En quoi consiste la ligature des trompes ?

4 janvier 2020
La ligature des trompes est une méthode contraceptive définitive qui se pratique à travers une chirurgie. Dans cet article, nous vous expliquons comment elle se réalise et quels sont les moments opportuns pour l'appliquer.

La ligature des trompes est une intervention chirurgicale qui consiste à fermer le passage des trompes de Fallope de la femme. On la connaît également sous le nom de salpingectomie.

Il s’agit d’une méthode contraceptive car sans circulation vers les trompes de Fallope, les spermatozoïdes ne peuvent pas féconder l’ovule. Il faut préciser que les cycles menstruels ne sont pas affectés par la chirurgie, mais seulement le passage des spermatozoïdes vers la zone ovarienne.

Contrairement aux autres méthodes, la ligature des trompes est considérée comme permanente. Bien qu’il existe des méthodes de recanalisation pour restituer la chirurgie, elles ne sont pas habituelles et impliquent une nouvelle intervention chirurgicale. Par conséquent, cette opération doit être classée comme une méthode contraceptive permanente.

En effet, l’efficacité de la ligature des trompes est très élevée. Une année après la chirurgie, on estime que moins d’une femme sur 100 tombe enceinte. Et, après 10 ans, le taux de grossesse est de 1,8%, autant dire très faible.

En quoi consiste la ligature des trompes ?

Comme il s’agit d’une intervention chirurgicale, des examens pré-chirurgicaux doivent être réalisés. On y évalue alors l’état sanguin et cardiaque de la patiente afin de savoir si elle est apte à l’anesthésie et à l’intervention.

Par ailleurs, l’anesthésie générale ou locale est bien sûr utilisée. Ensuite, et après être sûr que la femme n’est plus sensible dans la zone de la chirurgie, le spécialiste commence à opérer. Actuellement, la technique la plus utilisée est la vidéo laparoscopique.

Le chirurgien réalise de petites incisions dans l’abdomen par lesquels il insère les instruments chirurgicaux. Il introduit ensuite une caméra afin de guider les mouvements, à l’aide d’un peu de gaz qui dilate les organes. Puis, avec de petites pinces et ciseaux, il opère les trompes de Fallope.

Les trompes de Fallope peuvent être cautérisées ou brûlées pour provoquer leur fermeture. Elles peuvent être également scellées par la mise en place d’un anneau spécial conçu pour cela.

Une fois l’opération terminée, la récupération est assez rapide. En général, la femme peut sortir de l’hôpital ou de la clinique le jour même et rentrer chez elle se reposer. 

Un schéma des trompes de Fallope

Lisez également : Pour ou contre l’arrêt des méthodes contraceptives ?

A quel moment peut-on faire une ligature des trompes ?

L’opération de la ligature des trompes peut se réaliser presque à tout moment s’il n’y a pas d’autres pathologies ou que la femme n’est pas enceinte. Cela dépend principalement du choix de la personne qui subira la chirurgie.

Dans le domaine de la médecine, il existe 3 moments principaux durant lesquels il est préférable d’opérer.

1. Pendant un intervalle

Cette période comprend toute période durant laquelle la femme n’est pas enceinte ou n’a pas accouché récemment. Il peut s’agir d’une patiente avec des enfants ou sans enfants. D’autre part, le médecin conseillera à la femme de programmer l’intervention lors des premiers jours du cycle menstruel.

En effet, au cours de la première semaine postérieure aux menstruations, les tissus ont moins de flux sanguin et il est donc plus confortable pour le chirurgien d’intervenir.

2. Lors d’une césarienne

Lorsque la femme enceinte a décidé de se faire ligaturer les trompes, il est possible de programmer une césarienne qui inclut également l’intervention. En profitant du fait que le bloc opératoire et l’anesthésie sont présents, le spécialiste peut consacrer davantage de temps afin de fermer les trompes de Fallope.

3. Période post-partum

Si la femme enceinte décide d’accoucher par voie vaginale et que la ligature des trompes aura lieu plus tard, la chirurgie est alors prévue lors des premières 48 heures suivant l’accouchementL’avantage est que la femme se trouve déjà à la clinique ou à l’hôpital.

La césarienne et la ligature des trompes

Découvrez aussi : La péridurale réduit-elle le risque de dépression post-partum ?

Les soins post-opération

Suite à une ligature des trompes, un repos intermédiaire est nécessaire. La patiente ne peut pas réaliser de grands efforts ou de mouvements trop brusques. Il ne s’agit pas non plus d’un repos absolu.

En rentrant chez elle, la femme reçoit des indications de signes ou de symptômes auxquels elle doit être attentive. En cas de fièvre, de difficulté à expulser les selles, de douleur très forte dans l’abdomen, des pertes vaginales abondantes ou odorantes, ou du pus provenant de la plaie chirurgicale, elle doit consulter le médecin.

Par ailleurs, les relations sexuelles sont contre-indiquées pendant la première semaine suivant la ligature des trompes. De plus, n’oubliez pas que, bien qu’il s’agisse d’une méthode contraceptive, elle ne protège pas contre les infections sexuellement transmissiblesIl est primordial d’en être conscient.

A long terme, cette procédure n’entraîne pas de changement chez la femme. Il s’agit d’un mythe établi de penser qu’après l’opération, la femme prend du poids ou ressent moins de plaisir lors des rapports sexuels. Aucune étude scientifique ne soutient fermement ces affirmations.

Enfin, si vous souhaitez pratiquer une ligature des trompes car vous êtes certaine qu’il s’agit de la méthode contraceptive la plus adéquate à votre situation, n’hésitez pas à consulter un spécialiste. Les gynécologues sauront vous informer et dissiper vos doutes.

 

  • Pecheny, Mario, et al. « Ligadura y vasectomía: obstáculos para su accesibilidad. » AL Kornblit, AC Camarotti y G. Wald (comp.), Salud, Sociedad y Derechos (2012): 315-338.
  • del Río Fortuna, Cynthia. « Elecciones en anticoncepción quirúrgica: una mirada sobre la relación entre la técnica y la persona. » Runa 30.1 (2009): 79-95.
  • Gervaise, A., and H. Fernandez. « Técnicas de esterilización femenina. » EMC-Cirugía General 11.1 (2011): 1-10.