9 effets secondaires communs des contraceptifs

26 novembre 2020
Les contraceptifs hormonaux peuvent provoquer des effets secondaires qui, chez certaines femmes, deviennent véritablement invalidants. Quels sont-ils ?

Les effets secondaires des contraceptifs ne sont pas rares. Bien qu’ils soient efficaces pour prévenir une grossesse non désirée, ils restent des médicaments dans certains cas, et des outils dans d’autres cas. Grâce aux progrès scientifiques, il existe aujourd’hui différents types de contraceptifs qui s’adaptent aux conditions de chaque femme.

Toutefois, la plupart d’entre eux se basent sur l’administration d’hormones. C’est pourquoi ils présentent généralement des réactions adverses qui varient en fonction de la personne. Dans cet article, nous vous expliquons les plus fréquentes ainsi que leurs causes.

Pourquoi les contraceptifs produisent-ils des effets secondaires ?

Actuellement, les contraceptifs hormonaux constituent la méthode la plus efficace pour contrôler la fertilité. Par ailleurs, ils sont également les plus utilisés par les femmes, avec les préservatifs. Parmi les contraceptifs féminins, nous trouvons les suivants:

  • Pilules contraceptives.
  • Anneau vaginal.
  • DIU hormonal: le dispositif intra-utérin en cuivre est également une méthode très efficace qui ne contient pas d’hormones. Ses éventuels effets secondaires sont donc différents.
  • Patchs transdermiques.
  • Implants sous-cutanés.
  • Pilule du lendemain.

Les effets secondaires produits par les contraceptifs sont attribués à l’administration d’hormones exogènes. De manière générale, le cycle menstruel et tout ce qui a trait à la fertilité féminine est régulé par les oestrogènes et la progestérone.

Lorsque des hormones exogènes sont introduites dans l’organisme, la synthèse des hormones naturelles est altérée. Ainsi, le cycle menstruel et l’ovulation cessent de suivre leur cours normal, raison pour laquelle la grossesse est évitée.

Cependant, le problème c’est que les hormones n’agissent pas seulement sur l’appareil reproducteur. Elles exercent également une action sur d’autres parties du corps, comme les seins et le tissu adipeux. Elles peuvent donc avoir davantage d’effets secondaires que la simple interférence dans la fertilité.

Administration d'un implant sous-cutané.

“L’implant sous-cutané est un moyen contraceptif qui libère des hormones de façon progressive.”

1. Saignements intermenstruels

Les saignements intermenstruels sont ceux qui surviennent soudainement entre deux menstruations. Selon les recherches, cet effet secondaire est fréquent au début de la prise de la pilule. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles les femmes l’abandonnent à plusieurs reprises.

Généralement, les saignements apparaissent lors de la phase d’adaptation hormonale. Néanmoins, s’ils sont abondants ou durent plus de cinq jours, il est préférable de consulter un médecin pour exclure d’autres causes.

2. Vertiges, nausées et vomissements : effets secondaires des contraceptifs

Les vertiges, nausées et vomissements sont des symptômes très peu spécifiques. Ils peuvent apparaître pour de nombreuses raisons. Cependant, on a relevé que certaines femmes en souffraient également au commencement de la contraception hormonale.

Par ailleurs, il est important de noter que, si le contraceptif se prend par voie orale, les vomissements peuvent interférer dans son absorption. Il est donc fondamental d’être bien informée sur la nécessité éventuelle de répéter la dose. En règle générale, lorsque l’épisode survient dans les 12 heures suivant la prise, elle doit être répétée.

3. Sensibilité dans les seins

Comme nous l’avons mentionné au début, les hormones agissent également sur le tissu mammaire. Elles peuvent rendre les seins plus gonflés ou plus sensibles. De plus, certaines femmes affirment éprouver une douleur au toucher. C’est ce que révèle un article dans le Journal Mexicain de Gynécologie et d’Obstétrique.

4. Mal de tête et migraine

Il s’agit de l’effet secondaire le plus important chez certaines femmes. Dans le cas d’une personne qui souffre déjà de migraine, il est judicieux d’éviter les contraceptifs hormonaux et de chercher des alternatives. En effet, certaines preuves mettent en évidence la relation entre les migraines et les contraceptifs hormonaux.

La raison, comme l’explique la Clinique Mayo, est que les niveaux fluctuants d’œstrogènes altèrent certaines substances chimiques liées à ce symptôme. C’est pourquoi, l’idéal est de prévenir les douleurs dans certaines phases du cycle ou, si elles sont trop invalidantes, d’éviter ce type de méthodes.

Lisez également : Signes et symptômes de hauts niveaux d’œstrogènes

5. Prise de poids : l’un des effets secondaires des contraceptifs ?

La prise de poids est l’un des effets secondaires les plus controversés. Il semble effectivement qu’il n’y ait pas d’augmentation de la masse corporelle en tant que telle. Autrement dit, ce n’est pas le tissu adipeux qui en est coupable.

Le plus probable, c’est la rétention de liquides, surtout au début de la prise. Avec le temps, l’équilibre hydroélectrique interne se stabilise et il n’y a plus de rétention.

