A quoi correspond le régime Sugar Busters ?

Le régime Sugar Busters fait l'objet de nombreux débats au sein de la communauté scientifique. Si certains le considèrent efficace pour améliorer la santé, d'autres estiment qu'il faut davantage de preuves.
A quoi correspond le régime Sugar Busters ?

Dernière mise à jour : 17 janvier, 2021

Si nous souhaitons en savoir davantage sur le régime Sugar Busters, nous devons commencer par le slogan qui figure sur la couverture du livre “Réduire le sucre pour réduire la graisse”. C’est exactement le but de ce régime qui propose d’éliminer les sucres et les glucides raffinés dans l’objectif d’atteindre un poids sain et équilibré.

Une consommation excessive de sucre peut augmenter les dépôts de graisse corporelle qui entraînent alors un surpoids ou une obésité. Par conséquent, Thomas, Elliot et Baur de l’Université de Sydney, ont classifié le régime Sugar Busters parmi les “régimes à indice glycémique”.

Ces programmes alimentaires attribuent une valeur aux aliments “source de glucides”, en fonction de leur capacité à augmenter le niveau de sucre dans le sang. Et en conséquence, les niveaux d’insuline.

Dans son livre Nutrition et Diététique Clinique, Salas-Salvado signale qu’une alimentation à indice glycémique élevé peut augmenter le taux de graisse dans le sang. Ainsi que le risque d’obésité, de diabète et de maladie cardiovasculaire. Toutefois, il existe actuellement des divergences à cet égard.

Comment fonctionne le régime Sugar Busters ?

Avant d’approfondir au sujet de ce régime, voyons tout d’abord en quoi consiste l’indice glycémique (IG). Selon les indications d’Hernandez et d’autres experts en nutritionl’IG est une valeur qui quantifie la réponse d’un aliment à une augmentation de la glycémie et de l’insuline, en le comparant avec le pain blanc ou le glucose.

Selon Sellmeyer, du journal American Clinic of Nutrition, plus l’IG est bas, entre 1 et 55, plus le régime est sain pour la prévention et le contrôle des maladies chroniques.

Le régime Sugar Busters élimine tous les glucides simples ou les sucres ainsi que les produits raffinés. 40 % des calories de l’alimentation doivent provenir de glucides à faible IG et de sources de fibres. Le 60% restant des calories se répartissent en 30 % de protéines et 30 % de graisses, principalement insaturées.

Les auteurs du régime Sugar Busters ne précisent pas les mesures des portions de chaque aliment. Ils recommandent seulement que les quantités soient raisonnables.

Assortiment de sucreries et confiseries.

“Le régime Sugar Busters propose de retirer toute source de sucres ou de glucides raffinés.”

Quelques aliments que l’on peut consommer dans le régime Sugar Busters

Le régime Sugar Busters comprend des aliments à faible indice glycémique. Autrement dit, des glucides qui se transforment en sucres et qui sont absorbés lentement et progressivement. Voici quelques-uns d’entre eux :

  • Légumes sans amidon : brocoli, chou-fleur, tomate, asperges, choux, épinards, poivrons, courgette, entre autres.
  • Légumineusesharicots, lentilles, fèves vertes, etc.
  • Fruits : pastèque, fraises, pêches, framboises, mûres, pommes, etc.
  • Céréales complètes : avoine, orge perlé, pain complet de seigle, son d’avoine, sarrasin et riz complet.
  • Produits laitiers écrémés : lait avec 1% de graisse, yaourt écrémé et sans sucre, fromages maigres.
  • Protéines : volailles sans peau, viande maigre, oeufs, poisson, entre autres. Il est préférable d’éliminer la graisse visible et de ne pas les faire frire ou paner.
  • Graisses: huile de colza, huile de soja, fruits secs, huile d’olive.
  • Edulcorants artificiels : sucralose, aspartame, stevia, entre autres.

