Cancer des testicules : la maladie dont souffre Sébastien Haller du Borussia Dortmund

La récente incorporation du Borussia Dortmund ne pourra pas jouer pendant environ 9 mois. Sébastien Haller est atteint d'un cancer des testicules et ici on vous dit tout sur cette maladie.
Cancer des testicules : la maladie dont souffre Sébastien Haller du Borussia Dortmund
Leonardo Biolatto

Rédigé et vérifié par le médecin Leonardo Biolatto.

Dernière mise à jour : 11 novembre, 2022

La nouvelle du diagnostic de cancer des testicules de Sébastien Haller a pris son nouveau club et l’ensemble du monde du football par surprise. L’attaquant de 28 ans était la récente acquisition du Borussia Dortmund, dans l’intention de remplacer la capacité de buteur d’Erling Haaland.

Mais pour l’instant, le Français d’origine ivoirienne sera hors compétition pendant au moins 9 mois. Il s’agit de la durée estimée de sa chimiothérapie et de son rétablissement ultérieur.

Le cancer des testicules de Sébastien Haller évoque un sujet tabou pour les hommes, qu’ils soient footballeurs ou non. C’est pourquoi nous profitons de la situation pour vous dire en quoi consiste cette maladie et comment on peut la détecter précocement.

Qu’est-ce que le cancer des testicules ?

Cette maladie maligne peut se développer chez toute personne qui a des testicules. En termes généraux, ces organes masculins contiennent deux types de cellules : une qui produit du sperme et d’autres qui produisent des hormones.

Selon cette dernière, on peut en réalité trouver 3 types différents de cancer des testicules :

La particularité de cette pathologie est qu’elle a une nette tendance à toucher les jeunes patients. La plupart des cas sont détectés chez des hommes de moins de 35 ans. Cependant, sa possibilité au-delà de 40 n’est pas exclue, même s’il est vrai que sa fréquence est considérablement réduite.

L'homme consulte pour des douleurs aux testicules.
Les jeunes hommes sont les plus touchés par cette maladie. Jusqu’à l’âge de 35 ans, le risque est plus élevé.

Quels sont tes symptômes ?

Il n’y a pas toujours des symptômes évidents de ce cancer. Il y a des gens qui sont diagnostiqués fortuitement, alors qu’ils sont contrôlés pour d’autres raisons.

Dans tous les cas, certains signes sont suspects et, s’ils existent, justifient une consultation immédiate, comme les suivants :

  • Présence d’une grosseur dans l’un des testicules.
  • Douleur dans la région testiculaire, soit au repos, soit en marchant ou en courant. C’est le malaise qui a mis en garde contre le cancer des testicules chez Sébastien Haller.
  • Gonflement dans le scrotum, avec élargissement d’un côté dans le sac qui contient les testicules.

Lorsque la tumeur est stromale, il est probable qu’il y ait d’abord des symptômes hormonaux. Autrement dit, plus que des signes localisés dans les testicules, le patient peut remarquer qu’il y a des changements dans d’autres parties du corps, qui ne correspondent pas à son âge. Par exemple, il peut y avoir une croissance mammaire (gynécomastie) ou des modifications de la voix (sans être à la puberté).

La progression de ce cancer est possible. Il peut se développer et migrer avec des métastases ; certains plus proches (des ganglions lymphatiques de l’aine) et d’autres plus éloignés. Les symptômes deviennent diffus dans ces cas, et il peut y avoir des douleurs abdominales basses, des douleurs lombaires, un essoufflement et même des maux de tête.

Peut-on prévenir le cancer des testicules ?

Comme pour de nombreuses maladies oncologiques, nous ne connaissons pas la cause du cancer des testicules et nous supposons qu’elle est multifactorielle. Cela signifie que plusieurs circonstances se réunissent pour qu’il apparaisse.

Certains facteurs de risque ont été identifiés. Tous ne sont pas modifiables, bien que ceux qui ont une solution puissent être traités pour réduire les risques futurs.

Parmi ces facteurs modifiables, nous avons les suivants :

  • Cryptorchidie : Ce sont des testicules qui ne sont pas descendus de l’abdomen au stade fœtal. Par conséquent, leur emplacement supérieur les prédispose au cancer, car ils sont à une température différente. Effectuer une intervention chirurgicale pour les abaisser est considéré comme une action protectrice.
  • VIH : Les patients infectés par le virus de l’immunodéficience humaine sont plus sensibles au cancer. Un traitement aux antirétroviraux réduirait le risque.

En revanche, les facteurs non modifiables sont les suivants :

  • Être d’ethnie blanche.
  • Avoir eu un cancer des testicules dans le passé.
  • Avoir des antécédents familiaux de cancers chez des parents proches.

