Aliments à haute appétence : connaître les risques liés à leur consommation

Dans quelle mesure les aliments que vous consommez sont-ils transformés ? Vous devriez y prêter attention car cela peut être dangereux pour votre santé. Pour quelles raisons ?
Aliments à haute appétence : connaître les risques liés à leur consommation

Dernière mise à jour : 05 juillet, 2021

Depuis la fin du XXème siècle, les aliments traditionnels ont été remplacés par des aliments à haute appétence qui contiennent davantage de graisses saturées, de sucres, de farines et de sel. Leurs ingrédients fournissent une charge énergétique plus importance et peuvent produire une addiction.

Comme l’explique le professeur Rodriguez-Santos, des substances artificielles sont ajoutées aux aliments à haute appétence afin d’augmenter leur saveur, les rendre plus durables ou pour qu’ils soient prêts à boire ou à manger instantanément. Ces ingrédients, en particulier ceux qui sont sucrés et crémeux, déclenchent certaines réactions dans le cerveau qui sont associées à des sensations positives de plaisir et à l’envie d’en ingérer davantage.

Par conséquent, de savoureux à dangereux il n’y a que quelques pas. Découvrez-en plus sur les risques des aliments à haute appétence.

Quels sont les aliments à haute appétence ?

Monteiro et d’autres experts décrivent dans le magazine World Nutrition que les aliments hyper-palatables sont ceux issus de formulations industrielles ou préparés avec des substances extraites ou dérivées des aliments. Ils considèrent les produits ultratransformés comme un type d’aliments à haute appétence.

En général, ces aliments combinent les graisses saturées ou trans, les sucres, les farines et le sel comme source de sodium. Ils sont également mélangés à des dérivés alimentaires tels que les graisses hydrogénées, l’amidon modifié, les protéines hydrolysées et les extrudas de viande.

Par ailleurs, ils utilisent aussi une grande quantité d’additifs, de conservateurs, d’émulsifiants, de diluants, de stabilisateurs, d’édulcorants, d’exhausteurs de sensation, de goût et de couleur. Tout cela afin que le produit ait l’apparence, l’odeur, la sensation et le goût de la nourriture.

Dans le magazine International Journal of Obesity, ils concluent que la perception de ce type d’ingrédients a le même comportement que pour les drogues. En effet, ils activent les circuits de récompense du cerveau, entraînant alors une surconsommation de ces aliments à haute appétence.

D’autre part, le magazine Appetite inclut comme aliments à haute appétence les boissons gazeuses, les snacks sucrés et salés, les bonbons, les fritures, les jus artificiels, les repas rapides (hamburgers, pizzas, frites), les viandes reconstituées, les soupes instantanées, les céréales sucrées, les viennoiseries et les plats tout prêts, entre autres.

Assortiment d'aliments à haute appétence.

“La restauration rapide est hyper-appétissante dans le but de répondre aux besoins du marché pour réaliser des ventes suffisantes.”

Lisez également : 4 raisons d’arrêter la malbouffe

Comment identifier les aliments à haute appétence ?

On pourrait dire que l’identification d’un aliment hyper-appétissant est très facile. Puisque c’est ceux qui produisent le plus de dépendance. Cependant, il est important de souligner également leurs caractéristiques spécifiques.

A ce sujet, le magazine Obesity a publié une étude qui clarifie la question :

  • Aliments dont 25 % des calories proviennent des graisses et dont plus de 0,3 % du poids est constitué de sodium. Exemples : hot dog, viandes transformés et produits à base d’oeufs et de lait.
  • Produits dont plus de 20 % des calories proviennent des graisses et plus de 20 % des sucres. Exemples : glaces, gâteaux et pâtisseries.
  • Aliments dont 40 % des calories proviennent des glucides et plus de 0,2 % de leur poids en sodium. Exemples : frites, pop-corn et crackers.

En analysant la base de données américaine Food and Nutrient Database for Dietary Studies, on a constaté que 62 % de près de 8000 aliments étaient considérés à haute appétence, avec une teneur élevée en graisses et en sodium.

D’autre part, 5 % des aliments étiquetés comme “pauvres en graisse, en sucre, en sel ou en calories” répondent également aux critères des aliments à haute appétence. Par exemple, certains légumes sont cuits dans des sauces, des graisses ou de la crème.

Le rapport note aussi que la méthode de préparation et de transformation des aliments peut déterminer si un aliment est à haute appétence ou non. 

Pourquoi les aliments à haute appétence sont-ils si dangereux pour la santé ?

Il existe plusieurs raisons qui justifient la dangerosité des aliments à haute appétence pour la santé. Voyons lesquels.

1. Augmentation du risque de maladies chroniques

L’Organisation Mondiale de la Santé a publié de nombreuses études montrant l’association entre l’ingestion de ces produits et les maladies chroniques non transmissibles. C’est le cas des maladies cardiovasculaires, de l’obésité, du diabète de type 2 et de l’hypertension.

