Cancer ampullaire : causes, symptômes et traitement

Les symptômes du cancer ampullaire peuvent être non spécifiques, donc seuls certains tests plus exhaustifs peuvent détecter sa présence. Continuez à lire et nous vous en dirons plus sur le diagnostic et le traitement de cette maladie.
Cancer ampullaire : causes, symptômes et traitement
Leonardo Biolatto

Relu et approuvé par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 17 novembre, 2022

Le cancer ampullaire est un type de carcinome qui apparaît dans le système digestif, dans une zone connue sous le nom d’ampoule de Vater. Il est situé à l’endroit où le canal cholédoque et le canal pancréatique se rencontrent.

Il est rare, bien que son étiologie exacte soit inconnue. En ce qui concerne le traitement, il consiste la plupart du temps en l’ablation du tissu affecté. Elle peut également être associée à une radiothérapie ou à une chimiothérapie.

Qu’est-ce que l’ampoule de Vater ?

L’ampoule de Vater est aussi appelée papille duodénale ou ampoule hépatopancréatique. Elle doit son nom à l’anatomiste allemand Abraham Vater, qui a fait la première description complète de l’anatomie et des fonctions de cette structure.

C’est un renflement qui fait partie du duodénum et se situe à l’endroit où le canal cholédoque rejoint le pancréas. Le sphincter d’Oddi y est formé, qui à son tour se compose de plusieurs sphincters unis.

Sa fonction est liée à la régulation du flux de bile et de jus du pancréas qui s’écoulent dans le duodénum. A son tour, il évite l’entrée rétrograde dudit contenu.

Qu’est-ce que le cancer ampullaire ?

Différents types de lésions peuvent survenir dans l’ampoule de Vater. Certains sont bénins (calcul biliaire, lipome, papillite) ; d’autres prémalins (adénomes). Mais il existe aussi des lésions malignes ou cancéreuses.

En particulier, le cancer ampullaire est un type de carcinome qui se forme dans le tissu épithélial de l’ampoule de Vater susmentionnée. Il est généralement classé comme différent de ceux qui affectent le duodénum ou les voies biliaires.

Cependant, comme cette structure est proche d’autres parties du système digestif, elle peut se développer et affecter les organes voisins :

  • Foie.
  • Pancréas.
  • Intestin grêle.

En revanche, ces carcinomes sont considérés comme rares. Selon les recherches, le cancer ampullaire ne représente que 0,2 % des cancers gastro-intestinaux.

Duodénum dans l'intestin.
Le duodénum est la première section de l’intestin grêle. L’ampoule de Vater y est logée.

Symptômes du cancer ampullaire

Certains des symptômes du cancer ampullaire peuvent être non spécifiques. Parmi eux, les suivants sont mentionnés :

  • Fièvre.
  • Perte de poids.
  • Nausée et vomissements.
  • Sang dans le rectum.
  • Selles oranges.
  • Jaunisse ou jaunissement de la peau et des muqueuses.

D’autre part, les tests et examens pratiqués peuvent révéler d’autres signes, tels qu’une altération de la fonction hépatique, une pancréatite, des saignements gastro-intestinaux et une obstruction biliaire.

Causes et facteurs de risque

L’étiologie du cancer ampullaire n’est pas entièrement claire. Comme avec d’autres types de néoplasmes, des mutations se produisent dans l’ ADN des cellules, qui commencent à se multiplier, formant des tumeurs qui peuvent détruire les tissus normaux.

Cependant, certains facteurs sont associés à un risque accru de développer un cancer ampullaire. Selon les recherches, il est plus fréquent chez les hommes que chez les femmes, ainsi que chez les personnes de plus de 70 ans.

Des facteurs héréditaires ont été identifiés qui augmentent le risque de cancer ampullaire. Ceux-ci comprennent des antécédents familiaux de polypose adénomateuse et de cancer colorectal héréditaire sans polypose (syndrome de Lynch).

Comment est le diagnostic ?

Dans la zone périampullaire, comme on appelle aussi cette région anatomique, des pathologies pancréatiques ou pathologies du canal pancréatique, des voies biliaires, ainsi que de la muqueuse duodénale voisine peuvent survenir, ce qui rend les observations difficiles. En particulier, divers tests et procédures sont effectués pour le diagnostic du cancer ampullaire.

Endoscopie

L’endoscopie est l’une des méthodes les plus utilisées pour l’étude de cette pathologie. Elle peut être de plusieurs types : échographie endoscopique ou cholangiopancréatographie rétrograde endoscopique (CPRE).

Cette technique a l’avantage d’aider à définir la lésion, permettant la capture d’images. Des outils chirurgicaux peuvent même être insérés pour extraire des échantillons de tissus et même injecter des pigments pour observer les blocages dans le canal biliaire ou pancréatique.

La plupart des lésions d’ampoule de Vater sont diagnostiquées par endoscopie. Cependant, il est considéré comme une méthode invasive, ce qui peut augmenter le risque d’infections, provoquant certains problèmes, tels que la pancréatite.

