Capécitabine : usages et effets secondaires

L'introduction de la capécitabine a constitué une percée dans le traitement du cancer du sein métastatique et du cancer colorectal. Découvrons dans cet article quelles sont ses indications et comment il fonctionne.
Capécitabine : usages et effets secondaires

Dernière mise à jour : 20 juin, 2021

La capécitabine est un médicament de chimiothérapie qui est commercialisé sous le nom de marque Xeloda. Ce médicament anticancéreux – antinéoplasique ou cytotoxique – est classé dans le groupe thérapeutique des agents alkylants. Il est utilisé principalement pour le traitement du cancer métastatique du sein, du côlon ou du rectum.

Les cancers du sein et colorectal restent aujourd’hui des maladies incurables mais gérables. Ils ont une survie médiane de 18-24 mois et de 12-18 mois respectivement. Les traitements visent à améliorer la qualité de vie et à prolonger la survie.

L’introduction de la capécitabine a constitué une percée dans le traitement de ce type de cancer car :

  • Il permet un traitement chimiothérapeutique plus confortable car il est administré par voie orale et non par voie intraveineuse comme c’est le cas avec la chimiothérapie traditionnelle. Cela permet une meilleure acceptation et observance de la part des patients, évitant ainsi les complications et les coûts économiques associés.
  • Il provoque une activation sélective dans la tumeur qui permet potentiellement un traitement localisé avec l’amélioration conséquente de l’activité antitumorale et la réduction de la toxicité systémique.

Dans le cancer métastatique du sein et le cancer colorectal, il a été testé en monothérapie ou en association avec d’autres médicaments de chimiothérapie. Les deux formes de traitement ont donné de bons résultats tant en termes d’efficacité que de tolérance.

Généralités sur le cancer du sein

La lutte contre le cancer du sein.

Le cancer du sein est la tumeur maligne la plus fréquente et la deuxième cause de décès liés au cancer chez les femmes en Europe occidentale et en Amérique du Nord.

Bien que son incidence soit en augmentation, les taux de mortalité sont en baisse depuis 1990. Cela est probablement dû à un diagnostic précoce par dépistage mammographique et à une utilisation accrue du traitement adjuvant intraveineux.

Malgré ces programmes de détection précoce, entre 5 et 8 % des néoplasmes du sein sont métastatiques au moment du diagnostic. Le cancer du sein métastatique est une maladie aux manifestations cliniques très variables et constitue actuellement l’un des grands défis de la recherche en pratique clinique en oncologie.

Généralités sur le cancer colorectal

Le cancer colorectal est également un néoplasme très fréquent dans les pays développés. C’est la troisième cause de mortalité chez les deux sexes. Le développement de la chimiothérapie adjuvante, qui est une chimiothérapie administrée après la chirurgie de la tumeur, a permis une modeste amélioration de la survie des patients.

Cependant, selon les études, environ 30 % des patients diagnostiqués développeront une maladie métastatique. Le foie est l’organe le plus touché par les métastases.

Comment la capécitabine agit-elle dans l’organisme ?

Une femme subissant une chimiothérapie.

La capécitabine a une structure qui lui permet d’être rapidement absorbée dans l’intestin après administration. Cela réduit considérablement le risque de déclencher des effets toxiques digestifs. La capécitabine est transformée dans l’organisme en un autre composé, le monophosphate de fluoridine. Il a une activité cytotoxique, c’est-à-dire qu’il provoque la mort des cellules.

Une fois absorbée, la capécitabine agirait sur les cellules cancéreuses les plus agressives. Par conséquent, elle aurait un effet plus important sur les patients dont les tumeurs ont un pronostic plus défavorable.

Principaux effets indésirables de la capécitabine

Les effets indésirables les plus fréquents liés à la capécitabine en monothérapie ou en association avec d’autres médicaments de chimiothérapie sont les suivants :

  • Problèmes gastro-intestinaux : diarrhée, nausées, vomissements, douleurs abdominales et stomatite.
  • Fatigue
  • Syndrome main-pied ou érythrodysesthésie palmoplantaire : il s’agit de l’effet indésirable le plus connu produit par ce médicament. Il provoque des rougeurs, des gonflements et des douleurs dans la paume des mains et/ou la plante des pieds. Parfois, des cloques apparaissent et parfois aussi dans d’autres zones du corps comme les genoux ou les coudes.

Conclusion

Le développement de la capécitabine a constitué une percée dans le traitement du cancer du sein métastatique et du cancer colorectal métastatique. Elle permet une administration par voie orale, ce qui est plus confortable pour le patient, et les effets indésirables sont moins graves.

Bien que nous ayons fait de grands progrès dans le traitement des différents cancers, la recherche de traitements possibles pour ces maladies doit se poursuivre avec élan. L’objectif mondial est de réduire autant que possible la mortalité due à ces maladies.

Cela pourrait vous intéresser ...
Comment prévenir les nausées et vomissements associés à la chimiothérapie
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Comment prévenir les nausées et vomissements associés à la chimiothérapie

Le traitement des nausées et vomissemments associés à la chimiothérapie a toujours constitué un thème important en oncolongie.



  • Calzas Rodríguez, J., De La Nogal Fernández, B., Arrieta Garmendia, J. M., Lastra Aras, E., García Castaño, A., Barrio Gil-Fournier, A., & García Gíron, C. (2003). Capecitabina: Un quimioterápico oral en la lucha contra el cáncer de mama y colorrectal metastásico. Farmacia Hospitalaria.
  • FIGUEIREDO JUNIOR, A. G. de, & FORONES, N. M. (2014). STUDY ON ADHERENCE TO CAPECITABINE AMONG PATIENTS WITH COLORECTAL CANCER AND METASTATIC BREAST CANCER. Arquivos de Gastroenterologia. https://doi.org/10.1590/s0004-28032014000300004
  • Chang, P. (2009). Onicopatía por capecitabina. Dermatología Cosmética, Médica y Quirúrgica.