Actions et fonctions des protéines dans le corps

30 août 2020
Les protéines jouent un rôle fondamental dans le corps. Si elles sont reconnues pour leur capacité à générer des tissus, elles exercent également d'autres fonctions. Nous vous en disons davantage dans cet article.

Connaissez-vous les fonctions des protéines dans le corps ? De même que d’autres nutriments, ces molécules sont nécessaires pour divers processus vitaux. C’est pourquoi elles doivent figurer dans l’alimentation habituelle.

Par ailleurs, les protéines se composent d’unités structurelles appelées acides aminés, dont certaines ne peuvent pas être synthétisées par l’être humain. Elles sont donc considérées comme essentielles. Nous ne pouvons les obtenir que via l’alimentation.

Quelles sont les fonctions des protéines dans l’organisme ?

Les protéines peuvent être de source animale.

En général, les protéines sont des molécules qui possèdent 4 éléments de base : le carbone, l’hydrogène, l’oxygène et le nitrogène. Elles peuvent également contenir du soufre, du fer, du cuivre ou autres minéraux.

Par ailleurs, elles font partie des macronutriments nécessaires pour un fonctionnement optimal car elles remplissent un rôle fondamental chez les êtres vivants. Leurs fonctions sont diverses et variées, et se concentrent principalement sur la formation de tissus et de masse musculaire. Mais ce n’est pas tout. Dans cet article, nous abordons également les multiples fonctions des protéines.

Fonctions diverses des protéines

  • Structure et plasticité : l’une des fonctions des protéines dans le corps est de former les structures cellulaires. Elles réparent les tissus, apportent un soutien, confèrent une souplesse et une résistance. Un exemple classique est le fameux collagène qui se trouve dans les os et les tendons, ou la kératine dans les cheveux, la peau et les ongles. En effet, selon ces études, l’apport en protéines est l’un des composants fondamentaux pour atteindre une masse musculaire
  • Régulation : certaines hormones, telles que l’insuline et le glucagon, sont de nature protéique. Toutes deux permettent de réguler la concentration de glucose dans le sang. Un autre cas est celui de la calcitonine qui est responsable du métabolisme du calcium. En outre, il existe des protéines dont la fonction organique est de diriger la division cellulaire et l’expression des gènes
  • Défenses : les protéines aident à la création des immunoglobulines. Il s’agit d’anticorps capables de nous protéger face aux agents externes. Par exemple, les mucines protègent les muqueuses et ont un effet germicide. De même, le fibrinogène et la thrombine évitent les hémorragies parce qu’ils contribuent à la formation de caillots de sang
  • Homéostasie : les protéines fonctionnent également comme des tampons puisqu’elles ont la capacité de maintenir le milieu interne stable lors du processus appelé homéostasie. Elles veillent à tout moment à ce que le pH, l’acidité et l’équilibre osmotique se trouvent dans les valeurs normales
  • Enzymes : de nombreuses protéines sont des enzymes. Autrement dit, elles permettent aux réactions de l’organisme d’avoir lieu plus rapidement. Elles accélèrent les processus grâce à leur capacité à interagir de manière spécifique avec les substrats. Il s’agit par exemple des enzymes qui permettent la dégradation des aliments, comme l’amylase, la lipase et la protéase
  • Transport : les protéines participent au transport de substances dans les liquides corporels telles que l’oxygène (à travers l’hémoglobine et la myoglobine) et les graisses (via les apoprotéines). Au niveau cellulaire, ce sont des canaux et des récepteurs qui permettent l’entrée et la sortie des composés à travers les membranes cellulaires
  • Réserve : les protéines sont un réservoir énergétique au cas où elles devraient être utilisées comme combustible, lorsqu’il n’y a pas de glucides disponibles

Découvrez également : Les protéines végétales sont-elles suffisantes pour un athlète ?

Les différentes sources de protéines

Les aliments qui fournissent des protéines sont d’origine animale et végétale, mais leur qualité est variable. En effet, les protéines animales ont une grande valeur biologique parce qu’elles contiennent tous les acides aminés essentiels pour l’organisme. Les protéines végétales, en revanche, ne sont pas assez riches dans certains cas.

Selon des études scientifiques, lorsque l’on consomme des protéines d’origine végétale, à l’exception du soja, il faut essayer de les combiner avec d’autres aliments afin d’obtenir une qualité optimale. Sinon, il nous manquera toujours certains composants dont nous avons besoin.

Voici quelques sources de bonnes protéines pour aider les fonctions du corps :

  • Viandes rouges et blanches
  • Oeufs
  • Produits laitiers
  • Légumineuses : surtout le soja, les pois chiches et les lentilles
  • Fruits secs et graines

Sur la base de données scientifiques, il est conseillé de fournir 0,8 grammes de protéines par kilogramme de poids. Cette demande varie en fonction des besoins journaliers déterminés par le mode de vie. Par conséquent, les femmes enceintes, les enfants, les nourrissons, les adolescents et les personnes âgées doivent consommer une quantité supplémentaire.

Dans le cas des sportifs, l’apport en protéines est variable puisqu’il dépend en grande partie du niveau d’activité physique réalisée. Effectivement, selon une étude publiée dans Journal of the International Society of Sports Nutrition, cette valeur devrait être d’au moins 2 grammes par jour.

Les fonctions des protéines de source végétale.

Lisez aussi : Aliments riches en protéines pour les personnes vegan

Fonctions des protéines dans l’organisme : ce qu’il faut retenir !

Ce nutriment est indispensable pour de nombreuses fonctions vitales et son apport doit donc être suffisant. Alors que les protéines animales offrent une bonne qualité nutritive, les personnes qui suivent un régime végétarien devraient demander conseil à un nutritionniste.

Enfin, comme nous l’avons mentionné, les protéines ne servent pas seulement à former des tissus. Leur capacité à influencer de multiples processus dans le corps les rend indispensables. Depuis notre équilibre hormonal à l’entrée microscopique de substances dans les cellules, nous dépendons d’elles pour notre santé.

 

  • Wolfe, R. R. (2017). Branched-chain amino acids and muscle protein synthesis in humans: myth or reality?. Journal of the International Society of Sports Nutrition14(1), 1-7.
  • Amador-Licona, N., Moreno-Vargas, E. V., & Martinez-Cordero, C. (2018). Ingesta de proteína, lípidos séricos y fuerza muscular en ancianos. Nutrición Hospitalaria35(1), 65-70.
  • Guerra, M., Hernández, M. N., López, M., & Alfaro, M. J. (2013). Valores de referencia de proteínas para la población venezolana. Archivos latinoamericanos de nutrición63(4), 278.
  • Guillén, M. V. L. (2009). Estructura y Propiedades de las Proteínas. Obtenido de http://www. uv. es: http://www. uv. es/tunon/pdf_doc/proteinas_09. pdf. 34p.
  • Miyahira, J. (2016). Importancia de mantener constante el medio interno. Revista Medica Herediana27(4), 197-198.
  • González-Torres, Laura, et al. “Las proteínas en la nutrición.” Revista salud pública y nutrición 8.2 (2007): 1-7.
  • de Luna Jiménez, Alfonso. “Valor nutritivo de la proteína de soya.” Investigación y Ciencia: de la Universidad Autónoma de Aguascalientes 36 (2006): 29-34.