On peut dire qu’il est très difficile de prévenir le cancer des testicules. Il n’y a pas d’actions spécifiques qui servent à éloigner toute la communauté masculine du risque.

Comment faire un auto-examen des testicules ?

Ce qui est possible, c’est de pratiquer un auto-examen des testicules pour accélérer le diagnostic, au cas où nous aurions cette maladie. Il est idéal de le détecter de manière naissante pour appliquer le traitement correspondant.

La bonne nouvelle est que 5 ans après le diagnostic, 95 % des patients survivent.

Les auto-examens ne sont pas difficiles et l’American Cancer Society recommande aux hommes d’en faire un par mois après avoir pris une douche. Ce moment favorise le relâchement du scrotum et rend les testicules plus accessibles à la palpation.

Les étapes sont les suivantes :

  1. Séparez le pénis des testicules afin qu’il n’interfère pas avec l’accès au scrotum. Vous devrez examiner un testicule à la fois.
  2. Tenez l’un des testicules entre votre gros orteil et le reste de vos doigts.
  3. Faites glisser le testicule entre vos doigts, comme si vous le faisiez rouler entre eux.
  4. Recherchez la présence de grosseurs ou de nodules, des changements de forme ou des changements dans leur consistance, par rapport aux auto-examens précédents.
  5. Répétez le processus avec l’autre testicule.
Homme sous la douche pour l'auto-examen des testicules.
L’auto-examen sous la douche est privilégié car le scrotum est plus détendu et distendu.

Le cancer des testicules de Sébastien Haller n’est pas le seul dans le football

Le tabou sur cette pathologie masculine est un problème de détection précoce. Beaucoup d’hommes résistent à l’examen de leurs organes génitaux et refusent de voir un médecin par pudeur.

Sébastien Haller a pu détecter son cancer des testicules car il s’est rendu en consultation précoce lorsqu’il a ressenti une gêne. La même chose s’est produite avec Marco Richter, du club Hertha Berlin, qui a remarqué une douleur dans la région des testicules et, après consultation, a obtenu le même diagnostic.

Richter a déjà subi une intervention chirurgicale et subit actuellement une chimiothérapie à l’âge de 24 ans. Il ne sait pas quand il rejouera, même s’il est concentré sur la récupération, ce qui est plus pertinent que son retour sur le court.

J’ai décidé que je devais subir des tests parce que j’ai remarqué une petite douleur dans cette zone de mon corps.

~ Marco Richter ~

Toujours en Bundesliga, il y a environ 3 mois, Timo Baumgartl de l’Union Berlin a également reçu un diagnostic de cancer des testicules. Avec lui, les curieuses statistiques de 3 cas d’une même pathologie en si peu de temps, entre clubs d’un même pays, sont complétées.

Qu’est-ce qui attend Haller ?

Sébastien Haller a déjà été opéré de son cancer des testicules. Il doit maintenant commencer une chimiothérapie, comme établi par le protocole et le guide d’action du National Comprehensive Cancer Network .

On estime que jusqu’à la fin de l’année, il ne pourra pas reprendre les compétitions officielles. Bien qu’un bon rétablissement soit attendu, la vérité est qu’il doit d’abord guérir sa cicatrice, puis surmonter les effets secondaires de la chimiothérapie.

À ce stade, il ne reprendra pas l’entraînement avant qu’il soit de retour en pleine forme physique. Le processus nécessitera une dépense énergétique des ressources de l’organisme pour faire face au traitement. Quoi qu’il en soit, il réintégrera l’équipe sûrement en 2023.

Cela pourrait vous intéresser ...
Nécrozoospermie : les causes de la mort des spermatozoïdes
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Nécrozoospermie : les causes de la mort des spermatozoïdes

La nécrozoospermie est une altération séminale rare. Dans celle-ci, de nombreux spermatozoïdes éjaculés sont morts.



  • Manecksha, Rustom P., and John M. Fitzpatrick. “Epidemiology of testicular cancer.” BJU international 104.9b (2009): 1329-1333.
  • Hale, Graham R., et al. “Lymph node imaging in testicular cancer.” Translational Andrology and Urology 7.5 (2018): 864.
  • Huang, Junjie, et al. “Worldwide Distribution, Risk Factors, and Temporal Trends of Testicular Cancer Incidence and Mortality: A Global Analysis.” European Urology Oncology (2022).
  • Wang, Xingyuan, et al. “Evaluating the Effect of Cryptorchidism on Clinical Stage of Testicular Seminoma.” Cancer Management and Research 12 (2020): 4883.
  • Gilligan, T., Lin, D. W., Aggarwal, R., Chism, D., Cost, N., Derweesh, I. H., … & Pluchino, L. A. (2019). Testicular cancer, version 2.2020, NCCN clinical practice guidelines in oncology. Journal of the National Comprehensive Cancer Network17(12), 1529-1554.