Héparine : actions et administration

10 février 2021
Les héparines de faible poids moléculaire ont une activité inhibitrice moins importante que les héparines non fractionnées. Toutefois, elles présentent également un risque moindre de provoquer une hémorragie. Découvrez-en davantage à propos des héparines dans cet article.

Les héparines sont des médicaments qui s’administrent par voie intraveineuse et qui possèdent un effet anticoagulant très puissant. Il existe en réalité deux types d’héparines : l’héparine de faible poids moléculaire et l’héparine standard ou non fractionnée.

Elles s’administrent par voie parentérale, car par voie orale elles sont mal absorbées. De plus, les enzymes digestives les inactivent. L’injection est donc la seule méthode d’administration.

Parmi les différentes voies d’administration parentérales, la sous-cutanée est la forme classique d’administration. Aussi bien de l’héparine de faible poids moléculaire que celle qui est non fractionnée. La voie intraveineuse est utilisée pour administrer l’héparine non fractionnée dans les situations d’urgence.

Héparine non fractionnée ou HNF

Seringue pour une prise de sang.

Ce type d’héparine se constitue d’un mélange hétérogène de différents polysaccharides. Ces biomolécules peuvent varier aussi bien en taille qu’en poids.

Le poids est compris entre 6 000 et 40 000 daltons, le poids moyen étant de 15 000 daltons. Les chaînes qui composent ce type d’héparine contiennent de la glucosamine et de l’acide glucuronique ou acide iduronique.

Héparine de faible poids moléculaire ou HBPM

Concernant les héparines de faible poids moléculaire, elles proviennent de la fraction des précédentes. Elles sont également formées par des chaînes de polysaccharides, mais le poids moléculaire est beaucoup plus faible. Il est compris entre 4000 et 5000 daltons.

Indications thérapeutiques

Comme nous le savons déjà, les héparines sont utiles lors de situations qui requièrent une action anticoagulante rapide et de courte durée. Les cas les plus caractéristiques sont la prévention et le traitement de la thrombose veineuse profonde. Ainsi que les interventions chirurgicales, à risque élevé ou faible.

Dans le cas du traitement de la thrombose veineuse profonde, qu’elle survienne avec ou sans embolie pulmonaire, il est amorcé avec de l’héparine jusqu’à ce que le temps de prothrombine se stabilise. Ensuite, on administre des anticoagulants par voie orale. De plus, l’un ou l’autre des deux types d’héparine peut être utilisé à cette fin.

Cependant, l’héparine de faible poids moléculaire présente un ensemble d’avantages. Elle a moins d’effets adverses et il est possible de l’administrer en une seule dose quotidienne. Cette dose s’ajuste en fonction du poids corporel du patient. Il n’est donc pas nécessaire de contrôler l’effet antithrombotique car il n’y a pas d’interaction avec les protéines plasmatiques.

Lisez également : La thrombose induite par les contraceptifs

Quelle est l’action des héparines dans l’organisme ?

Formation d'un caillot de sang.

Afin de remplir leur but thérapeutique et déclencher leur effet antithrombotique et anticoagulant, les héparines sont capables d’inhiber le facteur Xa et le facteur IIarespectivement.

Ces facteurs sont étroitement liés à la formation de caillots et de thrombus. Par conséquent, en inhibant leur action, les héparines préviennent leur formation.

D’autre part, les héparines de faible poids moléculaire ont une activité inhibitrice moindre que les héparines non fractionnées. Toutefois, elles présentent également un risque plus faible de produire une hémorragie.

Effets secondaires de l’héparine

De même que tous les autres médicaments, le traitement à base d’héparines peut s’accompagner d’un ensemble d’effets adversesCependant, les héparines de faible poids moléculaire présentent moins de réactions indésirables que les autres.

Ces effets sont tous les événements indésirables et non intentionnés qui peuvent survenir suite à l’utilisation de ce médicament. En ce sens, voici les effets adverses les plus communs :

  • Hémorragies : elles sont moins fréquentes lorsque le traitement se base sur la prévention car les doses sont moindres. Chez les patients souffrant de problèmes rénaux, la dose doit être ajustée car elle favorise l’apparition de cet effet secondaire.
  • Thrombocytopénie : elle n’est pas liée à la dose comme c’est le cas pour les hémorragies. Elle n’est pas non plus liée à l’âge ou à la voie d’administration. Il s’agit d’une réaction qui varie d’une personne à l’autre.
  • Nécrose cutanée.
  • Réactions d’hypersensibilité.
  • Hypoaldostéronisme : faibles niveaux de l’hormone aldostérone.

Enfin, il faut mentionner que les deux types d’héparines peuvent produire un cadre d’ostéoporoseToutefois, quand les traitements sont de longue durée, cet effet diminue.

Découvrez aussi : Le risque d’hémorragie post-opératoire

Conclusion…

Les deux types d’héparines sont des médicaments utilisés pour prévenir la formation de thrombus et de caillots. Plus concrètement, ils sont indiqués lors d’interventions chirurgicales ainsi que dans le traitement et la prévention de la thrombose veineuse profonde.

Ce sont des médicaments à l’action très puissante qui ne sont pas exempts d’effets secondaires. Face au moindre doute à propos de ce médicament, nous vous conseillons de consulter votre médecin ou pharmacien.

  • Arone, K. M. B., Oliveira, C. Z. de, Garbin, L. M., Reis, P. E. D. dos, Galvão, C. M., & Silveira, R. C. de C. P. (2012). Thrombotic obstruction of the central venous catheter in patients undergoing hematopoietic stem cell transplantation. Revista Latino-Americana de Enfermagem. https://doi.org/10.1590/s0104-11692012000400022
  • Rodriguez Moral, N. E. (1972). TROMBOSIS VENOSA. Revista Cubana de Cirugia.
  • Rocha Hernando, E. (2014). Historia de la heparina. Angiología. https://doi.org/10.1016/j.angio.2014.05.001
  • Trejo I., C. (2004). Anticoagulantes: Farmacología, mecanismos de acción y usos clínicos. Cuadernos de Cirugía. https://doi.org/10.4206/cuad.cir.2004.v18n1-14
  • Ricardo Sebastián Alba Posse., Erika Roxana Ctay., Roberto Alejandro Toledo., M. L. V. C. (2006). Heparina De Bajo Peso Molecular Versus Heparina No. Medicina de Posgrado de La VI Cátedra de Medicina.