Diverticule de Zenker : en quoi consiste-t-il et comment se traite-t-il ?

Le diverticule de Zenker est un diverticule de propulsion par un défaut de la paroi postérieure du pharynx. C'est le plus fréquent, et il est associé aux âges avancés.
Mariel Mendoza

Rédigé et vérifié par la médecin Mariel Mendoza.

Dernière mise à jour : 13 novembre, 2022

Le diverticule de Zenker est également connu sous le nom de “diverticule pharyngo-oesophagien”. C’est le diverticule oesophagien le plus courant et son nom dérive du pathologiste allemand Zenker, qui a publié une revue de 22 cas en 1874.

La prévalence du diverticule de Zenker est très faible, un maximum de 0,11 % dans le monde, et est plus fréquente chez les personnes âgées et chez les hommes. Il est généralement asymptomatique et lorsqu’il produit des symptômes, il nécessite une résolution chirurgicale.

Comment se forment les diverticules de Zenker ?

Le diverticule de Zenker est considéré comme un diverticule propulsif. Il est du à la saillie de la muqueuse et de la sous-muqueuse pharyngée à travers une zone relativement faible de la paroi postérieure du pharynx, appelée triangle de Killian. Cette faiblesse musculaire se situe dans le tiers supérieur, où se produit l’union postérieure du pharynx avec l’œsophage.

Bien que sa cause soit inconnue, il est lié à la pression interne qui se produit lors de la déglutition en conjonction avec la présence de zones fragiles au niveau du pharynx.

Les symptômes

Diverticule de Zenker : en quoi consiste-t-il et comment se traite-t-il ?
À mesure que le diverticule de Zenker se développe, il peut entraîner des difficultés à avaler.

Initialement, le diverticule de Zenker est asymptomatique ou présente des symptômes légers tels qu’un mal de gorge chronique. Au fur et à mesure que le diverticule grossit, il commence à se remplir de nourriture et cela génère des symptômes : le symptôme le plus fréquent est la difficulté à avaler (dysphagie).

Il s’accompagne de régurgitations non acides, de bave, de brûlures d’estomac et de mauvaise haleine (halitose). De même, il peut y avoir une dysphonie ou un enrouement dû à l’atteinte du nerf qui innerve les cordes vocales, des douleurs au cou, des douleurs thoraciques, des vomissements, une toux chronique, une sensation d’étouffement, la présence d’une masse dans le cou et une perte de poids.

Les diverticules de Zenker peuvent être compliqués : la pneumonie par aspiration est la complication la plus fréquente. D’autres moins fréquentes sont l’hémorragie, la perforation des voies respiratoires ou du médiastin, l’ulcération, l’infection du sac diverticulaire ou la compression de l’œsophage.

Le diverticule de Zenker, le plus fréquent

Le diverticule de Zenker, bien que considéré comme un faux diverticule, puisqu’il n’est recouvert que de muqueuse et de sous-muqueuse, est le plus fréquent et représente entre 52 et 82 % de l’ensemble.

Le nom vient du pathologiste allemand Friedrich Albert Von Zenker. Avec Von Ziemsse, ils l’ont décrit en détail en 1878. Bien qu’il ait déjà été revu par le Dr Abraham Ludlow en 1769.

Il est plus fréquent aux âges avancés, entre la septième et la huitième décennie de la vie, et chez les hommes. La prévalence du diverticule de Zenker varie de 0,01 à 0,11 % et la plupart sont asymptomatiques.

Diagnostic du diverticule de Zenker

Diverticule de Zenker : en quoi consiste-t-il et comment se traite-t-il ?
Si un diverticule de Zenker est suspecté, un œsophagogramme sera réalisé.

Pour le diagnostic du diverticule de Zenker, un œsophagogramme est nécessaire. L’œsophagogramme, ou « radiographie barytée », consiste en un examen fluoroscopique de l’œsophage avec produit de contraste.

D’autres méthodes telles que la manométrie et les tests de pH peuvent être utilisées pour déterminer si le diverticule a une réponse anormale du muscle de déglutition ou un reflux gastro-œsophagien. L’œsophagoscopie d’entrée n’est pas recommandée en raison du risque de perforation.

Le diagnostic est confirmé par la radiographie barytée. Dans celui-ci, vous pouvez voir le processus de déglutition et la présence du diverticule qui se déplace d’un côté du cou, principalement du côté gauche, est évidente. Une projection latérale et une vue de la zone hypopharyngée sont réalisées.

Le traitement définitif est chirurgical

Lorsque le diverticule de Zenker est asymptomatique, il ne nécessite pas de traitement. En revanche, si le diverticule de Zenker grossit, se remplit de nourriture et commence à présenter des symptômes, le traitement est chirurgical.

Une chirurgie ouverte ou une chirurgie endoscopique peut être pratiquée. Dans les deux cas, le diverticule est enlevé ou coupé, ainsi que le muscle cricopharyngé. C’est ce qu’on appelle une diverticulectomie et une myotomie cricopharyngée.

Doit toujours être suspecté en cas de difficulté à avaler

Le diagnostic de diverticule de Zenker doit être suspecté sur le tableau clinique et confirmé par l’œsophage baryté. Il devrait être le premier diagnostic à exclure chez les patients âgés ayant des difficultés à avaler.

Cela pourrait vous intéresser ...
Apaisez un mal de gorge avec vos propres bonbons antibiotiques
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Apaisez un mal de gorge avec vos propres bonbons antibiotiques

Les bonbons antibiotiques sont idéaux pour soulager la douleur et l'inflammation de la gorge. Découvrez comment les préparer à la maison.