Antidépresseurs et alcool : les effets de leur mélange

Nous ne connaissons pas encore exactement l'interaction entre les antidépresseurs et l'alcool. Cela dépend souvent de la quantité d'alcool consommée ou du type d'antidépresseur.
Antidépresseurs et alcool : les effets de leur mélange

Dernière mise à jour : 05 décembre, 2020

Beaucoup de personnes combinent les médicaments antidépresseurs et l’alcool sans savoir que cette combinaison de substances peut avoir de graves conséquences pour la santé.

Par ailleurs, 15 % des personnes qui souffrent d’un trouble de type affectif présentent une dépendance à l’alcool. Ce qui aggrave la situation.

En quoi consiste les antidépresseurs ?

Médicaments antidépresseurs dans le cerveau, une femme angoissée.

Les antidépresseurs représentent une option de traitement très utilisée pour la dépression, une maladie qui affecte 15 % de la population.

Dans l’organisme, nous disposons de substances appelées neurotransmetteurs qui sont responsables de la transmission des signaux. L’une de ces substances régule l’humeur et sa déficience conduit à la dépression. Il s’agit de la sérotonine, même si elle n’est pas la seule impliquée dans cette maladie.

Par conséquent, les antidépresseurs ont pour objectif d’augmenter la concentration de ces neurotransmetteurs dans l’organisme et donc, d’inverser l’humeur pathologique.

Il existe différents types d’antidépresseurs comme :

  • Inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine (ISRS).
  • Inhibiteurs du recaptage de la sérotonine et de la norépinéphrine (IRSN).
  • Antidépresseurs atypiques.
  • Antidépresseurs tricycliques.
  • Inhibiteurs de la monoamine oxydase (IMAOS).

Quels sont leurs effets ?

Même s’ils ont tous un mécanisme d’action différent, ils sont tous conçus selon l’objectif décrit. Parmi les effets secondaires qu’ils peuvent produire dans le corps, nous pouvons citer :

  • Fatigue et somnolence.
  • Nausées.
  • Insomnies
  • Sécheresse dans la bouche.
  • Vision floue.
  • Constipation.
  • Agitation, inquiétude et anxiété.

Les risques de l’association antidépresseurs et alcool

Consommation d'alcool et de médicaments.

Nous ne connaissons pas encore l’interaction exacte entre l’alcool et les antidépresseurs. Cela dépend souvent de la quantité d’alcool consommée ou du type d’antidépresseur utilisé.

Par exemple, les inhibiteurs sélectifs du recaptage de la sérotonine, comme nous l’avons cité auparavant, augmentent la concentration de ce neurotransmetteur en empêchant son recaptage. D’autre part, l’alcool augmente également les niveaux de sérotonine, bien que de façon temporaire.

Ainsi, une personne qui prend des antidépresseurs et consomme de l’alcool risque d’avoir trop de sérotonine dans le cerveau. Et, par conséquent, de développer le syndrome de la sérotonine.

Qu’est-ce que le syndrome de la sérotonine ?

Comme nous l’avons commenté, il s’agit d’un cadre clinique qui se manifeste par un excès de sérotonine. Sa gravité est très variable et dépend de la cause.

Ce syndrome se caractérise par le fait que le patient souffre d’inquiétude, d’agitation, d’une tension artérielle élevée, de spasmes musculaires et de diarrhée. De même, dans les cas majeurs, la vie du patient peut être en danger.

Par ailleurs, si la consommation d’alcool est chronique et prolongée, elle peut entraîner de faibles niveaux de sérotonine. La raison en est que notre corps s’adapte aux substances psychoactives par un phénomène connu sous le nom d’accoutumance.

Ainsi, en s’habituant à l’ingestion d’alcool, les symptômes dépressifs apparaissent parce que la sérotonine disponible diminue. Par ailleurs, en cas d’alcool combiné à la prise d’antidépresseurs, les résultats sont moindres et n’ont pas la même efficacité.

Effets de la combinaison d’antidépresseurs et de l’alcool

Un homme qui boit de l'alcool.

Les effets résultants de ce mélange de substances sont une aggravation des effets adverses des médicaments antidépresseurs. Voici quelques exemples :

  • Aggravation du cadre dépressif : consommer de l’alcool peut contrecarrer les effets bénéfiques des antidépresseurs, rendant ainsi plus difficile le traitement des symptômes.
  • Diminution de l’activité cognitive : l’alcool affecte la coordination, la pensée et les temps de réaction. Par conséquent, la combinaison de ces deux substances accentuent les effets des antidépresseurs sur le système nerveux central.
  • Effets sédatifs : certains antidépresseurs peuvent entraîner une somnolence. Cet effet est caractéristique également de l’alcool. Le mélange de l’alcool et des antidépresseurs peut intensifier l’effet sédatif. Il faut être particulièrement prudent si l’on conduit, par exemple.
  • Risque de mort : bien évidemment, c’est la conséquence la plus grave de l’association antidépresseurs et alcool. Ce risque peut survenir à la suite d’un cadre sévère du syndrome de la sérotonine.

Conclusion…

La consommation d’antidépresseurs et d’alcool peut avoir de graves conséquences. En cas de traitement avec ce type de médicaments, il est fondamental d’échanger avec votre médecin au sujet de votre consommation d’alcool, ou si vous souffrez d’une pathologie particulière. Les conséquences peuvent effectivement être fatales.

Cela pourrait vous intéresser ...
5 facteurs qui influencent la dépression
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
5 facteurs qui influencent la dépression

La dépression n'est pas seulement liée à des événements traumatisants ou des chocs dans la vie...Découvrez d'autres facteurs qui influencent la dép...



  • Travé Rodríguez, A. L., & Reneses Sacristán, A. (2002). Manejo de los fármacos en el tratamiento de la depresión. Información Terapéutica Del Sistema Nacional de Salud.
  • Heerlein, A. (2002). Tratamientos farmacológicos antidepresivos. Revista Chilena de Neuro-Psiquiatria.
  • Robledo, T., & Córdoba, R. (2007). Cómo Actuar Ante El Consumo De Alcohol: Guía ded Referencia para Profesionales de Atención Primaria. Sociedad Española de Medicina Familiar y Comunitaria (SemFYC).