Dermatite et corticostéroïdes, comment sont-ils liés ?

La dermatite et les corticostéroïdes sont liés car ce sont des médicaments sûrs et efficaces contre les éruptions cutanées, à condition qu'ils soient utilisés correctement.
Dermatite et corticostéroïdes, comment sont-ils liés ?

Dernière mise à jour : 11 avril, 2021

La dermatite et les corticostéroïdes vont de pair, car ces derniers sont généralement le traitement des premiers. Utilisés correctement, les corticostéroïdes seront vos alliés pour espacer et minimiser les éruptions de dermatite.

Les corticostéroïdes ont une très mauvaise presse en raison des effets secondaires que le public leur attribue. Cependant, s’ils sont utilisés sous prescription médicale, ils sont plus sûrs qu’il n’y paraît. Lorsqu’ils sont utilisés selon des critères professionnels, la marge de sécurité correspondante est assurée.

Qu’est-ce que la dermatite ?

Erythème fessier chez le bébé.
l’érythème fessier apparait comme une forme courante de dermatite chez les enfants, qui peut se traiter avec des corticostéroïdes.

La dermatite est une maladie inflammatoire chronique de la peau qui démange. Le traitement de choix en cas d’épidémie sont les corticostéroïdes topiques. La dermatite et les corticostéroïdes sont liés car ce sont les médicaments de choix, sûrs et efficaces tant qu’ils sont utilisés de manière appropriée dans le traitement de la dermatite.

Prévenir ou espacer la fréquence d’apparition de ces éruptions est déterminant pour la qualité de vie du patient. En prévenant et en espaçant les éruptions, les corticostéroïdes se trouvent plus souvent évités.

Pourquoi les corticostéroïdes topiques sont-ils utilisés ?

Les corticostéroïdes peuvent être naturels ou synthétiques. Les hormones naturelles sont des hormones du groupe des stéroïdes que notre corps synthétise à partir du cholestérol. Elles interviennent dans les processus inflammatoires et immunologiques et contrôlent le stress.

D’autre part, les corticostéroïdes synthétiques, tels que l’hydrocortisone, se trouvent synthétisés en modifiant la structure des corticostéroïdes naturels. Ce sont ceux qui se trouvent généralement commercialisés sous forme de préparations médicinales. La forme topique fait référence à la possibilité de les appliquer directement sur la lésion.

Comment fonctionnent les corticostéroïdes ?

Dermatite et corticostéroïdes chez le médecin.

Ces médicaments ont des effets anti-inflammatoires, vasoconstricteurs, immunomodulateurs et antiprolifératifs. Ils sont appliqués sur la peau car ils réduisent l’inflammation, les démangeaisons et les égratignures causées par la dermatite. S’ils sont bien gérés, ils aident à contrôler les poussées de dermatite, même s’ils ne la guérissent pas.

En fonction de leur puissance, nous pouvons classer les corticostéroïdes comme suit :

  • Faible puissance : comme l’hydrocortisone, qui, même à de très faibles concentrations, se commercialise en tant que spécialité pharmaceutique publicitaire (SPH).

Dermatite et corticostéroïdes : effets secondaires

Les effets secondaires des corticostéroïdes utilisés dans le traitement de la dermatite dépendent principalement des facteurs suivants :

  • Le médicament : en fonction de la force du médicament, les effets secondaires varient. Plus la puissance apparait élevée, plus il est probable que des effets secondaires se déclenchent.
  • La peau : appliquer un corticostéroïde sur les coudes ou la plante des pieds n’est pas la même chose que l’appliquer sur le visage, les plis ou les organes génitaux, où la peau est plus fine et plus facilement absorbée.
  • Âge du patient : la peau des enfants, des personnes âgées et des adolescents est plus sensible aux effets secondaires.
  • Forme : une solution liquide n’est pas absorbée de la même manière à travers la peau qu’une crème, une pommade ou un onguent. Plus l’excipient est gras, plus l’absorption et donc la durée d’action sont importantes.
  • Durée du traitement : le risque d’effets secondaires est d’autant plus grand que le traitement dure. Pour cette raison, il est parfois préférable d’utiliser un corticostéroïde puissant pendant quelques jours plutôt qu’un corticostéroïde moins puissant pour un traitement plus long.
  • Surface à traiter : plus la zone à traiter est grande, plus la possibilité d’effets secondaires est grande.

Cet article pourrait aussi vous intéresser : L’alimentation peut-elle affecter la peau ?

Connaissez-vous les effets secondaires des corticostéroïdes ?

Au niveau de la peau, ils produisent des effets secondaires irréversibles tels que les vergetures, les varicosités ou l’atrophie cutanée. Cependant, ils en produisent également d’autres réversibles comme l’érythème facial, les variations de pigmentation cutanée, l’acné ou la rosacée, entre autres.

Les corticostéroïdes sont photosensibilisants, un aspect très important qui doit être pris en compte lors de l’utilisation de la protection solaire lors de leur utilisation. De plus, ils peuvent également provoquer des effets secondaires systémiques, bien qu’ils restent rares et sont dus à l’absorption du corticostéroïde à travers la peau. Ces effets secondaires comprennent :

  • Croissance retardée.
  • Hypertension.
  • Diabète sucré.
  • Effet minéralocorticoïde.

Conclusion

Pour éviter l’utilisation de corticostéroïdes si vous souffrez de dermatite, en plus de suivre les instructions de votre médecin, essayez d’utiliser des crèmes émollientes spécifiques entre les poussées. De cette façon, vous contrôlez la maladie et évitez l’utilisation excessive de médicaments.

Vous pouvez finalement éviter les effets indésirables des corticostéroïdes si vous les utilisez uniquement sur ordonnance. Vous devez suivre les indications de posologie et de durée du traitement données par votre médecin.

Cela pourrait vous intéresser ...
La corticophobie ou la peur des corticoïdes
Améliore ta SantéLisez-le dans Améliore ta Santé
La corticophobie ou la peur des corticoïdes

La corticophobie désigne la peur des corticoïdes, des médicaments qui peuvent être utilisés de manière topique ou orale dans plusieurs pathologies.



  • Lebrun-Vignes, B., & Chosidow, O. (2007). Corticoterapia local cutánea. EMC – Pediatría. https://doi.org/10.1016/s1245-1789(07)70253-6

  • Mateos, M. (2011). Guía de tratamiento de la Dermatitis Atópica en el niño. Documento de consenso grupo de expertos.

  • Berbegal, L., DeLeon, F. J., & Silvestre, J. F. (2015). Estudio de sensibilización a corticoides en una consulta de alergia cutánea. Actas Dermo-Sifiliográficas. https://doi.org/10.1016/j.ad.2015.07.007