Les aliments à exclure du régime Sugar Busters

Ce type de régime exclut les aliments raffinés ou à forte teneur en sucres, comme le miel, les sirops et les légumes contenant de l’amidon. Voici certains d’entre eux :

  • Légumes et fruits contenant de l’amidon et du sucre : pommes de terre au four, betterave, raisins secs, manioc, bananes, petits pois, entre autres.
  • Céréales raffinées : farine de blé, pâtes, pain blanc, riz blanc, farine de riz et dérivés.
  • Fruits à indice glycémique élevé : mangue, kiwi, banane mûre, ananas, etc.
  • Sucreries : biscuits, gâteaux, tartes, glaces, beignets, madeleines et viennoiseries en général.
  • Edulcorants naturels : sucre, sirop d’agave, sirop, miel, etc.
  • Boissons : jus de fruits, boissons sportives, gazeuses, boissons sucrées et thé froid.
  • Aliments transformés : restauration rapide, frites et chips, cookies, sandwichs, conserves et autres.
  • Charcuterie : saucisses, pastrami, jambon, saucisson, etc.

Bienfaits du régime Sugar Busters

Le régime Sugar Busters possède quelques avantages par rapport à d’autres régimes.

Prévention et contrôle de certaines maladies chroniques

Les professionnels de la Clinique Mayo explique que la consommation d’aliments à faible IG, compris dans ce régime, permet la prévention du surpoids, de l’obésité, du diabète de type 2 et des maladies cardiaques. 

Thomas, Elliot et Baur, ont conclu qu’un régime à faible IG, après peu de temps, améliore le cholestérol total ainsi que le cholestérol LDL chez les personnes obèses. En outre, il diminue le poids corporel, la masse adipeuse et l’indice de masse corporelle. Une méta analyse a également révélé une amélioration de l’insuline et des triglycérides chez les personnes obèses lorsqu’elles suivaient ce régime.

D’autres études sont quelque peu contradictoires en ce qui concerne le contrôle à long terme du régime pauvre en IG. Les résultats ont effectivement révélé une perte de poids insignifiante pendant le traitement de l’obésité. Plusieurs chercheurs n’ont trouvé aucun lien entre l’IG et la diminution du risque cardiovasculaire.

Un apport nutritionnel favorable

Le régime Sugar Busters est très riche en fibres, en composants bioactifs tels que les antioxydants et les vitamines, qui soutiennent diverses fonctions de l’organisme. La plupart des calories, des fibres et des vitamines sont obtenues à travers les fruits, les végétaux et les céréales complètes.

Une faible teneur en matière grasse

Bien que ce régime ne mette pas l’accent sur la réduction des graisses saturées, l’inclusion de l’huile d’olive, de différentes graines avec des acides gras polyinsaturés ainsi que la consommation de viandes maigres, augmente le rapport insaturé-saturé, bénéfique pour le maintien de la santé cardiovasculaire.

Un régime pratique

Sugar Busters est un type de régime qui ne nécessite pas de compter ou de mesurer les glucides ou les calories ingérés. Il suffit d’identifier les aliments ou les ingrédients autorisés sur les emballages des produits, puis d’éviter ceux qui sont exclus. De plus, il n’est pas nécessaire d’avoir beaucoup de connaissances pour savoir comment suivre ce régime.

Aliments du régime méditerranéen.

” Ce régime propose une consommation riche en aliments antioxydants dont la teneur nutritionnelle est importante. C’est pourquoi, il est associé à des effets positifs sur la santé.”

Inconvénients du régime Sugar Busters

Certains inconvénients de ce régime sont liés à l’exclusion de certains fruits et légumes qui fournissent des nutriments essentiels pour la santé. Par ailleurs, il existe des contre-indications quant à ses effets sur certaines maladies chroniques.

Exclusion d’aliments nutritifs

Ce régime alimentaire exclut des aliments en fonction de leur indice glycémique. Cependant, certains d’entre eux sont porteurs de nutriments essentiels.

  • Par exemple, la mangue et l’ananas sont des sources de caroténoïdes précurseurs de la vitamine A, vitamine C. De même que le kiwi.
  • Les fibres que nous trouvons dans certains légumes contenant de l’amidon (manioc, petits pois, etc) sont également soustraites de ce régime.

Confusion dans le guide alimentaire

Les informations sur la liste des aliments autorisés ou non ne sont pas disponibles. Il faut examiner minutieusement le guide pour en extraire les aliments autorisés. D’autre part, les auteurs suggèrent de réduire les graisses saturées, mais incluent le beurre et la crème fraîche.

De même, bien que le régime recommande les aliments à faible IG, certains sont proches ou supérieurs à la valeur glycémique du sucre.