Autres tests d’imagerie diagnostique

En plus de l’endoscopie, d’autres techniques d’imagerie sont souvent utilisées pour voir si le cancer ampullaire s’est propagé au-delà de l’ampoule de Vater :

  • Tomodensitométrie de l’abdomen avec ou sans contraste : elle permet d’observer s’il y a des métastases dans le tissu hépatique.
  • IRM : aide à détecter de petites lésions dans les tissus environnants.

Biopsie

L’échantillon de tissu qui est retiré de l’endoscopie, ou lorsqu’une intervention chirurgicale a été effectuée, est étudié dans un laboratoire pour confirmer s’il s’agit de cellules cancéreuses et pour analyser leurs caractéristiques.

Traitement du cancer ampullaire

Différentes options ou une combinaison de plusieurs d’entre elles sont proposées dans le traitement du cancer ampullaire. Voyons voir.

Duodénectomie pancréatique

La duodénectomie pancréatique (procédure de Whipple) est une intervention chirurgicale visant à retirer la tête du pancréas, une partie de l’intestin grêle (le duodénum), ainsi que la vésicule biliaire et les voies biliaires.

Laparoscopie

Lorsque les tumeurs cancéreuses ampullaires ou précancéreuses sont très petites, il est possible de faire une chirurgie mini-invasive, en utilisant la laparoscopie.

Laparoscopie pour cancer ampullaire.
Les techniques laparoscopiques sont peu invasives et permettent moins de traumatismes en chirurgie.

Chimiothérapie

Dans certains cas, la chimiothérapie peut être utilisée après la chirurgie pour tuer les cellules cancéreuses restantes. Ou chez les personnes atteintes d’un cancer avancé, pour en ralentir la progression.

Chimiothérapie et radiothérapie combinées

Ils peuvent être appliqués avant la chirurgie pour aider à réduire les tumeurs et augmenter les chances de les éliminer complètement. Et aussi plus tard, pour éliminer toutes les cellules anormales restantes.

Traitement symptomatique

Certains patients sont diagnostiqués tardivement. Cela signifie qu’il n’y a aucune possibilité de guérison et que des mesures palliatives doivent être mises en œuvre. Ainsi, des drains dans les voies biliaires peuvent être recommandés pour réduire la jaunisse, par exemple.

Pronostic et complications possibles

Dans un certain nombre de cas, certaines complications liées aux traitements peuvent survenir. Ceux-ci comprennent l’hémorragie, la perforation tissulaire, la pancréatite et la sténose papillaire.

En ce qui concerne le pronostic, selon la recherche, la chirurgie curative réussit chez plus de la moitié des patients atteints d’un cancer ampullaire, mais cela peut dépendre de divers facteurs.

Parmi ceux indiqués comme étant associés à une plus grande chance de survie, les études sur le sujet mentionnent l’absence de septicémie et d’hémorragie postopératoire, un taux plus faible d’antigène carcinoembryonnaire et la jeunesse.

Cela pourrait vous intéresser ...
Le carcinome basocellulaire : le cancer de la peau le plus fréquent
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Le carcinome basocellulaire : le cancer de la peau le plus fréquent

Le carcinome basocellulaire a une incidence élevée chez les hommes et les femmes dans le monde entier. Apprenez-en plus ici.



  • Ahn D, Bekaii-Saab T. Ampullary cancer: an overview. Am Soc Clin Oncol Educ Book. 2014: 112-115.
  • Andueza Urdangarin A, Jalón Navas A, García Villar C. Patología más frecuente de la región ampular y periampular. 36 Congreso Nacional SERAM. 2022; 1(2): https://www.piper.espacio-seram.com/index.php/seram/article/view/8936
  • Castrillón G, Gómez D. Obstrucción maligna de la vía biliar: hallazgos imagenológicos usuales y recientes. Rev. Colomb. Radiol. 2015; 26(4): 4317-4327.
  • Jordán Alonso A, Cruz Méndez D, Bello Delgado R, et al. Adenocarcinoma de la ampolla de Vater. A propósito de un caso. Rev. Med. Electrón. 2010;  32(5).
  • Muñoz J. Disfunción del esfínter de Oddi. Rev Med Cos Cen. 2015; 72(614): 183-188.
  • Peraza A. Pancreatoduodenectomía o procedimiento de whipple. Rev Med Cos Cen. 2014; 71(611): 559-562.
  • Saif M, Syrigos K, Kougioumtzopoulou A, Preethi J. Updates in Management of Ampullary Carcinomas. Journal of the Pancreas. 2014; 15 (2): 140-143
  • Valencia-Vargas A, Hoyos-Duque S, Vásquez-Trespalacios E. Factores asociados con la supervivencia al año de pacientes operados con cáncer ampular o de páncreas. Rev. salud pública. 2016; 18(6): 913-925.