6. Sautes d’humeur : effets secondaires des contraceptifs

Tel que l’expliquent les notices des pilules contraceptives, certaines femmes ressentent des sautes d’humeur. Autrement dit, elles ont tendance à être plus instables émotionnellement, ou présentent un plus grand risque de dépression.

Toutefois, la relation entre les deux est encore à l’étude. Les recherches dont nous disposons montrent que l’effet est peu mesurable et, lorsqu’il est constaté, c’est qu’il est apparu après plus de 10 ans d’utilisation de la pilule.

Découvrez aussi : La thrombose induite par les contraceptifs

7. Aménorrhée

L’aménorrhée, de même que les saignements intermenstruels, est un symptôme fréquent. Il s’agit de l’absence de menstruations au moment où elles devraient arriver. Dans le cas des contraceptifs hormonaux, il s’agit d’un effet secondaire puisqu’elle est liée au déséquilibre du cycle.

En réalité, de nombreux facteurs peuvent influencer, et pas seulement la pilule contraceptive. Le stress, par exemple, ou l’alimentation, ainsi que l’exercice physique, sont des facteurs déterminants. Néanmoins, en cas d’aménorrhée, il est important de réaliser un test de grossesse.

8. Diminution du désir sexuel

Le désir sexuel est une sensation dans laquelle interviennent de nombreuses conditions. Les hormones jouent un rôle fondamental, mais ne sont pas le seul facteur déterminant. Toutefois, les contraceptifs peuvent entraîner une baisse de la libido.

Selon un article du Journal médical de l’Institut Mexicain de la Sécurité Sociale, la diminution du désir sexuel est plus évidente avec les méthodes de patchs et d’implants qu’avec les autres. Cependant, il est difficile de séparer les autres facteurs qui pourraient également intervenir.

Pilule contraceptive.

“Les effets secondaires des hormones ne se présentent pas dans tous les cas et varient selon les femmes.”

9. Flux vaginal

Etant donné qu’il s’agit d’hormones, l’un des effets secondaires des contraceptifs sera la modification du flux vaginal. Ce fluide réagit aux variations internes et à la conformation de la flore vaginale.

Ces changements ne sont quasiment jamais un signe de pathologie. Ils peuvent même survenir et rester pendant l’utilisation de la pilule ou des méthodes injectables.

Les contraceptifs sont sûrs malgré leurs effets secondaires

Les contraceptifs hormonaux constituent une méthode sûre et efficace pour prévenir les grossesses. Mais cela ne signifie pas qu’ils sont exempts d’effets indésirables.

Il est donc préférable de consulter un médecin qui répondra à toutes vos questions. Il vous aidera également à choisir la méthode qui vous convient le mieux et vous conseillera en fonction de votre situation. Chaque femme a le droit de choisir ce qui s’adapte le mieux à son mode de vie et ce qui lui apporte le moins de complications possibles.

  • Dolores de cabeza y hormonas: ¿Cuál es la relación? – Mayo Clinic. (n.d.). Retrieved September 30, 2020, from https://www.mayoclinic.org/es-es/diseases-conditions/chronic-daily-headaches/in-depth/headaches/art-20046729
  • PROSPECTO LEVONORGESTREL/ETINILESTRADIOL DURBAN 0,1 MG/0,02 MG COMPRIMIDOS RECUBIERTOS EFG. (n.d.). Retrieved September 30, 2020, from https://cima.aemps.es/cima/dochtml/p/82942/P_82942.html
  • Barrera Coello, Laura, et al. “Causas de desapego a los métodos anticonceptivos.” Ginecología y obstetricia de México, 2019, vol. 87, num. Suppl 1, p. S128-S135 (2019).
  • Consideraciones sobre planificación familiar: métodos anticonceptivos. (n.d.). Retrieved September 30, 2020, from http://scielo.sld.cu/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S0864-21252001000400010
  • Caba, Alejandro A. Paradas, et al. “Preferencia de uso del método anticonceptivo hormonal combinado de autoadministración, previa y posterior a la consejería estructurada (Estudio PIENSA).” Revista de la Federación Centroamericana de Obstetricia y Ginecología 2014.19 (2018).
  • Carbajal-Ugarte, José Antonio, et al. “Eficacia y efectos adversos de anticonceptivos hormonales. Estudio comparativo.” Revista Médica del Instituto Mexicano del Seguro Social 46.1 (2008): 83-87.
  • Pauta Barros, Paula Cristina, and Diana Nohely Suárez Condo. Efectos adversos y posibles causales de abandono del método anticonceptivo hormonal combinado Mesigyna en pacientes de la Clínica Humanitaria Fundación Pablo Jaramillo en la ciudad de Cuenca, en el periodo Abril–Agosto del 2017. BS thesis. Universidad del Azuay, 2018.
  • Palacios, Santiago, and Mariella Lilue. “Función sexual femenina y anticoncepción hormonal.” Ginecologia y Obstetricia de Mexico 88 (2020).
  • Ferllini Montealegre, Stephanie María, María Fernanda Miranda Muñoz, and Allan David Picado Álvarez. “Depresión: relación con la terapia anticonceptiva hormonal.” Revista Médica Sinergia 5.01 (2020): 233.
  • Amado, J. A., and J. Flórez. “Hormonas sexuales: estrógenos, gestágenos, andrógenos y anticonceptivos hormonales.” Farmacologia humana (2003): 887-911.