Contradictions dans les études scientifiques

Si les partisans du régime Sugar Busters applaudissent certaines études qui établissent un lien entre les diètes IG et le contrôle de certaines pathologies, d’autres n’ont pas confiance dans les résultats. Les régimes n’ont pas été testés sur le long terme. Et les résultats ne montrent aucune relation entre l’alimentation et l’amélioration des cadres cliniques.

Est-il possible de perdre du poids avec le régime Sugar Busters ?

Certaines études cliniques et autres dont il est question dans le journal Clinical Nutrition, ont déterminé que les régimes faibles en IG, parvenaient à réduire le poids et la graisse corporelle chez les patients obèses.

En revanche, lors d’une recherche menée auprès de personnes obèses qui suivaient un régime IG, la perte de poids fut insignifiante pendant la phase de maintien et à la 36ème semaine de l’étude.

Le régime Sugar Busters fournit également une quantité élevée de fibres à travers les fruits, les légumes et les céréales complètes. En ce sens, certains auteurs affirment que les fibres réduisent l’apport énergétique pour plusieurs raisons :

  • Production d’une meilleure satiété.
  • Diminution de l’absorption dans l’intestin grêle.
  • Augmentation de l’élimination fécale des nutriments.

Par ailleurs, dans le Journal of Nutrition, ils indiquent que la faible consommation de glucides avec une ingestion importante de protéines, caractéristique de ce régime, augmente la satiété, réduit la graisse corporelle et augmente la perte de poids.

Pour beaucoup, le régime Sugar Busters est sain. En fin de compte, la diminution du sucre, l’augmentation des fibres, la consommation de protéines maigres et de moins de graisses saturées, font partie des recommandations de l’Organisation Mondiale de la Santé pour une alimentation saine.

Cependant, des études à plus long terme sont nécessaires pour déterminer l’impact direct de ce régime sur l’obésité, le diabète et les maladies cardiaques.

Cela pourrait vous intéresser ...
7 stratégies pour perdre du poids sans régimes restrictifs
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
7 stratégies pour perdre du poids sans régimes restrictifs

Vous souhaitez perdre du poids sans faire de régimes restrictifs ? Voici nos meilleures stratégies pour maigrir sans se priver !



  • Philippou E, McGowan BM, Brynes AE, Dornhorst A, Leeds AR, Frost GS. The effect of a 12-week low glycaemic index
    diet on heart disease risk factors and 24 h glycaemic response in healthy middle-aged volunteers at risk of heart disease: a pilot study. Eur J Clin Nutr 2008; 62: 145-9.
  • Salas-Salvado, J., Bonada, R., Trallero, M. Nutrición y Dietética Clinica. Editorial Masson-Elsevier, Barcelona. 2006.
  • Thomas DE, Elliott EJ, Baur L. Dietas de bajo índice glucémico o baja carga glucémica para el sobrepeso y la obesidad (Revisión Cochrane traducida). En: La Biblioteca Cochrane Plus, 2007 Número 4. Oxford: Update Software Ltd. Disponible en: http://www.update-software.com. (Traducida de The Cochrane Library, 2007 Issue 4. Chichester, UK: John Wiley & Sons, Ltd.).
  • Mora, G. La Opinión del experto. Dieta y enfermedad coronaria. Rev Fac Med Univ Nac Colomb. 2005 Vol. 53 No. 2, 97-116.
  • Gargallo Fernández Manuel, M.; Breton Lesmes, I.; Basulto Marset, J.; Quiles Izquierdo, J.;Formiguera Sala, X.; Salas-Salvadó, J.; grupo de consenso FESNAD-SEEDO. Recomendaciones nutricionales basadas en la evidencia para la prevención y el tratamiento del sobrepeso y la obesidad en adultos (consenso FESNAD-SEEDO). La dieta en el tratamiento de la obesidad (III/III). Nutrición Hospitalaria. 2012, 27 (3), pp. 833-864.
  • Hernández, P.,  Mata, C.,  Lares, M., 3, Velazco, Y., Brito, S. Índice glicémico y carga glucémica de las dietas de adultos diabéticos y no diabéticos. An Venez Nutr 2013; 26(1): 5-13.
  • Leighton Steward, Morrison Bethea, M.D., Sam Andrews, M.D., Luis Balart, M.D. El Nuevo Sugar Busters. Ballantine Books. Random House Publishing Group22 jul. 2009 – 416 páginas.