Genou enflé : les principales causes et quelques recommandations

Un genou enflé est un motif fréquent de consultation. Le gonflement peut être causé par une blessure ou une maladie chronique. Découvrez ici les principales causes de ce symptôme.
Genou enflé : les principales causes et quelques recommandations
Maryel Alvarado Nieto

Rédigé et vérifié par le médecin Maryel Alvarado Nieto.

Dernière mise à jour : 22 août, 2022

Le genou enflé est une affection relativement courante. Cette articulation est composée de différentes structures qui s’intègrent de manière complexe pour apporter à la fois mobilité et stabilité au corps. De plus, elle est responsable de la répartition du poids, et est donc soumise à une pression continue.

En raison de la charge qu’il supporte, le genou nécessite beaucoup d’amortissements et de renfort. Pour cela, il dispose de ménisques, de ligaments et de poches synoviales qui assurent une stabilité idéale pour que les mouvements soient contrôlés. Découvrez ci-dessous les principales causes de l’inflammation du genou.

L’entorse, une lésion ligamentaire

Le traumatisme est l’une des principales causes de douleur associée à la présence d’un genou enflé. L’ampleur de l’événement et le mécanisme avec lequel il se produit sont essentiels pour établir un diagnostic présomptif.

Cependant, un examen physique et des tests complémentaires sont nécessaires pour déterminer sa gravité et confirmer le diagnostic. Les tests les plus utilisés sont les suivants :

  • Radiographie ordinaire
  • Résonance magnétique
  • Arthroscopie

L’entorse correspond à une déchirure des fibres qui composent les ligaments. Elle est produite par un traumatisme indirect et entraîne l’apparition de douleur et de chaleur dans la zone de la blessure.

La présence d’ecchymoses est fréquente. Et lorsque l’œdème est important, il est possible qu’il y ait aussi un épanchement articulaire. Selon le degré d’implication, le traitement varie. Parfois, du repos avec application locale de froid suffit ; d’autres fois, une intervention chirurgicale est nécessaire.

Entorse du genou.
L’entorse du genou est une blessure fréquente dans le sport.



La lésion méniscale

Les ménisques sont des structures en forme de coussinet qui sont essentielles pour amortir et stabiliser les mouvements du genou. Les lésions méniscales surviennent généralement en raison de traumatismes répétés.

Pour cette raison, elles sont courantes chez les athlètes. Il est donc essentiel de disposer d’une formation adéquate pour prévenir les blessures. Elles sont aussi fréquentes chez les personnes âgées, en raison de l’usure de cette structure.

Ces lésions se manifestent généralement par une douleur associée à un genou enflé avec divers degrés de mobilité réduite. Un traitement conservateur avec rééducation physique est indiqué dans les cas bénins.

La chirurgie doit être individualisée en fonction de la gravité de la blessure et de l’âge du patient. Le premier choix est la réparation arthroscopique.



[/atomik- read -aussi]

Une pathologie dégénérative peut être à l’origine d’un genou enflé

Le genou est l’articulation la plus touchée par l’arthrose. C’est une affection fréquente chez les patients de plus de 65 ans. Jusqu’à récemment, elle était considérée comme une entité avec une composante dégénérative exclusive.

Cependant, des recherches plus récentes ont conduit à modifier ce concept. Désormais, on sait que l’origine comprend un élément inflammatoire.

Le gonflement du genou et les douleurs articulaires chroniques sont les principaux symptômes. Les douleurs sont plus intenses lors des mouvements.

Certains facteurs augmentent le risque de développer une arthrose du genou. Certains d’entre eux peuvent être modifiés pour réduire les risques. Les principales causes associées sont les suivantes :

  • Âge
  • Sexe féminin
  • Surpoids et obésité
  • Syndrome métabolique
  • Blessures articulaires antérieures

Bien qu’il n’existe aucun traitement médical capable d’arrêter la progression de l’arthrose, il existe des recommandations qui améliorent les symptômes et la fonctionnalité articulaire.

Il s’agit notamment de contrôler le poids corporel et d’effectuer des exercices d’aquagym à faible impact. En ce qui concerne les médicaments et les thérapies intra-articulaires disponibles, la prudence est recommandée : il faut y avoir recours uniquement sous la surveillance étroite d’un spécialiste.

Tendinite et bursite, un syndrome à l’origine du genou enflé

Le nom de “tendon de la patte d’oie” renvoie à une structure formée par les fibres tendineuses de trois muscles : le demi-tendineux, le gracile et le couturier, qui s’insèrent sur le tibia. Ces muscles sont impliqués dans les mouvements de flexion et de rotation interne du genou.

Pour ce faire, ils disposent d’un sac synovial (bourse) qui les protège des frottements. L’inflammation du tendon est appelée tendinite, tandis que l’inflammation de la bourse est appelée bursite.

Le processus inflammatoire compromet généralement les deux structures ; l’ensemble est appelé syndrome de “tendinobursite ansérine”. Cette condition survient à la suite d’une utilisation excessive de l’articulation.

Elle touche plus fréquemment les femmes en surpoids ou présentant des altérations de l’anatomie des genoux, ainsi que les sportifs qui courent sur des terrains accidentés. Les antalgiques et la physiothérapie sont généralement administrés pour sa prise en charge.

L’arthrite septique

L’infection articulaire est une cause urgente. Par conséquent, c’est la première cause à écarter, notamment si elle s’accompagne de fièvre et s’il y a des antécédents de lésion cutanée ou d’intervention articulaire, car ceux-ci peuvent servir de porte d’entrée aux micro-organismes.

