Coing : valeur nutritive, bienfaits et usages en cuisine

Découvrez pourquoi la consommation de coing peut vous aider à combattre les virus et les problèmes gastro-intestinaux. Nous vous parlons ici de son pouvoir antioxydant.
Coing : valeur nutritive, bienfaits et usages en cuisine
Maria Patricia Pinero Corredor

Rédigé et vérifié par la nutritionniste Maria Patricia Pinero Corredor.

Dernière mise à jour : 06 novembre, 2022

La plupart du temps, lorsqu’on pense au coing, on imagine la douceur de ce fruit, qui se consomme généralement sous forme de confiture. Ce que peu imaginent, c’est que ce fruit charnu et jaune doré apporte de multiples bienfaits pour la santé.

De plus, à l’état naturel, ce fruit a une très faible valeur calorique, il apporte ainsi de grands apports nutritionnels pour très peu de calories. Il a été étudié pendant des années et, plus récemment, ses capacités antioxydantes et anti-inflammatoires ont été renforcées.

Qu’est-ce que le coing ?

Le coing est un fruit qui pousse sur les plantes du genre Cydonia (Cydonia oblonga), appartenant à la famille des Rosacées. Il est originaire du nord de la Perse, en Asie. Il est dur et sucré, comme une pomme ou une poire, quoique légèrement acidulé.

Ce fruit est entouré de mysticisme et de légendes. On dit que c’était le catalyseur de la guerre de Troie, jusqu’à ce qu’il envahisse l’Amérique latine et le Mexique, pour arriver à ce que nous connaissons aujourd’hui sur les marchés.

La valeur nutritionnelle du coing

Selon le Département de l’agriculture des États-Unis (USDA), 100 grammes de coing contiennent les éléments suivants :

  • Calories : 52
  • Matière grasse : 0 gramme
  • Glucides : 14 grammes
  • Protéines : 0,3 gramme
  • Fibre : 1,75 gramme
  • Vitamine C : 15 milligrammes
  • Vitamine B6 : 2 % de l’apport journalier recommandé
  • Thiamine : 1,5 % de l’apport journalier recommandé
  • Cuivre : 13 % de l’apport journalier recommandé
  • Fer : 3,6 % de l’apport journalier recommandé
  • Potassium : 4 % de l’apport journalier recommandé
  • Magnésium : 2 % de l’apport journalier recommandé

Ce fruit fournit donc une grande quantité de minéraux, de vitamines et de fibres. Le tout pour très peu de calories.

Coing avec pomme et poire.
La saveur du coing rappelle celle des pommes et des poires, mais ce fruit se distingue par son acidité.

Les bienfaits du coing

Le coing est reconnu pour ses effets antioxydants et pour ses propriétés bénéfiques pour la santé digestive. Même l’extrait des graines de la plante peut être utilisé. Découvrez ce que la science dit à ce sujet.

Une meilleure santé digestive globale

Au fil des ans, le coing a été utilisé pour tenter de traiter des affections digestives, telles que les problèmes inflammatoires, la colite ulcéreuse, les ulcères généraux et le reflux gastrique.

Dans le cadre d’une étude chez le rat pour déterminer les effets du coing sur la colite ulcéreuse, il a été constaté que l’administration de 500-800 milligrammes d’extrait de coing soulageait de manière significative les dommages causés au côlon des animaux. L’administration de 200 et 400 milligrammes par kilogramme de poids a également donné des résultats favorables.

Une autre étude a mis en évidence le fait que le jus de coing pouvait aider à réduire les ulcères d’estomac chez les rats. Cela s’explique par sa forte teneur en antioxydants.

Son effet antidiarrhéique et sa capacité à réduire les maladies inflammatoires gastro-intestinales ont également été étudiés. Mais d’autres études chez l’homme sont nécessaires.

Une aide contre le reflux gastrique

Dans le cadre d’une enquête, 96 enfants atteints de reflux gastro-oesophagien ont été examinés. Ils ont été divisés en deux groupes. L’un prenait de la ranitidine et un autre prenait de la ranitidine et du coing. Après 4 semaines, l’état des personnes appartenant au deuxième groupe s’est considérablement amélioré.

