l’expulsion des sécrétions
  • Si le nez est très obstrué, vous pouvez ajouter un peu de sérum, masser pour ramollir et ajouter à nouveau du sérum
  • Les enfants plus âgés sont capables de faire les lavements eux-mêmes, en inclinant la tête d’un côté puis de l’autre

Lisez également : Comment soulager la rhinite allergique avec 5 remèdes d’origine naturelle ?

Comment procéder à un lavement nasal ?

 

3 manières de faire un lavement nasal

Voici 3 façons différentes de procéder à un lavement nasal :

1. S’allonger sur le dos avec la tête penchée

C’est la manière la plus courante de le faire. Cependant, ce n’est pas la plus efficace. Dans cette position, le sérum est introduit par la force avec une seringue ou une dose unique.

Grâce à cette technique, nous nettoyons la partie la plus antérieure du nez. Il s’agit d’un moyen rapide et facile de le faire. Toutefois, le sérum n’atteint pas l’arrière du nez où le mucus s’accumule.

Ce n’est pas une technique fiable quand le mucus est épais et dense car le sérum rebondit sur le bouchon de mucus.

2. S’asseoir

Cette méthode de lavement nasal s’utilise surtout chez les enfants plus âgés. Dans cette position, la tête doit être placée vers l’avant. Ensuite, on introduit le sérum comme dans la technique précédente.

Après l’administration du sérum, l’enfant va devoir aspirer fortement pour que le sérum soit efficace. C’est pourquoi, il est difficile de réaliser cette opération avec les bébés.

Par ailleurs, comme pour la manœuvre précédente, faire un lavement nasal dans cette position ne permet pas le nettoyage de la zone postérieure du nez et n’est pas utile quand le mucus est très épais.

Découvrez aussi : Congestion nasale : 5 huiles essentielles qui peuvent vous aider

3. S’allonger sur le dos ou s’asseoir avec la tête vers l’arrière

Il s’agit d’un lavement très efficace. En effet, dans cette position, le sérum physiologique est versé lentement et sans pression. Il tombe vers l’arrière du nez et glisse le long de la gorge en entraînant une partie du mucus.

Les sécrétions plus collantes ou plus visqueuses seront hydratées au contact du sérum. Ensuite, il est préférable que l’enfant inspire fortement pour que le mucus qui se trouve dans la zone arrière du nez finisse par tomber dans la gorge pour l’avaler ou le cracher.

Au cas où l’enfant est encore trop jeune, nous pouvons fermer sa bouche pour profiter des pleurs et chercher, de cette manière, une inspiration intense par le nez.

 

  • Deckx, L., De Sutter, A. I. M., Guo, L., Mir, N. A., & van Driel, M. L. (2016). Nasal decongestants in monotherapy for the common cold. Cochrane Database of Systematic Reviews. https://doi.org/10.1002/14651858.CD009612.pub2
  • Riera Sampol, A., & Pedro Gómez, J. E. de. (2014). ¿ En la congestión nasal en pacientes pediátricos, es más efectivo realizar lavados nasales o aspiración para la prevención de complicaciones ? Evidentia: Revista de Enfermería Basada En La Evidencia.
  • Santos Galvão, C. E., Nascimento Saldiva, P. H., Kalil Filho, J. E., & Morato Castro, F. F. (2004). Inflammatory mediators in nasal lavage among school-age children from urban and rural areas in São Paulo, Brazil. Sao Paulo Medical Journal.