Pour établir le diagnostic définitif, il faut recourir à une étude microbiologique du liquide synovial, obtenue au moyen d’une ponction articulaire. Il est également nécessaire de réaliser des études d’imagerie permettant de visualiser le degré d’atteinte.

Le traitement nécessite un lavage abondant de l’articulation et l’administration immédiate d’antibiotiques par voie intraveineuse. Le médicament choisi dépendra de l’étiologie suspectée, c’est-à-dire de l’éventuel micro-organisme impliqué dans l’infection.



Un genou enflé et douloureux peut être dû à la goutte tophacée

La crise de la goutte tophacée est une autre cause d’inflammation et de douleur qui apparaît soudainement, mais qui se répète dans le temps. L’épanchement articulaire responsable de l’augmentation de volume contient des microcristaux d’urate.

Ceux-ci sont formés secondairement à l’existence chronique d’une hyperuricémie (valeurs élevées d’acide urique). La détection des cristaux est réalisée avec un échantillon de liquide synovial. Elle touche souvent les hommes de plus de 40 ans.

Le kyste de Baker

Le kyste de Baker est une cause rare. Il se présente sous la forme d’une inflammation de la fosse poplitée (trou derrière le genou), qui est douloureuse et rend difficile le mouvement de l’articulation.

Il est généralement associé à des maladies qui affectent la production de liquide synovial, telles que la polyarthrite rhumatoïde et le lupus érythémateux disséminé.

Blessure au genou.
Le genou est l’une des articulations les plus touchées par les maladies auto-immunes.

Les processus tumoraux du genou

La pathologie tumorale peut être à l’origine de l’augmentation de volume au niveau du genou. Fréquemment, le patient vient pour une douleur associée à l’apparition d’une masse, bien qu’il puisse s’agir d’une découverte fortuite.

Il est important de prendre en compte les antécédents médicaux et d’examiner minutieusement le patient et l’articulation en question. L’âge doit égalenent être pris en considération, car la prévalence des tumeurs est différente en fonction de l’âge.

La radiographie standard est une étude complémentaire obligatoire pour l’évaluation de la lésion, car les caractéristiques présentées par la radiographie permettent de différencier une tumeur primitive d’une tumeur métastatique.

Enfin, les résultats radiologiques peuvent guider la présence d’une lésion bénigne ou maligne. Cependant, la biopsie est celle qui délivre le diagnostic histologique définitif et, par conséquent, le traitement requis.

Que faut-il retenir ?

Le genou enflé peut être le signe de diverses pathologies ou blessures articulaires. Dans la plupart des cas, la cause est bénigne et un traitement conservateur suffit. Cependant, il est toujours conseillé d’aller chez le médecin pour écarter les blessures nécessitant un plus grand soin.

Cela pourrait vous intéresser ...
Synovite ou inflammation due au liquide synovial dans le genou : que faire ?
Améliore ta Santé
Lisez-le dans Améliore ta Santé
Synovite ou inflammation due au liquide synovial dans le genou : que faire ?

La synovite est une affection douloureuse et limitante, pour laquelle il existe plusieurs traitements. Nous en parlons ici.



  • Lucendo, L.; Muñoz, A.; Navarro, R.; Ruiz, J.; Brito, M.; Lesiones de la Rodilla; Canarias Médica y Quirúrgica; 44 – 53; 2012.
  • Legré, V.; Boyer, T.; Diagnóstico y Tratamiento de la Rodilla Dolorosa; Enciclopedia Médico Quirúrgica; E – 14 – 405; 2004.
  • Uribe, A.; Enfoque del Trauma Ortopédico; Ecoe Ediciones; 2018.
  • Busto, J.; Liberato, I.; Vargas, G.; Lesiones Meniscales; Orthotips; 5 (1): 39 – 48; 2009.
  • Martínez, R.; Martínez, C.; Calvo, R.; Figueroa, D.; Osteoatritis (Artrosis) de Rodilla; Revista Chilena de Ortopedia y Traumatología; 2015.
  • Carrillo, R.; Zepeda, A.; Pérez, A.; Díaz, A.; Peña, C.; Rivero, J.; Bursitis Anserina; Rev Invest Med Sur Mex; 21 (2): 77 – 80; 2014.
  • Gutiérrez, J.; Fernández, M.; Sandoval, S.; Tendinitis y Bursitis de la Pata de Ganso; Orthotips; 10 (3): 163 – 178; 2014.
  • García, J.; Cuellar, A.; Tohen, A.; Méndez, M.; García, M.; Monoartritis Gotosa de Rodilla “Una Visión Artroscópica”. Reporte de un Caso Clínico; Acta Ortopédica Mexicana;  27 (5): 331 – 334; 2013.
  • Lequerré, T.; Vittecoq, O.; Monoartritis Aguda de la Rodilla; EMC – Tratado de Medicina; 20 (1): 1 – 5; 2016.
  • De Miguel, E.; Cobo, T.; Martín, E.; Quiste de Baker: Prevalencia y Enfermedades Asociadas; Revista Española de Reumatología; 31 (10): 538 – 542; 2004.
  • Sánchez, L.; Santos, M.; El Arte de Diagnosticar Tumores Óseos; Acta Ortopédica Mexicana; 26 (1); 57 – 65; 2012.

Le contenu de cette publication est uniquement destiné à des fins d'information. À aucun moment, il ne peut servir à faciliter ou à remplacer les diagnostics, les traitements ou les recommandations d'un professionnel. Consultez votre spécialiste de confiance si vous avez des doutes et demandez-lui son accord avant de commencer toute procédure.