Dans une autre étude avec 137 femmes enceintes souffrant de reflux, l’activité de la ranitidine et celle de l’extrait de coing ont été analysées. Un groupe devait consommer l’extrait, et l’autre, prendre le médicament.

2 semaines plus tard, le coing s’est avéré avoir une activité de type ranitidine. La conclusion des chercheurs était de suggérer le coing aux femmes enceintes avant le médicament, bien que des recherches supplémentaires soient nécessaires à ce sujet.

Une étude chez les enfants a montré un résultat similaire. 80 nourrissons ont été examinés. Un groupe a pris de l’oméprazole et un autre coing. Il s’est avéré que chez ceux qui avaient consommé des coings, les symptômes de reflux avaient diminué ; les coings ont été presque aussi efficaces que l’oméprazole, après 7 semaines.

Dans le cadre d’une recherche comportant 22 enquêtes sur les plantes médicinales capables de réduire le reflux gastro-oesophagien, le coing s’est avéré être la plante aux effets les plus marqués, voire comparable aux médicaments couramment utilisés pour la maladie. Mais d’autres études sur le sujet sont encore nécessaires.



  [/atomik -lu-aussi ]

Antioxydant et possible capacité antivirale

Le coing contient des antioxydants, tels que des phénols, des stéroïdes, des flavonoïdes, des terpénoïdes, de la catéchine et de l’épicatéchine, des tanins et de l’acide ascorbique (vitamine C). Des extraits phénoliques de la variante chinoise, de la variante commune et de la pomme ont été analysés et comparés dans une étude.

Le coing chinois s’est avéré avoir la plus grande quantité de composés phénoliques. La pomme en avait moins. Les fonctions antivirales du coing chinois et des extraits phénoliques de coing étaient supérieures. La teneur élevée en vitamine C a favorisé ce résultat.

Par conséquent, il a été déterminé que le coing a l’activité virale la plus élevée contre la grippe. Uun test de laboratoire a été effectué dans lequel cela a été démontré.

En plus de ce qui précède, l’activité antioxydante des différentes parties du coing a été étudiée. Des extraits ont été préparés pour analyser l’activité de chaque partie. Chaque extrait a été fractionné. Les valeurs des extraits de pulpe, d’écorce et de confiture de coing ont été corrélées avec la teneur totale en acides caféoylquiniques, en acide ascorbique et en acide citrique.

Une autre étude a tenté de déterminer le rôle de chaque antioxydant. Les acides quinique et chlorogénique, les acides vanillique et syringique, la quercétine et le kaempférol, les dihydrochalcones et les flavones ont été isolés et se sont avérés liés à leur activité antioxydante.

De plus, les acides phénoliques, les flavonols et l’épicatéchine ont généré un effet anti-inflammatoire. L’étude suggère que l’extraction sélective par l’industrie pharmaceutique pourrait réduire le stress oxydatif ou les processus inflammatoires. Mais le coing peut également être consommé naturellement, en tant que nutraceutique (aliments qui apportent des bienfaits prouvés pour la santé).



[/atomik -lu-aussi ]

Les utilisations du coing en cuisine

Ce fruit est utilisé pour préparer des confitures, des compotes et des puddings. On le trouve également dans des boissons non alcoolisées.

La plupart des études montrent une plus grande efficacité lorsqu’il est consommé pelé et cru ou cuit. Il peut également servir de garniture pour les tartes aux pommes et autres confitures.

Smoothie poire et coing.
Vous pouvez combiner des poires avec du coing pour faire un smoothie rafraîchissant en été.

