Comment l'alcool influence-t-il les maladies digestives ?

La consommation d'alcool est totalement contre-indiquée pour la santé. Notamment en cas de pathologies digestives, puisque l'alcool aggrave les symptômes.
Comment l'alcool influence-t-il les maladies digestives ?
Saúl Sánchez Arias

Rédigé et vérifié par le nutritionniste Saúl Sánchez Arias.

Dernière mise à jour : 16 septembre, 2022

Quelle que soit la dose consommée, l’alcool est une substance toxique qui peut entraîner des altérations des maladies digestives, au point d’aggraver leur pronostic. Bien qu’il doive être restreint dans tout régime alimentaire, une attention particulière doit être portée lorsqu’il existe une pathologie chronique et à base inflammatoire.

Si tel est le cas, sa consommation peut entraîner une aggravation des symptômes et l’apparition d’autres complications. Et bien qu’il s’agisse d’une boisson socialement acceptée, elle fait tout de même partie du groupe des drogues nocives pour la santé. À moyen et long terme, l’alcool a tendance à endommager divers systèmes de l’organisme, même lorsqu’il est consommé avec modération.

Les effets de l’alcool sur le corps

La première chose à noter est que l’alcool augmente les niveaux d’inflammation. Cela est un très mauvais point, qu’il y ait des maladies chroniques ou non.

Lorsqu’un état d’inflammation chronique faible se développe, les processus physiologiques du corps perdent en efficacité. Comme en témoignent des recherches publiées dans The British Journal of Nutrition, la santé a tendance à se détériorer.

Cette mauvaise habitude altère également l’environnement hormonal. En particulier, elle provoque une diminution du taux de testostérone et augmente la concentration de cortisol. Elle inhibe également la synthèse des protéines, entraînant une dégradation du muscle squelettique.

Ce mécanisme renforce davantage le processus inflammatoire et provoque des modifications néfastes du fonctionnement du métabolisme. Et bien que les deux sexes soient touchés, on pense qu’il est particulièrement nocif pour les hommes.

La raison ? Une diminution du taux de testostérone favorise le vieillissement. Après tout, il s’agit de la principale hormone sexuelle.

Ces effets s’aggravent après 40 ans lorsque les habitudes de vie ne sont pas corrigées. Il peut se manifester dans divers troubles de santé.

femme boit de l'alcool
Bien que les boissons alcoolisées soient normalisées dans la société, elles sont regroupées parmi les drogues toxiques pour l’organisme.



Alcool et maladies digestives

Outre les problèmes évoqués, il convient également de souligner les effets de l’alcool sur le microbiote intestinal. Une étude publiée dans la revue Behavioral Brain Research indique qu’il réduit la densité et la diversité des bactéries qui habitent le tube, augmentant ainsi le risque de dysbiose.

Une fois le microbiote altéré, les processus digestifs commencent à se détériorer. Il peut entraîner des intolérances ou une augmentation des symptômes liés aux pathologies intestinales. De plus, le poison lui-même pourrait être à l’origine de certains d’entre eux, comme des ulcères ou des reflux gastro-oesophagiens.

Lorsqu’on souffre de cette dernière condition, il est préférable d’éviter la consommation d’alcool et de substances irritantes. L’ingestion de ce type de boisson peut modifier l’absorption de certains nutriments et l’homéostasie de l’organisme.

Pour être plus précis, l’alcool a tendance à provoquer une hypoglycémie aiguë, et à moyen terme une résistance à l’insuline. Il provoque également la stéatose hépatique, qui conditionne négativement le fonctionnement du métabolisme. Il est ainsi préférable d’éviter cette substance, même de manière ponctuelle.

Sécrétion d’alcool et d’acide

Il ne faut pas oublier non plus que la consommation d’alcool peut altérer la production d’acide dans l’estomac. Si le tissu est endommagé pour une raison quelconque, cela aggraverait les symptômes.

Dans ce contexte, le plus approprié est d’adopter une alimentation douce et d’augmenter les apports en vitamine C en vue de favoriser la synthèse de collagène et une récupération adéquate.

Enfin, il est important de mentionner que la consommation même de ces boissons est considérée comme un facteur de risque pour le développement de cancers du tube digestif. Tant l’œsophage que l’estomac et l’intestin verront leur épithélium modifié en raison de la présence du poison dans l’alimentation. À long terme, cela conduit à la genèse de cellules malignes.

Homme buvant de l'alcool.
L’alcool rend les maladies digestives chroniques et aggrave leurs symptômes. De plus, il peut être le déclencheur de maladies.



L’alcool est nocif pour les maladies digestives

En cas de pathologies digestives, il est nécessaire de renoncer complètement la consommation de boissons enivrantes. Autrement, les symptômes peuvent s’aggraver et les conditions peuvent progresser plus rapidement.

Ces substances toxiques doivent être évitées dans tout contexte. Bien qu’il y a encore quelques années on ait pu entendre dire qu’une petite quantité d’alcool pouvait protéger le système cardiovasculaire, on sait maintenant que cela est totalement infondé.

Il convient ainsi d’arrêter de normaliser la consommation de cette substance et, dans la mesure du possible, il est préférable de la rejeter. Privilégiez la consommation d’eau minérale, qui est la meilleure source d’hydratation pour le corps.

Cela pourrait vous intéresser ...
Les effets de l’excès d’alcool sur notre santé
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Les effets de l’excès d’alcool sur notre santé

Découvrez dans l'article suivant quels sont les effets de l'excès d'alcool sur notre santé. Vous serez surpris par ces informations !



  • Minihane, A. M., Vinoy, S., Russell, W. R., Baka, A., Roche, H. M., Tuohy, K. M., Teeling, J. L., Blaak, E. E., Fenech, M., Vauzour, D., McArdle, H. J., Kremer, B. H., Sterkman, L., Vafeiadou, K., Benedetti, M. M., Williams, C. M., & Calder, P. C. (2015). Low-grade inflammation, diet composition and health: current research evidence and its translation. The British journal of nutrition114(7), 999–1012. https://doi.org/10.1017/S0007114515002093
  • Qamar, N., Castano, D., Patt, C., Chu, T., Cottrell, J., & Chang, S. L. (2019). Meta-analysis of alcohol induced gut dysbiosis and the resulting behavioral impact. Behavioural brain research376, 112196. https://doi.org/10.1016/j.bbr.2019.112196
  • Sethi, S., & Richter, J. E. (2017). Diet and gastroesophageal reflux disease: role in pathogenesis and management. Current opinion in gastroenterology33(2), 107–111. https://doi.org/10.1097/MOG.0000000000000337