Par ailleurs, la consommation de ces aliments à un âge précoce peut accroître l’obésité abdominale tel que le révèle une étude menée par Costa et d’autres chercheurs. Un appel est lancé pour renforcer les stratégies préventives sur la consommation d’aliments à haute densité énergétique et hyper-appétissants.

2. Moins de satiété

Les composants qui font partie des aliments à haute appétence entraînent une surconsommation incontrôlée car ils ignorent les signaux de satiété du cerveau. Par conséquent, les personnes consomment davantage. Comme le souligne le magazine Nutricao, cette situation contribue au développement d’un terrain propice à l’obésité.

3. Les aliments à haute appétence génèrent une dépendance

Le magazine Appetite indique qu’un cercle vicieux se met en place lorsque l’on mange des aliments hyper-appétissants. Cela déclenche effectivement l’activation de circuits de récompense du cerveau par la présence de certains ingrédients générateur de plaisir.

Au final, on assiste à une consommation incontrôlée de ces aliments, associée à un risque accru de surpoids et d’obésité.

4. Moins de nutriments

L’addiction aux aliments à haute appétence supplante la consommation d’aliments naturels ou peu transformés, sources de fibres, de vitamines, de minéraux et de protéines. En outre, leurs formulations se basent uniquement sur des graisses, des sucres ou des glucides qui ne répondent pas aux besoins nutritionnels.

Un homme qui dit non à un hamburger.

“Il est difficile de dire non à la consommation d’aliments hyper-appétissants puisqu’ils sont conçus pour générer énormément de plaisir.”

5. Troubles de l’humeur

Un magazine montre que l’anxiété est liée à l’ingestion d’aliments à haute appétence tels que les pizzas, les boissons gazeuses, les frites. En effet, la consommation prolongée de produits transformés et sucrés s’est avérée être associée à l’augmentation du risque de dépression.

Il a également été constaté que les personnes qui préféraient manger du fast-food pour atténuer leur détresse psychologique sont plus vulnérables au développement d’une obésité ou d’un surpoids.

D’autre part, le magazine Frontiers in Psychology souligne que la consommation de repas sucrés et riches en graisses réduit les signes de stress et d’anxiété mais augmente l’obésité.

Une alimentation saine ne contient aucun aliment à haute appétence

Les aliments à haute appétence augmentent les risques de déclencher des maladies chroniques ainsi que des troubles psychologiques. Ils ne devraient donc pas faire partie d’une alimentation saine.

Enfin, les produits naturels tels que les fruits, les légumes et les fruits secs représentent une excellente option pour une collation croquante et savoureuse. N’hésitez pas à consulter un professionnel de la nutrition si vous avez des doutes ou que vous ne parvenez pas à cesser de manger des aliments hyper-appétissants, malgré les efforts.

It might interest you...
Je ne peux m’arrêter de manger : causes et solutions
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
Je ne peux m’arrêter de manger : causes et solutions

Vous avez la sensation d'avoir faim tout le temps? Sitôt que vous commencez, vous n'arrivez plus à vous arrêter de manger? Savez-vous pourquoi? etc...



  • Rodríguez-Santos, F., Aranceta, J., Serrá, Ll. Psicología y Nutrición. Elsevier Masson. España. 2008. Disponible en: https://books.google.com.cu/books?id=wQeGnfOH64MC&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false
  • Sharma S, Fernandes MF, Fulton S. Adaptations in brain reward circuitry underlie palatable food cravings and anxiety induced by high-fat diet withdrawal. Int J Obes (Lond). 2013 ;37(9):1183-91.
  • Moubarac JC, Batal M, Louzada ML, Martinez Steele E, Monteiro CA. Consumption of ultra-processed foods predicts diet quality in Canada. Appetite. 2017 Jan 1;108:512-520.
  • Costa CS, Rauber F, Leffa PS, Sangalli CN, Campagnolo PDB, Vitolo MR. Ultra-processed food consumption and its effects on anthropometric and glucose profile: A longitudinal study during childhood. Nutr Metab Cardiovasc Dis. 2019 Feb;29(2):177-184.
  • Arnaiz Mabel Gracia. La emergencia de las sociedades obesogénicas o de la obesidad como problema social. Rev. Nutr. 2009;  22( 1 ): 5-18. Disponible en: http://www.scielo.br/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1415-52732009000100001&lng=en
  • Hepworth R, Mogg K, Brignell C, Bradley BP. Negative mood increases selective attention to food cues and subjective appetite. Appetite. 2010 Feb;54(1):134-42.
  • Opie RS, O’Neil A, Itsiopoulos C, Jacka FN. The impact of whole-of-diet interventions on depression and anxiety: a systematic review of randomised controlled trials. Public Health Nutr. 2015 Aug;18(11):2074-93.
  • Singh M. Mood, food, and obesity. Front Psychol. 2014;5:925.