Recette de confiture de coing

Pour faire une confiture de coings, vous aurez besoin des ingrédients suivants :

  • 1 litre d’eau
  • 2 clous de girofle
  • 200 grammes de sucre
  • Jus de citron
  • 1,5 kg de coings

Voici maintenant la marche à suivre :

  • Vous devez éplucher et évider les coings.
  • Coupez-les en morceaux et mettez-les dans la marmite. Ensuite, ajoutez le jus de citron, l’eau et laissez bouillir.
  • À ébullition, baissez le feu et laissez mijoter pendant 1 heure.
  • Ajoutez le sucre et laissez dissoudre. À ce moment-là, ajoutez les clous de girofle et laissez cuire pendant encore 1 heure.
Il faut remuer constamment pour que ça ne colle pas.

Vous avez la possibilité de laisser la texture telle quelle ou de la liquéfier par refroidissement, afin que le mélange soit homogène. Conservez ensuite dans des bocaux en verre propres, qui se ferment bien. Votre confiture durera ainsi plus longtemps.

Intégrez le coing dans votre alimentation

Le coing est une source importante de minéraux qui contient peu de calories. Le manger cru est la manière la plus saine de le consommer. Par conséquent, nous vous recommandons de le peler, de le couper en morceaux et de le déguster comme collation savoureuse. Commencez dès aujourd’hui !



  • USDA. Quince. 2019. https://fdc.nal.usda.gov/fdc-app.html#/food-details/168163/nutrients
  • M MinaiyanA GhannadiM EtemadP Mahzouni. A study of the effects of Cydonia oblonga Miller (Quince) on TNBS-induced ulcerative colitis in rats. Res Pharm Sci. 2012 Apr;7(2):103-10.
  • Yasunori Hamauzu, Takanori Inno, Chihiro Kume, Miho Irie, Kohzy Hiramatsu. Antioxidant and antiulcerative properties of phenolics from Chinese quince, quince, and apple fruits. J Agric Food Chem. 2006 Feb 8;54(3):765-72. doi: 10.1021/jf052236y.
  • Muhammad U Ashraf, Gulzar Muhammad, Muhammad A Hussain, Syed N A Bukhari. Cydonia oblonga M., A Medicinal Plant Rich in Phytonutrients for Pharmaceuticals. Review Front Pharmacol. 2016 Jun 21;7:163. doi: 10.3389/fphar.2016.00163. eCollection 2016.
  • Maryam Naeimi y col. Comparison of the efficacy of ranitidine and quince syrup on gastroesophageal reflux disease in children. Randomized Controlled Trial Complement Ther Med. 2019 Aug;45:215-221. doi: 10.1016/j.ctim.2019.06.007. Epub 2019 Jun 17.
  • Afsaneh Shakeri. Effects of Quince syrup on clinical symptoms of children with symptomatic gastroesophageal reflux disease: A double-blind randomized controlled clinical trial. Randomized Controlled Trial Complement Ther Clin Pract. 2015 Nov;21(4):268-76. doi: 10.1016/j.ctcp.2015.09.005. Epub 2015 Sep 25.
  • Mehdi Salehi y col. Medicinal Plants for Management of Gastroesophageal Reflux Disease: A Review of Animal and Human Studies. J Altern Complement Med. 2017 Feb;23(2):82-95. doi: 10.1089/acm.2016.0233. Epub 2016 Dec 20.
  • Yasunori Hamauzu y col. Phenolic profile, antioxidant property, and anti-influenza viral activity of Chinese quince (Pseudocydonia sinensis Schneid.), quince (Cydonia oblonga Mill.), and apple (Malus domestica Mill.) fruits. J Agric Food Chem. 2005 Feb 23;53(4):928-34. doi: 10.1021/jf0494635.
  • Branca M Silva. Quince (Cydonia oblonga Miller) fruit (pulp, peel, and seed) and Jam: antioxidant activity. J Agric Food Chem. 2004 Jul 28;52(15):4705-12. doi: 10.1021/jf040057v.
  • Karen Marlenne Herrera-Rocha y col. Phenolic Acids and Flavonoids in Acetonic Extract from Quince ( Cydonia oblonga Mill.): Nutraceuticals with Antioxidant and Anti-Inflammatory Potential. Molecules. 2022 Apr 11;27(8):2462. doi: 10.3390/molecules27082462.